Délinquance : la solution est-elle à Mayotte ou ''à côté'' ?

PARTAGER:

Caillassage à répétition contre les forces de Police et ce, « depuis les manifestations » nous disent les intéressés, agressions multiples d...

Caillassage à répétition contre les forces de Police et ce, « depuis les manifestations » nous disent les intéressés, agressions multiples de particuliers à leurs domiciles, les faits divers ne le sont plus, et c'est un phénomène de société qui se déverse sur Mayotte. L'absence de politique sociale décriée par tous nous a amené à rencontrer son responsable, Mohamed Elamine, qui a défendu ses motivations. Propos chocs où des arguments sont à prendre, d'autres à laisser...
Quel avenir pour les enfants des rues de Kawéni?
«Que font les parents ? », « où  sont nos foundis ? » entend-on ça et là. Si ces  derniers se sont vus écartés de certains actes légaux, comme le  mariage ou le divorce, les textes avaient prévu de les inciter à  accroitre leur présence au sein des villages tant qu'ils avaient  encore du poids.
Car le tout répressif ne peut fonctionner, comme  l'a explicitement dit notre procureurPhilippe  Faisandier, et surtout dans une société où les habitants  vivent encore pacifiquement. La punition via la prison de 7 places  pour les mineurs, ne marche « que pour les gros  délinquants » expliquent les ''anciens'' qui répètent  depuis plusieurs semaines qu' « ici, c'est le  travail d'intérêt général qui est efficace : le jeune  délinquant est alors montré du doigt par tout un village, créant  la honte chez les parents et l'enfant. Agissons tant qu'il est  encore temps ! ».
Les maires sont montré du doigt car sollicités  depuis trois ans, sans grand succès, pour reprendre des condamnés  en les intégrant dans des travaux d'intérêt général, ainsi que  nous l'explique Ibrahim  Boinahéry, président de l'association des maires qui va  lancer dans ce cadre un chantier de nettoyage de rivière, « mais  nous manquons de moyens pour les encadrer ». S'il  sollicite l'aide de la Préfecture dans le domaine de la cohésion  sociale, il déplore par ailleurs que la compétence du Conseil  général sur sa partie sociale soit délaissée.
C'est également ce que sous-entend Philippe  Faisandier, qui dénonce les insuffisances en  matière de  postes d'éducateurs agréés, de familles d'accueil et de  foyers d'accueil, alors que la justice est elle même accusée de  ne pas apporter de sanctions suffisantes, le juge des libertés  aurait d'ailleurs relâché récemment des caillasseurs dans la  nature. Cette insuffisance de sanctions pénales est aussi dénoncée  par le capitaine de PoliceChamassi, représentant syndical de Synergie officier, qui demande en outre un  Centre de réinsertion, pour sauver l'avenir de chaque délinquant.


Mohamed Elamine demande "une solution supportable pour tout le monde"

Reconduite des parents sans leurs enfants :  quelle réponse ?

« Ces foyers et un Centre de réinsertion  pour qui ? » interpelle Mohamed  Elamine, directeur général administratif chargé de la  Solidarité et du développement au Conseil général qui détient la  clef de la politique sociale de Mayotte. « Nous n'avons  aucune analyse qui nous permette de cerner qui sont ces  délinquants ! » sous entendant qu'ils arrivent en  droite ligne des Iles voisines, « lorsqu'on nous dit que  la moitié sont mahorais c'est faux. Il faut avant tout contraindre  les parents qui ont abandonné leurs enfants à Mayotte à les faire  revenir auprès d'eux. C'est leur place. Mais en faisant cela,  nous buttons sur un autre volet de la loi qui interdit de reconduire  un enfant mineur aux frontières. Or, la priorité, c'est quand  même le rapprochement familial ! ».
Si le propos est rude à entendre, il faut le peser,  car il est représentatif de la pensée d'une grande majorité de  mahorais. « Je comprends la compassion des associations  humanitaires vis à vis des jeunes, mais ils nous font passer pour  xénophobes, alors que leur générosité n'est qu'un leurre :  il me suffirait de bâtir un Centre de réinsertion pour qu'il soit  aussitôt rempli et qu'il faille en construire un autre, puis un  autre etc., comme les écoles ! ».
Pour Mohamed Elamine, les « arrivants  clandestins » devraient s'assurer auparavant que leurs  enfants auront de quoi vivre, de quoi dormir : « ils  ont ratifié la charte de l'enfance ». Or pour lui, le  référent, tante, oncle ou cousin sur place à Mayotte qui a accepté  l'enfant, ne s'en occupe finalement pas.
Et, lisant le Code de l'action sociale et des  familles « les pouvoirs publics suppléeront à la  défaillance des parents, sans se substituer à eux, en cas de  troubles graves de l'éducation parentale », en  soulignant que «ce sont les 23 éducateurs spécialisés de  l'Aide sociale à l'enfance (ASE) qui placent ces enfants dans  des familles d'accueil : actuellement, 200 enfants sont ainsi  affectés en ordonnance de placement provisoire dans les 54 familles  d'accueil ». Educateurs spécialisés dont le rôle est  de suivre ces enfants, ce qui n'est hélas pas toujours le cas. Il  faut dire que le manque cruel de moyens du Conseil général  n'arrange pas les choses : il n'y avait plus d'essence  pour les véhicules de l'ASE il y a 2 semaines…


Quel avenir pour les enfants des rues de Kawéni?

« Cachez ces sœurs que je ne saurais  voir… »

Selon Dominique  Versini, anciennedéfenseure  des enfants, 6.000 mineurs isolés seraient recensés sur l'île.  Pour les professionnels de la petite enfance, ils sont beaucoup moins  sans référent. Les chiffres devaient être donné par  l'Observatoire  des mineurs isolés dont on n'entend plus parler… « Il  faut laisser le temps aux travailleurs sociaux de discuter avec les  mères au Centre de rétention administrative pour vérifier si elles  ont laissé des enfants derrière elles car il est arrivé que l'on  retrouve un enfant de 2 mois laissé seul dans un banga alors que sa  mère était expulsée… » dénonce Mohamed Elamine qui ne  comprend pas qu'« après interception, on lâche ces  enfants dans la nature ».
« Et arrêtez de dire que ces voisins sont  nos cousins ! » Et, poussant le propos, il compare le  mélange familial entre les familles Mahoraises et celles des autres  îles des Comores, avec la mixité entre Français et Espagnols… Le  transfert de la capitale de ce qui s'appelle tout de même « les  Comores » de Dzaoudzi à Moroni ? la langue commune  ? A tout cela Mohamed Elamine a une réponse : « nous  n'avons pas de langue commune. Le shimaorais ou le swahili  n'existent pas aux Comores où sont parlés le grand comorien ou  l'anjouanais ! Et ce n'est qu'en 1986 que  l'immigration vers Mayotte a débuté ».
Pour lui, la solution tient dans un travail « de  l'autre côté » : « le développement aux  Comores ne dépendra pas d'une coopération régionale, mais  seulement si les comoriens le veulent eux-mêmes. Par exemple, lors  de l'épisode du chikungunya en 2006, Médecins du monde avait  envoyé des médecins pour aider les Comoriens, mais les médecins  comoriens ont bloqué cette aide ». Et de rajouter que « les associations qui fleurissent ici doivent aller bosser  là-bas »…
Une autre solution pour le DGA : « que  le parquet de Mamoudzou accepte d'avoir des interlocuteurs à  Anjouan et ce ne sera plus une reconduite mais un raccompagnement  d'enfants vers ses parents ». De la même manière, « il  faut une collaboration entre la gendarmerie d'Anjouan avec la  gendarmerie mahoraise, et même chose avec la Police ».
Un chose sur laquelle tout le monde tombe d'accord :  « on créée une bombe qui va nous péter sur les bras ».  Surtout que, comme le dénonce Elamine, « nous avons sur  l'île des apprentis sorciers qui ont organisé les manifestations  sans se soucier que des enfants soient au milieu et en pensant que ça  leur rapportera une reconnaissance populaire ! D'autres  mahorais gagnent de l'argent sur la location des logements  insalubres...»
En conclusion, Mohamed Elamine déclare qu'en  continuant à accepter  que les femmes enceintes arrivent au 9ème  mois pour accoucher à Mayotte « on est en train de créer  de la haine alors que nous avons toujours été une société  d'accueil ».
Condamner en bloc ces propos ne ferait pas avancer  les choses, en discuter, et proposer une action qui convienne à tous  paraît approprié, car n'oublions pas que, comme le chantait  Moustaki, « s'il y a des coupables, nous sommes tous  condamnés »... Malango Actualité 

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,308,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,64,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,112,Abdourahamane Cheikh Ali,104,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2134,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1631,Ahmadou Mze,87,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,203,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,120,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,415,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1227,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,53,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8805,Daoud Halifa,230,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,176,Dini NASSUR,149,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1650,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3309,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1623,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,830,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,475,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2649,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1631,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,209,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,423,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,6044,Publication Article,1,Rafik Adili,49,SAID HALIFA,22,Said HILALI,101,Said Yassine S.A,173,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,53,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1192,Tribune libre,4781,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Délinquance : la solution est-elle à Mayotte ou ''à côté'' ?
Délinquance : la solution est-elle à Mayotte ou ''à côté'' ?
http://www.malango-actualite.fr/photos/20120213-enfants_de_kaweni.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2012/02/delinquance-la-solution-est-elle.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2012/02/delinquance-la-solution-est-elle.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières