Nouvel an : Message des vœux du Président du Conseil National de Transition aux Comores

Je demande à la justice de faire toute la lumière de cette...Nouvel an : Message des vœux du Président du Conseil National de Transition aux Comores

Nouvel an : Message des vœux du Président du Conseil National de Transition aux Comores

Message des vœux du nouvel an adressé au peuple Comorien par le Président du Conseil National de Transition aux Comores


Mes chers compatriotes,

L’année 2021 vient de s’écouler et je voudrais me joindre à vous pour remercier Allah de nous avoir prêté vie jusqu’à ce jour, malgré la vie dure, la pandémie et le changement climatique dû au déséquilibre de notre écosystème qui ont causé plusieurs victimes et dégâts matériels dans notre pays et dans le monde.

L’année 2021 nous laisse un triste bilan sanitaire dans le monde, en raison de ce virus mortel de CORONAVIRUS qui a tué près de 5 millions de victimes au lieu de 1.6 millions en 2020 et près de 270 millions de contaminés au lieu de 76 millions en 2020. Selon l’OMS, cette pandémie est devenue la huitième cause de mortalité dans le monde.

Cependant, j’attire votre attention que les maladies cardiovasculaires, les AVC et les maladies pulmonaires occupent la première place des causes de mortalité dans notre pays et dans le monde.

Nous avons payé un lourd tribut de cette pandémie, de ces maladies et des conséquences du changement climatique.

Mes pensées et mon souhait pour un prompt rétablissement aux malades de l’intérieur et de l’extérieur. Je présente mes tristes condoléances aux familles endeuillées et à toute la nation. Qu’ils reposent en paix dans leur demeure éternelle !

Durant ces 5 dernières années, nous avons perdu beaucoup de résistants et compatriotes pour la liberté, victimes de la dictature féroce qui règne dans notre pays. Ne les oublions pas dans nos prières afin qu’Allah leur accorde sa miséricorde !

Dans les geôles de Ndzuani, Moili et Ngazidja croupissent encore des prisonniers et otages de la dictature. Les plus emblématiques sont le Gouverneur Dr Salami, l’ex-Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et le journaliste Abdallah Agoi auxquels j’exprime toute ma compassion et ma solidarité aux différentes initiatives entreprises pour exiger leur libération. Que Dieu leur vienne en aide !

Je n’oublierai jamais nos amis politiques en exil en Europe et en Afrique, pour les sacrifices qu’ils font pour leur vie et leur famille afin que notre pays retrouve sa dignité et sa liberté.

Aux Comoriens de l’intérieur et de l’extérieur, je vous présente mes fraternels vœux pour une année 2022 pleine de santé, de longévité et de prospérité avec vos proches et familles respectives.

Aux pays amis et aux corps diplomatiques présents sur notre territoire, je vous renouvelle mon amitié pour une coopération résiliente et vous souhaite mes meilleurs vœux pour une année 2022 paisible, sécurisée et prospère dans notre pays et dans le monde.

Mes chers compatriotes ;

Pour commencer par les bonnes nouvelles, notre équipe nationale les COELACANTHE a fait la fierté de notre nation en se qualifiant à la CAN le 26 mars dernier grâce à un encadrement efficace qui a su tendre la main aux meilleurs joueurs de la nation, de l’intérieur et de la diaspora, pour former une équipe compétitive et compétente devant affronter les grandes équipes du continent lors de la prochaine coupe des nations qui aura lieu au CAMEROUN dès le 09 janvier prochain. J’en remercie particulièrement la Diaspora pour l’éducation patriotique qu’elle inculque à nos enfants qui sont venus sauver l’honneur de leur pays.

Ainsi, je me joins à la nation pour apporter tout mon soutien à cette belle équipe afin de faire vibrer notre drapeau sur le continent dans les prochains jours. Je suis confiant en elle et en sa réussite.

Cependant, je regrette profondément le bilan négatif de notre pays sur le plan social et sécuritaire durant ces 5 dernières années. En effet, je suis très préoccupé par la montée de la délinquance sexuelle et criminelle, alimentée à ciel ouvert par les réseaux sociaux. C’est un phénomène nouveau qui menace dangereusement nos mœurs sans que cela préoccupe les dirigeants de fait.

Sur le plan sanitaire, les évacuations sanitaires à cause des maladies cardio-vasculaires, d’AVC, pulmonaires n’ont jamais atteint un tel niveau de détresse, sans que cela sensibilise les dirigeants de fait pour élaborer une politique sanitaire et préventive à la hauteur des enjeux. Sinon, que dire de l’absence criante de soutien aux structures sanitaires existantes ?

On comptabilise près de 400 à 500 voyageurs par jour devant faire un test COVID-19 en raison de 60 € par test. C’est l’équivalent de près de 10 millions de francs par ou bien près de 300 millions par mois, sans compter les amendes illégales et aides multiformes qui sont encaissées par ce régime. Une manne financière gérée dans l’opacité totale par ces dirigeants de fait.

Le déséquilibre de notre écosystème entraîne plusieurs millions de morts chaque année. Les études montrent que près de 5 millions de personnes meurent chaque année dans le monde à cause des températures « non optimales », qu’elles soient trop basses ou trop élevées.

Et pourtant, force est de constater que là aussi notre pays, très vulnérable, est aux abonnés absents face à un phénomène dont la conséquence immédiate est cette grosse chaleur étouffante qui frappe le pays en ce moment. Quelle est la politique de ce régime en la matière ? Combien d’arbres sont plantés face à la déforestation massive pour ne parler que celle-là ? L’arrivée des sachets en plastiques non dégradables, pourtant interdits par la loi, continuent de faire bon marché sur l’ensemble du territoire sans que cela préoccupe les dirigeants de fait.

La crise alimentaire et la malnutrition sont accentuées durant ces 3 dernières années dans notre pays et dans le monde dès lors que la crise économique due au COVID-19 augmente, les échanges commerciaux internationaux diminuent et les conflits politiques ne cessent d’augmenter en Afrique en particulier.

Notre pays est conséquemment très fortement touché non seulement du fait de son insularité et de sa forte dépendance de l’étranger dans quasiment tous les domaines, mais aussi à cause de la triple crise politique, sociale et institutionnelle qui le frappe.

Cette triple crise a fragilisé notre nation et notre économie car elle a entraîné une rupture de confiance entre le peuple et les dirigeants dès lors que le pacte Républicain est piétiné. La démocratie qui est notre garantie à la paix, à la sécurité et au progrès économique et sociale n’existe plus. Le pays est dirigé par voie de décrets, arrêtés, communiqués et circulaires, car toutes nos institutions sont sous la coupe du Colonel Azali ASSOUMANI, ses fils, et ses neveux. Même les conseils d’administration des entreprises publiques n’existent plus, celles-ci étant dirigées dans l’opacité totale et sur ordre de Beït-salam.

Sur le plan économique, inutile de faire un tableau sur les conséquences de la politique désastreuse de ce régime car nous vivons tous au quotidien la pénurie des produits de première nécessité, la hausse de leurs prix passant du simple au double pour certains produits comme le poisson, la viande, le sucre, la farine, l’huile et j’en passe.

Cette situation intenable n’est pas seulement due au COVID-19 à laquelle le régime prête tous ses dérives et ses incompétences. Les Comoriens payent en réalité le prix d’une politique économique et fiscale non maîtrisée et des dépenses inutiles, fantaisistes et ostentatoires.

Plusieurs milliards ont été brûlés pour organiser des assises inutiles, des élections illégales, des conférences de partenaires sans retombées, des voyages touristiques et des campagnes à l’intérieur et à l’extérieur du pays pour faire avaler la pilule du coup d’Etat électoral du 24 mars 2019.

Pas moins d’une dizaine de milliards de nos francs ont été brûlés ces 3 dernières années pour instaurer la dictature jusqu’à l’horizon 2030, alors que les opérateurs économiques et les citoyens meurent à cause d’une fiscalité et une inflation accrues en période de crise sanitaire. La croissance économique est en perte de vitesse et l’émergence devient illusion, un écran de fumée et un saupoudrage politique pour tromper le peuple.

Comme si cela ne suffisait pas, à chaque fois que ce régime arrive au pouvoir, des grosses affaires de banditisme viennent ternir l’image de notre pays. Blanchiment d’argent avec des faux billets sous le premier régime du Colonel Azali Assoumani et aujourd’hui l’on assisterait à ciel ouvert à un trafic de 49 Kg de lingot d’or par les très proches du régime et une interception de 2 armes automatiques entre les mains du fils du conseiller juridique du Colonel Azali ASSOUMANI, qui serait impliqué dans cette grosse affaire sale.

Je demande à la justice de faire toute la lumière de cette mafia qui vient alimenter les doutes sur les assassinats politiques sans suite.

Sur le plan politique, ce régime est décrié partout à l’intérieur et à l’extérieur par la multiplication des fronts de résistance à l’image du Gouvernement d’exil. En effet, après le 26 mai 2021, date de la fin de mandat du Colonel Azali ASSOUMANI, un Gouvernement de transition dirigé par le patriote Moustoifa Said CHEICK est mis en place pour soutenir et renforcer le peuple dans sa quête à la liberté, aux respects des institutions et à la démocratie aux Comores.

Sur le plan diplomatique, nos efforts ont eu gain de cause et je remercie la communauté internationale, car après les incessantes mises en garde et appels des nations unies, de l’Union Européenne, de l’Union africaine et des pays amis pour demander un retour à la paix et à l’ordre institutionnel aux Comores, le Colonel Azali ASSOUMANI a fini par céder aux injonctions et à l’idée d’un dialogue.

SAUF que comme à l’accoutumée, à l’image des assises nationales, il souhaite travestir le dialogue et le détourner de ses objectifs en ignorant les doléances des forces politiques et civiles de l’opposition d’une part et les recommandations faites par la commission de l’UA qui a séjourné aux Comores du 12 au 15 septembre 2021, d’autre part.

Ainsi, le régime se livre à la préparation d’un monologue non-inclusif avec ses proches, sans les forces de la résistance ni l’opposition ni la société civile ni la diaspora ni la communauté internationale. Car, il a peur d’affronter une opposition et une société civile qui soient intransigeantes sur la question de sa légitimité à Beït-salam, des assassinats politiques à répétition, des exilés et des prisonniers politiques, lesquels sont reconnus par la mission de l’Union Africaine sur le communiqué du 29 octobre 2021 où l’on demande leur libération ou d’engager des procédures judiciaires contre ceux qui sont soupçonnés avoir commis des délits. Au contraire, le Colonel veut imposer un dialogue sur mesure qui va le légitimer pour continuer son plan machiavélique jusqu’en 2024, troisième et dernière étape pour s’éterniser au pouvoir.

Mes chers compatriotes,

Ce régime n’a pas terminé de diviser les comoriens, les religieux, les notables, la jeunesse, nos villes, nos villages, la diaspora et toutes les catégories sociales.

Mettez-vous en garde, car toute la stratégie et la force du Colonel sont fondées afin de « diviser pour mieux régner ». Une politique de peur, de suspicion, de diabolisation au sein de nos villages et nos structures politiques, est alimentée à outrance par ce régime aux abois qui n’a pas de solutions fiables aux maux qui rongent notre pays.

Ma conception de faire de la politique en est toute autre, je milite pour le rassemblement et contre la division de la nation car « l’union fait la force ». Ce qui me préoccupe c’est moins ma personne et ma carrière politique mais plus les intérêts de mon pays et ma nation.

Mes chers compatriotes,

Je sais que beaucoup parmi nos compatriotes s’impatientent et se demandent quand prendra fin ce cauchemar afin que nous puissions renouer avec l’Etat de droit et la démocratie. En même temps, je sais que les Comoriens croient au changement indispensable malgré les moments de doute et d’interrogation tout à fait normaux. Je ne doute pas que ceux qui croient profondément à cette noble cause à laquelle ils se sont engagés n’abandonneront jamais et ne se trahiront jamais.

Il faut se rappeler que nous ne sommes pas à la première lutte pour faire respecter la liberté, la démocratie et la dignité du peuple comorien. Avant nous, nos arrières grands parents ont versé leur sang contre les injustices sociales et fiscales des occupants et exploitants locaux et étrangers.

Avant nous, nos parents ont pris l’indépendance non sans douleur avec notre triste histoire postindépendance communément connue par l’assassinat de nos présidents et grandes figures de notre pays.

Avant nous, nos grands frères ont combattu les mercenaires et beaucoup y ont versé leur sang.

Certains parmi nous ont fait de la lutte pour la liberté et la prospérité de notre pays leur combat permanent et sont encore dans nos rangs aujourd’hui malgré l’usure de l’âge et la fatigue. Certains se sont exilés et d’autres résistent au pays. Je ne vais pas les citer pour ne pas en oublier un ou les exposer au danger de la dictature, ils se reconnaîtront toutes et tous.

Je voudrais simplement qu’ensemble nous les rendons un Grand et vibrant Hommage. La patrie est reconnaissante.

Je voudrais aussi à titre personnel féliciter nos vaillants jeunes du mouvement MABEDJA pour leur courage à affronter ce régime l’été dernier sur le terrain. Ils ont montré leur patriotisme et leur amour à la nation.

Comoriennes, comoriens,

Rappelons-nous qu’à chaque fois, face à ces tristes moments de notre histoire suscités, le peuple avait remporté la victoire grâce à la détermination et à la clarté de la lutte. Une clarté est nécessaire à l’étape où nous en sommes, celle de mettre en avant la libération de notre pays comme ce fut le cas lors de l’accession de notre pays à la souveraineté nationale. Nos différences idéologiques et politiques ne sont pas à démontrer, chacun de nous appartenant à sa famille politique.

En revanche, notre unité face à la dictature et pour le retour à un Etat de droit aux Comores n’a pas de couleur politique ni de clan ni de leader autoproclamé, car il s’agit d’un combat national à valeur universelle qui est soutenue et partagée au-delà de nos frontières. La nation n’a pas de partis ni de clans.

L’appel de DJOIEZI a eu le mérite de rappeler et clarifier les bases de notre lutte fondées sur la violation des accords de Fomboni, car souvent certains parmi nous s’en éloignent en confondant cette lutte avec une course en avant vers la conquête du pouvoir. Pour ma part, j’ai appris à « ne pas mettre la charrue avant le bœuf » ou à « vendre la peau de l’ours avant de l’avoir abattu »

Permettez-moi donc de vous rassurer que nous ne sommes pas seuls dans ce combat universel, nos pays amis partagent en commun notre cause et ils nous témoignent leur solidarité au premier chef nos pays voisins.

Permettez-moi, chers compatriotes, de vous renouveler ma demande de maintenir la flamme de votre mobilisation grâce à laquelle cette victoire a inéluctablement atteint un point de non-retour aujourd’hui, celui de la victoire des opprimés contre les opprimants, celui de la victoire de la démocratie contre la dictature, celui de la victoire de la liberté contre l’assujettissement et celui de la victoire de l’unité de la nation contre sa division.

Aux forces vives mobilisées et engagées sans faille dans cette lutte, je voudrais vous témoigner toute ma reconnaissance et toute mon amitié. Vos valeurs sont les miennes, votre combat est le mien et je serai toujours au rendez-vous de l’histoire avec vous pour défendre la démocratie et l’Etat de droit.

A toutes les forces politiques et civiles, le CNT, l’Union de l’opposition, le COMRED, le M17, le NEM, le Gouvernement d’exil, les mouvements de la société civile Mdzadze wa Irumbi, DAULA Ya HAKI, les Appels de Paris, de Marseille, de Lyon, de Nice, de la réunion, de Dakar, de Madagascar, les leaders d’opinions de la toile et j’en passe ; je vous invite à la retenue, à adopter l’esprit de tolérance au sein de nos rangs afin de faciliter notre convergence commune vers la chute du régime du Colonel Azali ASSOUMANI, les Respect des accords de Fomboni, le retour à l’Etat de droit et le rétablissement de nos institutions démocratiques.

A toute la nation, je vous remercie.

Prononcé à Ntsudjini le 05 janvier 2022
Le Président du CNT, Mouigni Baraka Said Soilihi

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,89,Abdou Elwahab Msa Bacar,58,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,88,Abdourahamane Cheikh Ali,43,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2006,Adinani Toahert Ahamada,35,Afrique,1515,Ahmadou Mze,67,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,191,Ali Moindjié,71,Anli Yachourtu,77,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,414,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1091,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,50,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8037,Daoud Halifa,207,Darchari MIKIDACHE,196,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,91,Dini NASSUR,136,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1536,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3192,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1554,Hamadi Abdou,445,High Tech,822,Ibrahim Abdou Said,2,Idriss Mohamed Chanfi,414,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,149,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2466,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,459,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1601,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,191,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,422,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5520,Publication Article,1,Rafik Adili,45,SAID HALIFA,22,Said HILALI,66,Said Yassine S.A,168,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,815,SOILIHI Ahamada Mlatamou,49,Toufé Maecha,445,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1115,Tribune libre,4550,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Nouvel an : Message des vœux du Président du Conseil National de Transition aux Comores
Nouvel an : Message des vœux du Président du Conseil National de Transition aux Comores
Je demande à la justice de faire toute la lumière de cette...Nouvel an : Message des vœux du Président du Conseil National de Transition aux Comores
https://blogger.googleusercontent.com/img/a/AVvXsEh2zyVFEBbWSU8WVvmiuAMU0bdNscHhniUN5Ie6SC63P-vRRR7h6j9451sci7ToykgXrOu1lub5-IeK5lc4kMcK_OaqDjnEFPzUvEH3VqtchklETEra5sJ7rHGZWRc2EqjKF__XEGGDcVtdHPtK3oA0CEmfzQOTfMuHQ0Y3EprcMfS5FfEk9PY2-QRC=w320-h174
https://blogger.googleusercontent.com/img/a/AVvXsEh2zyVFEBbWSU8WVvmiuAMU0bdNscHhniUN5Ie6SC63P-vRRR7h6j9451sci7ToykgXrOu1lub5-IeK5lc4kMcK_OaqDjnEFPzUvEH3VqtchklETEra5sJ7rHGZWRc2EqjKF__XEGGDcVtdHPtK3oA0CEmfzQOTfMuHQ0Y3EprcMfS5FfEk9PY2-QRC=s72-w320-c-h174
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2022/01/nouvel-message-des-vux-du-president-du.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2022/01/nouvel-message-des-vux-du-president-du.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières