La BFC impliquée dans un scandale aux ramifications internationales

Une occasion de comprendre en profondeur cette affaire aux ramifications internationale impliquant la Banque fédérale de commerce. No...

Une occasion de comprendre en profondeur cette affaire aux ramifications internationale impliquant la Banque fédérale de commerce.

Nous avions déjà abordé en octobre 2017 dans les colonnes du journal Al-watwan, sur la base de procès verbaux d'une enquête judiciaire ouverte à Moroni et des témoignages de quelques principaux protagonistes, une partie de cette affaire de blanchiment d'argent présumé à la Banque fédérale de commerce (Bfc) aux Comores.

Dans notre article de 2017 Amine Halawi, ex patron de la Banque fédérale de commerce tombé en disgrâce, avait tout déballé sur certaines « vérités » sur le véritable statut de l’institution bancaire .Des aveux qu’il livrera aux députés de la Commission d’enquête parlementaire sur le programme de citoyenneté économique. Il avouera aussi aux agents de la police judiciaire d’autres faits troublants (de blanchiment), mettant gravement en cause le président du conseil d’administration de la banque, le Sheikh Sabah Jaber Al Mubarak Al Sabah, « généreux » investisseur très courtisé à Moroni et surtout fils de l’actuel premier ministre du Koweït, Cheikh Jaber Al Moubarak Al Hamad Al Sabah. Eh oui, même « la fiction n’arrive pas à la cheville du réel». ©Kamardine Soulé

Jho Low a ouvert des comptes bancaires offshore aux Comores

Jho Low était devenu le visage public d'un fonds souverain malais crénelée connu sous le nom 1MDB, le financier a fait des amis en haut lieu. Il a dîné avec Leonardo di Caprio, a acheté des diamants pour le mannequin Miranda Kerr et a même financé la société de production cinématographique qui fabriquait le «Loup de Wall Street». Il a fait affaire avec Gulf Royal et des magnats de l'immobilier à Abu Dhabi. Les méthodes de haut vol de Low l'ont même mené à des accusations de complots criminels avec un rappeur américain et l'ont inculpé d'un acte d'accusation du ministère de la Justice pour blanchiment de milliards de dollars. Les procureurs ont déclaré que certains des accords commerciaux faisaient partie d'un vaste effort visant à blanchir des fonds publics détournés.

En cours de route, Low a trouvé un allié à Cheikh Sabah Jaber al-Moubarak al-Hamad al-Sabah, un membre bien connecté de la famille royale du Koweït.

Sabah, qui a 56 ans, est diplômé en administration des affaires de la California State University. Il gère plus de 30 sociétés d’une valeur d’environ 200 millions de dollars, selon Bloomberg . Au Koweït, il garde un profil relativement bas. Mais sur les îles Comores, un pays archipel de l'océan Indien, Sabah est un gros problème. Lorsqu'il se rend dans la capitale, Moroni, les journaux le mettent en couverture. Lorsqu'il promet des relations diplomatiques plus étroites et des investissements étrangers plus importants, les responsables comoriens se réjouissent. Bien qu'il ne soit pas impliqué dans la politique chez lui, il a été reçu - et agit - comme un envoyé diplomatique en raison de la situation de sa famille au Koweït. Lors d'un voyage dans les îles en décembre 2017, il a rencontré le président du pays et s'est engagé à renouveler son engagement à soutenir l'économie comorienne.

Sabah avait d'autres raisons de se rendre aux Comores cet hiver-là: la Banque Fédérale de Commerce, une petite banque commerciale qu'il présidait et qu'il possédait à part entière, lui donnait mal à la tête depuis près de deux ans.

Selon l’ancien directeur général de la banque, Amine Halawi, d'origine libanaise, Sabah a aidé Low et Tan Kim Loong - un collaborateur fréquent de Low's, également connu sous le nom d'Eric Tan ou "Fat Eric" - ouvrir des comptes offshore à la Banque Fédérale de Commerce de l'été 2016. Pour contourner les règles interdisant les activités des non-résidents, le cheikh a écrit une lettre à la Banque Fédérale de Commerce autorisant la transaction à occuper le poste de président du conseil d'administration de la banque. Halawi a transmis la demande à la Banque centrale des Comores, mais celle-ci n'a pas démenti le 15 août de la même année, bien après que les comptes aient été établis.

Sabah a donné ces ordres après Singapour, en Suisse, et les États-Unis ont commencé à enquêter sur le rôle de Low dans un prétendu scandale mondial de corruption, dans le cadre duquel l'ancien Premier ministre malaisien Najib Razak a été inculpé de trois chefs «d'abus de confiance» et d'un chef de «corruption». ”

Craignant que quelque chose n'allait pas et craignant qu'il ne soit pris dans un gâchis bien supérieur à son salaire, Halawi a insisté à plusieurs reprises pour que le cheikh assume l'entière responsabilité des problèmes de conformité liés à ces comptes. Mais lorsque les nouvelles des activités de Low ont finalement été diffusées, Sabah n'était pas celui qui répondait aux questions. C'est Halawi qui a été blâmé: en septembre 2017, il a été arrêté et inculpé de complicité de blanchiment d'argent. En octobre, il a été condamné à trois ans d'emprisonnement aux Comores et à une amende d'un million d'euros, soit 1,2 million de dollars. .

Halawi a interjeté appel de sa peine en 2018; l'amende a été levée et sa peine a été réduite à purger sa peine. Halawi a été libéré de prison, mais a été expulsé du pays immédiatement.

Maintenant homme libre dans son Liban natal, Halawi raconte sa version de l'histoire. Son récit est une fenêtre sur un petit mais important élément du scandale de la 1MDB qui illustre les efforts que l’ultra-uliste du monde va s’entraider et les routes désespérées que suivra l’argent brûlant quand il n’aura nulle part où se cacher.

Les transactions de Sabah aux Comores

Les transactions de Sabah aux Comores ont commencé au milieu des années 2000. À ce moment-là, les îles avaient appelé à des élections libres et ses habitants vivaient dans une relative stabilité. Le cheikh est arrivé sous l'aile de Bashar Kiwan, un homme d'affaires franco-syrien avec lequel il dirige Al Waseet International, une société d'édition et de médias. Avec son sens des affaires, son français parfait et son charisme aisé - ainsi que la bonne réputation du cheikh -, Kiwan a été en mesure de présenter au gouvernement comorien un plan ambitieux visant à transformer les îles en un nouveau Dubaï. Lui et ses associés ont proposé d’aménager un vieil hôtel; la construction de stations, de routes et d'infrastructures et commercialiser les îles auprès des touristes à l'étranger.

Avec la crédibilité de Sabah à ses côtés - Kiwan s'est engagé à lever des fonds par lui-même, mais il a également persuadé le législateur de vendre plus de 40 000 passeports comoriens au gouvernement des Émirats arabes unis. Les EAU ont utilisé les passeports pour documenter les résidents apatrides à qui ils ont à plusieurs reprises nié le droit à la citoyenneté émirienne . (Le Koweït, qui compte une importante population apatride, a envisagé un tel stratagème, mais malgré le soutien public de hauts responsables, les plans n'ont abouti à rien.)

Connu sous le nom de «programme de citoyenneté économique», l'accord devait rapporter 200 millions de dollars aux Comores, destinés en grande partie à donner à la société locale de Kiwan et Sabah, Comoro Gulf Holdings, des contrats de construction des infrastructures dont les îles ont encore désespérément besoin.

Kiwan a également ouvert une banque. Il a incorporé la Banque Fédérale de Commerce en 2006 et, en 2009, il avait obtenu une licence bancaire et avait capitalisé l’institution avec un peu moins de 10 millions d’euros transférés directement de divers comptes liés à Kiwan et Al Waseet International. Au fil des ans, Kiwan est devenu un exilé des Comores, mais il est resté au conseil d'administration de la banque jusqu'en 2016 et a été copié sur des échanges de courriers électroniques internes de haut niveau jusqu'en 2017. Al Waseet secrétaire a répondu aux questions de la banque au nom de Kiwan, qui à son tour a servi d’intermédiaire pour Sabah.

En cours de route, le rôle de Kiwan auprès de la banque a diminué et il n'a finalement plus été impliqué: selon les registres de propriété, en 2010, il avait été complètement désinvesti. Sabah avait pris le relais: le cheikh, qui en 2008 ne détenait que 25% de la Banque Fédérale de Commerce, en devenait le seul actionnaire.

MINE HALAWI A ATTERRI aux Comores en 2009, alors que les rêves d'avenir de Kiwan semblaient bien se réaliser. Halawi a d'abord travaillé à contrat pour la banque libanaise Al Mawarid en tant que consultant technique. «J'ai passé de bons moments aux Comores entre 2009 et 2010», a-t-il déclaré lors d'un récent appel téléphonique. «Le pays était calme, il n'y avait pas de politique à la banque et je suis allé plusieurs fois au Liban pour rendre visite à ma famille.» En 2010, Halawi a contracté le paludisme et est rentré chez lui pour y être soigné. Quand il s'est amélioré et qu'on lui a proposé un emploi à la Banque Fédérale de Commerce, il est rentré. "Ce n'est que lorsque j'étais employé à plein temps que j'ai commencé à voir les difficultés du travail aux Comores."

À son retour, Halawi a découvert que le principal obstacle était la politique. Moroni, la capitale comorienne, se sent comme une petite ville, alors les rumeurs se répandent comme dans un jeu de téléphone. Une fois que les grandes promesses de Kiwan concernant le régime de passeport se sont avérées vides, vers 2011, tout ce qu'il touchait - y compris la Banque Fédérale de Commerce - était perçu comme corrompu.

«De 2011 à 2012, les dirigeants étaient épuisés parce que tout était politisé», a rappelé Halawi, soulignant que les embauches, les licenciements et les prêts se sont compliqués en fonction de la loyauté politique, de la nationalité et de la richesse des personnes. Halawi a déclaré que le régime de passeport volé de Kiwan - et les allégations qui le sous-tendent - avaient laissé aux clients et aux politiciens une impression négative de la banque, et en particulier des Arabes travaillant dans ce pays.

Pourtant, Halawi a pris de l'avance. Au début de la trentaine, il était ambitieux, énergique et désireux de tirer le meilleur parti d'une occasion précieuse, bien que singulière, de diriger le spectacle. «Au Royaume-Uni, aux États-Unis et même au Liban, je n'aurais jamais pu occuper un poste aussi haut placé», a-t-il déclaré. Ses efforts ont porté ses fruits. En 2014, Sabah a promu Halawi au poste de directeur général, supervisant un petit groupe d'habitants et d'expatriés arabes. Il a également siégé au conseil d'administration de la banque. Sous la surveillance de Halawi, la banque a également commencé à octroyer des prêts à de simples Comoriens. Halawi loua une maison et adopta deux chiots de berger allemand, Arna et Pouji. Il a amené son frère du Liban pour travailler à la banque. «C'était ma maison et ma carrière. J'ai construit cette banque », a-t-il déclaré. «J'avais des projets d'expansion, ouvrant plus de branches."

"Ce n'était même pas ma banque," ajouta-t-il après une pause. "À quoi je pensais?"

D'après les souvenirs de Halawi, les choses ont commencé à devenir étranges en janvier 2016, lorsque le conseil d'administration de la banque s'est réuni pour sa réunion annuelle dans un hôtel huppé de Kuwait City, puis a tenu des réunions à huis clos sans lui.

Le 9 mars, le secrétaire d'Al Waseet, chargé de certaines questions bancaires, a envoyé un courrier électronique à Halawi et à d'autres membres du conseil les informant d'une visite importante dans les îles: une délégation comprenant Jho Low arriverait le lendemain à Moroni. Seet Li Lin, ancien camarade de la Wharton Business School de Low's et vice-président de la société de capital-investissement de Low à Hong Kong, accompagnerait une femme malaise nommée Jesselynn Chuan Teik Ying, journaliste du Wall Street Journal Bradley. Hope et Tom Wright identifient la petite amie de Low dans leur livre récent "Billion Dollar Whale". Majd Suleiman, ancien associé de Kiwan dont le père est un ancien chef des services de renseignement syriens, et Hamad Al Wazzan, banquier koweïtien, seraient également présents. à faible, est un autre ami de Wharton. Selon Hope et Wright, Low avait pris un semestre pour se rendre au Koweït avec Al Wazzan, qui "organisait des réunions avec des hommes d'affaires et des membres royaux mineurs".

Le groupe devait quitter le Koweït à 3 heures du matin à bord d'un jet privé de Sabah et arriver aux Comores vers 9 heures du matin, selon des informations par courriel. Ils se rendaient à la banque centrale des Comores avant de repartir quelques heures plus tard. La secrétaire de Kiwan a indiqué qu'ils devraient recevoir un «traitement VIP» en raison de leurs relations avec le cheikh. Elle a joint des copies scannées de leurs passeports et a précisé qu'ils arriveraient sur le vol N689WM.

Ce vol n'a jamais décollé. Mais ça n'avait pas d'importance. En été, Sabah a demandé à Halawi d'ouvrir des comptes pour lui-même, son fils Low et Tan Kim Loong. LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE (Anglais)

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,313,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,66,Abdou Elwahab Msa Bacar,38,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,58,Abdourahamane Cheikh Ali,15,Aboubacar Ben SAID SALIM,39,Actualité Sportive,1645,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1431,AHMED Bourhane,237,Akram Said Mohamed,65,Ali Mmadi,172,Ali Moindjié,57,Anli Yachourtu,71,Assaf Mohamed Sahali,30,Ben Ali Combo,407,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,797,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,28,Cookies,1,Culture et Société,6069,Daoud Halifa,183,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,101,Djounaid Djoubeir,82,Economie et Finance,1203,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Est africain - Océan Indien,2900,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,339,France,1432,Hadji Anouar,15,Hakim Mmadi Malik,40,HALIDI IBRAHIM Farid,27,Hamadi Abdou,440,High Tech,793,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,270,IMAM Abdillah,17,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,131,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,96,Mayotte,2129,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,439,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,28,Monde,1518,Moudjahidi Abdoulbastoi,30,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,499,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,152,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,421,PERSONNALITÉS COMORIENNES,136,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4838,Publication Article,1,Rafik Adili,40,SAID HALIFA,22,Said HILALI,58,Said Yassine S.A,129,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,772,SOILIHI Ahamada Mlatamou,40,Toufé Maecha,435,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,929,Tribune libre,3019,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: La BFC impliquée dans un scandale aux ramifications internationales
La BFC impliquée dans un scandale aux ramifications internationales
https://1.bp.blogspot.com/-iPd4uf5ZVaE/WeH-ls1pHjI/AAAAAAACUoY/kvex9t-QNM0jrXCMvE7NcYO4PJoTzEI7QCPcBGAYYCw/s320/BFC-2.jpg
https://1.bp.blogspot.com/-iPd4uf5ZVaE/WeH-ls1pHjI/AAAAAAACUoY/kvex9t-QNM0jrXCMvE7NcYO4PJoTzEI7QCPcBGAYYCw/s72-c/BFC-2.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2019/10/la-bfc-impliquee-dans-un-scandale-aux.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2019/10/la-bfc-impliquee-dans-un-scandale-aux.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATEGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aao Sep Oct Nov Dec juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier.