À Mayotte l’Elysée affirme avoir atteint le chiffre de 22 000 reconduites au 1er octobre

A Mamoudzou (Mayotte), après la victoire de Macron le 7 mai 2017. Photo Lény Stora. docpix Alors que le Président français entame mardi...

A Mamoudzou (Mayotte), après la victoire de Macron le 7 mai 2017. Photo Lény Stora. docpix
Alors que le Président français entame mardi une visite sur l’île, les objectifs élevés d’expulsions fixés par l’Etat français peuvent aboutir à des reconduites contestables. Sur place, des destructions de bidonvilles font aussi polémique.

«Un état de non-droit.» Dominique Ségard, présidente de l’antenne locale de la Cimade, une association qui soutient les migrants, est catastrophée. Pour parvenir à l’objectif gouvernemental de 25 000 expulsions d’ « immigrés clandestins » en 2019, la préfecture de Mayotte mettrait les bouchées doubles, une précipitation qui aboutirait à des reconduites à la frontière illégales, selon l’association.

Annie Faure, déléguée au Défenseur des droits, estime elle aussi que «Mayotte est loin du compte en matière de respect du droit». L’enseignante à la retraite a reçu la veille, dans son bureau de Dembeni, sur la côte Est, une mère expulsée sans raison, explique-t-elle : «Un parent d’enfant français ne peut être renvoyé. Pourtant Aïcha (1) l’a été, alors qu’elle avait le passeport de son bébé sur elle au moment de l’arrestation !» Aïcha a pu revenir après une ordonnance du juge des référés. «Toutes ces erreurs, c’est parce que les services de l’Etat, débordés, vont trop vite»,estime Annie Faure. La préfecture n’a pas répondu à nos sollicitations, invoquant la visite d’Emmanuel Macron, qui atterrit ce mardi à Mayotte. Mais les services reconnaîtraient eux-mêmes des dysfonctionnements, «des trous dans la raquette, pour reprendre leur expression»,selon la présidente de la Cimade.

L’Etat français, en fait, assume et revendique sa politique répressive à grand renfort de séquences symboliques. Depuis l’aéroport de Petite-Terre, Macron va rejoindre Grande-Terre à bord d’un «intercepteur» de la police aux frontières, la brigade nautique disposant désormais de huit de ces zodiacs, contre cinq, vétustes, en 2018.

Au 1er octobre, l’Elysée affirmait avoir atteint le chiffre de 22 000 reconduites.

Sur terre, l’Etat français fait également feu de tout bois. Le préfet peut désormais procéder à des destructions sans ordonnance du juge. Il y a quelques jours, deux nouveaux «habitats informels» ont été rasés à Dembeni. Rien de comparable avec l’opération Batrolo, en décembre, dans l’immense bidonville de Kawéni, où vivent des milliers de personnes. Ce jour-là, les bulldozers avaient détruit les cases en tôle, mais aussi les fontaines et les latrines publiques. Le tribunal administratif a jugé que l’action avait constitué pour les 100 adultes et 180 enfants délogés «une atteinte grave et illégale aux libertés fondamentales et à la dignité de la personne humaine».

Après les cases, les champs… Depuis 2018, l’Etat français a procédé à la destruction de 30 hectares de cultures ; chaque semaine ou presque, des plantations de bananiers ou de manioc sont arrachées. Tous les soirs, des dizaines d’hommes descendent des forêts un peu partout dans l’île, machette à la main.

«Je n’ose plus sortir»

Dans le bidonville de Bonovo, à Mtsapéré, Youssouf (1) a lui aussi longtemps travaillé au noir. Jusque l’an dernier, arrivé en 1994 à Mayotte, vendait des chaussures et des châles au bazar, ou transportait des briques et du sable. Muni d’un récépissé de la préfecture qui attestait de sa demande de titre de séjour, l’homme se sentait «utile». «Mais mes papiers ne sont plus valables depuis un an, alors je n’ose plus sortir», confie-t-il, assis sur l’unique lit de son «appartement» : une pièce sombre aux murs de parpaings nus, qu’il partage avec sa mère et son cousin, louée 50 euros par mois à un marchand de sommeil mahorais. 

«Je ne prie plus à la mosquée, regrette-t-il. J’ai trop peur de me faire pafer [arrêter par la police aux frontières, ndlr].» La semaine dernière, Youssouf, le corps couturé de cicatrices, est néanmoins sorti pour se rendre à l’hôpital de Mamoudzou et passer une radio de la tête. «Moi, je veux une vie tranquille, travailler et pouvoir me soigner. »

(1) Les prénoms ont été modifiés.

Avec Libération et AFP

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,313,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,66,Abdou Elwahab Msa Bacar,38,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,58,Abdourahamane Cheikh Ali,15,Aboubacar Ben SAID SALIM,39,Actualité Sportive,1646,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1431,AHMED Bourhane,237,Akram Said Mohamed,65,Ali Mmadi,172,Ali Moindjié,57,Anli Yachourtu,71,Assaf Mohamed Sahali,30,Ben Ali Combo,407,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,797,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,28,Cookies,1,Culture et Société,6069,Daoud Halifa,183,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,101,Djounaid Djoubeir,82,Economie et Finance,1203,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Est africain - Océan Indien,2900,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,339,France,1432,Hadji Anouar,15,Hakim Mmadi Malik,40,HALIDI IBRAHIM Farid,27,Hamadi Abdou,440,High Tech,793,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,271,IMAM Abdillah,17,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,131,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,96,Mayotte,2129,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,439,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,28,Monde,1518,Moudjahidi Abdoulbastoi,30,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,500,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,152,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,421,PERSONNALITÉS COMORIENNES,136,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4839,Publication Article,1,Rafik Adili,40,SAID HALIFA,22,Said HILALI,58,Said Yassine S.A,129,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,772,SOILIHI Ahamada Mlatamou,40,Toufé Maecha,435,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,929,Tribune libre,3019,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: À Mayotte l’Elysée affirme avoir atteint le chiffre de 22 000 reconduites au 1er octobre
À Mayotte l’Elysée affirme avoir atteint le chiffre de 22 000 reconduites au 1er octobre
https://1.bp.blogspot.com/-ur_CJZtjfqk/Xa1OQ35UfXI/AAAAAAAABck/r8Hwa-miIzILt_OJT63wf0NcJwnfAF1tQCLcBGAsYHQ/s640/7BC8AF24-28E4-429F-846D-59467E2BA996.jpeg
https://1.bp.blogspot.com/-ur_CJZtjfqk/Xa1OQ35UfXI/AAAAAAAABck/r8Hwa-miIzILt_OJT63wf0NcJwnfAF1tQCLcBGAsYHQ/s72-c/7BC8AF24-28E4-429F-846D-59467E2BA996.jpeg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2019/10/a-mayotte-lelysee-affirme-avoir-atteint.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2019/10/a-mayotte-lelysee-affirme-avoir-atteint.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATEGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aao Sep Oct Nov Dec juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier.