François Hollande: intervention «immédiate» de la France en Centrafrique

Suite au conseil restreint de Défense tenu ce jeudi à l'Elysée, François Hollande a annoncé une action militaire «immédiate» de la Franc...

Suite au conseil restreint de Défense tenu ce jeudi à l'Elysée, François Hollande a annoncé une action militaire «immédiate» de la France en Centrafrique. L'effectif français sur place devrait être doublé dans les prochaines heures ou les prochains jours, selon le chef de l'Etat. Plus tôt dans l'après-midi, le Conseil de sécurité de l'ONU avait donné mandat aux forces françaises pour faire usage de la force en République centrafricaine et restorer la sécurité, en appui à une force panafricaine. Ce vote intervient alors que des violences meurtrières ont éclaté ce matin à Bangui et que 250 soldats français se sont déployés dans la capitale, placée sous couvre-feu de 18h à 6h par le président Djotodia.

François Hollande a convoqué ce jeudi soir un conseil restreint de Défense à 18h00 à l'Elysée auquel ont participé le chef d'état-major des armées, Edouard Guillaud, et les ministres Jean-Yves Le Drian (Défense), Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Manuel Valls (Intérieur).
Selon les scénarios initiaux, l'intervention ne devait avoir lieu qu'après le Sommet de l'Elysée sur la paix et la sécurité en Afrique, vendredi et samedi. Mais dès la sortie du conseil, François Hollande a annoncé que l'opération Sangaris en Centrafrique serait lancée dans les prochaines heures, avec un doublement, à environ 1 200 hommes, des effectifs français qui interviendront pour éviter une catastrophe humanitaire.

« Vu l'urgence, j'ai décidé d'agir immédiatement, c'est-à-dire dès ce soir », a-t-il déclaré. Les effectifs français actuels en République centrafricaine, soit 600 militaires, seront « doublés d'ici quelques jours, pour ne pas dire quelques heures », a-t-il ajouté quelques heures après que le Conseil de sécurité de l'Onu a autorisé le recours à la force pour mettre fin aux combats.
« La France est attendue pour éviter une catastrophe humanitaire, elle sera là », a-t-il précisé. « Cette intervention sera rapide, elle n'a pas vocation à durer et je suis sûr de son succès », a conclu le président.


Le texte, adopté à l'unanimité des 15 pays membres du Conseil sur proposition de la France autorise les soldats français en Centrafrique à « prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca (force africaine en RCA) dans l'accomplissement de son mandat ».
La Misca pourra se déployer « pour une période de douze mois », avec une clause de révision à six mois, avec pour mission de « protéger les civils, rétablir l'ordre et la sécurité, stabiliser le pays » et faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire.
Dans le cadre de l'opération Sangaris, la France doit tripler son contingent sur place, qui passera à 1 200 hommes. Ils sont chargés notamment de sécuriser l'aéroport de Bangui et les principaux axes par où transiteront les convois humanitaires.
« Le Conseil de sécurité est sorti de son indifférence », a commenté l’ambassadeur français après ce feu vert donné par l’ONU à une intervention en RCA.
La résolution envisage la transformation éventuelle de la Misca en force de maintien de la paix de l'ONU quand les conditions le permettront, c'est-à-dire dans plusieurs mois, et à condition que le Conseil donne à nouveau son feu vert.

Commission d'enquête sur les droits de l'homme

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon doit préparer un rapport à ce sujet dans les trois mois. Selon un précédent rapport de M. Ban, une telle opération devrait mobiliser entre 6 000 et 9 000 casques bleus pour être efficace.
La résolution prévoit aussi une commission d'enquête sur les droits de l'homme et un embargo sur les armes à destination de la RCA pendant un an.
Le Conseil brandit enfin la menace de sanctions ciblées (essentiellement le gel d'avoirs et une interdiction de voyager) contre les responsables d'exactions, ceux qui tenteraient de violer l'embargo ou de bloquer la transition politique en RCA, ou encore de piller les ressources naturelles du pays.
Amnesty International et la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) ont pris acte de cette résolution, mais les deux ONG regrettent l'absence de mise en place plus rapide d'une véritable force de maintien de la paix des Nations unies.

Par RFI
Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,62,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,110,Abdourahamane Cheikh Ali,99,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2120,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1625,Ahmadou Mze,85,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,203,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,119,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,414,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1216,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,50,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8669,Daoud Halifa,227,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,164,Dini NASSUR,146,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1628,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3299,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1616,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,825,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,471,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2626,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1626,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,208,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,423,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5988,Publication Article,1,Rafik Adili,48,SAID HALIFA,22,Said HILALI,100,Said Yassine S.A,170,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,52,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1171,Tribune libre,4743,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: François Hollande: intervention «immédiate» de la France en Centrafrique
François Hollande: intervention «immédiate» de la France en Centrafrique
http://3.bp.blogspot.com/-UU-zEpxYkFI/UqDKpIMmEFI/AAAAAAABERo/ZOh9J8lUs8c/s1600/2013-12-05T082015Z_1512313204_GM1E9C5198X01_RTRMADP_3_CENTRALAFRICAN-FIGHTING_0.JPG
http://3.bp.blogspot.com/-UU-zEpxYkFI/UqDKpIMmEFI/AAAAAAABERo/ZOh9J8lUs8c/s72-c/2013-12-05T082015Z_1512313204_GM1E9C5198X01_RTRMADP_3_CENTRALAFRICAN-FIGHTING_0.JPG
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2013/12/francois-hollande-intervention.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2013/12/francois-hollande-intervention.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières