Mayotte - Denis Robin livre son explication du malaise mahorais

PARTAGER:

 Ardent défenseur des actions de la France à Mayotte, Denis Robin ne transige pas : il est venu pour régler un conflit sur les prix de troi...

 Ardent défenseur des actions de la France à Mayotte, Denis Robin ne transige pas : il est venu pour régler un conflit sur les prix de trois produits de première nécessité. Il s’exprime néanmoins sur le mouvement populaire que cette grève a suscité.

Denis Robin a repris son bâton de pélerin pour aller à la rencontre de la population mahoraise ce week-end
Crédit photo : A.L./Malango

Malango actualité : Vous avez quitté une Collectivité et retrouvé un département avec une ambiance quelque peu différente…
Denis Robin : Mayotte est un département en construction, et comme dans toute maison qui n’est pas finie, la famille n’est pas à l’aise, se tasse dans des pièces. La population est donc impatiente de voir le pouvoir d’achat ou les prestations sociales augmenter, alors que certaines réglementations paraissent aller trop vite par rapport à la vie quotidienne.
N’y a-t-il pas eu manquement dans l’explication des difficultés (la taxation, la fin de la polygamie), qu’allait engendrer la départementalisation par rapport à la culture mahoraise, notamment de la part des politiques mahorais, comme vous l’aviez expliqué en votre temps ?
Je crois que les 95,2% qui ont voté pour la départementalisation se sont positionnés sur les acquis d’un département arrivé à terme, sans qu’on ait assez parlé des sacrifices que cela engendrerait dans un premier temps. La population doit prendre le temps d’intégrer chacune des marches d’un escalier qui ne doit laisser personne sur le chemin.
D’autre part, je trouve en revenant trois ans après, une parole publique plus affermie, plus assurée. Cette relation décomplexée face aux autorités est un bon signe d’évolution de la société mahoraise, mais l’action revendicative doit changer : l’île ne doit plus être bloquée et les emplois sacrifiés… cela aboutissant à la mise en difficulté de la population.
Beaucoup disent « c’était à prévoir ! » en parlant du mouvement populaire… Partagez-vous ce point de vue ?
Je vois là un conflit social qui a suscité un mouvement populaire. Le problème le plus grave, ce sont ces enfants sur les barrages, alors que leur place est à l’école. Deux hypothèses : soit la cellule familiale, leurs parents ou leur référent, n’arrive plus à les contrôler, soit tout le monde considère que la revendication contre la vie chère légitime et autorise les débordements. Il faut prendre du recul et analyser cela.

Les raisons de la colère…

Pour expliquer cette colère, y a-t-il eu à un moment, démission de l’Etat français en matière d’aides financières qui ont été conséquentes dans d’autres départements comme la Guadeloupe ? Pour exemple, Marie-Luce Penchard est arrivée à La Réunion avec 3 millions d’euros pour la zone brulée du Parc National des Hauts …
La seule critique acceptable est l’absence d’explication de tout ce que l’Etat français a mis en place à Mayotte depuis 10 ans : la construction du système de santé, du scolaire dans le second degré, de l’Université qui est en cours, la mise en place de la TNT pour que la population ait accès à des chaines diversifiées, etc. Certains élus sont heureux des 2 millions d’euros abondés par l’Europe dans le cadre de la Rupéisation, mais l’année prochaine ce seront 22 millions d’euros en plus que l’Etat français va allouer à Mayotte. Nous pouvons toujours faire plus, mais je rappelle la crise internationale qu’est en train de traverser notre pays qui doit faire un effort budgétaire important pour mettre fin à une situation d’endettement qui risque de peser lourd dans l’avenir. Je signale en passant que, grâce à Marie-Luce Penchard, cette politique d’économie qui touche différents ministères ne concernera pas Mayotte. Tout ce qui a été promis a été réalisé ici selon un calendrier bien précis.
N’y a-t-il pas un effort à faire sur le niveau scolaire pour faire émerger davantage de cadres locaux ou de politiques capables d’être des guides pour l’opinion ?
En construisant ce département nous ne pouvions pas faire table rase du passé. La départementalisation ne peut laisser quiconque sur le bord du chemin, les anciens instituteurs ont donc été intégrés naturellement dans le corps actuel des enseignants du premier degré.
Pour revenir aux négociations, vous vous retrouvez lundi matin avec une intersyndicale qui ne veut pas discuter aux côtés du signataire qu’est UD FO…
J’ai clairement indiqué que je n’avais aucune raison d’écarter tel ou tel parti de la négociation. Mais nous aurons d’autres discussions pendant le week-end.
Les syndicats demandent déjà davantage que les 5 à 10% de baisse sur le prix de la viande que préconise le rapport Martin, et il n’est pas évident que la grande distribution concède même 5%... l’Etat va-t-il mettre la main à la poche ?
Tout cela fait l’objet des négociations en cours. Il faut une solution raisonnable qui reconnaisse à la fois le mouvement contre la vie chère et qui ne plonge pas par contre tout un pan de l’économie mahoraise dans la faillite. Si nous arrivons à une avancée significative, ma mission sera terminée et le conflit aussi. Si ne n’est pas le cas, c’est que quelqu’un aura manqué à sa parole et je ne peux le croire.
Parlons de l’après conflit. Ceux qui disaient « c’était à prévoir ! » évoquent une situation pire dans l’avenir si les frustrations que les Mahorais ont exprimées lors de ce mouvement ne sont pas débattues.
C’est à la société mahoraise et ses élus de mettre en place ces débats : l’Etat pourra s’y associer mais seulement pour participer à la réflexion. En ce qui concerne le système de formation des prix à Mayotte, l’Etat n’appliquera pas de régulation de prix : la liberté des prix et la libre concurrence sont des fondamentaux de la société française.
Comme insatisfaction, vous mentionnez l’application de législations dans le cadre de la départementalisation, comme celle de la Zone des cinquante Pas géométriques : lorsqu’il faudra s’adapter, on le fera.
Il faut souligner que certains outils, créés pour Mayotte comme la Commission consultative du travail (*) seront vraisemblablement adaptés dans d’autres départements d’outre-mer. Mayotte peut donc servir d’exemple.
Propos recueillis par Annette Lafond
(*) Démarche de consultation, de concertation et de législation sur le travail

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,308,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,64,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,113,Abdourahamane Cheikh Ali,104,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2134,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1631,Ahmadou Mze,87,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,203,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,120,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,415,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1227,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,53,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8809,Daoud Halifa,231,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,176,Dini NASSUR,149,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1651,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3309,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1623,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,830,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,476,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2649,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1631,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,209,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,423,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,6052,Publication Article,1,Rafik Adili,49,SAID HALIFA,22,Said HILALI,101,Said Yassine S.A,173,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,53,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1192,Tribune libre,4782,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Mayotte - Denis Robin livre son explication du malaise mahorais
Mayotte - Denis Robin livre son explication du malaise mahorais
http://www.malango-actualite.fr/photos/2011-11-06-denis_robin_jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2011/11/mayotte-denis-robin-livre-son.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2011/11/mayotte-denis-robin-livre-son.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières