Mayotte se sent pousser des ailes

Agroalimentaire : L'inauguration d'un abattoir de volaille sur l'île aux parfums marque une nouvelle étape dans la construction ...


Agroalimentaire : L'inauguration d'un abattoir de volaille sur l'île aux parfums marque une nouvelle étape dans la construction de la filière dans un territoire confronté à la cherté de la vie, à l'insularité et à l'éloignement.

Elhad-Dine Harouna est le président de la SAS l'Abattoir de volailles de Mayotte créée en 2017. "On m'a toujours dit que le Mahorais voulait manger moins cher, dit-il, moi, je crois que le Mahorais veut manger moins cher, mais de qualité." Son abattoir, d'une capacité de 1 500 tonnes de poulet annuelle, va permettre de multiplier par dix la production de la marque "Mon Pouleti", commercialisée aujourd'hui par AVM à titre expérimental. Le lancement de l'activité est prévu durant ce mois de juillet.

De quoi proposer une alternative locale pour la restauration collective et les grandes et moyennes surfaces, où la majeure partie des produits sont issus de l'importation. Une situation coûteuse en raison de l'octroi de mer, cette taxe spécifique aux départements et régions d'Outre-mer censée protéger les entreprises et collectivités locales. D'après le programme 2017 du Posei - qui décline la Politique agricole commune (Pac) dans les Régions ultrapériphériques (RUP) - relatif à Mayotte, 99 % de la consommation totale de volaille est importée, soit 8 900 tonnes par an.

À Mayotte, petite île de 374 km2, l'agriculture est encore majoritairement vivrière et les tentatives pour développer des filières locales font l'objet de freins, liés à l'insularité, l'éloignement et au manque de compétences et d'infrastructures. Petite taille des exploitations, difficultés à les moderniser ou à entrer dans les circuits de commercialisation : près de la moitié des ménages agricoles utilisent leur production pour leur consommation personnelle plutôt que pour la vente.

Compenser les importations


Pourtant, dans certains secteurs, la production locale pourrait compenser une partie des importations : outre les volailles, la filière œufs est déjà quasi autosuffisante, de même que les fruits et légumes, même si la majorité de la production finit sur des étals de fortune au bord des routes. L'économie informelle capte plus de 70 000 tonnes de fruits et légumes sur les quelque 71 000 cultivés, d'après une étude de la Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DAAF) de Mayotte. "Ces vendeuses de bord de route s'auto-organisent pour aller chercher la marchandise directement chez les agriculteurs", explique Bastien Chalagiraud, chef du service Économie agricole à la DAAF, qui tache justement de formaliser le secteur pour garantir traçabilité et sécurité des produits. "Les agriculteurs qui veulent vendre n'ont pas forcément les moyens, de locomotion, de stockage, pour accéder au marché formel, sauf ceux qui sont dans des circuits formalisés, quelques dizaines", note-t-il.

Pour autant, les initiatives se multiplient ces dernières années afin de proposer une alternative de qualité au consommateur, poussées depuis 2014 par les aides du Fonds européen agricole pour le développement rural, le Feader (plus de 83 millions d'euros pour la programmation 2014-2022), et du Posei (six millions d'euros par an). Financée à 90 % par le Feader, la coopérative Uzuri Wa Dzia propose depuis mars 2020 ses gammes de lait local à raison de 200 litres par semaine. Un statut coopératif qui a déjà fait ses preuves pour les fruits et légumes avec l'Ucoopam, l'Union des coopératives agricoles de Mayotte, née en 2017.

"Le fait de se regrouper nous permet de bénéficier d'une exonération d'octroi de mer et donc de réduire les coûts des intrants nécessaires aux agriculteurs. Et nous proposons aussi un réseau de distribution pour nos adhérents", expose Bryce Bouvard, le coordinateur. Grâce au Feader, une nouvelle plateforme de stockage et de distribution doit sortir de terre pour "multiplier par trois nos capacités", aujourd'hui limitées à 200 tonnes annuelles, développe-t-il. En octobre 2019, le président Emmanuel Macron, en déplacement à La Réunion, avait annoncé une politique adaptée pour tendre vers l'autonomie alimentaire dans les départements et régions d'Outre-mer d'ici 2030.

Par - Clicanoo ©JIR

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,91,Abdou Ada Musbahou,88,Abdou Elwahab Msa Bacar,55,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,80,Abdourahamane Cheikh Ali,27,Aboubacar Ben SAID SALIM,42,Actualité Sportive,1837,Adinani Toahert Ahamada,30,Afrique,1488,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,189,Ali Moindjié,68,Anli Yachourtu,75,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,411,Biographie,1,Chacha Mohamed,44,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1005,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,48,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,7549,Daoud Halifa,194,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,130,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1444,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3099,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1528,Hamadi Abdou,443,High Tech,817,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,373,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,146,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,105,Mayotte,2387,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,458,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1587,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,173,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,422,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5321,Publication Article,1,Rafik Adili,43,SAID HALIFA,22,Said HILALI,63,Said Yassine S.A,163,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,813,SOILIHI Ahamada Mlatamou,48,Toufé Maecha,444,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1054,Tribune libre,4467,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Mayotte se sent pousser des ailes
Mayotte se sent pousser des ailes
https://1.bp.blogspot.com/-sufLvcJxr1Q/YOP04RQp0lI/AAAAAAAAMSU/atwZLNnhdwkMroAts4sAelISAG0T0Df-gCLcBGAsYHQ/s320/ailes.png
https://1.bp.blogspot.com/-sufLvcJxr1Q/YOP04RQp0lI/AAAAAAAAMSU/atwZLNnhdwkMroAts4sAelISAG0T0Df-gCLcBGAsYHQ/s72-c/ailes.png
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2021/07/mayotte-se-sent-pousser-des-ailes.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2021/07/mayotte-se-sent-pousser-des-ailes.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières