Quand le putschiste multirécidiviste et ses hommes réécrivent l’Histoire

PARTAGER:

Azali Assoumani, du putschisme au révisionnisme et au négationnisme « Il ne faut pas confondre l’Histoire avec les histoires ». Le mot,...

Azali Assoumani, du putschisme au révisionnisme et au négationnisme

«Il ne faut pas confondre l’Histoire avec les histoires». Le mot, juste et truculent est du grand Théodore Monod (1902-2000), le savant français. Or, justement, Azali Assoumani et ses hommes confondent l’Histoire et les histoires sans queue, ni tête. On le note avec ahurissement à la lecture du «Communiqué de presse: Riposte du comité de soutien à Azali Assoumani» publié lundi 12 mai 2014 avec une forte dose de mauvaise foi, de duplicité et de «foutage de gueules». Or, les chantres de la bonne parole osent prétendre qu’après les «noms d’oiseaux et les anathèmes», «il nous paraît nécessaire de restituer les faits dans leur vérité historique». Les menteurs! Les affabulateurs! Les mythomanes! Où vont-ils chercher leurs mensonges?
  
En dépit de ce que la Planète entière sait du parcours du Colonel Azali Assoumani, ces gens-là osent déclarer crânement qu’«en 1995, Azali Assoumani n’était pas chef d’état-major. C’était plutôt le colonel Moilim Djoussouf. Azali Assoumani était sous ses ordres». Ils osent prétendre qu’Azali Assoumani ne s’était pas du tout caché dans les locaux de l’Ambassade de France aux Comores, mais qu’«Azali Assoumani est allé demander un renfort extérieur. Face à la menace des hommes de Dominique Malacrino et de Bob Denard qui commençaient à abattre quelques militaires et à tuer un Conseiller du Président, Azali Assoumani s’est rendu à l’Ambassade sous l’autorité du Directeur de Cabinet chargé de la Défense Monsieur Oucacha et du Premier ministre Caabi Elyachourtu pour demander un renfort afin de contraindre les bandes de mercenaires à ne pas tirer sur le peuple».
    
Admettons que tous les Comoriens soient des menteurs et des tarés qui ne connaissaient même pas le nom du chef d’état-major de leurs Forces Armées comoriennes (FAC) en 1995. Or, Jean-Claude Sanchez, lui, n’est pas Comorien, mais un des compagnons de Robert «Bob» Denard lors du putsch du 28 septembre 1995. Voici le passage de son livre qu’il consacre au Colonel Azali Assoumani, sur ce qu’il avait fait avant sa fuite vers l’Ambassade de France: «Le lieutenant Éric I. avait été averti de la situation vers 5 heures 30 déjà. Il s’était immédiatement rendu chez le colonel Kister, conseiller en sécurité du président Djohar, où il trouva le colonel Azali qui était venu s’y réfugier après s’être enfui de chez lui en slip.[…]. Le colonel Azali avait disparu, enfui une nouvelle fois en sautant d’une fenêtre pour aller se cacher toute la journée chez un coopérant. Quel courage!»: Jean-Claude Sanchez: La dernière épopée de Bob Denard. Septembre 1995, Éditions Pygmalion, Paris, 2010, p. 131.
    
Pourquoi donc feu le Premier ministre Abbas Djoussouf s’acharnait-il à accuser Azali Assoumani, en tant que chef d’état-major, d’avoir refusé de sécuriser les rues de Moroni? Pis, pourquoi le Prince Saïd-Ali Kemal avait-il dit que dans un pays normal sur le plan institutionnel, Azali Assoumani aurait-il risqué la Cour martiale? Et surtout, pourquoi depuis cette affaire de «fuite en slip pour aller se cacher sous les tables de l’Ambassade de France aux Comores» (le mot est de Kamal Abdallah, qui a beaucoup de choses à dire sur le sujet), Azali Assoumani n’a jamais dit qu’il n’était pas chef d’état-major des FAC et qu’il ne s’était pas caché? Pourquoi a-t-il fallu attendre tout ce temps avant de dire un mot sur le sujet? Et puis, pourquoi Azali Assoumani devait-il aller chercher des renforts à l’Ambassade de France alors que ce sont des soldats français qui montaient la garde devant la Présidence quand les mercenaires allaient chasser Saïd Mohamed Djohar du pouvoir, des soldats français qui ont ouvert les grilles de la Présidence à ces mêmes mercenaires, l’un d’entre eux allant jusqu’à donner l’accolade à un mercenaire, qu’il connaissait déjà? En plus, Azali Assoumani et ses hommes font l’impasse sur ces mots d’un soldat français aux mercenaires: «Nous travaillons pour le même patron, mais vous sans filet. Alors, vous payerez...»: Paul Guéret: Affaire des Comores. Les secrets d’un coup tordu, Le Point n°1216, Paris, 6 janvier 1996, p. 33.
    
On a envie de gifler Azali Assoumani et ses hommes quand ils osent prétendre qu’«en allant à la chancellerie française pour solliciter à la Défense française d’user d’une pression sur les mercenaires, il a rejeté l’inaction et fait le choix du courage. Sa stratégie a été payante. Parce que le pays en est sorti indemne. À l’heure où certains se complaisent dans des postures d’incantation et de démagogie, oubliant parfois l’exigence professionnelle et éthique au profit de leurs petits intérêts, Azali Assoumani a choisi le parti pris de la préservation du grand intérêt national». Là, on parle d’Azali Assoumani, le plus grand poltron de l’Armée comorienne de tous les temps. Il est vrai qu’en matière de propagande, les gens se croient toujours obligés d’en rajouter et de sucrer les fraises. Mais, là, il est certain qu’Azali Assoumani ne se rend pas service. Il accentue la détestation viscérale et le mépris que lui vouent les Comoriens. On le verra lors de l’élection présidentielle de 2016…
    
Et voilà Azali Assoumani et ses hommes qui reviennent à la charge, avec des mensonges gros comme un gratte-ciel de Dubaï: «Fin stratège, proche de son peuple, Azali Assoumani n’a jamais préféré une option qui pourrait nuire à la sécurité de son peuple. C’est ce qu’il a fait en 2006 en proposant à sa famille politique de ne pas se présenter pour préserver le grand intérêt national fondé sur la recherche de l’équilibre politique dont le noyau est cette démocratie consensuelle». Quoi? Est-ce qu’on veut nous faire oublier qu’Azali Assoumani ne pouvait compter sur son Vice-président anjouanais, le demi-sel répondant au nom de Caambi Elyachouroutu, empêtré dans ses petits «calculs de rat», qui savait que l’impopularité d’Azali Assoumani allait lui être mortelle et qui, au lieu de faire un usage intelligent de l’argent arrivé dans ses caisses par des filières africaines, a attendu le 2ème tour pour financer sa campagne alors que dans sa stratégie électorale de péteux, il allait être éliminé piteusement au premier tour? Dès lors, Azali Assoumani s’était accroché à une coquille vide appelée Ibrahim Halidi. Aujourd’hui, les menteurs veulent nous faire croire qu’il n’avait pas de candidat?
    
L’envie de gifler Azali Assoumani et ses hommes revient quand on lit le passage suivant: «Dans son discours du 3 mai, l’ex-Président de l’Union des Comores a appelé à l’unité et au consensus en opposition de l’esprit corporatiste. Un Président lucide sur l’état de la crise ne désarme pas devant les porteurs de discours de haine. Personne ne peut l’empêcher de poursuivre et d’agir sans relâches pour redonner à nos concitoyens la fierté d’être Comorien en stimulant le génie créatif des Comoriens et de sa diaspora. Notre jeunesse ne se laissera pas leurrer par des propos inopportuns et démagogiques, car elle se rend compte de sa chance d’avoir comme leader un homme qui les aime, qui les protège et qui sait décider pour l’avenir de générations futures. Nous appelons à nos concitoyens de rejoindre le Comité de soutien à Azali Assoumani pour les Comores unies et fortes au service du développement».
    
À titre personnel, je suis prêt à devenir membre du Comité, mais à condition qu’on me dise ce qu’Azali Assoumani a fait de merveilleux en 1999-2006 aux Comores pour ne choisir que lui. Je souhaite également qu’on m’explique pourquoi Azali Assoumani est resté putschiste alors qu’il veut diriger un État. Et son népotisme biologique et villageois? Et la fausse monnaie mise en circulation? Et, et, et…
    
Le communiqué du «Comité de soutien d’Azali Assoumani – France» porte la signature de Bindjad Ismael, Mchangama Chabane et Ben Abdou Hamidou. De nombreux Comoriens sont écœurés, scandalisés et médusés de constater que le meilleur des partisans du Colonel Azali Assoumani, le «bourdueusien» Moussa Ali Djamal ne soit pas parmi les heureux signataires du papier. Il le méritait pourtant, le grand homme.
    
Aujourd’hui, il ne fait pas de doute qu’Azali Assoumani et ses hommes sont devenus de dangereux révisionnistes et négationnistes. La question qui se pose alors est celle de savoir si les parlementaires comoriens vont voter une loi pour réprimer le négationnisme comme cela se fait dans certains pays. Voilà des gens qui ne savent pas qu’on ne peut pas mentir au peuple en essayant de falsifier des données historiques. En tout cas, l’entrée en campagne électorale d’Azali Assoumani a commencé avec de gros mensonges, et les Comoriens n’aiment pas ça.

Par ARM
© www.lemohelien.com – Dimanche 18 mai 2014.
Nom

A la Une,308,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,64,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,113,Abdourahamane Cheikh Ali,105,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2146,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1632,Ahmadou Mze,87,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,204,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,121,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,415,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1232,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,53,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8853,Daoud Halifa,232,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,179,Dini NASSUR,149,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1657,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3309,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1625,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,830,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,478,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2649,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1632,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,210,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,424,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,6069,Publication Article,1,Rafik Adili,49,SAID HALIFA,22,Said HILALI,101,Said Yassine S.A,173,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,53,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1192,Tribune libre,4788,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Quand le putschiste multirécidiviste et ses hommes réécrivent l’Histoire
Quand le putschiste multirécidiviste et ses hommes réécrivent l’Histoire
http://3.bp.blogspot.com/-7Zlut43A4W0/U3h0YQRZs4I/AAAAAAABPTA/eYTNrcBivjg/s1600/10312874_10203813417193807_2567985661166032532_n.jpg
http://3.bp.blogspot.com/-7Zlut43A4W0/U3h0YQRZs4I/AAAAAAABPTA/eYTNrcBivjg/s72-c/10312874_10203813417193807_2567985661166032532_n.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2014/05/quand-le-putschiste-multirecidiviste-et.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2014/05/quand-le-putschiste-multirecidiviste-et.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières