Saïd Larifou : « Notre pays est pris en otage par Azali et les membres de sa famille »

Lettre ouverte aux chefs d’États, membre de l’Union africaine…Saïd Larifou : « Notre pays est pris en otage par Azali et les membres de sa famille »

Saïd Larifou : « Notre pays est pris en otage par Azali et les membres de sa famille »

LETTRE OUVERTE AUX CHEFS D’ETATS, MEMBRES DE L'UNION AFRICAINE 

SUR LA CRISE INSTITUTIONNELLE ET POLITIQUE AUX COMORES

Excellence, Messieurs les Chefs d’Etats, Messieurs les Présidents, 

Dans la perspective du prochain sommet des Chefs d'Etats de l’union Africaine du 5 et 6 février 2022 à Addis-Abeba , dont notre pays , les Comores, est membre, le Gouvernement de transition en exil de l'Union des Comores, a l'honneur de vous prier de prendre note que l'Union des Comores ne sera pas représentée par un dirigeantt légitime , car l’ancien Président Azali Assoumani s’est maintenu au pouvoir après la fin de son mandat de cinq ( 5 ) ans , entamé le 26 Mai 2016 et qui a pris fin le 26 Mai 2021.

Il évoque une réélection suite à une présidentielle anticipée controversée , non reconnue par les observateurs nationaux et internationaux , notamment ceux de l’Union Africaine qui n’ont pu faire de rapport faute d’éléments crédibles du scrutin.

Ce sommet des chefs d’États de l’Union Africaine se tiendra dans un contexte d’extrême tension politique et sécuritaire en Afrique qui se traduit, ces derniers mois, par des renversements des régimes jugés incapables de répondre aux exigences démocratiques et de justice des peuples d’afrique qui veulent en finir avec l’extrême pauvreté de nos populations et particulièrement de notre jeunesse, l’impunité des détournements des derniers publics et des assassinants d’opposants, les inégalités en Afrique, les trahisons des dirigeants contre les intérêts des peuples. 

La désignation de l’ancien Président Azali Assoumani au poste de vice Président de l’Union Africaine est un reniement de l’Union Africaine à ses valeurs et principes fondamentaux, rappelés dans sa charte et à son engagement à lutter contre la corruption, aux détournements des derniers publics et à garantir une culture de bonne gouvernance et d’État de droit en Afrique. 

Cet engagement est conforme aux instruments pertinents et traités de l’Union Africaine , notamment à :
- La convention de l’Union Africaine pour prévenir et combattre la corruption , adoptée en 2003 
- La Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance démocratique, adoptée en 2007
- La Charte africaine des valeurs et principes du service public et de l’administration , adoptée en 2011.

Cette désignation est une insulte à la mémoire des dizaines de victimes assassinées en toute impunité par des militaires sous le commandement du colonel Azali Assoumani et une injusticepour leurs famille inacceptable pour les prisonniers politiques, détenus depuis plus de trois (3 ) ans sans jugement et en violation flagrante de la procédure pénale et un mépris aux comoriens , notamment à notre diaspora , qui depuis trois (3) ans , manifestent tous les week-ends , partout dans les principales villes de France ,contre l’arbitraire, les injustices et pour un État de droit aux Comores.

Cette désignation éloigne encore plus l’Uion Africaine des préoccupations et inspirations légitimes des peuples d’afrique qui exigent une vraie rupture de la politique et les pratiques de notre organisation continentale qui consistent à donner une légitimité à un dirigeant d’un régime qui malgré les recommandations de la commission des Nations Unies sur les Droits de l’homme, les décisions rendues par la Comission Africaine des droits de l’hoomme et des peuples , en faveur de la libération des prisonniers politiques, le rapport du département des États-Unis sur les droits de l’homme aux Comores et les déclarations de l’Union Africaine et celle de l’Union Européenne se prononçant sur la situation des prisonniers politiques, poursuit les persécutions , lesarrestations et les emprisonnements politiques, les assassinats de ses opposants, les abus et les persécutions judiciaires et militaires. 

L’absence de légitimité constitutionnelle et politique du gouvernement dirigé par Monsieur Azali Assoumani, ancien Président de l’Union des Comores, contribue à la montée inquiétante de l’extrémisme et du populisme dans notre pays, encourage la migration massive dans des conditions dangereuses et périlleuses de notre jeunesse qui fuit l’arbitraire, la terreur, la répression militaire et les assassinats politiques, système érigé par lui comme mode de gouvernance. 

Monsieur Azali Assoumani est l'unique responsible de l’anarchie et de la crise institutionnelle aux Comores car il s'obstine à se maintenir au pouvoir, par la ruse, la manipulation et la répression alors que son mandat de cinq ( 5) ans, entamé le 26 Mai 2016, a pris fin le 26 Mai 2021. 

En effet, comme l’avaient constaté les observateurs de l’Union Africaine et les rapports des observateurs nationaux et internationaux de la COMESA, UA et EASF, déployés aux Comores, “les missions déplorent les incidents observés qui n'ont pas permis aux électeurs de sortir massivement pour exercer leur droit civique dans la sérénité. 

Ces dysfonctionnements ainsi que l’interruption des opérations de dépouillement, la collecte et le transfert des urnes par les éléments des forces de l’ordre ont, de ce fait , affecté le bon déroulement des opérations de vote et de dépouillement et par conséquent, l’ensemble du scrutin”. 

La Cour Africaine des Droits de l’homme et des Peuples, saisie d'une requête, par notre gouvernement, doit se prononcer sur les conséquences des décisions et engagements internationaux pris par Monsieur Azali Assoumani, ancien Président de l’union des Comores depuis la fin de son mandat le 26 Mai 2021. 

Cette procédure suivie par nos avocats est fondée sur les dispositions de l’article 17 de la Charte de l’Union africaine en ce qu'elles exigent aux États membres de l’union Africaine le respect du principe d’un État de droit et l’obligation pour eux de faciliter « la participation populaire par le biais du suffrage universel comme un droit inaliénable des peuples. »La Charte rappelle aux États « leur engagement à tenir régulièrement des élections libres et justes”. 

Apres avoir constaté l’absence de légitimité constitutionnelle, politique et internationale du gouvernement de Monsieur Azali Assoumani au regard des violations graves et répétées des engagements internationaux signes par l’Union des Comores, notre Organisation continentale et nos organisations régionales devaient tirer toutes les conséquences et s'abstenir à ne pas accorder la moindre légitimité à son régime qui fait de l’impunité des assassinats des civils par des militaires, la torture, la terreur, la répression militaire, la mauvaise gouvernance des finances publiques (dénoncées par le Président de la cour des comptes lors de sa conférence de presse tenue le 02 fevier 2022) , la corruption et les détournements des deniers publics et l’enrichissement illicite de ses proches parents et famille son mode de gouvernance. 

En effet, depuis la fin du mandat de Monsieur Azali Assoumani, le 26 Mai 2021, la violation des valeurs démocratiques et des droits de l’homme s'est sérieusement intensifiée aux Comores avec manitien de l’interdiction des manifestations pacifiques, censure et emprisonnement des journalistes, provoquant l'exil de certains de ses opposants, et arrestations et détentions provosoiress depuis plus de trois ans sans jugement, notamment de l’ancien Président Ahmed Abdallah Mohamed SAMBI, et d’autres personnalites politiques notamment un autre ancien président Ikililou Dhoinine et des anciens vice-présidents de l’Union des Comores, assignés en résidence surveillée depuis plus de trois ans ( 3 ans ) comme l'a constaté le rapporteur des Nations Unies sur la torture aux Comores et le rapport du Département d’Etat Américain en son rapport du 30 Mai dernier. 

Notre pays est pris en otage par les membres de sa famille , ses enfants comme commandant dans l’armée, conseiller à la présidence, ses neveux comme secrétaire général du gouvernement, substitut de procureur, Président du tribunal et juge d’instruction chargé des dossiers sensibles et impliquant des opposants, ses cousins à des postes ministériels régaliens et de ses courtisants qui occupent les postes de direction des grandes sociétés d’État et de la haute administration publique.   

Par ailleurs, les actions de la police politique, disposant d'un pouvoir exceptionnel et agissant en dehors de tout cadre légal, inquiète déjà la population qui s’interroge sur la présence dans cette milice d’État, ces derniers mois, d’éléments étrangers dont les nationalités ne sont pas établies, renforcent sérieusement le sentiment de terreur qui règne aux Comores et dans l’île Autonome d’Anjouan en particulier. 

Cette Ile est une entité ciblée atrocement par le Colonel Azali Assoumani qui a déployé sur place des militaires et des milices composés d’éléments originaires de l’île de Ngazidja (Grande-Comore) afin d’y faire subir à la population d’Anjouan des persécutions, de la terreur et des arrestations arbitraires suivies des tortures inqualifiables ,notamment auprès des femmes subissant aussi des viols et des nombreux assassinats politiques avérés commis en toute impunité par des militaires sous le commandement du colonel Azali Assoumani. 

Certains faits ont été soumis à Madame le Procureur de la Cour Pénale internationale et d'autres ont fait l'objet des plaintes au cabinet du Doyen des juges d’instruction Près du Tribunal judiciaire de Paris ( France ). 

Le Gouvernement de Transition en Exil de l’Union des Comores exhorte les chefs d’États, membres de l’Union Africaine sur cette situation périlleuse pour l'avenir de notre pays , sa stabilité et la sécurité dans notre région dans la mesure où le maintien au pouvoir d'un régime illegitime et répressif constitue un facteur important de risque très élevé de sécession et une menace sérieuse sur l’intégrité de notre territoire, sans renier le risque encouru d’une guerre civile à caractère insulaire. 

C'est pourquoi notre gouvernement émet l’espoir de voir les Etats membres de l’Union Africaine à se pencher sérieusement sur le dossier des Comores et la crise institutionnelle et politique provoquée par Monsieur Azali Assoumani, pour trouver des solutions de sortie aux crises politiques et institutionnelles aux Comores et mettre fin pacifiquement à son pouvoir illégitime et dictatorial. 

Quant au Gouvernement de Transition en Exil de l’union des Comores, nous ne pouvons pas laisser l’Unité de notre pays et son intégrité compromises par les actions malveillantes d'un homme assoiffé de pouvoir. 

S’agissant du « dialogue » tel qu’il est envisage par le colonel Azali Assoumani, il consiste en une organisation monologue entre lui et les « opposants » qu’il s’est fait fabriquer lui-même et à passer outre les problèmes de fond qui sont pourtant la cause des crises institutionnelles , politiques et socio-économiques que traverse notre pays sous sa présidence. 

La solidarité des pays membres de l’Union Africaine, sous la Présidence de son Excellence Monsieur Macky Sall, pourrait, une nouvelle fois encore, contribuer à l’émergence d'un environnement propice à la tenue des États Généraux de sortie de crise et une transition apaisée , inclusive aux Comores sous l’égide de l’union Africaine, cette solution serait une contribution précieuse de notre organisation continentale et nos organisations Régionales aux crises que traverse notre pays .

Dans les circonstances présentes, de persécutions et d’arbitraire, l’ensemble des forces vives des Comores et tous les partis politiques , sans exception aucune, les organisations de la société civile , la population et notre Diaspora, espèrent et attendent beaucoup de l'action de l’Union Aficaine sous la présidence de son Excellence, Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal, de l’efficacité et le savoir-faire de la diplomatie sénégalaise. 

Vous remerciant de la suite que vous voudrez bien donner à la présente, Nous vous prions, Excellence, Messieurs, Mes Dames, les chefs d’États, les Présidents, de croire en l'assurance de notre très haute considération. 

Dakar, le 03 février 2022 

Me Saïd Larifou
Ancien candidat à l’élection présidentielle de l’Union des Comores 
Ministre d’Etat, Ministre des affaires étrangères du Gouvernement de Transition en exil de l’Union des Comores 

Rue du Pre-de -la-Bichette 1 Nations Centre 
6 th Floor 1202 Geneva 
Switzerland 
Téléphone +33605993004, E-mail : larifou@gmail.com

COMMENTAIRES

Derniers articles$type=blogging$m=0$cate=0$sn=0$rm=0$c=2$va=0

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,89,Abdou Elwahab Msa Bacar,60,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,92,Abdourahamane Cheikh Ali,58,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2017,Adinani Toahert Ahamada,38,Afrique,1518,Ahmadou Mze,71,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,193,Ali Moindjié,74,Anli Yachourtu,77,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,414,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1119,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,50,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8177,Daoud Halifa,213,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,105,Dini NASSUR,141,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1556,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3217,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1563,Hamadi Abdou,448,High Tech,822,Ibrahim Abdou Said,5,Idriss Mohamed Chanfi,425,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,149,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2486,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1605,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,194,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,422,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5584,Publication Article,1,Rafik Adili,46,SAID HALIFA,22,Said HILALI,69,Said Yassine S.A,168,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,815,SOILIHI Ahamada Mlatamou,49,Toufé Maecha,447,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1129,Tribune libre,4590,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Saïd Larifou : « Notre pays est pris en otage par Azali et les membres de sa famille »
Saïd Larifou : « Notre pays est pris en otage par Azali et les membres de sa famille »
Lettre ouverte aux chefs d’États, membre de l’Union africaine…Saïd Larifou : « Notre pays est pris en otage par Azali et les membres de sa famille »
https://blogger.googleusercontent.com/img/a/AVvXsEj53jpPxBqGKqLleZH6AD_7INcrIBm7ihv73_bmHtnoWtmm2_Y6Hb_5_7Kt7iPad93bvzA6G0WTh35MJcM9XEdNdZ60-glkth5w8LlMotgMRY6xIeKdG-11I-peGhWaCfI1d0CZQusN2F5ZfMBkVI3NaeJyA6zXYEwkkHumJfjkrogsVhld2On_8C1u=w320-h190
https://blogger.googleusercontent.com/img/a/AVvXsEj53jpPxBqGKqLleZH6AD_7INcrIBm7ihv73_bmHtnoWtmm2_Y6Hb_5_7Kt7iPad93bvzA6G0WTh35MJcM9XEdNdZ60-glkth5w8LlMotgMRY6xIeKdG-11I-peGhWaCfI1d0CZQusN2F5ZfMBkVI3NaeJyA6zXYEwkkHumJfjkrogsVhld2On_8C1u=s72-w320-c-h190
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2022/02/said-larifou-notre-pays-est-pris-en.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2022/02/said-larifou-notre-pays-est-pris-en.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières