Mayotte: quand chacun s’emploie depuis des années à souffler sur les braises…

Alors que, dans cette petite île de l’archipel des Comores, la tension augmentait d’année en année, rien d’étonnant à ce que le climat s’éc...

Alors que, dans cette petite île de l’archipel des Comores, la tension augmentait d’année en année, rien d’étonnant à ce que le climat s’échauffe et que la violence monte entre les Mahorais et les autres. En réponse, les fantasmes sont commodes pour gouverner !
Photo d'archives

Alors que, dans une petite île de l’archipel des Comores, la tension augmentait d’année en année...

Alors que, parmi les 250 000 habitants de ce département les uns sont français mais beaucoup plus pauvres que ceux qui vivent en métropole, tandis que les autres, qualifiés d’étrangers, sont pour la plupart originaires des îles du même archipel où la pauvreté est bien pire [1]...

Alors que le fossé économique et institutionnel entre les uns et les autres se creuse d’année en année.

Alors que, régulièrement, parlementaires et gouvernements ne parlent que de la « pression migratoire » exercée sur l’île afin de renforcer les moyens et les effectifs des forces de police et de justifier le non-droit omniprésent. Rien d’étonnant à ce que le climat s’échauffe et que la violence monte entre les Mahorais et les autres.

Des Mahorais ont commencé en 2016 à exclure de leurs villages les personnes d’origine comorienne avec l’appui de leur maire et devant des « forces de l’ordre » passives.

Des mairies refusent d’inscrire des enfants en raison de l’origine de leurs parents et un juge se permet de valider cette pratique [2].

Début mars 2018, pour tenter de mettre fin aux barrages violents mis en place par des collectifs de Mahorais, le gouvernement ne trouve rien d’autre que les vieilles recettes : l’image apocalyptique d’une invasion de la maternité de Mayotte par des mères comoriennes accouchant d’enfants qui deviendraient français dès leur naissance.

Les fantasmes sont commodes pour gouverner ! Pourtant, naître sur le sol français n’a jamais permis d’acquérir immédiatement la nationalité française [3]. Le gouvernement imagine même de donner à cette maternité un statut extraterritorial qui en ferait un « centre de tri » : ne seraient réputés nés à Mayotte que les bébés dont l’un des parents est français... Peu importe les aberrations juridiques, la violation de la Constitution, il s’agit d’innover et de faire de cette maternité une exception en matière d’accès à la nationalité [4].

Puis, dans l’espoir de calmer la colère des manifestants mahorais, le 13 mars dernier, la ministre des Outre-mer prenait douze engagements au nom du gouvernement dont sept sur la "lutte contre l’immigration clandestine" désignant, une fois de plus, l’étranger comme responsable de tous les maux. Une course effrénée aux chiffres est lancée. Des camions de gendarmerie sont postés un peu partout sur l’île. Des bus scolaires sont réquisitionnés et affrétés pour transporter les personnes interpellées. Comme toujours à Mayotte mais plus encore actuellement, des procédures expéditives et bâclées ; toujours plus de mineurs isolés fabriqués par l’éloignement de leurs parents. Résultat : 450 interpellations en quatre jours… Dans le lot, de nombreuses personnes pourtant légalement protégées contre une mesure d’éloignement (parent d’enfant français, jeune arrivé à Mayotte l’âge de 13 ans, titulaire de récépissés, etc.).

Qu’importe si cette politique aveugle renforce l’inimitié entre les Mahorais et leurs voisins largement responsable de l’insécurité croissante sur l’île de Mayotte : à court terme, le gouvernement y voit un moyen de favoriser de futures négociations avec les Mahorais.

Depuis que les responsables politiques attisent les peurs des uns et des autres en préférant les fantasmes et les expulsions à une vraie réflexion sur l’avenir de l’archipel, les dangers vont grandissant.

La chasse à l’homme organisée dimanche par des habitants du nord de Mayotte [5], pour livrer des personnes étrangères à la police n’est pas le seul signal d’alarme…

20 mars 2018

Signataires :
Avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE)
Groupe d’information et des soutien des immigré⋅e⋅s (Gisti)
Syndicat des avocats de France (SAF)

[1] PIB par habitant estimé en 2014 : 557€ aux Comores, 8 603€ à Mayotte, 32 736€ en métropole, Observatoire de l’Outre-mer, novembre 2017
[3] Voir deux décodages du collectif migrants outre-mer : « Fantasmes autour d’une invasion de bébés à Mayotte » (12 mars 2018) et « Rumeurs sur le droit du sol » (18 mars 2018)
20 MARS 2018 
BLOG : LE BLOG DE ASSOCIATION GISTI
Nom

A la Une,322,Abdillah Saandi Kemba,89,Abdou Ada Musbahou,55,Abdou Elwahab Msa Bacar,32,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,45,Abdourahamane Cheikh Ali,13,Aboubacar Ben SAID SALIM,38,Actualité Sportive,1510,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1398,AHMED Bourhane,229,Akram Said Mohamed,55,Ali Mmadi,161,Ali Moindjié,48,Anli Yachourtu,56,Assaf Mohamed Sahali,28,Ben Ali Combo,379,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,658,Comores Développement,88,ComoresDroit,386,COMORESplus,65,Cookies,1,Culture et Société,5137,Daoud Halifa,139,Darchari MIKIDACHE,193,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,84,Djounaid Djoubeir,75,Economie et Finance,1019,Élections 2016,370,Est africain - Océan Indien,2764,EVENEMENTS,49,Farid Mnebhi,339,France,1381,Hadji Anouar,13,Hakim Mmadi Malik,34,Hamadi Abdou,421,High Tech,783,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,225,IMAM Abdillah,16,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,101,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,76,Mayotte,1984,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,412,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,96,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,26,Monde,1502,Moudjahidi Abdoulbastoi,29,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,464,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,139,Omar Ibn Abdillah,14,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,25,People,420,PERSONNALITÉS COMORIENNES,130,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4147,Publication Article,1,Rafik Adili,34,SAID HALIFA,20,Said HILALI,52,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,46,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,764,SOILIHI Ahamada Mlatamou,34,Toufé Maecha,405,Toyb Ahmed,232,Transport Aérien,882,Tribune libre,2575,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,64,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Mayotte: quand chacun s’emploie depuis des années à souffler sur les braises…
Mayotte: quand chacun s’emploie depuis des années à souffler sur les braises…
https://4.bp.blogspot.com/-4pnxguT3AaM/WjYpaN0wEUI/AAAAAAACZas/Mst1KTRsyOUbOw2aNPM1dWYixEydcOy_QCLcBGAs/s320/Mixte%2Bcomores.jpg
https://4.bp.blogspot.com/-4pnxguT3AaM/WjYpaN0wEUI/AAAAAAACZas/Mst1KTRsyOUbOw2aNPM1dWYixEydcOy_QCLcBGAs/s72-c/Mixte%2Bcomores.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2018/03/mayotte-quand-chacun-semploie-depuis.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2018/03/mayotte-quand-chacun-semploie-depuis.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé correspondant à votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow Partagez cet article et Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour lire la suite ÉTAPE1: Partager. ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour déverrouiller Copier tout le code Sélectionner tout le code Tout le code a été copié dans votre presse-papier Can not copy the codes / texts, please press [CTRL]+[C] (or CMD+C with Mac) to copy