Le défi colossal de la scolarisation dès l'âge de trois ans à Mayotte

Mamoudzou (AFP) - Scolariser les enfants à partir de trois ans est désormais une obligation en France. Mais à Mayotte, jeune département ...

Mamoudzou (AFP) - Scolariser les enfants à partir de trois ans est désormais une obligation en France. Mais à Mayotte, jeune département qui connaît une démographie galopante, le défi est colossal et impossible à relever pour l'instant, en raison du manque criant de salles de classe.

Selon les chiffres communiqués par le vice-rectorat de Mayotte, seulement 40% des enfants âgés de 3 ans étaient inscrits à l'école pour l'année 2018-2019, contre 98% sur le reste du territoire national.

Et depuis le 23 août, date de la rentrée scolaire pour les 86.000 élèves dans ce département de l'Archipel des Comores de 256.000 habitants, la situation est toujours aussi compliquée.

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a reconnu mercredi sur France Inter qu'il faudrait du temps pour scolariser tout le monde dans un territoire qui enregistre plus de 9.000 naissances par an (soit une classe de 25 élèves par jour). "Pour arriver à ce que tous les enfants de Mayotte et Guyane (autre département français ayant une forte démographie, ndlr) aillent à la maternelle dès trois ans, c'est un peu sur deux ou trois rentrées qu'on va y arriver pleinement", a-t-il dit.

Mardi, à l'occasion de la visite du collège de Kwalé, dans la commune chef-lieu de Mamoudzou, Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, a assuré que les moyens étaient là. "C'est une centaine de millions d'euros par an (sur cinq ans) qui sont mis sur la table pour construire des classes", a-t-elle dit.

Le vice-recteur Gilles Halbout explique de son côté que le recensement des places disponibles se fait en collaboration avec les mairies et que les postes supplémentaires attribués aux écoles permettront de mettre en place cette réforme.

Mais la communauté éducative est plus que dubitative. La CSFM (Confédération syndicale des familles) dit avoir reçu des appels de parents qui n'ont pu inscrire leurs enfants en petite section. Et la FCPE (premier syndicat de parents d'élèves) estime que la mission est impossible. "Cette loi fonctionnera en zone rurale. Par contre en zone urbaine, à Mamoudzou, Koungou, Dembeni et Petite Terre, on n'y arrivera pas", affirme son co-président Haïdar Attoumani Saïd.

- "Pas d'écoles livrées"-

Pour lui, "dans deux ans, c'est faux, il y aura toujours des élèves de 3 ans non inscrits, surtout si l'on ne freine pas le phénomène migratoire (48% de la population est étrangère, dont la moitié est en situation irrégulière selon l'Insee)".

Le SNUIPP, syndicat majoritaire des enseignants du premier degré, fustige l'immobilisme de l'État et des collectivités. "Il n'y a pas d'écoles maternelles livrées, rien n'a été fait en amont de cette loi. L'État et son représentant à Mayotte assument que la loi n'est pas appliquée", s'insurge son secrétaire départemental Rivomalala Rakontondravelo.

"Et j'aimerais bien savoir où sont passés les 20 millions d'euros consacrés aux constructions d'écoles du premier degré. On n'a pas vu le début des chantiers. Quant aux maires, ils ne font rien en se disant que ces écoles sont faites pour les étrangers", accuse-t-il.

À Koungou, deuxième commune la plus peuplée de Mayotte (32.156 habitants), où l'année dernière, les élèves de maternelles étaient 35 par classe, la situation est inextricable. Pour l'instant, 574 dossiers sont en souffrance en maternelle dont 341 dossiers pour les enfants âgés de trois ans. Il y a également 260 dossiers en souffrance pour l'élémentaire.

"La prochaine école qui ouvrira comptera 368 places. On pourrait la remplir juste avec les trois ans, mais cela signifie que les quatre ans et cinq ans en attente n'y entreraient pas. En ce moment, on prend les dossiers et on dit aux parents qu'il n’y a pas de place", précise Éric Boinaïdi, responsable du service scolaire de la ville.

La commune avait refusé de prendre des inscriptions en élémentaire en 2017-2018, faute de place dans les écoles. Dix familles l'avaient attaquée devant le tribunal administratif. Mais leur requête a été rejetée au motif que la commune avait déjà surchargé les classes, qu'il aurait fallu construire 63 classes pour accueillir tout le monde et qu'elle n’en avait pas les moyens.

AFP

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,313,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,64,Abdou Elwahab Msa Bacar,38,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,56,Abdourahamane Cheikh Ali,15,Aboubacar Ben SAID SALIM,39,Actualité Sportive,1610,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1426,AHMED Bourhane,237,Akram Said Mohamed,64,Ali Mmadi,171,Ali Moindjié,53,Anli Yachourtu,71,Assaf Mohamed Sahali,29,Ben Ali Combo,406,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,766,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,28,Cookies,1,Culture et Société,5906,Daoud Halifa,182,Darchari MIKIDACHE,194,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,99,Djounaid Djoubeir,82,Economie et Finance,1160,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Est africain - Océan Indien,2869,EVENEMENTS,51,Farid Mnebhi,339,France,1416,Hadji Anouar,14,Hakim Mmadi Malik,40,HALIDI IBRAHIM Farid,27,Hamadi Abdou,433,High Tech,790,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,264,IMAM Abdillah,17,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,124,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,93,Mayotte,2105,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,435,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,28,Monde,1514,Moudjahidi Abdoulbastoi,30,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,496,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,150,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,421,PERSONNALITÉS COMORIENNES,136,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4764,Publication Article,1,Rafik Adili,40,SAID HALIFA,22,Said HILALI,55,Said Yassine S.A,125,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,771,SOILIHI Ahamada Mlatamou,39,Toufé Maecha,434,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,923,Tribune libre,2970,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Le défi colossal de la scolarisation dès l'âge de trois ans à Mayotte
Le défi colossal de la scolarisation dès l'âge de trois ans à Mayotte
https://1.bp.blogspot.com/-TJ7GzEkwoe8/XWod_yUi4pI/AAAAAAAC1Mo/XuRSnZFeZ2UIM2nW1i7NpUh1qO3ZaEdTACLcBGAs/s320/mayo.jpg
https://1.bp.blogspot.com/-TJ7GzEkwoe8/XWod_yUi4pI/AAAAAAAC1Mo/XuRSnZFeZ2UIM2nW1i7NpUh1qO3ZaEdTACLcBGAs/s72-c/mayo.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2019/08/le-defi-colossal-de-la-scolarisation.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2019/08/le-defi-colossal-de-la-scolarisation.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATEGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aao Sep Oct Nov Dec juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier.