OM : Mohamed Abdallah, les Comores au coeur

En lice pour se qualifier pour la CAN-2021, le jeune latéral droit de l'OM s'exprime en sélection Il a signé son premier cont...

En lice pour se qualifier pour la CAN-2021, le jeune latéral droit de l'OM s'exprime en sélection

Il a signé son premier contrat pro en faveur de l'OM le 3 juillet et n'a pas encore disputé la moindre minute avec l'équipe d'André Villas-Boas. A priori, ce ne sera pas pour samedi contre Nîmes. Mais en attendant que son heure vienne au sein de son club formateur, Abdallah Mohamed Abdallah (20 ans) s'est déjà affirmé comme un cadre de la sélection des Comores.

Une formation enfouie au 142e rang mondial du classement Fifa, à laquelle elle est affiliée depuis 2005, mais qui pourrait créer la sensation en se qualifiant pour le premier tournoi majeur de son histoire. En tête du groupe G dans les éliminatoires de la CAN-2021, après une victoire au Togo (0-1) et un résultat nul face à l'Égypte (0-0), mi-novembre, les Coelacanthes, sobriquet de l'équipe nationale hérité du plus vieux poisson du monde, sont en effet sur la bonne voie pour participer à la 33e édition de la Coupe d'Afrique, organisée au Cameroun (du 11 juin au 9 juillet 2021).

Le minot a pu prendre la mesure de l'engouement du peuple comorien

"C'est incroyable, sourit "Ballah", son surnom. C'est la troisième fois qu'on participe aux qualifications. On est ambitieux. La qualif', c'était l'objectif avant les matches contre le Togo et l'Égypte. On a une petite expérience : lors des derniers éliminatoires, ça s'est joué à la dernière journée contre le Cameroun. Une victoire suffisait, mais on a perdu. Là, avec l'expérience et l'espoir, on veut se qualifier. On n'est plus le Petit poucet. La sélection est jeune, mais on a montré qu'on avait le niveau. Et puis, il n'y a que des professionnels. J'ai lu que certains travaillaient à côté, mais c'est faux, on vit tous du football, même s'il y en a qui jouent en réserve", précise le latéral droit, qui laboure son couloir dans un registre différent de son oncle, figure tutélaire de la sélection comorienne, l'ex-Olympien Kassim Abdallah (lire ci-dessous). L'OM qui compte d'ailleurs 19 éléments d'origine comorienne, des U13 jusqu'aux pros.

Après le nul contre les Pharaons, le minot a pu prendre la mesure de l'engouement du peuple comorien, qui n'a pas hésité à envahir la pelouse du stade Malouzini (10 726 places). "Le public n'était pas prêt. Il ne se passe rien aux Comores, le football, c'est la raison d'être. Ça unit le pays, ça permet de s'évader des problèmes, de la misère, de la pauvreté. Pour eux, nous sommes des ambassadeurs. C'est un truc de fou, hallucine le natif de Moroni, la capitale. Je vis à Marseille, je vois ce qu'est le star-system. Aux Comores, c'est encore plus monstrueux. Ici, je peux me balader tranquille. Là-bas, c'est impossible. 

Les gens te reconnaissent, t'abordent, te parlent sur les réseaux sociaux, viennent à l'hôtel... Et quand on a gagné le match (sic), ça a débordé (ci-contre). On aurait préféré que ce soit pour fêter la qualification. Là, c'est un peu bête, c'est juste un match nul, mais pour eux, c'est énorme. Ça ne m'a pas étonné au final. J'espérais surtout qu'on ne marque pas, je le disais à un de mes coéquipiers pendant le match ! Si cela avait été le cas, on aurait perdu sur tapis vert ! Mais pour qu'ils rentrent sur le terrain, ça veut dire qu'ils sont heureux. Ils nous ont pris dans leurs bras, tu voyais les sourires sur leurs visages. J'étais un peu énervé car j'imaginais déjà les sanctions, mais je me suis vite dit qu'ils n'avaient que ça. On était déçu pour le résultat, mais leur joie nous a montré à quel point on a besoin d'eux."

Ballah : "Plus le même homme"

"C'est pour cela qu'on ne peut pas leur reprocher, ça nous fait prendre conscience de la chance qu'on a et ça nous fait rester humble. On a un devoir, on doit respecter et honorer le maillot pour eux. Et on n'a pas le droit de se manquer, ni même de se cacher derrière l'excuse de la pauvreté, pointe à son tour Faiz Selemani, ailier qui évolue à Courtrai, en Belgique, après être passé par Consolat, ex-vivier de la sélection. Contre les Éperviers, Selemani a même donné la victoire aux Comores en marquant son premier but à la conclusion d'une combinaison initiée par "Ballah" : "C'était indescriptible ! Je ne savais pas comment le célébrer, je pouvais juste courir et crier alors que je devais le dédicacer à mon ami Samo de Michelis...", rigole le Marseillais de 26 ans.

Élevé à Iconi avant de rallier Marseille, "la cinquième île des Comores" avec ses 80 000 âmes, Abdallah fait quant à lui la fierté de Zalhata et Ali, ses parents, toujours installés au pays, mais aussi de ses deux soeurs (Bizahour, 16 ans, et Kourrati, 14) et de son frère, Mohamed (22). Sans oublier Mondjoumoi et Adballah M'Foihaia, ses grands-parents, les parents de Kassim, qui l'ont élevé dans la cité phocéenne. Mais alors, pourquoi avoir choisi les Comores ? "J'ai décidé à 18 ans. Dans ma famille, on parle comorien, dans mon quartier, il y a une grosse communauté. Certains comme mes oncles me disaient d'attendre peut-être l'équipe de France, mais pour moi, c'était mort. C'est un choix personnel. 

Aujourd'hui, ils sont contents et tous fiers de moi : je représente mon pays et je joue à l'OM !, savoure "Ballah", qui, comme Kassim, ne sait pas franchement le nombre de sélections qu'il totalise. Je le ressens quand je rentre au village. Si j'ai la chance de jouer à haut niveau, je peux donner envie aux plus jeunes qui verront un Comorien réussir et se diront que c'est beau de jouer pour sa sélection. Isaac (Lihadji) m'en parle tous les jours ! Et pourtant, il a joué la coupe du monde avec l'équipe de France U17. C'est un Comorien, je lui dis : "Pour l'instant tu es bien, mais au cas où, viens avec nous" ! Il le sait ! (rires) Personne ne lui dira de lâcher la France pour les Comores, mais c'est aussi son pays", relève celui qui vit à Marseille avec son oncle Moubarak (le frère de Kassim) et son épouse. "J'ai besoin d'un cadre familial, c'est important. Sinon je ne me ferais jamais à manger !", dit-il avec l'insouciance de son âge.

Kassim : "Si on se qualifie, le jour sera 'ferriérisé' !"

Une jeunesse qui ne le détourne pas de la misère qui frappe l'archipel des Comores, 19e nation la plus pauvre sur le globe (25 % du PIB est assuré par l'envoi de fonds de la diaspora). "C'est difficile et c'est pour cela qu'on doit leur faire oublier tous leurs problèmes. C'est le vrai tiers-monde, la galère. Rien n'a bougé. Les maisons qui n'étaient pas construites ne le sont toujours pas, il y a des coupures d'électricité, pas d'eau courante dans certains endroits... C'est la précarité. Quand on y va, on les rend fiers. Et c'est ce qui nous fait plaisir. Mais quand je reviens à Marseille, je ne suis plus le même homme. Ça m'a fait grandir, ça m'a ouvert les yeux. Ici, on est au beurre (sic), on est bien, limite assistés. Aux Comores, tout est compliqué. 

Quand je reviens, je me dis que je suis chanceux, et je savoure. Il y a des trucs que je ne faisais pas, et que je fais depuis que j'y vais, comme les économies d'eau. Quand je me brosse les dents, je fais attention. Ça fait relativiser, et c'est une prise de conscience énorme", soupire "Ballah". "Quand on est au pays, ça nous ramène sur terre, c'est une belle gifle sur la réalité de notre pays. Ça nous rappelle qu'il ne faut pas s'enflammer. On fait du foot, c'est important, mais ça ne reste que du football. Comme nos résultats leur amènent du bonheur, on peut faire quelque chose pour eux. Ça nous tient à coeur", prolonge Kassim, qui promet : "Si jamais on se qualifie, ce jour sera "ferriérisé" !".

Son neveu poursuit : "En sélection, l'ambiance n'est pas la même. Je suis avec des gens de ma communauté, plus libéré, et j'ai la possibilité de jouer. À l'OM, la concurrence est accrue, expose l'enfant de La Busserine, qui pourrait lorgner un prêt cet hiver. À mon poste aussi. Suis-je prêt ? Il faudra que je joue pour le savoir, mais je suis patient, je travaille. Tout se passe bien, il y a des ouvertures pour les jeunes, André Villas-Boas nous regarde. Aujourd'hui, il y a du monde devant moi, ça tourne bien, j'attends. Le coach observe les matches, il m'a même demandé les images contre le Togo car il ne les trouvait pas !"

"Il y a de plus en plus de jeunes, mais les cadres sont toujours là. Les parcours sont différents, ça me nourrit. Certains sont passés par des années de galère. Je me dis que je suis un privilégié de pouvoir m'entraîner avec de grands joueurs, comme Payet. D'autres ont dû passer par le National 2, l'Algérie... Tous les parcours sont atypiques. Mais si tu es déterminé, le foot ne s'arrête pas."

Pour lui et la sélection des Comores, ça ne fait même que commencer.

Par Jean-Claude Leblois ©La Province

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,311,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,69,Abdou Elwahab Msa Bacar,38,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,62,Abdourahamane Cheikh Ali,15,Aboubacar Ben SAID SALIM,39,Actualité Sportive,1671,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1436,AHMED Bourhane,237,Akram Said Mohamed,65,Ali Mmadi,177,Ali Moindjié,59,Anli Yachourtu,71,Assaf Mohamed Sahali,30,Ben Ali Combo,407,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,829,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,30,Cookies,1,Culture et Société,6218,Daoud Halifa,184,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,107,Djounaid Djoubeir,82,Economie et Finance,1255,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Elections 2020,28,Est africain - Océan Indien,2927,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,340,France,1444,Hadji Anouar,16,Hakim Mmadi Malik,42,HALIDI IBRAHIM Farid,27,Hamadi Abdou,440,High Tech,796,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,277,IMAM Abdillah,17,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,134,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,96,Mayotte,2150,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,445,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1529,Moudjahidi Abdoulbastoi,31,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,154,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,421,PERSONNALITÉS COMORIENNES,137,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4928,Publication Article,1,Rafik Adili,42,SAID HALIFA,22,Said HILALI,59,Said Yassine S.A,135,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,776,SOILIHI Ahamada Mlatamou,41,Toufé Maecha,437,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,936,Tribune libre,3104,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: OM : Mohamed Abdallah, les Comores au coeur
OM : Mohamed Abdallah, les Comores au coeur
https://1.bp.blogspot.com/-DTB4WjB9fPg/Xfnj9zsXtgI/AAAAAAAC2dI/uUzOHUtVat0n5AdOD3c5gSx_cvpricQYgCLcBGAsYHQ/s320/abdallah.jpg
https://1.bp.blogspot.com/-DTB4WjB9fPg/Xfnj9zsXtgI/AAAAAAAC2dI/uUzOHUtVat0n5AdOD3c5gSx_cvpricQYgCLcBGAsYHQ/s72-c/abdallah.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2019/12/om-mohamed-abdallah-les-comores-au-coeur.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2019/12/om-mohamed-abdallah-les-comores-au-coeur.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières