«Tout un système me déshumanise, en me privant jusqu’à la liberté de pouvoir faire mes besoins en toute dignité...»

Qu’avez-vous à dire pour votre défense ? Présumé coupable, présumé innocent, coupable ou innocent, que sais-je, je me retrouve aujour...

Qu’avez-vous à dire pour votre défense ?

Présumé coupable, présumé innocent, coupable ou innocent, que sais-je, je me retrouve aujourd’hui emprisonné, incarcéré, pourtant je n’ai pas été jugé.

Plusieurs mois d’enfermement, de privation de ma liberté d’Homme, je survis dans la crasse la plus abjecte, privé de sommeil et de repos, ma seule marge de mouvement restant entre les mains de mes geôliers.

Je suis dans la fosse commune des morts-vivants où ne me reste que la faculté de respirer… Respirer les senteurs nauséabondes des urines, des excréments et des corps humains en manque d’hygiène, qui m’étouffent par intermittence, tel un noyé asthmatique au bord de l’évanouissement.

Mon Dieu ! Que m’évanouirais-je et partir au loin ! Partir là-bas, au loin, pour échapper à ces supplices inhumains, mon statut d’Homme évaporé dans la nature ; les chats, les chiens, les bœufs, les cabris et les vaches, étant mieux traités que moi.

De ma sombre cellule où je ne peux même pas m’allonger ni me mettre debout, infestée de rats, de moustiques et de puanteurs, je ne clame, ni ma culpabilité ni mon innocence, celles-ci revenant désormais à la justice de mon pays qui m’a ici séquestré.

Je clame mon humanité, dans ce long tunnel où chaque seconde, chaque minute, chaque heure, chaque jour et chaque semaine qui passent, tout un système me déshumanise, en me privant jusqu’à la liberté de pouvoir faire mes besoins en toute dignité et selon mes envies.

Quand bien même j’ai été jugé coupable par la justice humaine, ce qui n’est pas encore le cas, et quelque soit la nature du délit, fut-il criminel, j’ai le droit à un traitement humain à moins que mon « inhumanité » fasse partie des charges retenues contre moi, Fait qui ne m’a pas été signifié jusqu’à présent.

Ma vie qui part en lambeaux effilochés, s’égrène dans ces bas-fonds de l’innommable, dans ces égouts morbides de mon pays tant aimé, devenu au fil du temps, de nos démissions, de nos bassesses et lâchetés, le bagne des hommes et des femmes libres.

Dans ce monde immonde où on m’a enfermé, j’y apprends ce que sont le calvaire, la détresse, l’inhumanité du pays qui est le mien, où tout le monde pourtant, prie, jeûne ; un pays où des milliers de personnes se rendent au pèlerinage de la Mecque chaque année ; un pays où moi, Matricule X, fais mes besoins, la nuit tombée, dans un sachet où un seau en plastic et dans une bouteille avec laquelle j’ai étanché ma soif le jour !

Une folle envie de gerber me remue les entrailles, je n’ai que le sol nu et crasseux pour me soulager. Et bien, allons-y ; mon vomi nourrira les rats et autres petites bêtes qui partagent mon lieu de détention. Au moins, ont-ils, eux, la chance de pouvoir [next] aller et venir, à travers ces multiples trous qui parsèment les murs de ma cellule, pour chier en toute discrétion dans les mille et un labyrinthes de nos infâmes prisons.

Non, cœur de pierre ! Je ne pleurniche pas et ne demande ni pitié ni compassion. D’ailleurs, tu ne connais ni l’un ni l’autre. Le beau ou le laid, le bon ou le mauvais, ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, te sont étrangers. Rien ne t’émeut. Tu n’as aucune sensibilité. Tu as perdu le sens de tes sens !

Or, dans les temps qui courent, qu’on se le dise, la prison n’est plus le monopole des petites gens et du bas peuple ! 

Ceux qui, il n’y a pas si longtemps, faisaient souffler le chaud et le froid, sont aujourd’hui mes compagnons de galère. 

Pour moi, Matricule X, j’ai perdu la notion du temps. Celui-ci m’enveloppe dans son sale et lugubre linceul d’araignées et j’ignore vers où m’achemine-t-il, dans sa course effrénée qui se consume au compte-goutte, infini sablier d’un temps suspendu et déshumanisé.

Sur une chaise roulante, debout ou les pieds devant, je sortirai un jour de ce trou et je te chérirai toujours, jusqu’à ma tombe, oh mon pays-mouroir qui a vendu son âme au diable.

Matricule X

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,322,Abdillah Saandi Kemba,89,Abdou Ada Musbahou,55,Abdou Elwahab Msa Bacar,32,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,45,Abdourahamane Cheikh Ali,13,Aboubacar Ben SAID SALIM,38,Actualité Sportive,1510,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1398,AHMED Bourhane,230,Akram Said Mohamed,55,Ali Mmadi,161,Ali Moindjié,48,Anli Yachourtu,56,Assaf Mohamed Sahali,28,Ben Ali Combo,379,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,660,Comores Développement,88,ComoresDroit,387,COMORESplus,65,Cookies,1,Culture et Société,5164,Daoud Halifa,140,Darchari MIKIDACHE,193,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,84,Djounaid Djoubeir,75,Economie et Finance,1020,Élections 2016,370,Est africain - Océan Indien,2766,EVENEMENTS,49,Farid Mnebhi,339,France,1382,Hadji Anouar,13,Hakim Mmadi Malik,34,Hamadi Abdou,422,High Tech,783,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,226,IMAM Abdillah,16,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,102,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,77,Mayotte,1987,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,412,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,96,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,26,Monde,1503,Moudjahidi Abdoulbastoi,29,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,464,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,139,Omar Ibn Abdillah,14,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,25,People,420,PERSONNALITÉS COMORIENNES,130,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4175,Publication Article,1,Rafik Adili,34,SAID HALIFA,20,Said HILALI,52,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,47,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,764,SOILIHI Ahamada Mlatamou,34,Toufé Maecha,406,Toyb Ahmed,233,Transport Aérien,882,Tribune libre,2586,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,64,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: «Tout un système me déshumanise, en me privant jusqu’à la liberté de pouvoir faire mes besoins en toute dignité...»
«Tout un système me déshumanise, en me privant jusqu’à la liberté de pouvoir faire mes besoins en toute dignité...»
https://4.bp.blogspot.com/-qk_jNUUS45E/W7xdATYDT_I/AAAAAAACsag/Qy-MpugWq94pozm9S_sTWs78ksdMOTV7ACLcBGAs/s320/sast.jpg
https://4.bp.blogspot.com/-qk_jNUUS45E/W7xdATYDT_I/AAAAAAACsag/Qy-MpugWq94pozm9S_sTWs78ksdMOTV7ACLcBGAs/s72-c/sast.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2018/10/tout-un-systeme-me-deshumanise-en-me.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2018/10/tout-un-systeme-me-deshumanise-en-me.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé correspondant à votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow Partagez cet article et Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour lire la suite ÉTAPE1: Partager. ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour déverrouiller Copier tout le code Sélectionner tout le code Tout le code a été copié dans votre presse-papier Can not copy the codes / texts, please press [CTRL]+[C] (or CMD+C with Mac) to copy