Ntsoudjini vit un climat de terreur

Avec ce qui se passe, devant ma porte, je ne peux rester bouche cousue. Il faut que je montre mon indignation envers l’opération coup de ...

Avec ce qui se passe, devant ma porte, je ne peux rester bouche cousue. Il faut que je montre mon indignation envers l’opération coup de poing qui met en terreur mes frère de N’tsoudjini en ce moment. Il est vrai que quand ça arrive aux autres, on se sent moins concerné jusqu’au jour où le feu arrive à ta porte et là, tu paniques. 

Tu te demandes ce qui t’arrive, ce que tu as fait au bon Dieu. N’est-ce pas à qui se vouer ? Je vais commencer mon texte par demander pardon à ces villes, d’Iconi, Mbéni, Mutsmudu et d’autres que je n’arrive pas à citer pour avoir vécu des situations similaires à celle de ma cité à ces heures-ci, sans que quelqu’un comme moi, n’ait pas bougé son petit doigt pour dénoncer ces pratiques arbitraires.

La politique ce n’est pas ma tasse de thé mais quelque fois on n’a pas le choix. Nous simples citoyens, sommes considérés comme des pions. On est utilisé tels des chiens de chasse ou des chevaux de bataille. Les jeux finis, on les range dans une boite pour les placer dans un placard, en attendant les prochaines envies de faire une autre partie. Ce n’est pas d’aujourd’hui, qu’un coin à un autre, il y a eu des contrevents. Ainsi va la vie. On ne peut pas faire l’unanimité d’être aimé par tout le monde. Certes la politique n’a pas d’ami. Elle représente des intérêts des uns et des autres. Qu’est-ce qu’on n’a pas vu chez nous à N’tsoudjini ?

Malgré, ce qu’on vit en ce moment, je continue à croire en la maturité politique de ses citoyens. La politique ce n’est pas de la rancune mais un combat d’idées, de partages d’intérêts communs. Ici on ne va rien nous apprendre en politique. Nous avons grandi sous les vents qui ont secoué les plus grands arbres sans pouvoir les déraciner. Aujourd’hui ce n’est pas l’invasion de la ville qui nous surprend mais la raison de cette intrusion qui reste énigme. Au moins celle de Said Ali contre Msafumu a été comprise par la propre mère de ce dernier. 

C’est pour cette raison qu’elle a fait face à Said Ali, l’agresseur pour lui féliciter de sa victoire et lui dire qu’il n’a pas à garder tête basse car cette victoire est la sienne. Et que si c’était le cas contraire, c’est son ennemi qui aurait raison d’en faire de ce qu’il veut, de sa tête. Elle nous a appris cela feue, Djana Neema.

La compréhension de cette femme, cette mère qui a vu son fils tombé aux mains de son pire ennemi et pouvoir le regarder en face sans lui cracher sa haine, c’est tout simplement que cette femme connaissait les règles de la guerre. C’est pour cela qu’elle a conclu cela : « Bo Said Ali Djusa ematso tsinyamize nangalie, ba waili kwaoza » Ca c’était en temps de guerre entre Ntsoudjini et ailleurs. Mais aujourd’hui quelles raisons ont emmené ces escadrons de la peur dans notre cité ? Fête de l’indépendance ou fête du CNT ? Oui certes, cette date unique et légitime pour chaque citoyen comorien, fier de l’être a été prise en otage par le pouvoir et l’opposition. Donc plutôt politique que citoyenne.

Aujourd’hui N’tsoudjini paye les pots cassés par la bêtise des autres. Toutefois je tiens à rappeler que Ntsoudjini est une entité de ce pays qui doit être sous la protection du pouvoir en place. Il n’est pas normal que le N’tsoudjinien puisse vivre dans la peur de qui se soit. Il doit aussi se sentir dans la protection de l’armée du peuple. Est-il vraiment normal que les choses se passent ainsi ? Kara djae a existé et laissera à jamais ses empreintes au pied de la grande muraille de Ntsoudjini Ngome. Malgré tout ce qu’on peut dire de cette ville qui porte avec fierté son fardeau sans se laisser courber par la lourdeur de son poids, elle avance.

J’adore cette ville qui m’a vu naître. J’ai eu de la chance d’avoir vécu des moments uniques, des périodes où j’ai pu assister aux changements des saisons qui ont écrit les pages qui ont fait le livre de l’histoire de notre pays. Ici on peut combattre son propre frère en idées sans pour autant fuir les responsabilités communes, familiales. C’est souvent des choses qu’on a du mal à voir autre part ailleurs. Tout ça pour vous dire que je ne comprends pas que des personnes politiques soient la cause d’une mise en quarantaine de toute une ville qui n‘a rien à se reprocher. C’est dommage. En tout cas, il n’est pas encore trop avant qu’il ait mort d’homme.

Laheri Alyamani
COMORESplus

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,86,Abdou Elwahab Msa Bacar,44,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,71,Abdourahamane Cheikh Ali,19,Aboubacar Ben SAID SALIM,39,Actualité Sportive,1703,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1462,AHMED Bourhane,238,Akram Said Mohamed,65,Ali Mmadi,185,Ali Moindjié,62,Anli Yachourtu,73,Assaf Mohamed Sahali,31,Ben Ali Combo,410,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,929,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,39,Cookies,1,Culture et Société,6839,Daoud Halifa,186,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,115,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1331,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3026,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,340,France,1486,Hamadi Abdou,440,High Tech,803,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,312,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,140,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,102,Mayotte,2281,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,456,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1566,Moudjahidi Abdoulbastoi,31,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,159,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,421,PERSONNALITÉS COMORIENNES,139,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5082,Publication Article,1,Rafik Adili,43,SAID HALIFA,22,Said HILALI,60,Said Yassine S.A,147,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,804,SOILIHI Ahamada Mlatamou,45,Toufé Maecha,444,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1005,Tribune libre,4031,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Ntsoudjini vit un climat de terreur
Ntsoudjini vit un climat de terreur
https://1.bp.blogspot.com/-6ZTQVTE7YhQ/XwYhCGzp9II/AAAAAAAC4Xk/j-Cp_xfbSh0MdIXoGRM33xMfY5FD3ctywCLcBGAsYHQ/s320/lahere.png
https://1.bp.blogspot.com/-6ZTQVTE7YhQ/XwYhCGzp9II/AAAAAAAC4Xk/j-Cp_xfbSh0MdIXoGRM33xMfY5FD3ctywCLcBGAsYHQ/s72-c/lahere.png
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2020/07/ntsoudjini-vit-un-climat-de-terreur.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2020/07/ntsoudjini-vit-un-climat-de-terreur.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières