L’Union africaine suspend le Soudan et exige une autorité civile de transition

Des pneus en feu en guise de barricade. Khartoum, le 4 juin 2019. © REUTERS/Stringer Khartoum a été suspendu jeudi de l’Union africaine...

Des pneus en feu en guise de barricade. Khartoum, le 4 juin 2019. © REUTERS/Stringer
Khartoum a été suspendu jeudi de l’Union africaine. L’organisation a annoncé que cette suspension serait valable jusqu’à "l'établissement effectif d'une autorité civile de transition".

L’Union africaine (UA) a suspendu le Soudan jeudi 6 juin, avec effet immédiat. L’organisation réclame "l'établissement effectif d'une autorité civile de transition". "Ceci étant le seul moyen de permettre au Soudan de sortir de la crise actuelle", a annoncé le Conseil de paix et de sécurité de l'UA (PSC).

"Le Conseil imposera automatiquement des mesures punitives sur les individus et les entités qui ont empêché l'établissement d'une autorité civile", a précisé en conférence de presse le Sierra-Léonais Patrick Kapuwa, président en exercice du PSC.

Depuis le début de la crise au Soudan, l'UA plaide pour un transfert rapide du pouvoir des militaires aux civils et avait plusieurs fois menacé de suspendre ce pays de l'organisation.

Le 15 avril, après le renversement quatre jours plus tôt du président soudanais Omar el-Béchir par les militaires sous la pression d'un mouvement de contestation déclenché le 19 décembre, l'UA avait donné 15 jours pour que le pouvoir soit transféré aux civils.

Mais cette solution semble s’être définitivement éloignée après que le sit-in de civils organisé devant le quartier général de l'armée a été très violemment dispersé lundi.

Au moins 108 morts et 500 blessés

Selon un comité de médecins proches de la contestation, au moins 108 personnes ont été tuées et plus de 500 blessées depuis lundi.

Cette opération, un "massacre" perpétré par des "milices" du Conseil militaire selon ce groupe de professionnels, a été vivement dénoncé par l'ONU, les États-Unis et la Grande-Bretagne, entre autres.

Parmi les morts, 40 ont été retrouvés dans les eaux du Nil, a assuré le comité, s'appuyant sur des témoignages de médecins sur place. Il n'a toutefois pas donné d'autres détails.

Yousra Elbagir, une journaliste soudanaise, a pu entrer en contact avec un officier des services de renseignements soudanais (NISS) ayant fait défection. Interrogé sur la possibilité que la dispersion du sit-in ait fait une quarantaine de morts, l’officier répond qu’"il ne s’agit même pas du quart des personnes mortes".

L’ONU a indiqué mercredi avoir fait sortir du Soudan des employés non-essentiels "bien que toutes les opérations de l'Organisation se poursuivent au Soudan", a indiqué une porte-parole.

Les autorités, elles, tentent de minimiser l’ampleur de la répression. Dans un premier bilan officiel, le ministère de la Santé a affirmé jeudi, via l'agence officielle Suna, que le bilan des victimes de la répression depuis lundi n'avait "pas dépassé 46".

Les "milices" du Conseil militaire pointées du doigt

Pour les manifestants, l'identité des auteurs de la répression ne fait pas l'ombre d'un doute : les "milices" du Conseil militaire, en particulier les Forces de soutien rapide (RSF), des paramilitaires rattachés aux services de sécurité.

Si un calme relatif est revenu à Khartoum, dans les rues, des habitants affichent un air tétanisé au passage de ces hommes, souvent jeunes, juchés en grand nombre sur des pick-up, en uniforme beige impeccable et lourdement armés.

Issues des anciennes milices arabes Janjawid du Darfour, théâtre d'une longue guerre civile, les RSF ont été déployées en masse dans le pays, en particulier dans les rues de Khartoum, devenu au fil des mois l'épicentre de la contestation.

Le chef des RSF, vice-président du Conseil militaire et ancien responsable des Janjawid, le redouté Mohamad Hamdan Daglo, surnommé "Hemeidti", a assuré qu'il se tenait aux côtés des "révolutionnaires". Mais il a aussi juré de ne pas "permettre le chaos", en référence notamment aux barricades.

Dans un communiqué, le Conseil militaire a pris la défense des RSF contre "la campagne organisée sur les réseaux sociaux destinée à répandre des mensonges et fabriquer des accusations".

Facebook et Twitter ont été et restent des outils essentiels dans la contestation. Ces derniers jours, les internautes ont partagé de nombreuses vidéos montrant des hommes en uniforme des RSF passant à tabac des civils non armés. L'internet mobile a toutefois été coupé depuis lundi.

Les RSF "ont refusé d'exécuter les ordres de l'ancien régime d'expulser les manifestants du sit-in par la force", a lui assuré le Conseil militaire dans un communiqué, louant leur "grande sagesse".

Avec AFP et Reuters

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,311,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,67,Abdou Elwahab Msa Bacar,38,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,58,Abdourahamane Cheikh Ali,15,Aboubacar Ben SAID SALIM,39,Actualité Sportive,1652,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1433,AHMED Bourhane,237,Akram Said Mohamed,65,Ali Mmadi,173,Ali Moindjié,58,Anli Yachourtu,71,Assaf Mohamed Sahali,30,Ben Ali Combo,407,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,808,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,30,Cookies,1,Culture et Société,6115,Daoud Halifa,183,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,102,Djounaid Djoubeir,82,Economie et Finance,1224,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Est africain - Océan Indien,2910,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,339,France,1437,Hadji Anouar,15,Hakim Mmadi Malik,41,HALIDI IBRAHIM Farid,27,Hamadi Abdou,440,High Tech,795,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,272,IMAM Abdillah,17,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,132,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,96,Mayotte,2134,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,439,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,28,Monde,1519,Moudjahidi Abdoulbastoi,31,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,500,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,152,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,421,PERSONNALITÉS COMORIENNES,136,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4863,Publication Article,1,Rafik Adili,40,SAID HALIFA,22,Said HILALI,59,Said Yassine S.A,131,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,773,SOILIHI Ahamada Mlatamou,40,Toufé Maecha,437,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,929,Tribune libre,3037,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: L’Union africaine suspend le Soudan et exige une autorité civile de transition
L’Union africaine suspend le Soudan et exige une autorité civile de transition
https://1.bp.blogspot.com/-qSIjSgg7wi8/XPkrBIP9MhI/AAAAAAAC0RM/Wet8eh8AHb0vj78AoyJCH2eqQ_WKj7GEgCLcBGAs/s640/soudan.jpg
https://1.bp.blogspot.com/-qSIjSgg7wi8/XPkrBIP9MhI/AAAAAAAC0RM/Wet8eh8AHb0vj78AoyJCH2eqQ_WKj7GEgCLcBGAs/s72-c/soudan.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2019/06/lunion-africaine-suspend-le-soudan-et.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2019/06/lunion-africaine-suspend-le-soudan-et.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATEGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aao Sep Oct Nov Dec juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier.