Sommes-nous anti-français en s'opposant à Azali ?

SOMMES-NOUS ANTIFRANÇAIS EN S’OPPOSANT A AZALI ASSOUMANI Monsieur le président Emmanuel MACRON Monsieur le président Emmanuel Mac...

SOMMES-NOUS ANTIFRANÇAIS EN S’OPPOSANT A AZALI ASSOUMANI

Monsieur le président Emmanuel MACRON

Monsieur le président Emmanuel Macron, il n’y a pas de sentiment antifrançais au sein de la population Comorienne en générale.

Je suis jeune comorien, ayant effectué l’ensemble de mes études en français, parlant français et ai fait le choix de poursuivre mes études universitaires en France. Je vis en France et y travailles. Je ne peux m’exprimer avec aisance qu’en français. Mes meilleures relations amoureuses, je les ai partagés avec des jeunes femmes françaises. Permettez-moi son excellence, de vous rappeler que nous deux sommes nés la même année et certainement, avons la conviction d’agir et de voir le monde en notre temps, avec un esprit plus libre, plus engagé et avec les convictions d’une nouvelle génération.

Aucun jeune de ma génération aurait un sentiment contre les français ou contre le français. Ce que vous pouvez appeler de « SENTIMENT ANTIFRANÇAIS » serait un ras-le-bol, une révolte, un refus du mainmise de l’état français dans la gouvernance de l’état comorien et par ricochet sur notre économie, sur notre peuple et ainsi sur notre indépendance nationale et territoriale.

La nouvelle génération comorienne refuse les relations incestueuses et de connivence entre l’état français et le gouvernement comorien. Ces relations étouffent le respect des droits de l’homme. La nouvelle génération comorienne refuse de voir le dirigeant comorien gérer le pays sans besoin de rendre des comptes au peuple comorien dès lors que les autorités français soient satisfaites. Ces relations privent toutes expressions plurielles aux Comores.

Aux Comores, il n’y a que ce que Azali dit, par ce qu’il est d’accord avec Matignon et l’Elysée ou inversement. La nouvelle génération ayant effectué ses études dans les mêmes bancs que vous, a le sentiment que Matignon et l’Elysée soient complices aux dérives qui frappent l’archipel des Comores. Cette génération qui a su s’imprégner l’histoire des textes des droites de l’homme et du principe manifesté par l’Abbé Grégoire, ne peut en aucun cas tolérer l’oppression et la dictature. 

Nous sommes une génération qui a le sentiment que la liberté d’expression, le droit de l’homme, les libertés individuelles que vous faites respecter en France, et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, un texte fondateur du droit positif français ne sont pour l’autorité français qu'une exception aux français, ce qui est contraire du projet de Champion de Cicé. Sauf si vous soyez aussi clair sur votre jugement au peuple Comorien et en général aux peuples africains.

Sommes-nous humains comme vous ou non… ? Est-ce que la France enseignait des chameaux et des chèvres lorsqu'il est question d’enseigner des jeunes Africains ?

Les faux débats sur l’Afrique et l’Archipel des Comores que les leaders politiques français imposent sur la scène publique française sont infondés : immigration, aide au développement, franc CFA,… ! Voilà ce que vous voyez comme sentiment antifrançais de cette nouvelle génération africaine.

Nous voulons, monsieur le président Macron l’autodétermination de notre pays. Nous demandons que vous cessiez de soutenir un dictateur. Nous voulons que le chef d’état Comorien rende des Comptes aux Comoriens en Comorien aux Comores. Nous voulons que ce que vous rêvez de mieux à la France, nos dirigeant en fassent autant pour les Comores.

Comment vous pouvez imaginer un seul instant que la légitimité que vous venez d’accorder à un président décrier par son peuple soit un message à vous féliciter?

Comment vous pouvez oublier les nombreuses guerres que les français se sont engagés pour défendre leur liberté, leur droit et la démocratie en France. N’êtes-vous pas celui qui dépose les bouquets de fleurs à chaque commémoration depuis votre élection à la tête de l’état français… ?

Excellence, monsieur le président Emmanuel Macron, nous voulons jouir à notre tour de cette liberté : liberté d’expression, liberté de jugement, liberté de commerce, liberté d’investissement, liberté de choisir « qui doit gouverner notre pays et avec lui quelle politique? », liberté de nous autodéterminer et faire ce qui est bon pour le peuple comorien.

Puisque vous souhaitez que chaque jour qui passe nous vous fassions des rappels, en voici un :

Le président Azali Assoumani a fait organiser aux Comores des assises bancales qui lui ont permis de modifier la constitution issue de l’Accord-cadre de réconciliation nationale de février 2001, pour se donner l’opportunité de prolonger son mandat d’encore dix ans, mandat qui devrait normalement s’achever en 2021 sans possibilité de renouvellement. Or, le cadre consensuel de 2001, durement acquis après 26 années marquées par une instabilité politique, sociale et économique chronique et l’impossibilité d’une alternance pacifique aux Comores, a fait la preuve de son efficacité en permettant notamment aux pays de connaitre une relative stabilité et une alternance pacifique au pouvoir. Depuis lors le seul sentiment d’injustice qu’exprimaient les jeunes Comoriens à l’encontre de la France restait la question de l’auto-détermination de l’ensemble du territoire Comorien avec Mayotte comme dernière frontière.

La nouvelle génération Comorienne souhaitait que des auditions soient conduites sur l’ensemble du territoire nationale y compris Mayotte afin d’évaluer les manquements qu’auraient omis nos dirigeants depuis 1969 jusqu’à 2016. Nous sommes une génération consciencieuse et pragmatique. Nous sommes conscients qu’avec LA GOUVERNANCE TOURNANTE beaucoup de choses seraient amenés à changer mais nous ne pouvons pas non plus ignorer le fait que nous comptons à présent plusieurs anciens chefs d’état encore en vie dont l’actuel président qui a eu la chance et le privilège de se faire réélire pour un deuxième mandat contrairement à la période précédente.

Ma génération a formulé le souhait de reformer le pays en garantissant des réformes structurelles de gouvernance mais aussi de soulever les mécanismes pouvant soutenir une stabilité sociale et politique affirmée sur l’ensemble du territoire.

Par le démantèlement de la Cour Constitutionnelle, pourtant garante de la constitutionnalité des lois et de la séparation des pouvoirs ; par les arrestations arbitraires quotidiennes contre les leaders et membres de l’opposition, des journalistes qui ne sont pas aux goûts du pouvoir et certains magistrats ; par les intimidations incessantes des citoyens ; par le vol des élections présidentielles ; par l’opacité sur la gestion de nos institutions ; par la gouvernance du pays sans le respect d’aucune loi y compris celle voulu et écris par le gouvernement actuel, il ne fait aucun doute que le régime que vous ne cessez de soutenir par connivence dérive à la dictature et que ce qui est recherché, c’est la privation de nos droits dans notre pays.

Pour tous ces motifs, ma génération tend à exprimer son droit. Nous refusons de laisser s’effondrer tout édifice de la réconciliation nationale et l’abolition de la démocratie dans notre pays. Nous entendons lutter pour faire respecter les mêmes valeurs que vous jouissez en France.

Nous ne saurons exprimer notre sentiment que lorsque nous parviendrons à restaurer et à consolider un ETAT Comorien respectueux des droits fondamentaux et des libertés individuelles. Il nous est impossible d’abnéguer le droit de jouir d’une gouvernance sociale équitable, clé de la cohésion sociale au sein de la population et d’une gouvernance économique et financière viable, leviers pour un développement durable.

Excellence monsieur le président,

Est-il nécessaire de perdre votre temps au sein d’une grande institution telle que l’Otan pour demander à ces chefs d’états Africains que vous êtes en contact téléphonique chaque jour et faire des déclarations intempestives... ? Nous pensons que non !

Ma génération n’a jamais refusé que la France reste un partenaire privilégié. Toutefois, le refus que les autorités français manifestent de génération en génération risquera en l’avenir de détériorer ce privilège. La France n’a pas le monopole de l’économie internationale. La Chine, la Russie, l’Inde et tant d’autres pays vous regardent et sauront quoi faire pour convaincre cette génération désemparée mais consciencieuse.

L’Afrique de demain se joue aujourd’hui et l'archipel des Comores n'est pas en reste.

Paris, le 7 décembre 2019

Mlezi Wantsi

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,82,Abdou Elwahab Msa Bacar,41,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,69,Abdourahamane Cheikh Ali,18,Aboubacar Ben SAID SALIM,39,Actualité Sportive,1692,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1456,AHMED Bourhane,237,Akram Said Mohamed,65,Ali Mmadi,183,Ali Moindjié,62,Anli Yachourtu,72,Assaf Mohamed Sahali,31,Ben Ali Combo,409,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,904,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,33,Cookies,1,Culture et Société,6680,Daoud Halifa,185,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,111,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1306,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3002,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,340,France,1475,Hamadi Abdou,440,High Tech,801,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,300,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,137,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,101,Mayotte,2244,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,456,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1564,Moudjahidi Abdoulbastoi,31,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,158,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,421,PERSONNALITÉS COMORIENNES,138,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5048,Publication Article,1,Rafik Adili,42,SAID HALIFA,22,Said HILALI,59,Said Yassine S.A,141,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,803,SOILIHI Ahamada Mlatamou,41,Toufé Maecha,444,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,985,Tribune libre,3979,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Sommes-nous anti-français en s'opposant à Azali ?
Sommes-nous anti-français en s'opposant à Azali ?
https://1.bp.blogspot.com/-uotDl-FQ9cA/XewAOaHK7oI/AAAAAAAC2Uc/B4I-R-PKeug28OqKJqxuYWBNXEv89r4zwCLcBGAsYHQ/s320/mwe.jpg
https://1.bp.blogspot.com/-uotDl-FQ9cA/XewAOaHK7oI/AAAAAAAC2Uc/B4I-R-PKeug28OqKJqxuYWBNXEv89r4zwCLcBGAsYHQ/s72-c/mwe.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2019/12/sommes-nous-anti-francais-en-sopposant.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2019/12/sommes-nous-anti-francais-en-sopposant.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières