Gestion Covid-19 aux Comores : «J’ai décidé de témoigner publiquement pour que les choses changent et s’améliorent»

COVID-19-KM : prévenir, dépister et traiter (COVIDI-19-KM-PDT) Mon nom est Aboubacar, je suis biochimiste de formation et ancien cons...

COVID-19-KM : prévenir, dépister et traiter (COVIDI-19-KM-PDT)

Mon nom est Aboubacar, je suis biochimiste de formation et ancien conseiller scientifique dans une équipe qui a eu à gérer une très grande épidémie. Je ne suis plus dans le domaine biomédical.

Aujourd’hui, j’ai décidé de témoigner publiquement pour que les choses changent et s’améliorent dans la gestion du COVID-19 aux Comores.

Je tiens, avant tout, à rendre hommage à ces hommes et femmes (chercheurs, médecins, infirmiers…) qui travaillent au front dans la lutte contre cette pandémie. Une pensée à ces familles qui ont perdu un être cher et qui ne peuvent même lui dire au revoir à travers des funérailles à cause des mesures de confinement. Que ça doit être éprouvant. Un hommage particulier à ces épidémiologistes qui doivent mettre en place des mesures de prévention dans un pays qui manque de tout comme les Comores.

Au début de la crise, j’ai indiqué à un très grand ami à moi ma disponibilité à travailler avec les professionnels comoriens pour que notre pays soit épargné des ravages de la pandémie. Je l’étais et je le suis malgré mon aversion et mon opposition profonde au régime en place à Moroni. Je m’oppose à un régime et non à un peuple. Au contraire nous rêvons tous et toutes de servir dignement notre pays. 

Cet ami m’a indiqué que les Comores disposent de l’expertise nécessaire pour traverser la crise et il a parfaitement raison. L’expertise à l’interne est incroyable. Avec un peu de moyens, de la discipline et surtout du leadership les Comores pourraient faire mieux que le pays de la CDC et du FDA qui m’a formé et qui m’inspire tous les jours. Voyez-vous l’échec américain est essentiellement lié à un manque de leadership au niveau fédéral. Bien sûr, je ne sous-estime pas la virulence de la pandémie.

Maintenant, Imaginez si cette expertise interne pouvait bénéficier en plus d’une expertise externe et diversifiée.

Rassuré, je n’ai pas cherché à m’impliquer jusqu’au jour où on me rapporte les propos du ministre des affaires étrangères indiquant que les tests de dépistage du COVID-19 seront envoyés à Nairobi pour analyse. Cette phrase est une insulte à l’État comorien et surtout à (je pèse mes mots) à tous les scientifiques comoriens partout où nous sommes. Nous sommes devenus des grandes gueules (y compris moi-même) incapables de faire faire un test de PCR en Union des Comores alors que nous avons tous et toutes été formés dans les meilleurs universités et instituts de la planète.

J’ai recontacté mon ami qui m’a mis en contact avec sans doute l’un des meilleurs talents aux Comores en la matière. Je leur envoyé un document de travail que j’avais commencé à écrire. Le document est un plan qui s’intitule COVID-19-KM : prévenir, dépister et traiter (COVIDI-19-KM-PDT).

Dans chacun des trois volets, des recommandations sont formulées avec de l’avance car j’avais de l’information privilégiée.

Globalement, J’avais recommandé la fermeture des frontières pour une période de 21 jours après une semaine d’avis pour permettre aux acteurs de se préparer et surtout pour permettre aux comoriens qui le souhaitent de rentrer chez eux avec un passage en quarantaine. C’est immoral de laisser des comoriens trainer à l’étranger et dormir dehors comme des sans-abris. On ne ferme pas du jour au lendemain une frontière. Ça ne se fait tout simplement pas. Et surtout on évite de créer de la confusion par des notes et circulaires contradictoires et dans une pagaille incroyable.

Ces 21 jours devraient servir de période de préparation et de travail avec les autres parties prenantes :

Avec les imams, pour les impliquer (pas imposer dans un premier temps) dans la fermeture des lieux de culte et faire cesser les prières collectives.

Avec les associations civiles, pour former les ambassadeurs qui allaient sillonner les villes et villages pour sensibiliser nos parents, frères et sœurs sur les mesures d’hygiène et surtout pour les sensibiliser à ne pas stigmatiser les personnes qui pourraient présenter des symptômes qui s’apparentent au COVID-19. Ce dernier n’est pas une malédiction.

Avec les associations féminines, pour les impliquer dans l’arrêt des UKUMBI et autres activités
Avec les notables, pour les convaincre de faire cesser les Mashuhili et autres célébrations.
Avec les professionnels de la santé, pour une réunion de travail et de partage de connaissances.

Durant cette réunion, j’avais recommandé d’inviter l’OMS à faire une présentation des 5 protocoles thérapeutiques actuellement en cours d’essai sous sa supervision. Pour des raisons de coût et d’efficacité, j’avais, ultérieurement, conseillé (car j’avais de l’information privilégiée venant de centres de soins) de commencer à se préparer pour appliquer le protocole de Marseille. Concrètement cela signifie de voir à relancer la production locale de l’hydroxycholoroquine. Cela signifie également d’ordonner aux pharmacies de cesser la vente de l’hydroxycholoroquine et l’azithromycine pour constituer des réserves stratégiques.

Durant cette réunion, des groupes de travail devraient être constitués pour ce qui est des aspects de santé et sécurité des différents intervenants tout au long de la chaine de valeur (prélèvent, transports, prise en charge, soin…).

COVID-19-KM : prévenir, dépister et traiter (Suite)


A ce jour et selon ma compréhension, la gestion du COVID-19 aux Comores souffre essentiellement de 3 aspects : Une discipline d’organisation, un manque de capacité de dépistage et l’absence d’un plan de prise en charge thérapeutique.

Et Dieu créa le MSADJADJA en Union des Comores


Dans une situation de crise épidémiologique, il doit y avoir une figure de référence vers qui on se tourne pour poser des questions. Cette personne ne doit surtout pas être un politicien mais un médecin avec des compétences en gestion et en épidémiologie si possible. Cette personne doit être à la fois une figure rassurante pour la population et une figure imposante face aux hommes politiques pour les persuader à se mettre à son service et non l’inverse. Cette personne doit se faire entourer par une équipe indépendante et composée de médecins, d’économistes, de logisticien, d’éthicien, d’expert en communication.

Un comité scientifique est constitué aux Comores mais pas, à priori, avec les bonnes personnes et surtout il n’y a pas d’indépendance vis-à-vis du politique. Il n’y a pas un porte-parole désigné mais des portes paroles qui parfois livrent des informations inexactes et surtout contraires à la science.

Cette équipe se discrédite quand elle demande à la population de ne pas prier ensemble pendant qu’elle organise des conférences de presses dans une promiscuité à la sardine. Cette équipe se discrédite quand elle fournit des informations d’une grossièreté inadmissible sur les concepts de base de faux positif, de faux négatif, de fiabilité de test de dépistage.

Cette situation doit être corrigée immédiatement pour désigner une directrice nationale (Eh oui je suis féministe et je l’assume) responsable de la gestion de la pandémie. Elle doit organiser chaque jour des conférences de presse pour livrer de l’information scientifiquement valide, pour répondre aux questions des journalistes dans un environnement exemplaire et surtout pour rassurer la population et l’inviter à adopter les pratiques appropriées. L’organisation de la gestion de cette équipe doit être revue. La communication doit devenir professionnelle avec des faits en conformité avec la science et dans une approche pédagogique.

Dépister est la clé


Nous souhaitons tous et toutes qu’il y ait zéro cas aux Comores mais affirmer qu’il n’y pas de cas aux Comores alors qu’il n’existe pas à l’heure actuelle de capacité de dépistage est une insulte à tous épidémiologistes comoriens.

Actuellement, la seule et unique technique fiable de dépistage du COVID-19 est le RT-PCR. Actuellement, il n’y a pas en Union des Comores un laboratoire équipé de RT-PCR. C’est un fait. Les kits de dépistage offerts par le généreux mécène chinois (saluons son geste au passage) ne sont pas fiables car non-spécifiques. Ils génèrent des faux positifs et surtout des faux négatifs.

Imaginer que vous déclarez une personne malade comme non malade à cause de ces tests et que cette personne se présente à des mashuhuli ou à des réunions politiques et contamine tout le monde sans le savoir. Ceci n’est pas une situation fictive mais la description d’une réalité.

Depuis quelques jours, nous travaillons pour pouvoir équiper les Comores d’une capacité de dépistage du COVID-19. En temps normal, c’est un projet qui ne prendrait qu’une semaine à réaliser pour un État et deux semaines pour des particuliers comme nous. Je tiens à saluer la disponibilité de mes compatriotes comoriennes (Eh oui la majorité des hommes que j’ai contactés m’ont dit non) pour leur contribution exceptionnelle dans ce projet fou. Un grand merci à l’université de Namur qui m’a remis gracieusement un protocole simplifié pouvant être utilisé en Union des Comores pour le dépistage du COVID-19.

Il est parfaitement possible de mettre en place en quelques jours une capacité de dépistage du COVID-19 aux Comores. Il nous manque la machine RT-PCR. Nous avons contacté différents fournisseurs mais ils refusent de nous les vendre car les dispositions actuellement en vigueur en Amérique du Nord interdisent l’exportation de ce genre d’équipements. Nous sommes des particuliers mais si l’État comorien formule une demande de dérogation à la France, à la Chine, au Canada ou USA, il l’aurait en une semaine avec tous les autres réactifs. Nous avons des compatriotes formées et hautement qualifiées pour opérer le laboratoire. Bravo les filles, you rock, proud of you!

Nous devons tout faire pour dépister le plus vite pour pouvoir prendre en charge les patients. Pour cela, assez c’est assez, nous devons nous équiper de cette capacité de dépistage.

Agir tôt pour traiter


L’ordre des médecins comoriens, en partenariat avec le ministère de la santé doit organiser rapidement la réunion de partage de connaissances citée plus haut. Établir un protocole standard de prise en charge. Faisons-le pour le bien de notre pays et de nos concitoyens. Il ne fait plus de doute que le protocole de Marseille fonctionne très bien au tout début de l’infection. Il a l’avantage d’être peu couteux pour un pays comme les Comores. Il est impensable de croire qu’un pays qui évacue pour un AVC puisse offrir des interférons ou des antiviraux extrêmement couteux.

Ceci est un témoignage fait de bonne foi et dans le but de nous réveiller face à un ennemi extrêmement puissant. Un peu d’ordre, d’attachement à la science et d’engagement et surtout de sérieux.

Un grand hommage aux acteurs sur le terrain et aux décideurs dans les salles de planification.

Dieu sauve l’humanité face à cette pandémie.

Madi Aboubacar, MSc, MBA

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,82,Abdou Elwahab Msa Bacar,41,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,68,Abdourahamane Cheikh Ali,18,Aboubacar Ben SAID SALIM,39,Actualité Sportive,1692,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1456,AHMED Bourhane,237,Akram Said Mohamed,65,Ali Mmadi,183,Ali Moindjié,62,Anli Yachourtu,72,Assaf Mohamed Sahali,30,Ben Ali Combo,409,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,904,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,32,Cookies,1,Culture et Société,6674,Daoud Halifa,185,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,111,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1303,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3000,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,340,France,1475,Hamadi Abdou,440,High Tech,801,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,300,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,137,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,101,Mayotte,2241,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,456,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1564,Moudjahidi Abdoulbastoi,31,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,158,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,421,PERSONNALITÉS COMORIENNES,138,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5044,Publication Article,1,Rafik Adili,42,SAID HALIFA,22,Said HILALI,59,Said Yassine S.A,140,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,803,SOILIHI Ahamada Mlatamou,41,Toufé Maecha,444,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,985,Tribune libre,3976,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Gestion Covid-19 aux Comores : «J’ai décidé de témoigner publiquement pour que les choses changent et s’améliorent»
Gestion Covid-19 aux Comores : «J’ai décidé de témoigner publiquement pour que les choses changent et s’améliorent»
https://1.bp.blogspot.com/-gFv1bWDCxxE/Xpdk4-lRvRI/AAAAAAAC4EM/YTyvtb1IeRsTkOfb5GUPOIf5UgChPrSvQCLcBGAsYHQ/s320/Madi%2BAboubacar.jpg
https://1.bp.blogspot.com/-gFv1bWDCxxE/Xpdk4-lRvRI/AAAAAAAC4EM/YTyvtb1IeRsTkOfb5GUPOIf5UgChPrSvQCLcBGAsYHQ/s72-c/Madi%2BAboubacar.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2020/04/gestion-covid-19-aux-comores-jai-decide.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2020/04/gestion-covid-19-aux-comores-jai-decide.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières