Hommage à cet ami

Hommage à cet ami Said Hassan Said Hachim est parti. Je me disais qu’il allait se rétablir par la grâce de Dieu....


Hommage à cet ami

Said Hassan Said Hachim est parti. Je me disais qu’il allait se rétablir par la grâce de Dieu. Il y avait encore tellement à dire, tellement à écrire, tellement à faire.

Je remercie mon jeune frère Oubeidillah Mchangama. C’est lui qui m’a informée que Said Hassan Said Hachim voulait s’adresser aux Comoriens. Nous sommes alors à quelques jours du référendum constitutionnel de 2018. Je m’écrie: « Said Hassan Said Hachim a un message à livrer à ses compatriotes et il n’a appelé que la Radio Kaz? ».

Je demande à Oubeid de l’informer que Al-watwan sera de la partie pour son allocution.

J’arrive chez lui. Chez maman Hachim. Oubeid est là avec son magnétophone et moi avec mon téléphone. A l’époque, les Live Facebook, c’est moi qui les faisais et pas Oubeid . J’en explique le principe à l’ancien gouverneur. Je braque mon téléphone et il s’adresse à la nation pendant une demi-heure.

Nous l’écoutons attentivement, religieusement avec le sentiment de participer à quelque chose d’unique. Sa voix grave, profonde, posée, qui martèle aux comoriens l’importance de la Concorde, du dialogue, de la discussion. Il avait un message de paix à délivrer à ses concitoyens. Il a appelé toute la classe politique à un sursaut national. Un sursaut national qui se fait ( toujours) attendre.

« La dette qu’ont les comoriens envers leur pays ne peut être payée par le sang, mais par l’argent, par des efforts, par la réflexion », a-t-il insisté.

Ce jour-là M. Said Hassan Said Hachim voulait « libérer sa conscience ». Et il l’a fait de la plus belle des manières, dans son habit blanc. Par sa voix imposante. Par le choix de ses mots. Il a dit aux comoriens, « entre l’honneur et l’argent, j’ai choisi l’honneur ». Il a dit aux comoriens « qu’il était temps de promouvoir le dialogue afin de ne pas mettre en péril l’avenir de nos enfants ». Des enfants qui découvraient ou redécouvraient un vieux « jeune » qui savait encore dire « non » et qui le faisait savoir. Un homme aux idées claires qui savait exactement ce qu’il voulait. Un homme dont le nom seul imposait le respect. Quand Said Hassan Said Hachim parlait, on ne pouvait que l’écouter.

Quand il eut fini et que j’ai interrompu le direct Facebook, quand il a commencé à recevoir des appels du Japon, de la France, de la Suisse, ravi et étonné que des gens « qui ne se trouvaient pas à Iroungoudjani » l’aient vu et entendu, il nous a fait part de sa surprise. De la surprise que des gens aussi éloignés géographiquement aient pu suivre son allocution en instantané. Nous en avons rigolé pendant de longues minutes, avons cassé du sucre sur la chaîne publique dont on pouvait se passer grâce aux directs...

Nous savions que nous avions ce jour-là, malgré les décennies qui nous séparaient, gagné un ami. Said Hassan Said Hachim était notre ami.

C’était un homme politique comme on n’en fait plus, avec le sens de l’honneur chevillé au corps.

La dernière fois que je l’ai vu,c’était le 24 octobre, je revenais de voyage le même jour. Il était un peu fatigué. Aussi je ne suis pas restée longtemps, peut être 10 minutes. Il a eu la force de venir au salon. Il m’a encore une fois parlé de mon aïeul de Foumbouni, de son courage. Il a parlé comme toujours de son fils qui se trouve être mon cousin , Said Mohamed. Je me suis levée pour partir. Son regard était pensif. Je l’ai senti accompagner mon départ. Avec le recul, je me dis que c’était une façon de me dire au revoir.

A nos enfants, je raconterai la fierté qui est la mienne d’avoir pu et su partager quelques moments avec cet homme pour lequel j’éprouve le plus profond respect. Je leur dirai: de mon temps, j’ai eu l’immense privilège de côtoyer une personnalité remarquable, un Baobab.

Je leur dirai, vous savez, c’est cet homme de 84 ans, qui pour se déplacer avait parfois besoin d’une canne et qui a eu, au crépuscule de sa vie l’admirable courage de dire non. Une belle leçon de dignité. Un homme de 86 ans qui avait les yeux qui brillaient, qui pétillaient parce qu’il avait un livre, un journal à lire.

Faïza Soulé Youssouf

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,91,Abdou Ada Musbahou,88,Abdou Elwahab Msa Bacar,55,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,85,Abdourahamane Cheikh Ali,31,Aboubacar Ben SAID SALIM,42,Actualité Sportive,1859,Adinani Toahert Ahamada,32,Afrique,1497,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,189,Ali Moindjié,70,Anli Yachourtu,75,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,411,Biographie,1,Chacha Mohamed,45,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1036,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,49,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,7771,Daoud Halifa,200,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,130,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1480,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3131,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1534,Hamadi Abdou,444,High Tech,822,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,394,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,149,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2413,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,458,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1592,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,178,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,422,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5413,Publication Article,1,Rafik Adili,43,SAID HALIFA,22,Said HILALI,64,Said Yassine S.A,164,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,814,SOILIHI Ahamada Mlatamou,49,Toufé Maecha,445,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1064,Tribune libre,4512,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Hommage à cet ami
Hommage à cet ami
https://1.bp.blogspot.com/-Mv7Yzv7KItI/X8X9z-X9WlI/AAAAAAAAJU4/dG2kWuAjqXw0KF2G_mmHKitt9GA58lmjQCLcBGAsYHQ/s320/said.jpg
https://1.bp.blogspot.com/-Mv7Yzv7KItI/X8X9z-X9WlI/AAAAAAAAJU4/dG2kWuAjqXw0KF2G_mmHKitt9GA58lmjQCLcBGAsYHQ/s72-c/said.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2020/12/hommage-cet-ami.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2020/12/hommage-cet-ami.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières