Mayotte - « Quel grand distributeur voudrait venir dans une Mayotte que vous avez mise à feu et à sang ?! »

PARTAGER:

Abdoulatifou Aly ressemblait à un professeur devant ses élèves jeudi après-midi lors de la réunion informelle du Conseil général sur la c...

Abdoulatifou Aly ressemblait à un professeur devant ses élèves jeudi après-midi lors de la réunion informelle du Conseil général sur la crise en cours, tandis que les élus de l’opposition claquaient la porte de l’hémicycle après une intervention de Raos. Des idées ont été lancées, alors que nous nous sommes procuré les chiffres réels de l’impact de la baisse des droits de douane sur la Collectivité.
 

Crédit photo : A.L./Malango 

L’initiative en revient au député Abdoulatifou Aly : porter à Paris la position du Conseil général sur le conflit qui agite Mayotte. En effet, Marie-Luce Penchard, la ministre de l’Outre mer, lors de la présentation à Mayotte de ses mesures, qualifiées de « mesurettes » à la tribune par le sénateur Thani Mohamed Soilihi , avait stigmatisé le Conseil général, demandant aux élus de prendre leurs responsabilités en votant, par exemple « une aide supplémentaire par enfant pour les familles nombreuses ».
C’est pour définir une stratégie commune, et porter la décision de l’équipe en place après consultation de l’opposition, que se tenait hier jeudi une réunion informelle dans l’hémicycle Younoussa Bamana. Et le député, comme à son habitude, bousculait les esprits, « les résultats des négociations valent « queue dalle » ! » trop liés à « la versatilité du patronat », pour amener son auditoire à un but : il faut attirer davantage de distributeurs pour amener la libre concurrence. « Mais quel partenaire voudrait venir maintenant que nous avons mis Mayotte à feu et à sang ?! ». Avant de conclure : « le préfet a fait le travail des élus en négociant et nous ne sommes même pas capables d’activer la Commission d’évaluation des charges qui nous permettrait d’obtenir le remboursement sur des charges que nous payons indument ! ».
Ibrahim Aboubacar nous faisait remarquer que « le décret créant cette commission d’évaluation des charges avait été publié la semaine précédente et qu’une première réunion doit es tenir le 25 octobre ».
Ce tableau planté par le député, Said Ahamadi, « Raos », 3ème vice président, ne l’a pas apprécié, prenant longuement la parole pour répondre au député, sans aller droit au but. Jacques Martial Henry, conseiller d’opposition de Mamoudzou 3 s’emporta « nous ne sommes pas venus faire de la démagogie ! » avant de se faire traiter de « vendu », provoquant le départ de l’opposition, déçue : « nous aurions pu oublier nos clivages alors qu’un homme est mort » expliquait, ému, Ben Issa Ousseni, conseiller UMP de Mtsangamouji qui déplorait les limites de la motion qu’ils avaient adoptée deux semaines auparavant.

« Gains ou pertes sur les droits de douane ? »

Les élus de l’opposition ont malgré tout poursuivi leurs discussions guidés par Ibrahim Aboubacar, le monsieur finance et 1er vice-président de la Collectivité. La question d’une nouvelle baisse de leurs droits de douane était une nouvelle fois évoquée, toujours douloureuse pour la Collectivité car rentrées financières principales. Or, il faut rétablir dans ce domaine une vérité : Daniel Zaïdani le répète à l’envi « en baissant nos droits de douane, nous avons perdu 3,7 millions d’euros en 3 ans ». Mais selon les services des Douane, « si en 2008 le Conseil général a perdu 1,39 millions d’euros en annulant les droits de douane sur le riz, en 2010 (la délibération 2009 a été annulée par le préfet Hubert Derache), la nouvelle baisse de ces droits sur plusieurs produits de première nécessité a été compensée par un accroissement sur d’autres produits, produisant un solde positif de 1,4 millions d’euros ». Bilan : un solde voisin de zéro sur trois ans.
Ibrahim Aboubacar demande que toute nouvelle baisse des droits de douane s’appuie, « comme cela a été fait en Martinique et en Guadeloupe » sur des compensations de l’Etat : « il en va également de l’avenir des communes qui tirent leurs finances de nos recettes par le FIP (Fonds intercommunal de péréquation) ». L’autre solution serait toujours d’accroitre les taxes sur d’autres produits comme l’alcool ou les cigarettes. « De toute manière, la demande de la rue est une diminution des prix de 30%. Or nos taxes ne représentent que 5% des prix de revient ».
Reprenant les deux produits qui posent problème en dehors de la viande pour lequel rien n’est encore négocié, Ibrahim Aboubacar faisait remarquer que « l’entreprise qui détient 90% du marché (ETPC-Colas, ndlr), facture la tonne de sable 36 euros alors que l’autre (IBS, ndlr) facture 25 euros en utilisant les mêmes processus de fabrication… le consommateur ne comprend pas ». Pour rappel, jusqu’à son procès, IBS avait moins de charge sur les loyers (l’entreprise doit maintenant payer des indemnités lourdes) et l’intérêt de son directeur est d’accompagner le mouvement demandé de baisse des prix pour se faire oublier, une expulsion du site de Kangani planant toujours au dessus de sa tête.
Le 1er vice-président revenait ensuite sur le gaz : « il y a un importateur qui fait venir les bouteilles par bateau (Total qui importe de Maurice, ndlr) et qui, malgré les coûts portuaires qu’on nous annonce comme exorbitants, vend moins cher que son concurrent (Somagaz, ndlr) dont les entrepôts ont été financés avec des aides du Conseil général ! ». Des explications ont déjà été fournies aux organisations syndicales qui les ont actées, mais il faut savoir que l’aide du Conseil général ne représentait que 9% de l’investissement global du centre emplisseur Sigma, et non des installations de Somagaz.
Les questions posées seront rediscutées avec l’opposition lors d’une nouvelle réunion.
Tout au long de cette réunion informelle des élus, Daniel Zaïdani s’est peu exprimé, ne faisant pas montre de son assurance habituelle. Ce rapport de force avec les organisations patronales, puis désormais avec l’Etat laissera des séquelles. La position financière de la Collectivité, dépendante de l’autorisation de l’Etat quant à l’élaboration de son budget primitif, aura finalement joué contre l’apaisement du conflit, certains élus de la majorité escomptant plus ou moins intentionnellement selon les individus, qu’une pression de la rue incite le gouvernement à signer un chèque qui permettrait de payer salaires et factures. Or, les jusqu’auboutistes ne parviennent pas à leurs fins, alors qu’ils devront porter la responsabilité de l’anéantissement de leur, de notre, île : ce sont désormais 2145 salariés qui sont déclarés officiellement au chômage partiel…
A.L.
(Source : Malango Actualité)

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,308,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,64,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,112,Abdourahamane Cheikh Ali,104,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2134,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1631,Ahmadou Mze,87,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,203,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,120,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,415,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1227,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,53,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8805,Daoud Halifa,230,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,176,Dini NASSUR,149,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1650,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3309,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1623,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,830,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,475,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2649,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1631,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,209,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,423,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,6044,Publication Article,1,Rafik Adili,49,SAID HALIFA,22,Said HILALI,101,Said Yassine S.A,173,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,53,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1192,Tribune libre,4781,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Mayotte - « Quel grand distributeur voudrait venir dans une Mayotte que vous avez mise à feu et à sang ?! »
Mayotte - « Quel grand distributeur voudrait venir dans une Mayotte que vous avez mise à feu et à sang ?! »
http://www.malango-actualite.fr/photos/2011-10-21-abdoulatifu_zaidani_jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2011/10/mayotte-quel-grand-distributeur.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2011/10/mayotte-quel-grand-distributeur.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières