Un Mzungu à l’hôpital Elmarouf : ils se sont acharnés contre mon bébé...

Les Comores est un pays de mystères. Les politiques asphyxient et tuent les faibles à cœur joie. L’école comme l’hôpital agonisent et de...

Les Comores est un pays de mystères. Les politiques asphyxient et tuent les faibles à cœur joie. L’école comme l’hôpital agonisent et des vies périssent chaque jour sous silence.

Beaucoup de ne se rendent pas compte de l’état catastrophique que connaisse le système sanitaire du pays qui fait des dizaines et des centaine de victimes chaque jour. Nos parents comme nos sœurs sont sacrifiés dans des soi-disant centre médiaux dépourvus de moyens adéquats et des spécialistes.

Au pays si une femme est enceinte elle doit faire son testament avant de se rendre à l’hôpital car la chance d’y sortir vivante est très minime. J’ai eu la chance d’assister à l’accouchement de la femme d’un ami. C’est une épreuve redoutable, risquée dont beaucoup de ces jeunes mamans perdent leur vie.

Quand les contractions commençaient aux environs de 00H, on l’amenait en urgence au Centre Médical Militaire de Moroni. Un jeune homme nous accueillit et nous dirigea à l’accueil sauf qu’on nous renvoya à la maternité directement. Une jeune infirmière se réveilla de son sommeil et vint devant nous et dire : « je suis dessolé de ne pas pouvoir vous admettre dans notre service car nos chambres sont bondées.

Nous avons beaucoup de césarisées ces derniers temps du coup vaut mieux aller soit au CM Mboueni ou à El-maarouf. Une ambulance militaire nous transfert au CM Mboueni en urgence. L’infirmière de garde ausculte la future maman et dit : « Je ne peux pas prendre le risque de vous garder ici car en cas de complication, vous risquerez votre vie ou celle du bébé ». Vaut mieux aller à El-maarouf, sauf que l’ambulance du CM ne démarre pas car la batterie est défectueuse. « J’ai avertis à mon chef que la batterie de l’ambulance ne charge pas mais il a choisi de partir au lieu d’acheter une neuve ». 

Nous avons dû transférer la future maman à bord d’un taxi direction l’hôpital El-maarouf. A peine arrivée aux services des urgences, elle fut transférée au bloc opératoire pour être césarisée. Une demi heure plus tard, l’enfant et sa maman sont sortis d’affaire. Dans l’après-midi, ils sont transférés au service pédiatrique.

Dans l’après-midi la maman et son fils sont transférés dans une minuscule chambre privée équipée de deux petits lits encrassés.

Les murs sont entachés de mercurochrome, de pommade et une colonie d’araignées s’y invite au plafond . Sur les deux lits, deux mamans s’y sont allongées et leurs bébés enveloppés dans des draps sont allongés sur le carreau. Les lits des nouveaux nés sont parqués au fond d’un couloir pour laisser la place aux deux lits que chaque occupante doit louer et débourser 2000 Francs CFA soit 4 euros la journée. 

Le soir, j’ai croisé un Mzungu (un français) assis sur un banc. Attristé, il tient un téléphone et parle doucement par respect aux femmes malades. Curieux je lui demande ce qu’il fait dans ce boui-boui hôpital et il me dit : « je suis au chevet de ma femme qui a des soucis de santé depuis deux jours. Elle était au point d’accoucher mais nous avons perdu le bébé.

J’ai l’impression que les infirmières se sont acharnées contre mon bébé jusqu’à l’asphyxier puis le tuer. Le personnel de ce service tue sans vergogne ». Pour rester au chevet de sa femme, le Mzungu sort un morceau de tapis5(voire photo), l’allonge le long du couloir et se couche sans ôter ses bottes. Il surveille précieusement les objets de sa femme pour ne pas les perdre car dans cet hôpital des voleurs rodent dans les chambres et partent avec tout ce qui traînent : téléphone portable, thermos, draps, voire les médicaments pour aller les revendre.

 Le jour de l’Aïd, le nouveau né et sa maman devaient quitter l’hôpital et rentrer chez eux. Seulement le personnel du service hospitalisation de la maternité déserta son poste pour aller festoyer avec leur famille oubliant les patientes césarisées dans la peur et l’incertitude. C’était aux environs de 13h que la première infirmière reprend son poste. Le système sanitaire du pays est en crise pourrie. Quel sacré gâchis !

Peut-on dire que le Comorien est naturellement naïf, il croit à tous sauf à lui-même ? 

Soilihi Ahamada Mlatamou

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,86,Abdou Elwahab Msa Bacar,43,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,70,Abdourahamane Cheikh Ali,18,Aboubacar Ben SAID SALIM,39,Actualité Sportive,1703,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1462,AHMED Bourhane,237,Akram Said Mohamed,65,Ali Mmadi,183,Ali Moindjié,62,Anli Yachourtu,73,Assaf Mohamed Sahali,31,Ben Ali Combo,410,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,923,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,39,Cookies,1,Culture et Société,6793,Daoud Halifa,186,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,113,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1328,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3018,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,340,France,1483,Hamadi Abdou,440,High Tech,802,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,310,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,139,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,101,Mayotte,2274,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,456,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1565,Moudjahidi Abdoulbastoi,31,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,158,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,421,PERSONNALITÉS COMORIENNES,138,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5073,Publication Article,1,Rafik Adili,42,SAID HALIFA,22,Said HILALI,60,Said Yassine S.A,146,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,804,SOILIHI Ahamada Mlatamou,43,Toufé Maecha,444,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,996,Tribune libre,4014,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Un Mzungu à l’hôpital Elmarouf : ils se sont acharnés contre mon bébé...
Un Mzungu à l’hôpital Elmarouf : ils se sont acharnés contre mon bébé...
https://1.bp.blogspot.com/-FuyTk_gb4ZI/XuCQ3Lbj_0I/AAAAAAAAGJc/P9OIBfXzUgUjlyYyOFnNHnIv-jwGlWEowCLcBGAsYHQ/s320/mzungu%2Bhopital.jpg
https://1.bp.blogspot.com/-FuyTk_gb4ZI/XuCQ3Lbj_0I/AAAAAAAAGJc/P9OIBfXzUgUjlyYyOFnNHnIv-jwGlWEowCLcBGAsYHQ/s72-c/mzungu%2Bhopital.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2020/06/un-mzungu-lhopital-elmarouf-ils-se-sont.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2020/06/un-mzungu-lhopital-elmarouf-ils-se-sont.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières