[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Droit de réponse sur l’article d’Ahmed Bourhane publié dans habarizacomores.com: " Le débat sur la tournante a été étouffé par Azaly et les siens..."

Partisan du parti Ridja, je tiens à réagir au porte- parole d’Ahmed Sambi afin de clarifier la position de Me Larifou concernant le gouverneur de l’île d’Anjouan. Said Larifou a officiellement demandé au Dr Salami ou son parrain un débat sur la question liée aux Assises car depuis plus d’un mois, il ne fait aucune intervention dans les médias sans prononcer publiquement le nom du leader du Ridja, Me Said Larifou.

Cette attention soudaine fait référence aux débats que ce dernier a provoqué sur la suppression de la tournante. Dans une première réponse adressée au Dr Salami, Me Larifou lui a clairement fait savoir que son parrain Sambi, lors des meetings communs tenus avec le Ridja à Paris et à Moroni, a clairement et activement milité pour la suppression de la tournante et que ce dernier est allé jusqu’à déposer sa candidature à l’élection présidentielle de 2016.

Ensuite, Said larifou a mis en relief les contradictions entre la prise de position de Salami et celle de Sambi. Cette fois, lâche qu’il est, il envoie à travers les écrits de ses plumes et portes-paroles pour renier ses prises de positions tenus, jadis.

Aujourd’hui, il est de notoriété publique que ce professionnel de l’opportunisme, de la démagogie et de la manipulation, parlait à l’époque de la suppression de cette tournante non pas pour l’intérêt de l’unité du pays mais pour l’aider à accéder au pouvoir afin de continuer ses ambitions mafieuses et dangereuses pour les Comores.

Son nom est associé à des graves scandales commis dans le monde arabe et nous osons espérer que l’état comorien saurait placer les intérêts du pays au premier plan.
Il est permis d’y penser et pour preuve la sortie virulente du président Azali à l’encontre du chiisme dans notre pays relayé par les médias arabes.


Nous nous félicitons car le monde arabe doit comprendre que Sambi était un accident pour les Comores. Et pour revenir sur le gouverneur d’Anjouan et les élus du Juwa, je tiens à préciser que sans l’argent des comoriens volés par Sambi et ses proches à travers le projet habitat, la citoyenneté économique et le projet Fatma, cette secte n’aurait eu aucun élu.

En revanche, le Ridja milite depuis 18 ans non pas pour s’enrichir mais pour défendre les Comores et pour preuve, le Ridja et son président n’ont jamais eu de pouvoir alors qu’à chaque élection, ses scores restent historiques et crédibles nonobstant les fraudes commises contre Larifou par Sambi qui lui a volé l’élection du président de l’île de Ngazidja en 2007 et la vice-présidence de l’Union des Comores en 2010. En 2016, sans moyens mais avec le soutien des comoriens et non des iraniens, le Ridja est arrivé en 5e position sur 25 candidats à l’élection présidentielle.

La crédibilité d’un homme politique ne se mesure pas forcément à ses scores électoraux mais à sa constance et à l’impact de ses positions sur l’opinion. On est très fier d’avoir su mobiliser les comoriens sur la nécessité de provoquer des Assises Nationales pour faire le bilan de nos institutions.

Les sambistes doivent cesser de pleurnicher qu’on les pousse vers l’opposition, alors que c’est bien à travers l’égo démesuré de leur gourou qui poussent ses adeptes à s’affranchir. Sambi a fait élire frauduleusement Abdouloihab, Moussa Toyb, Mohamed Ali Said , Anissi Chamissidine et Ikililou Dhoinine pour qu’il s’oppose farouchement à eux en prétendant qu’ils l’ont poignardé dans le dos.
Pour ce qui est du président Azali, les sambistes alliés du pouvoir ne dégagent aucune vision commune avec le chef de l’état ni ne défendent son bilan mais pensent systématiquement au pouvoir pour le pouvoir.
Ils brillent plutôt pour leurs incompétences et n’apportent aucune plus-value au développement du pays. Quant à Sambi, il est temps qu’il se réveille car dans un véritable état de droit, il allait se terrer comme un rat au lieu de propager des intimidations avec les dossiers frauduleux qu’ils trainent, sa place est en prison. Sa seule déclaration de patrimoine qui se trouve à la cour constitutionnelle pourrait l’envoyer à l’ombre pour une décennie.

Youssouf Said Hamadi
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.