Arrêter les trafiquants de l’État et laisser prospérer le honteux trafic officiel

Le sacrifice d’un grain de sable appelé Abou Achirafi Ali Bacar. La nouvelle est tombée samedi 19 octobre 2013 comme un couperet: Abou A...

Le sacrifice d’un grain de sable appelé Abou Achirafi Ali Bacar.

La nouvelle est tombée samedi 19 octobre 2013 comme un couperet: Abou Achirafi Ali Bacar, Directeur général de la Sûreté nationale, est sous les verrous, après avoir été entendu par le juge de 11 à 17 heures. Pourquoi a-t-il donc fallu conduire en prison le très flamboyant et fort controversé Commissaire de Police fétiche d’Ahmed Sambi et Ikililou Dhoinine? À en croire les premiers éléments de l’enquête, l’inégalable Directeur de la Sûreté aurait organisé son propre réseau de vente de passeports comoriens à des étrangers, à côté de celui développé par Ahmed Sambi et Ikililou Dhoinine pour assouvir leurs lubies dépensières et fantasmes de parvenus et arrivistes ne connaissant pas une ligne de Droit international privé et des règles internationalement reconnues d’attribution de la nationalité et des passeports d’un État.

Il est étonnant de constater qu’une nouvelle de cette importance est traitée à la rubrique des faits divers, alors qu’il s’agit d’un immense trafic sur ce que les Comores ont de plus sacré après le Coran: la citoyenneté du pays, ravalée au simple rang d’activité «économique» et devenue «citoyenneté économique», une notion de sinistre réputation républicaine qui n’est inscrite dans aucun Code de la nationalité dans le monde et dans aucun document de Droit international privé, mais promue par Ahmed Sambi et bénie par Ikililou Dhoinine, et qui a détruit le peu qui restait de la respectabilité internationale et de l’honneur des Comores.


       Cette affaire de passeports est prise trop à la légère, alors qu’il s’agit d’une grave affaire d’État, une grave affaire qui concerne un État devenu trafiquant. D’ailleurs, il n’y a guère de différence entre un État qui trafique ses passeports et un cartel de trafic de drogue. Et, aux Comores, on parle du trafic des passeports comme s’il s’agissait de l’exportation des mangues comoriennes vers les pays du Moyen-Orient. À ce jour, il est une question que les autorités comoriennes évitent: pourquoi a-t-il fallu que les Comores se livrent à un trafic que même les narco-États évitent? Pourquoi n’y a-t-il personne dans l’entourage d’Ikililou Dhoinine pour dire au chef de l’État que le passeport est tellement sacré qu’il est interdit de l’envoyer par une voie autre qu’officielle, même par courrier rapide (DHL, Chronopost, etc.)? Une chose est certaine: si, au lieu d’un charlatan qui lui sert de Conseiller juridique, le Président des Comores avait dans son Cabinet un groupe de vrais juristes, les Comores n’auraient vendu, dans la honte et dans le discrédit, aucun seul passeport.


      On nous dit crânement que chaque passeport comorien vendu coûte 25.000 euros, soit 12,5 millions de francs comoriens, les économies de plusieurs années pour un Comorien de condition socioéconomique moyenne. On nous dit aussi que l’argent généré par ce trafic sert à payer les salaires des fonctionnaires comoriens. Or, les statistiques que personne ne veut voir permettent de constater que si les autorités comoriennes faisaient un effort pour sécuriser le système financier du dédouanement des conteneurs à Moroni et Mutsamudu, l’État comorien engrangerait, bon an mal an, 95 milliards de francs comoriens, un chiffre trois fois supérieur à celui du budget de l’État comorien. Pourquoi ne pas sécuriser alors le système financier de la Douane des Comores?

      Nos confrères du Blog RIDJA signalent deux informations qui plongent les Comoriens dans l’horreur absolue: «Un diplomate comorien en Arabie saoudite est impliqué dans ce dossier sensible, c’est l’entreprise BELGE SEMLEX de M. ALBERT KAZAKIWAN, conseiller spécial du président Ikililou Dhoinine dans les pays du Golfe, qui aurait dénoncé le réseau parallèle». C’est horrible. Mais, il y a plus horrible encore, toujours selon le Blog RIDJA: «À en croire les premiers résultats d’investigations sur le trafic et le bradage des passeports, les réseaux n’ont pas été démantelés. Bien au contraire, le circuit demeure intact d’autant plus qu’il est entretenu par des ramifications à plusieurs niveaux». En apprenant de telles horreurs, on a presque envie de plaindre Abou Achirafi Ali Bacar: «Le pauvre!».


       Que les Comoriens se regardent dans le blanc des yeux et se disent que tout ceci arrive parce que ce sont deux Présidents comoriens, Ahmed Sambi et Ikililou Dhoinine, qui ont fait en sorte que le passeport comorien soit devenu l’objet d’un vulgaire trafic international ayant fait de ce passeport l’objet de toutes les suspicions. Dominique Sakombi Inongo, ministre de la Communication de Mobutu Sese Seko, explique, dans «Mobutu, Roi du Zaïre», un documentaire horrifiant, que quand son chef demandait une somme d’argent donnée au Gouverneur de la Banque du Zaïre via l’un de ses collaborateurs, tous les fonctionnaires entrant dans la chaîne de la demande se faisaient un «pourcentage», et celle-ci se trouvait multipliée par chaque intermédiaire. Dans le cas des Comores, Abou Achirafi Ali Bacar voit trafiquer ses chefs, hier Ahmed Sambi, aujourd’hui Ikililou Dhoinine, et il se dit qu’il peut les imiter. Il «gratte» et se fait des «pourcentages». Si ses chefs n’avaient pas mis en place ce trafic mafieux, il n’aurait pas été un trafiquant de ce niveau. Il n’est qu’un rouage, un grain de sable, dans ce vaste trafic honteux. Et le blog du RIDJA nous effraie en nous apprenant que l’arrestation de l’indélicat et très nocif Directeur de la Sûreté nationale ne change rien à l’affaire: «Le circuit demeure intact d’autant plus qu’il est entretenu par des ramifications à plusieurs niveaux».
       Abou Achirafi Ali Bacar a eu un comportement horrible et sinistre, est une autorité qui n’a jamais fait l’unanimité, mais son arrestation est une cuillère d’eau de plus ou de moins dans les eaux de l’océan Indien, au large de Mboi-Madji à Mohéli. Si les autorités comoriennes veulent donner la preuve de leur sérieux, il ne leur suffit pas d’arrêter des individus et de laisser vivre un trafic abject, mais d’arrêter le trafic lui-même. C’est le trafic qu’il faut arrêter. Il n’y va pas seulement de l’honorabilité internationale des Comores, mais aussi de la sécurité juridique et de l’honneur des Comoriens qui n’ont que le passeport comorien et qui risquent de se faire maltraiter à l’étranger, puisque ce passeport, symbole de leur fierté nationale, est devenu un sujet d’opprobre et de honte, du fait des trafics éhontés dont il est l’objet.


       Malheureusement, on assiste au spectacle affligeant d’autorités comoriennes parlant sur les médias de l’argent des passeports trafiqués sans aucune gêne. C’est un scandale qui ne les émeut pas. Or, un scandale est un scandale, et un État n’a pas vocation à se livrer à des trafics. Sous la présidence de Ronald W. Reagan (1981-1989) et William «Bill» J. Clinton (1993-2001), la terminologie politique états-unienne s’enrichit d’une expression assassine: «Rogue States», «États voyous». En 1994, Anthony Lake, alors conseiller à la sécurité nationale de William «Bill» J. Clinton, définissait les «États voyous» comme étant «ceux qui manifestent une incapacité chronique à traiter avec le monde extérieur». Or, en s’entêtant à se livrer à un trafic international de passeports, les Comores mettent en danger le monde extérieur, car ces passeports sont vendus notamment à des trafiquants de drogue et à des terroristes. Et, le terrorisme et le trafic de drogue sont parmi les plus graves dangers menaçant le monde actuel.

       Il est sain et salutaire de mettre hors d’état de nuire les trafiquants. Mais, qu’en est-il de leurs diaboliques commanditaires, ces individus qui ont mis en place ce hideux trafic? En matière de trafic de passeports, personne ne se situe du bon côté de la barrière. Un trafiquant est l’équivalent d’un autre trafiquant. Arrêter Abou Achirafi Ali Bacar est une très bonne chose, mais cela ne suffira jamais. Il faut aller au-delà.
 Par ARM
© www.lemohelien.com – Lundi 21 octobre 2013.
Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,62,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,110,Abdourahamane Cheikh Ali,99,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2120,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1625,Ahmadou Mze,85,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,203,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,119,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,414,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1216,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,50,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8669,Daoud Halifa,227,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,164,Dini NASSUR,146,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1628,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3299,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1616,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,825,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,471,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2626,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1626,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,208,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,423,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5988,Publication Article,1,Rafik Adili,48,SAID HALIFA,22,Said HILALI,100,Said Yassine S.A,170,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,52,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1171,Tribune libre,4743,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Arrêter les trafiquants de l’État et laisser prospérer le honteux trafic officiel
Arrêter les trafiquants de l’État et laisser prospérer le honteux trafic officiel
http://3.bp.blogspot.com/-e3Vc0k1iDyI/UmWNNE15QaI/AAAAAAABB8Y/QII3DGXLsB0/s320/abou.JPG
http://3.bp.blogspot.com/-e3Vc0k1iDyI/UmWNNE15QaI/AAAAAAABB8Y/QII3DGXLsB0/s72-c/abou.JPG
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2013/10/arreter-les-trafiquants-de-letat-et.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2013/10/arreter-les-trafiquants-de-letat-et.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières