Aman, "l'enfant sage" des quartiers, tué par un tir aveugle

Aman avait 16 ans, voulait être chauffeur routier. "Doux" et "discret", "loin des embrouilles de quartiers"...

Aman avait 16 ans, voulait être chauffeur routier. "Doux" et "discret", "loin des embrouilles de quartiers", il a été tué par balle le 6 juin à Epinay-sur-Seine, victime innocente de violences entre cités qu'il essayait pourtant d'apaiser.

"Aman était calme, réservé, respectueux. L'enfant sage parmi tous ses copains", raconte Maryam Doubi, 21 ans, animatrice jeunesse dans cette ville de Seine-Saint-Denis.

"Il n'a jamais posé de problème, était loin des embrouilles", ajoute Pacôme, son entraîneur de foot. Il reste "choqué" par cette disparition d'autant plus frappante que l'adolescent essayait d'apaiser à "son petit niveau" les querelles de quartiers. "Et c'est ça qui malheureusement l'a emporté". 

L'animatrice et l'entraîneur, membres de l'association Viv'r, organiseront dimanche avec famille et amis "dévastés" une marche blanche en sa mémoire. Elle partira de la mairie, près de l'immeuble HLM où il vivait, jusqu'à la cité d'Orgemont où il a été tué. 

- Snack et Playstation -


Ce soir-là, Aman était chez sa tante. D'origine comorienne, la famille, arrivée il y a 25 ans à Epinay, est très soudée et veille sur ses enfants, qui grandissent paisiblement. Aman, qui a quatre frères et sœurs, était aussi proche de son cousin. Comme souvent, les deux ados montent "chez le voisin du 9e pour un tournoi de Playstation", raconte à l'AFP sa cousine, Naïma, 35 ans.

Vers minuit, ils partent manger dans un snack, s'arrêtent au retour pour discuter près du "synthé", le terrain de foot synthétique bien connu des jeunes du coin.

Il est près de 03H30. Aman et son cousin n'ont pas le droit d'être dehors, mais ils ont fait le mur. "Une bêtise d'ado comme on en a tous fait", soupire sa cousine. "Ils rigolaient avec leurs copains... cinq minutes plus tard, une voiture est arrivée et voilà".

Un homme descend du véhicule et tire au fusil à canon scié sur le groupe. Aman est touché au front et au thorax. 

La raison des tirs ? Une dérisoire histoire de vengeance après une voiture dégradée, sur fond de rivalités entre la cité d'Orgemont, une des plus grandes du 93, et celle des Raguenets à Saint-Gratien, la ville voisine, située dans le Val-d'Oise. Deux hommes de 18 et 19 ans ont depuis été mis en examen et écroués pour "homicide en bande organisée".

Aman, inconnu de la justice, était juste "au mauvais endroit au mauvais moment" et "n'était pas lié à quoi que ce soit", déplore une source policière.

La veille de son meurtre, Mohamed, un jeune de 18 ans était lui aussi tué d'une balle, simplement pour avoir voulu s'interposer lors d'un différend entre deux groupes à Saint-Denis. 

- "Victimes d'une minorité" -


"Ça pourrait être l'enfant de n'importe qui. Mais lui est mort parce qu'il habite à Épinay", lance en larmes Elise Boscherel, sa professeure principale au lycée professionnel Louise Michel. 

"C'était Aman qui réglait les conflits", poursuit-elle, il lui arrivait de "faire tampon". 

"Ça fait 20 ans que ça dure. Les rivalités ont ressurgi l'année dernière", explique l'enseignante. "J'ai retrouvé un de mes élèves roué de coups, la tête dans le caniveau". Certains jours, il lui arrive de raccompagner des élèves menacés jusqu'à leur domicile.

Ces querelles de quartiers, aux origines obscures, connaissent des "pics de temps en temps", regrette une autre source policière. Elles impliquent "des gamins de 12-13 à 20 ans, qui n'ont aucune maturité et ne se rendent pas compte de ce à quoi ils participent". 

Aujourd'hui, la cousine d'Aman plaide pour mieux prendre en charge "cette poignée de jeunes qui gâche la vie des autres". "Dans les quartiers, nous sommes victimes de cette minorité. Tous les autres jeunes sont très bien et subissent."

Aman, élève de seconde, avait prévu de se réorienter pour devenir chauffeur routier. Il cherchait un internat, manière aussi de sortir de ces rivalités "qui le fatiguaient", assure Elise Boscherel.

Vers minuit, trois heures avant le drame, il lui avait envoyé un message au sujet de son orientation. "Il devait parler de ça au snack avec ses amis", pense la professeure. Loin, là encore, de la violence interquartiers.

grd-tll/tib/mm/shu

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,86,Abdou Elwahab Msa Bacar,43,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,70,Abdourahamane Cheikh Ali,18,Aboubacar Ben SAID SALIM,39,Actualité Sportive,1703,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1462,AHMED Bourhane,237,Akram Said Mohamed,65,Ali Mmadi,183,Ali Moindjié,62,Anli Yachourtu,73,Assaf Mohamed Sahali,31,Ben Ali Combo,410,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,923,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,39,Cookies,1,Culture et Société,6793,Daoud Halifa,186,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,113,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1328,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3018,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,340,France,1483,Hamadi Abdou,440,High Tech,802,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,310,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,139,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,101,Mayotte,2274,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,456,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1565,Moudjahidi Abdoulbastoi,31,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,158,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,421,PERSONNALITÉS COMORIENNES,138,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5073,Publication Article,1,Rafik Adili,42,SAID HALIFA,22,Said HILALI,60,Said Yassine S.A,146,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,804,SOILIHI Ahamada Mlatamou,43,Toufé Maecha,444,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,996,Tribune libre,4014,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Aman, "l'enfant sage" des quartiers, tué par un tir aveugle
Aman, "l'enfant sage" des quartiers, tué par un tir aveugle
https://1.bp.blogspot.com/-4OQJLmhFyWQ/XvXUhRIhjjI/AAAAAAAC4Pg/OcgSsyYZkHEtDyDu9gl8757gNU_NIQwDQCLcBGAsYHQ/s320/aman.jpg
https://1.bp.blogspot.com/-4OQJLmhFyWQ/XvXUhRIhjjI/AAAAAAAC4Pg/OcgSsyYZkHEtDyDu9gl8757gNU_NIQwDQCLcBGAsYHQ/s72-c/aman.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2020/06/aman-lenfant-sage-des-quartiers-tue-par.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2020/06/aman-lenfant-sage-des-quartiers-tue-par.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières