Le taux de change fixe : source des perturbations économiques des Comores

De nombreuses études effectuées non seulement par le FMI mais aussi par des monétaristes, ainsi que des panafricanistes concernant l’effi...

De nombreuses études effectuées non seulement par le FMI mais aussi par des monétaristes, ainsi que des panafricanistes concernant l’efficacité et le choix des régimes de change, ont montré que les pays qui utilisent le change fixe sont tenus de défendre la parité pour maintenir à la marge de fluctuation autorisée, sinon ils ne pourront pas maîtriser leur politique monétaire de change vu qu’elle n’est pas du tout autonome. Ces pays peuvent être confrontés à une dégradation de la balance des paiements. 

Quel régime faut-il alors choisir ? 

Le choix d’un régime n’est pas une décision à prendre à la légère, puisque chaque régime de change présente des avantages et des inconvénients liés aux contraintes extérieures, aux conditions de stabilité macroéconomique et aux objectifs économiques du pays. Cependant, il serait judicieux de changer de régime de change fixe pour adopter davantage un régime de change flexible ou intermédiaire, qui, sont plus favorables et autonomes que le système de change fixe imposé par la France. 

En réalité, le régime de change fixe favorise une perte d’autonomie sur la politique monétaire. En effet, le pays devient dépendant économiquement et monétairement. La parité est choisie par rapport à la situation économique du pays de référence (la France), et n’est pas forcément optimale. La banque centrale n’a quasiment aucune liberté pour choisir le taux d’intérêt. 

Puisque les taux d’intérêt pratiqués sont plus élevés, les banques commerciales restreignent l’offre de crédit et les emprunteurs s’abstiennent de formuler des demandes. Contrairement à un régime de change flexible, les autorités étatiques ou la banque centrale peuvent intervenir sur le marché de changes dans le seul but d’atténuer les éventuelles fluctuations. Les pays qui utilisent le régime de change fixe maitrisent l’inflation avec un excès de liquidité bancaire étant donné que la croissance reste trop faible (les cas des pays de la zone franc, dollar Caraïbes-Pacific ...). 

Quels sont les premiers signes précurseurs du déficit permanent de la balance commerciale ? 

Le régime de change fixe ne correspond pas aux réalités objectives actuelles des Comores. Nul n’ignore que le franc comorien est une monnaie forte, arrimée avec une monnaie forte qui est l’euro, pénalise toute la production locale. On n’a pas besoin de faire des cours « d’économie monétaire » pour comprendre que lorsqu’une monnaie est surévaluée par rapport aux autres monnaies de la région, cela permet d’acheter des biens à l’extérieur, et favorisera dans le pays une politique d’importation, et freinera considérablement la production locale. Ouvrez les yeux ! Le modèle de Maurice et les Seychelles doit être un exemple et une inspiration à suivre pour les Comores. 

On peut noter les signes avant-coureurs qui caractérisent le fléau du déficit commercial :
  • ¬ Avec un régime de change fixe, le meilleur procédé pour contrôler l'inflation, les banques doivent appliquer des taux d'intérêt élevés, supérieur à 7%. Forcément, très peu de personnes acceptent de prendre de risques et cela réduit la demande de crédit, par conséquent il n’y aura pas de création monétaire et la croissance restera faible, ce qui affectera les investissements ; 
  • ¬ Les dévaluations (Kmf ou euro) constituent l’une des conséquences de la pauvreté de notre pays. Ce dernier n'arrive toujours pas à créer des excédents de ses balances commerciales. En théorie, les dévaluations devraient permettre de stimuler les exportations et protéger le marché intérieur. Ce qui n’est absolument le cas, car la dévaluation serait de booster la compétitivité dans un pays qui a le potentiel d’autonomie, de production locale et de l’exportation. La surévaluation de nos francs n’attire guère les investisseurs étrangers, ce qui renchérit considérablement les exportations et pèse négativement sur la croissance ; 
  • ¬ La BCC dépose 65% de réserves de change en garantie de convertibilité au trésor français est inférieur aux taux appliqués des pays de la zone franc. Cela est encore plus défavorable à la croissance économique et à l’emploi. Il est temps de renégocier à la baisse le taux de change en deçà des 65% actuels (amortir des 60 à 50%, comme les cas des pays de la zone franc) ; 
  • ¬ Le niveau de corruption élevé est associé à de faibles niveaux d’investissements public et privé, ce qui entrave le développement économique, et entraîne aussi un faible niveau de la croissance. L’Etat doit contrôler de manière drastique les dépenses publiques, surtout leur destination et leur utilité et, ce, pour permettre de réduire le déficit public, tout en maximisant la liberté des comoriens à acheter et vendre des biens et services. Il faudrait réinventer un nouveau modèle économique qui créera de valeur et de richesse. 

Quelles sont les mesures à prendre pour résoudre le déficit commercial ? 

Pour sortir du marasme économique qui perdure, certaines mesures me paraissent discutables pour relancer notre économie. Les autorités comoriennes devraient accepter que le franc comorien ne soit plus arrimé avec une seule devise, l'euro. Nous devons élargir la libre convertibilité de notre monnaie vers les principales devises à savoir le dollar, le Yuan et l’euro pour permettre de donner le sens de la flexibilité du taux de change fixe et déterminer le meilleur niveau de la compétitivité de notre monnaie.

En guise de contribution, le solde du compte d’opération de la BCC domicilié au trésor de Paris devrait être transféré vers une institution internationale « neutre » qui serait la Banque des règlements internationaux. Cette dernière garantira notre monnaie et permettra à notre pays de « dénazifier le franc comorien » 

Enfin, la création d’une zone monétaire optimale au sein des pays de l’océan indien (Comores, Madagascar, Maurice et Seychelles) permettrait de supprimer les barrières commerciales et monétaires, réduire les coûts de transaction et les risques de change, et accroitre le niveau de vie des habitants de la région. C’est déplorable pour notre pays de coopérer monétairement avec les pays de l’UEMOA et CEMAC et cela dit, il ne devrait pas être membre de la zone franc, puisqu’il n’est pas possible pour Les Comores de mener une politique d’intégration économique avec les 14 pays de la zone franc. 

OUZALI Said Youssoufa 
Economiste monétaire
mlamalisaid.mngt@yahoo.fr

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,319,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,55,Abdou Elwahab Msa Bacar,33,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,48,Abdourahamane Cheikh Ali,13,Aboubacar Ben SAID SALIM,38,Actualité Sportive,1529,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1402,AHMED Bourhane,230,Akram Said Mohamed,57,Ali Mmadi,162,Ali Moindjié,48,Anli Yachourtu,58,Assaf Mohamed Sahali,28,Ben Ali Combo,384,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,677,Comores Développement,88,ComoresDroit,403,COMORESplus,26,Cookies,1,Culture et Société,5311,Daoud Halifa,160,Darchari MIKIDACHE,193,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,87,Djounaid Djoubeir,76,Economie et Finance,1050,Élections 2016,370,Est africain - Océan Indien,2793,EVENEMENTS,49,Farid Mnebhi,339,France,1398,Hadji Anouar,13,Hakim Mmadi Malik,35,HALIDI IBRAHIM Farid,22,Hamadi Abdou,425,High Tech,782,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,235,IMAM Abdillah,16,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,104,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,80,Mayotte,2019,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,418,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,103,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,26,Monde,1507,Moudjahidi Abdoulbastoi,30,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,465,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,143,Omar Ibn Abdillah,14,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,25,People,420,PERSONNALITÉS COMORIENNES,132,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4301,Publication Article,1,Rafik Adili,35,SAID HALIFA,20,Said HILALI,54,Said Yassine S.A,62,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,764,SOILIHI Ahamada Mlatamou,35,Toufé Maecha,412,Toyb Ahmed,233,Transport Aérien,888,Tribune libre,2632,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,65,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Le taux de change fixe : source des perturbations économiques des Comores
Le taux de change fixe : source des perturbations économiques des Comores
https://3.bp.blogspot.com/--m4HELVxeHs/W_hATs0fmoI/AAAAAAACuoo/x2z2rmulg8w0WxbmtiJ7c4l6vcyl8ydGQCKgBGAs/s320/IMG_1671.JPG
https://3.bp.blogspot.com/--m4HELVxeHs/W_hATs0fmoI/AAAAAAACuoo/x2z2rmulg8w0WxbmtiJ7c4l6vcyl8ydGQCKgBGAs/s72-c/IMG_1671.JPG
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2018/11/le-taux-de-change-fixe-source-des.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2018/11/le-taux-de-change-fixe-source-des.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé correspondant à votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow Partagez cet article et Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour lire la suite ÉTAPE1: Partager. ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour déverrouiller Copier tout le code Sélectionner tout le code Tout le code a été copié dans votre presse-papier Can not copy the codes / texts, please press [CTRL]+[C] (or CMD+C with Mac) to copy