Tchad : l’ancien dictateur Hissène Habré est décédé

Tchad : l’ancien dictateur Hissène Habré est décédé. Condamné à la perpétuité pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’ex-président tchadi

Tchad : l’ancien dictateur Hissène Habré est décédé

NÉCROLOGIE. Condamné à la perpétuité pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’ex-président tchadien est mort ce mardi 24 août à Dakar, à 79 ans.

En exil au Sénégal depuis sa chute du pouvoir en 1990, Hissène Habré avait été jugé puis condamné pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité et condamné lors d’un procès sans précédent par les Chambres extraordinaires africaines (CAE), le 27 avril 2017. Depuis sa condamnation, il purgeait sa peine dans un établissement pénitentiaire du Cap Manuel, à la pointe de la presqu’île où est située la capitale sénégalaise. 

Son décès a été annoncé ce mardi 24 août par le ministère de la Justice du Sénégal, pays d’Afrique de l’Ouest dans lequel il a été condamné. L’épouse de l’ancien président a également confirmé sa mort aux médias sénégalais, dont plusieurs ont rapporté qu’il était décédé après avoir été infecté par le coronavirus.

Hissène Habré a été autorisé à sortir de prison pendant 60 jours en avril dernier à la demande de ses avocats et de sa famille, qui ont estimé qu’il était particulièrement vulnérable au coronavirus. Sa femme a pendant longtemps demandé aux autorités sénégalaises de le libérer pour des raisons de santé.

Retour sur la trajectoire d’un bourreau implacable, dont le procès a marqué un tournant pour l’Afrique.

L’ascension


« Combattant du désert », « homme des maquis », « chef de guerre » : les qualificatifs abondent pour exalter les qualités militaires de Hissène Habré du temps de sa conquête du pouvoir. Et pour cause, membre de l’ethnie pastorale touboue, né en 1942 à Faya-Largeau, dans le Nord, le parcours de Hissène Habré dans les années 1970 et 1980 s’inscrit dans l’histoire agitée du Tchad indépendant, dont il a été le troisième président.

Alors qu’il grandit dans le désert du Djourab, au milieu de bergers nomades, il est remarqué par ses maîtres. Devenu sous-préfet, il part étudier en France en 1963, à l’Institut des hautes études d’outre-mer. Il étudie ensuite le droit à Paris, y fréquente l’Institut d’études politiques et fait son éducation politique en dévorant Frantz Fanon, Ernesto « Che » Guevara, Raymond Aron.

De retour au Tchad en 1971, il rejoint le Front de libération nationale du Tchad (Frolinat), dont il prend la tête, avant de fonder avec un autre nordiste, Goukouni Weddeye, le conseil des Forces armées du Nord (Fan).

À partir de 1974, il se fait connaître à l’étranger en retenant en otage – durant trois ans – l’ethnologue française Françoise Claustre, obligeant la France à négocier avec la rébellion. Il sera ensuite Premier ministre du président Félix Malloum, avec qui il rompra, puis ministre de la Défense de Goukouni Weddeye, président du gouvernement d’union nationale créé en 1979.

Un tournant répressif


Nationaliste convaincu et farouchement opposé au dirigeant libyen de l’époque Mouammar Kadhafi, qui a les sympathies de Weddeye, il rompt peu après avec son ancien allié, déclenchant une guerre civile à N’Djamena, qu’il doit évacuer fin 1980. À partir de l’est du Tchad, où il a repris le maquis, il combat Goukouni Weddeye soutenu par Tripoli, pour rentrer victorieusement à N’Djamena en 1982. Son régime, soutenu face à Kadhafi par la France et les États-Unis, durera huit ans.

Cette période est marquée par une terrible répression. : les opposants – réels ou supposés – sont arrêtés par la Direction de la documentation et de la sécurité (DDS, police politique), torturés, souvent exécutés. Une commission d’enquête estimera à plus de 40 000 le nombre de personnes mortes en détention ou exécutées sous son règne, dont 4 000 identifiées nommément.

La chute et l’exil avant le procès historique


En décembre 1990, Habré quitte précipitamment N’Djamena, fuyant l’attaque éclair des rebelles d’Idriss Déby Itno, un de ses généraux qui a fait défection 18 mois plus tôt et a envahi le pays depuis le Soudan. Le président Déby, tué en avril 2021 par des rebelles venus de Libye, dirigera le Tchad d’une main de fer pendant 30 ans.

Chassé du pouvoir, Habré trouve refuge à Dakar pour un exil qui sera paisible pendant plus de vingt ans. Sur place, il troque treillis et casquette kaki pour un grand boubou et un calot blanc. Musulman pratiquant, il se fait apprécier de ses voisins, avec lesquels il prie lors des fêtes religieuses, se montre aussi discret que généreux, participant à la construction de mosquées ou au financement du club de foot…

En 2011, quand le président sénégalais Abdoulaye Wade, sous pression, crée la surprise en voulant l’expulser, des habitants du quartier de Ouakam manifestent leur soutien à Hissène Habré, en soulignant qu’il a une femme et des enfants sénégalais. Avec l’arrivée au pouvoir de Macky Sall, il est finalement arrêté le 30 juin 2013 à Dakar puis inculpé par un tribunal spécial créé en vertu d’un accord entre l’Union africaine et le Sénégal.

Son procès, le premier au monde dans lequel un ancien chef d’État est traduit devant une juridiction d’un autre pays pour violations présumées des droits de l’homme, s’ouvre le 20 juillet 2015. Le 30 mai 2016, il est condamné à la prison à perpétuité pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité, tortures et viols.

Parmi les premières réactions à l’annonce de son décès, celle des organisations de la société civile qui se sont battues aux côtés des victimes. « Je suis attristé par le décès annoncé d’Hissène Habré par le Covid. Depuis des mois, nous demandons que Habré soit vacciné » a réagi Reed Brody, défenseur des victimes et avocat pour l’ONG Human Rights Watch. Habré restera dans l’histoire comme l’un des dictateurs les plus impitoyables du monde, un homme qui a massacré son propre peuple pour s’emparer du pouvoir et s’y maintenir, qui a brûlé des villages entiers, envoyé des femmes servir d’esclaves sexuelles à ses troupes […]. »

En effet, depuis la tenue de ce procès historique pour l’Afrique, les victimes de l’ancien dictateur restaient toujours dans l’attente de recevoir un début d’indemnisation, beaucoup d’entre elles sont totalement indigentes et se sont battues pendant 25 ans pour qu’il soit jugé. Habré a refusé de commencer à leur payer les réparations de 82 milliards de francs CFA ordonnés par le tribunal. Cette somme correspondrait aujourd’hui à 125 millions d’euros.

Par Le Point Afrique

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,91,Abdou Ada Musbahou,88,Abdou Elwahab Msa Bacar,55,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,85,Abdourahamane Cheikh Ali,29,Aboubacar Ben SAID SALIM,42,Actualité Sportive,1849,Adinani Toahert Ahamada,30,Afrique,1494,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,189,Ali Moindjié,68,Anli Yachourtu,75,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,411,Biographie,1,Chacha Mohamed,45,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1017,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,48,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,7636,Daoud Halifa,198,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,130,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1462,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3112,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1530,Hamadi Abdou,443,High Tech,821,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,382,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,147,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2398,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,458,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1589,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,175,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,422,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5370,Publication Article,1,Rafik Adili,43,SAID HALIFA,22,Said HILALI,63,Said Yassine S.A,163,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,814,SOILIHI Ahamada Mlatamou,48,Toufé Maecha,444,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1056,Tribune libre,4495,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Tchad : l’ancien dictateur Hissène Habré est décédé
Tchad : l’ancien dictateur Hissène Habré est décédé
Tchad : l’ancien dictateur Hissène Habré est décédé. Condamné à la perpétuité pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, l’ex-président tchadi
https://1.bp.blogspot.com/-Iy3Ias5c3z0/YSTnEc-KWRI/AAAAAAAAMvM/1yQ1P1JBtfEgxSy_KY7ieApuZ9qRBUYWgCLcBGAsYHQ/w320-h139/hissene%2Bhabre.jpeg
https://1.bp.blogspot.com/-Iy3Ias5c3z0/YSTnEc-KWRI/AAAAAAAAMvM/1yQ1P1JBtfEgxSy_KY7ieApuZ9qRBUYWgCLcBGAsYHQ/s72-w320-c-h139/hissene%2Bhabre.jpeg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2021/08/tchad-lancien-dictateur-hissene-habre.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2021/08/tchad-lancien-dictateur-hissene-habre.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières