[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Répondant aux questions de La Gazette des Comores/HZK-Presse au cours d’un entretien exclusif sur sur le conflit entre Ab-Aviation et l’Anacm, le conseiller privé du président de la république propose l’instauration d’une période transitoire afin de permettre à toutes les parties (Ancm et les compagnies) de se remettre sur les rails. Membre de la commission chargé de ce dossier, le conseiller assure aussi que la situation financière d’Ab-Aviation est satisfaisante.
©Alwatwan

Question : C’est l’énième commission nommée par le chef de l’Etat pour gérer le dossier Ab-Aviation/Anacm. Qu’est-ce qui garantit que l’Etat cherche réellement une solution et qu’il ne s’agit pas d’une manœuvre dilatoire pour laisser la situation pourrir ?

S.A.C.S. : Le président de la république a une volonté ferme de résoudre ce problème. Les instructions qu’il nous a données sont claires : en aucun cas Ab-Aviation ne doit pas mourir sous son règne. Elle doit pouvoir reprendre ses vols. Bien sûr dans le strict respect de la loi et des règlements. Ce qui est d’ailleurs valable pour toutes les compagnies. Le président de la république s’est entretenu avec le président de l’assemblée nationale. Il lui a renouvelé les mêmes engagements. Je me suis moi-même entretenu avec le président de l’Assemblée, il m’a confirmé son entretien avec le chef de l’Etat et a affiché, lui aussi, sa détermination à mettre fin à ce conflit. Le chef de l’Etat ne veut pas entendre parler d’une compagnie nationale. Il veut que ça soit des compagnies privées qui opèrent.

Question : En parlant de respect strict des lois et des réglementations, croyez-vous que Ab-Aviation remplit ces conditions pour pouvoir reprendre ses activités ?

S.A.C.S. : Oui. La compagnie Ab-Aviation ainsi que la compagnie Int’Air Iles sont soumises aux réglementations nationales qui s’étendent, elles, à la réglementation de l’organisation de l’aviation civile internationale. Il s’avère que depuis un certains temps les inspecteurs de l’Anacm n’ont pas les qualifications requises pour inspecter un avion. Ce qui veut dire que Ab-Aviation exploitait avec des vrai-faux documents, que aujourd’hui Int’Air Iles exploite avec des vrai-faux documents. Donc il y a une situation complexe que, très sincèrement, le ministère des transports doit examiner et prendre des dispositions transitoires devant permettre aux deux compagnies d’exercer leurs activités. A défaut de quoi, la compagnie Int’Air Ile se trouvera dans une situation irrégulière avec son permis d’exploitation aérienne (PEA, Ndlr), non valide au regard des textes. Je pense que dans cette situation l’arrêté du ministère des transports pour instaurer cette période transitoire, pendant deux ou trois mois, permettra à l’Anacm de se préparer à avoir les capacités à délivrer le PEA conformément à la réglementation internationale, et aux compagnies de pouvoir réunir l’ensemble des conditions leur permettant d’obtenir le PEA.

Question : Il y a un arrêté du ministère des transports selon lequel chaque exploitant doit « disposer d’une capacité financière lui permettant d’assurer au moins trois mois d’exploitation ininterrompue et sans recours aux recettes… », auriez-vous des éléments sur la situation financière de la compagnie Ab-Aviation ?

S.A.C.S : Il est clair qu’il y a des dispositions qui sont là. Mais de part leur nature, elles ne sont pas applicables dans la situation actuelle. Si on a voulu les appliquer depuis le départ, très peu de compagnies auraient pu faire voler leurs avions. Aujourd’hui nous avons deux compagnies, et il ne faut pas mettre Ab-Aviation au centre. En appliquant ces dispositions, nous devons nous assurer que toutes les deux ont, par exemple, une situation financière solide leur permettant d’être en conformité avec les règlements. C’est dans cette optique que je propose une période transitoire. Dans cette histoire, et c’est le point de vue du Président, il n’y a pas un problème de règlement de Ab-Aviation seulement, mais des deux compagnies. Nous devons tout faire pour que Ab-Aviation puisse reprendre ses activités. Et tout faire pour empêcher que demain Int’Air Iles ne tombe dans la même situation que Ab-Aviation aujourd’hui. Ce sont les instructions strictes que nous avons eues du chef de l’Etat. Donc nous devons trouver la solution idoine.

Vous savez je suis un inspecteur principal des administrations économiques et financières. J’ai dirigé la commission des vérifications des comptes publics. J’ai eu à diriger des nombreux audits notamment à la SNPSF. J’ai été à la tête d’une banque…Donc j’ai eu l’occasion de faire des analyses financières des entreprises. Le fait qu’une entreprise a des problèmes financiers avec un client ou avec un de ses fournisseurs, ne peut pas être assimilé à la situation saine ou malsaine d’une entreprise. Il ne faut pas faire la confusion. La santé financière d’une entreprise se détermine par un certain nombre d’éléments. D’abord son compte d’exploitation s’il est sain. Son bilan si les résultats sont positifs. La situation des fournisseurs s’ils ont confiance à l’entreprise. La situation des banques s’elles accompagnent l’entreprise et en fin, le marché, si l’entreprise en a ou pas. C’est à partir de l’analyse de ces éléments-là qu’on conclue si une entreprise est solide ou non.

Question : Qu’est-ce que vous avez conclu sur la situation financière de la compagnie ?

S.A.C.S : J’ai consulté les bilans de Ab-Aviation des années 2014 et 2015 et la situation de janvier à mai 2016. Ces situations-là sont bénéficiaires. J’ai constaté, dans le cadre de cette mission, que l’Anacm était allé faire une inspection administrative et financière à Ab-Aviation au mois de juillet 2016. Les mois d’aout et septembre, ils ont donné un PEA à AB-Avaition. Et ces PEA ont été délivrés sur la base des inspections qu’ils avaient menées. Depuis, aucune analyse n’a été faite par l’Anacm pour pouvoir juger si la compagnie a un état financier solide ou pas. En ma qualité d’inspecteur de finances, je peux attester que la situation financière de Ab-Aviation est satisfaisante et ne devrait en aucun cas être la raison de l’empêcher de voler. J’invite tout le monde à aller constater par soi-même. L’analyse d’une entreprise c’est une science et non pas des rumeurs.

Question : Cette crise dure depuis il y a plus de deux mois…

Vous savez les défaillances de l’administration…Nous on accompagne le ministère des transports. Nous n’allons pas nous substituer à eux. Je pense que d’ici la fin de la semaine nous aurons réuni suffisamment d’éléments et les remettre au ministère des transports. Mais d’ores et déjà, il est clair qu’il faille instaurer une période transitoire pour permettre à l’ensemble des parties de ses mettre sur les rails. Sans cela, le pays sera dans une situation irrégulière qui est très préjudiciable.

LGDC : Dans le journal Al-watwan de ce lundi votre collègue Ibrahima Hissani a failli à sa neutralité en se positionnant du coté de Jean-Marc Heintz. Est-ce que ses propos engagent la commission ? Ne serait-il pas le cas pour vous avec Ayad Bourhane ?
S.A.C.S : On a divisé les tâches au sein de la commission. Ibrahima Hissani était allé voir l’Anacm pour les réglementations et tout ce qui va avec. Moi j’étais allé voir Ab-Aviation pour l’aspect financier. Les déclarations qu’il a faites sont signées Ibrahima Hissani Mfoihaya. Donc ça n’engage que lui. Tout comme moi, les propos que je tiens ici en ce moment ne sont pas ceux de la commission mais d’un inspecteur principal, un auditeur qualifié…qui s’exprime après avoir vu et analysé les documents. Il est clair que dans cette situation je me trouve devant deux personnes qui me sont très chères. Jean-Marc Heintz c’est mon compagnon politique avec qui on a bataillé ensemble dans les campagnes. Il est très proche de moi. Ayad Bourhane il est comme mon fils. Donc dans cette affaire j’agis selon deux principes : la loi et l’objectivité.

Propos recueillis par Toufé Maecha
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
ARTICLES LES PLUS RÉCENTS :
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.