Et si Abdou Bakari Boina voulait se protéger de la pathétique apathie de l'Etat comorien?

Abdou Bakari Boina est mort. Il est mort dans la plus grande indifférence. Indifférence au niveau de cet Etat pour lequel il s’est tant bat...

Abdou Bakari Boina est mort. Il est mort dans la plus grande indifférence. Indifférence au niveau de cet Etat pour lequel il s’est tant battu. Il est mort, et c’est triste. Rares sont les morts qui sont gaies. Sa disparition est d’autant plus triste que l’homme a toute sa vie, lutté contre l’injustice sociale. Cet homme, qui enfant, a dû envoyer un courrier à l’autorité coloniale, en y précisant son statut d’enfant indigent, pour pouvoir poursuivre ses études. Cela fait mal et cela nous indique à quel point nous venons de loin. De ce long chemin parcouru, pour que tous les enfants de la république puissent aller à l’école, fils de « quelqu’un » ou illustre inconnu. 

Mais sa mort est d’autant plus triste, que malgré ses combats, malgré le combat de tous qu’il a si bien mené, il est mort, pas dans l’indigence, non. Les hommes et femmes comme lui ne sont jamais « indigents ». Ce qui est triste, c’est qu’il soit mort dans la plus insolente, la plus grossière indifférence de la part cette république, pour laquelle il a tant sacrifié.

Sa mort est d’autant plus triste, qu’aujourd’hui les langues se délient. Au delà des périodes passées en prison sous Ahmed Abdallah Abderemane ou Djohar, au-delà du retrait de son passeport diplomatique, au-delà de sa mise à l’écart, au-delà la mise à l’écart de ce grand homme. Au-delà des turpitudes des politiciens comoriens, comment pouvait-on célébrer un 6 juillet, sans que lui, Mdrehuri, sans que lui, le Combattant, sans que ce guerrier de Lumière, lui qui jusqu’au bout s’est battu pour un idéal, un idéal qui s’appelle aujourd’hui Etat comorien, comment pouvait-on célébrer la plus symbolique de nos fêtes nationales, sans penser à lui envoyer une invitation pour qu’il y prenne part.

Ce pays n’est pas maudit, je refuse de l’écrire. Ce pays n’est pas maudit, il faut sans doute le répéter plusieurs fois. Ce pays a porté des hommes et des femmes d’une valeur inestimable, tellement inestimable que des hommes et des femmes de piètres valeurs, de piètres convictions, des lâches qui se malheureusement retrouvés au sommet de l’Etat par une ignominie, un détournement dont seule l’Histoire a le secret, n’ont pas pu, n’ont pas su rendre grâce aux meilleurs d’entre nous, de leur vivant. Et souvent même au-delà.

On voulait lui remettre une médaille dit-on. Pour services rendus à la Nation comorienne. Comme un pauvre quidam, au lieu d’un courrier, on lui envoie un émissaire pour le lui dire, « oralement ». Il refuse, il demande une missive, officielle. Le courrier lui parvient. Et là, blasphème, hérésie. Le courrier est adressé à Aboubacar Boina. Les bras m’en tombent. Abdou Bakari ne s’étouffera pas. Il répondra que Aboubacar Boina travaille au Cndrs et que ce n’était pas lui. De décoration, il n’y en aura pas. Fin de l’histoire. Pas la sienne et sûrement pas la nôtre.

Ne nous étonnons guère si aucune rue de ce pays ne porte son nom. Si aucun manuel ne parle de son combat. Si aucune pièce de monnaie, si aucun billet de banque n’est à son effigie.

Ne nous étonnons pas. Le meilleur est à venir. Et ce sera, sans ceux qui sont au sommet aujourd’hui comme hier, qui sont ou étaient au sommet par des chemins détournés.

Et en tête cette phrase, de lui. De Mdrehuri. Répétée inlassablement à ses visiteurs, et à ses enfants. Il ne voulait pas de coups de canon, le jour de sa mort. Le débat fait rage. Devait-on respecter la volonté de cet homme qui ne fut pas seulement, un homme ? L’Etat n’aurait-il pas dû organiser des funérailles nationales pour Abdou Bakari Boina, quoi qu’il ait pu dire, écrire, déclarer au sujet de sa mort ? L’Etat aurait-il dû décréter une journée de deuil?

Et si Abdou Bakari Boina, voulait se protéger ? D’une énième déception, post-mortem cette fois. Et s’il savait ? Que cet Etat qui n’a jamais su l’honorer de son vivant, aurait poursuivi sa pathétique apathie, le jour de sa mort. C’est peut-être pour cela, qu’il a dit qu’il ne voulait rien. Je dis peut-être, parce qu’au fond, je n’en sais rien.

Triste république. C’est quand même plus facile d’écrire sur lui. Ca sort de nos tripes. Je n’ose même pas imaginer quand il faudra écrire, le jour de leur mort, sur nos prétendues autorités. Quel exercice compliqué ce sera…Par Faïza Soulé Youssouf
Nom

A la Une,322,Abdillah Saandi Kemba,89,Abdou Ada Musbahou,55,Abdou Elwahab Msa Bacar,32,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,45,Abdourahamane Cheikh Ali,13,Aboubacar Ben SAID SALIM,38,Actualité Sportive,1510,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1398,AHMED Bourhane,230,Akram Said Mohamed,55,Ali Mmadi,161,Ali Moindjié,48,Anli Yachourtu,56,Assaf Mohamed Sahali,28,Ben Ali Combo,379,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,660,Comores Développement,88,ComoresDroit,387,COMORESplus,65,Cookies,1,Culture et Société,5167,Daoud Halifa,140,Darchari MIKIDACHE,193,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,84,Djounaid Djoubeir,75,Economie et Finance,1020,Élections 2016,370,Est africain - Océan Indien,2767,EVENEMENTS,49,Farid Mnebhi,339,France,1382,Hadji Anouar,13,Hakim Mmadi Malik,34,Hamadi Abdou,422,High Tech,783,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,226,IMAM Abdillah,16,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,102,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,77,Mayotte,1987,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,412,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,96,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,26,Monde,1503,Moudjahidi Abdoulbastoi,29,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,464,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,139,Omar Ibn Abdillah,14,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,25,People,420,PERSONNALITÉS COMORIENNES,130,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4182,Publication Article,1,Rafik Adili,34,SAID HALIFA,20,Said HILALI,52,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,47,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,764,SOILIHI Ahamada Mlatamou,34,Toufé Maecha,406,Toyb Ahmed,233,Transport Aérien,882,Tribune libre,2588,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,64,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Et si Abdou Bakari Boina voulait se protéger de la pathétique apathie de l'Etat comorien?
Et si Abdou Bakari Boina voulait se protéger de la pathétique apathie de l'Etat comorien?
https://3.bp.blogspot.com/-MRti81j_EuE/WquXFUF3UaI/AAAAAAACf-U/MSaYCPXVqycvTJV8MqEpoIEe2GOKOyc_wCLcBGAs/s320/abou.jpg
https://3.bp.blogspot.com/-MRti81j_EuE/WquXFUF3UaI/AAAAAAACf-U/MSaYCPXVqycvTJV8MqEpoIEe2GOKOyc_wCLcBGAs/s72-c/abou.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2018/03/et-si-abdou-bakari-boina-voulait-se.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2018/03/et-si-abdou-bakari-boina-voulait-se.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé correspondant à votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow Partagez cet article et Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour lire la suite ÉTAPE1: Partager. ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour déverrouiller Copier tout le code Sélectionner tout le code Tout le code a été copié dans votre presse-papier Can not copy the codes / texts, please press [CTRL]+[C] (or CMD+C with Mac) to copy