«Une fois, je me suis senti vraiment en danger»

PARTAGER:

«Une fois, je me suis senti vraiment en danger». Leçons apprises par la journaliste d’investigation Hayatte Abdou, des Îles Comores, une des rares jou

«Une fois, je me suis senti vraiment en danger»

Leçons apprises par la journaliste d’investigation Hayatte Abdou, des Îles Comores


Dans le cadre de sa série d’entretiens, GIJN s’entretient avec Hayatte Abdou, journaliste au National Magazine aux Îles Comores. Hayatte Abdou est l’une des rares journalistes d’investigation de ce petit pays insulaire, dominé par les médias d’État, et où la liberté de la presse est mise à rude épreuve. Elle a été acclamée pour son reportage courageux sur le meurtre d’un autre journaliste comorien, Ali Abdou (aucun lien de parenté entre les deux), dont la mort suspecte a été ignorée par les autorités.

De toutes les enquêtes sur lesquelles vous avez travaillé, laquelle a été votre préférée et pourquoi ?


Hayatte Abdou : Mon enquête préférée est une enquête sur la corruption dans les rangs de l’AGID, l’administration fiscale comorienne. J’ai pris du plaisir à l’écrire, et mes mains ne tremblaient pas comme lorsque j’écrivais sur un viol commis en toute impunité ou sur la mort de mon collègue Ali Abdou. La plupart du temps, mes enquêtes impliquent la douleur, la tristesse et la colère. Pour celle sur l’administration fiscale, j’étais sereine. 

C’était une histoire que tout le monde connaissait mais avait décidé de passer sous silence. Je n’ai fait que dire ce que tous les Comoriens pensaient tout bas. Et pour moi, il était temps qu’on en parle. Donc oui, j’ai vraiment pris plaisir à l’écrire. 

 Quels sont les plus grands défis en termes de journalisme d’investigation dans votre pays ?


“J’aime me dire que le jour où j’irai en prison, ça sera une injustice, pas parce que je suis journaliste d’investigation, mais parce que j’aurai fait mon travail aussi correctement.” – Hayatte Abdou, journaliste d’investigation comorienne.

HA : Je ne souhaite pas parler pour les autres. Le journalisme d’une manière générale aux Comores est vraiment précaire. Beaucoup de journalistes ne vivent pas de leur métier. Donc chacun se débrouille comme il peut.

Mener une enquête coûte cher, beaucoup ne disposent pas des moyens financiers pour se lancer dans des projets d’investigation. Et ceux qui osent découvrent le jour de la publication que ce ne sont pas leurs mots qui apparaissent dans le journal, tout a été censuré ou modifié..

Moi j’ai décidé que ces diktats ne sont pas faits pour moi.

Mais ma plus grande difficulté est la peur que j’ai au fond de moi, cette habitude que nous avons de douter de nous-mêmes. Nous nous demandons : Ai-je été juste ? Ai-je correctement relayé les faits ? L’information était-elle suffisamment équilibrée ? Suis-je assez bon pour nos lecteurs ?

J’essaie d’utiliser ces peurs pour me pousser à mieux travailler, à toujours me remettre en question et à me pousser à aller un peu plus loin. J’aime me dire que le jour où j’irai en prison, ça sera une injustice, pas parce que je suis journaliste d’investigation, mais parce que j’aurai fait mon travail aussi correctement. Et c’est cette peur-là que je canalise et que j’utilise.

Quel a été le plus grand obstacle/défi auquel vous avez été confrontée en tant que journaliste d’investigation ?


HA : Je ne travaille pas dans les rédactions locales. Et ma cheffe, Christèle Bourdeau, est du genre, “ feu vert madame. C’est un très bon sujet”. Elle ne me laisse jamais seule longtemps. Elle se tient toujours au courant de l’évolution du sujet. Elle me fait confiance. Et c’est extrêmement important. Elle dit très souvent que nous sommes l’exception mais pas la règle. Depuis que nous avons commencé à travailler sur notre média en ligne National Magazine Comores, jamais une fois, elle n’a censuré mes propos ou a fait obstacle à l’un des sujets. Elle cherche toujours à comprendre la démarche et ne cherche surtout pas à s’imposer. La censure je ne connais pas ; l’autocensure non plus.

Une fois, je me suis senti vraiment en danger, lorsque nous avons publié sur la mort de notre confrère Ali Abdou. L’ancien procureur de la république Mohamed Abdou faisait vraiment peur à tout le monde. Les journalistes encore plus. Mais j’ai eu de gros parapluies. Je ne parle pas uniquement de mes collègues journalistes comoriens. Ils ont fait corps avec moi, ils se sont saisis de l’affaire. Je parle aussi du Réseau International des Journalistes d’Investigation (GIJN) qui m’a sorti de l’ombre. Qui a largement joué son rôle de soutien et de promouvoir le travail des journalistes d’investigation peu importe d’où ils où elles viennent.

Aujourd’hui, je dirais que les grands obstacles sont la pression, le découragement, les phrases, du genre : “ Pourquoi tu veux remuer tout cela”, “ tout le monde le sait et a décidé de se taire, c’est du déjà vu”, “ tu te mets en danger pour rien”… Mais ce n’est pas parce qu’une chose est ancrée dans la normalité que nous devons l’accepter. Parfois, mine de rien, on te balance des phrases : “ Tu n’as pas peur, tu es une femme ?” Ou encore : “ pourquoi tu ne laisses pas ce genre de sujet à tes collègues hommes, parce que les femmes de nature sont fragiles.” Ou encore : “Arrête tes bêtises”.

Quel est votre meilleur conseil ou votre meilleure astuce pour passer un entretien ?


HA : En général, je m’entends bien avec les gens. Pour moi, le plus important avec les interviewés est d’écouter, de s’adapter à la personne, de comprendre et de ne pas chercher à avoir toujours raison. Même si la personne en face de vous ment, ce sont ses mensonges à elle. Vous devez écouter et rester poli. La politesse et le respect sont très importants, peu importe qui se trouve en face de vous. Vous pouvez souvent obtenir ce que vous voulez avec un sourire et un “s’il vous plaît”. Je dis souvent aux personnes qui me racontent leur histoire : “Même si je me fais l’avocat du diable en posant autant de questions, ce n’est pas que je suis contre vous, c’est juste pour mieux comprendre.”

“Le meilleur conseil qu’on m’ait donné, c’est “taisez-vous et faites votre travail”… C’est d’autant plus important que nous ne travaillons pas pour nous-mêmes, nous travaillons pour le peuple, pour les citoyens.” – Hayatte Abdou (quote 2)

Quel est l’outil d’investigation, la base de données ou l’application que vous préférez utiliser dans vos enquêtes ?


HA : Avant, je ne faisais que les bases, comme faire des recherches sur Google. Le fait de travailler avec des organisations comme le GIJN, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’Ouest (CENOZO), ainsi que d’être formée par le projet Media & Démocratie m’a beaucoup appris. Aujourd’hui, cela dépend du sujet. Et quand je ne sais pas où chercher, c’est simple : je demande.

Avant, je me limitais aux choses basiques comme faire des recherches sur Google. Travailler avec des organisations telles que le Réseau International du Journalisme d’Investigation (GIJN), le Consortium International des Journalistes d’Investigation (ICIJ), et la Cellule Norbert-Zongo pour le Journalisme d’Investigation en Afrique de l’Ouest (CENOZO) et être formée par “Médias & Démocratie” m’a énormément appris. Aujourd’hui, cela dépend du sujet. Et lorsque je ne sais pas où chercher, c’est simple je demande.

Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu jusqu’à présent dans votre carrière et quels conseils donneriez-vous à un journaliste d’investigation en herbe ?


HA : Le meilleur conseil qu’on m’a donné : “ Fais ton travail et tais-toi”. Et c’est le même conseil que je donnerais. Nos lecteurs ne nous demandent pas nos avis, ni nos points de vue, on nous demande d’informer, des faits. D’autant plus que nous ne travaillons pas pour nous, mais pour des populations, pour les citoyens. Faire son travail et laisser les personnes pour qui vous travaillez juger. Le journalisme d’investigation est...Lire la suite sur Global Investigative Journalism Network

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,308,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,64,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,112,Abdourahamane Cheikh Ali,104,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2134,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1631,Ahmadou Mze,87,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,203,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,120,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,415,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1227,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,53,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8805,Daoud Halifa,230,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,176,Dini NASSUR,149,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1650,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3309,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1623,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,830,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,475,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2649,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1631,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,209,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,423,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,6044,Publication Article,1,Rafik Adili,49,SAID HALIFA,22,Said HILALI,101,Said Yassine S.A,173,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,53,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1192,Tribune libre,4781,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: «Une fois, je me suis senti vraiment en danger»
«Une fois, je me suis senti vraiment en danger»
«Une fois, je me suis senti vraiment en danger». Leçons apprises par la journaliste d’investigation Hayatte Abdou, des Îles Comores, une des rares jou
https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEhZRxDNBpqdhm67sCF4ZJXcEAaLFsaUPJSaNHYDJyO6tu4RaJp1c72vHAy0_dnFwm4ype0bG_mUdKrn3M05Djj8H0EGswJX2R8_wD_crKjj9fBiTHl3B-8J-hrMYfeFBIg50ukuHLqoTdcDhTM3_QBujcMunciO_0Tcw6q6ItrjjZK4jaX0HLCTm3fT/w320-h184/HayatteAbdou.png
https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEhZRxDNBpqdhm67sCF4ZJXcEAaLFsaUPJSaNHYDJyO6tu4RaJp1c72vHAy0_dnFwm4ype0bG_mUdKrn3M05Djj8H0EGswJX2R8_wD_crKjj9fBiTHl3B-8J-hrMYfeFBIg50ukuHLqoTdcDhTM3_QBujcMunciO_0Tcw6q6ItrjjZK4jaX0HLCTm3fT/s72-w320-c-h184/HayatteAbdou.png
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2023/01/une-fois-je-me-suis-senti-vraiment-en.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2023/01/une-fois-je-me-suis-senti-vraiment-en.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières