[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Un pécheur de l’île comorienne d'Anjouan vient de sortir de l'eau un poisson préhistorique, le cœlacanthe ou Gombessa. Malgré une campagne de protection de ce poisson légendaire, plusieurs de nos pêcheurs ne sont pas capables de reconnaître dans la réalité ce poisson. Les organisations concernées, si elles existent, devraient mener des campagnes de sensibilisation auprès des pêcheurs afin d’interdire la pêche de ce poisson unique.
Le Gombessa ou cœlacanthe peché en avril 2017 à Anjouan ©Anjouan Mutsamudu
Alors qu’on ne le croyait exister qu’à l’état de fossile, ce poisson vivant fut découvert en 1938.

Découverte

Incapable de donner un nom à cet énorme poisson qu’il avait pêché dans l’océan indien un jour de décembre 1938, Hendrick Goosen confia l’étrange créature à Courtenay Latimer, conservatrice du muséum de la région.

Ce poisson, d’un mètre cinquante de long, pesant 60 kilos, avec de grosses écailles et une forte mâchoire munie de dents, était un cœlacanthe, espèce que l’on croyait depuis longtemps disparue.
Courtenay fit part de cette découverte à un ichtyologiste qui ne connaissait le cœlacanthe, apparu sur terre il y a environ 350 millions d’années, qu’à l’état de fossile. Le scientifique constata que le spécimen pêché différait très peu de l’animal fossile. En hommage à la conservatrice qui avait su l’identifier, on lui donna le nom moderne de Latimeria chalumnae.

Portrait

Péché à Anjouan, Avril 2017
©Anjouan Mutsamudu

Le cœlacanthe fait partie des poissons osseux. La caractéristique première des poissons osseux est que leur squelette interne est fait d’os. La majorité des poissons actuels appartient à ce groupe. Les nageoires des poissons à nageoires charnues ne sont soutenues que par un seul os situé à la base. Le cœlacanthe actuel mesure 1,50 m de long en moyenne. Il partage des caractéristiques avec ses ancêtres qui vivaient il y a 350 millions d’années :
  • des lobes charnus supportent certaines de ses nageoires.
  • des écailles émaillées protègent son corps.
  • le bout de sa queue possède une frange très particulière d’où le nom de nageoire en pompon donné à l’animal.
Avec son squelette partiellement ossifié, son corps couvert d’écailles, parsemé d’épines et de tubercules, le cœlacanthe a tout du poisson préhistorique. Ainsi, sa vessie natatoire, sorte de gros poumon, qui fut à l’origine un organe respiratoire, ne joue plus aucun rôle dans la respiration. 

En fait, les caractéristiques anatomiques du cœlacanthe en font un poisson différent des autres :
ses nageoires paires, pectorales et pelviennes sont musculeuses et armées d’un squelette. Il les utilise en alternance à droite et à gauche.
Il possède un poumon à droite ; à gauche, il a dégénéré. Celui de droite est devenu un organe infiltré de graisse, allégeant ses déplacements à la manière d’une vessie natatoire. Ce poumon rappelle que les premiers poissons osseux avaient à la fois des branchies et des poumons.
sa taille peut atteindre 1,60 m de long pour un poids de 45 à 65 kilos.

Mode de vie

Le cœlacanthe nage entre 100 et 400 mètres de profondeur dans les eaux côtières près de l’Archipel des Comores, dans l’Océan indien. Il se réfugie souvent dans les grottes sous-marines, il est donc difficile de les apercevoir. On l'a d'ailleurs longtemps cru disparu. On en recense moins de 200 spécimens, tous dans l’Océan indien. C’est un poisson qui chasse plutôt à l’affût et se précipite sur toutes les proies qui passent à sa portée. Son régime est carnivore et il se nourrit notamment de poissons. On sait peu de choses sur ses habitudes car quand un cœlacanthe est capturé, il survit très peu de temps.

Où peut-on en trouver?

Jusqu'à la découverte de la population indonésienne, tous les cœlacanthes, à l'exception de trois, avaient été pêchés dans l'archipel des Comores. On présume que les autres, y compris celui qui a été trouvé en 1938, se sont éloignés du groupe et qu'ils ont été emportés vers le sud par les puissants courants au large du Mozambique. Avec gombessa-plongee
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
ARTICLES LES PLUS RÉCENTS :
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.