Crise à Mayotte: Une des conséquences du non respect de l’intégrité territoriale des Comores par la France

Mayotte : grave responsabilité de la France dans la crise Visite annoncée aujourd’hui de la ministre des Outre-mer Depuis le 20 f...

Mayotte : grave responsabilité de la France dans la crise

Visite annoncée aujourd’hui de la ministre des Outre-mer

Depuis le 20 février dernier, Mayotte est la cible d’importantes manifestations. Elles dénoncent notamment l’insécurité et sont menées par une intersyndicale. Le mouvement demande l’application du droit commun, car bien que dans la République, Mayotte ait le statut de département, l’égalité sociale ne s’applique pas.

Depuis le 20 février, Mayotte est secouée par un grand mouvement social. Parmi les actions menées, les barrages routiers paralysent l’île. Hier, c’étaient les routes allant au port de Longoni qui étaient bloquées, ce qui empêche tout ravitaillement.

Les maires sont solidaires du mouvement. Ils envisagaient de ne pas organiser l’élection législative partielle du 18 mars, avant de se raviser à la veille de l’arrivée ce jour de la ministre. Ce revirement n’est pas partagé par le mouvement social.

Début de la crise : 1975

Face à cette crise, la réponse du gouvernement est l’envoi de gendarmes supplémentaires pour renforcer la sécurité aux abords des écoles. La ministre des Outre-mer a également annoncé sa visite aujourd’hui. Mais elle n’est semble-t-il pas la bienvenue, les manifestants estiment que si Paris envoie un émissaire, il devra être d’un niveau permettant d’engager des décisions de fond : un Premier ministre au minimum, voire le président de la République.

Cette crise est en effet une conséquence d’une décision prise au plus haut niveau par Paris : le refus de respecter le résultat du référendum d’autodétermination du territoire d’outre-mer des Comores. En 1974, la population vote à 90 % pour l’indépendance. Mais Paris a choisi d’exclure Mayotte de ce résultat au prétexte que dans cette partie de la circonscription électorale, le nombre de voix pour l’indépendance était inférieur à celui pour le statu quo. L’année suivante, en 1975, elle décide de maintenir son administration sur cette île. Mayotte comptait alors 50.000 habitants. Elle en a aujourd’hui officiellement plus de 250.000 sans compter un grand nombre de clandestins venus des îles voisines. Une situation causée notamment par les multiples coup d’État impliquant d’anciens officiers de l’armée française dans le jeune État des Comores. Ceci a considérablement retardé le développement des îles où le résultat du référendum de 1974 a été respecté.

En 2011 déjà...

Depuis 1975, la France a renforcé l’emprise de son administration à Mayotte en enclenchant le processus d’intégration. Cela se traduit par d’importants transferts publics et la promesse d’être un jour les égaux des Français en droit. Mais dans les faits, si Mayotte est inscrite dans la Constitution et si son statut est celui d’un département français, les Mahorais n’ont pas les droits qui en découlent. Ils sont traités en inférieurs, et n’ont pas les mêmes prestations sociales qu’à La Réunion.

Cette décision est dénoncée depuis de nombreuses années. C’est ce qu’avait notamment fait dès 2011 Elie Hoarau, alors député de la circonscription outre-mer au Parlement européen. Il avait également affirmé sa solidarité avec les Mahorais victimes de la répression qui avait lieu à cette époque, quand un gouvernement pensait régler le problème à coups de grenades lacrymogènes, de matraques et de balles en caoutchouc. Un jeune Mahorais avait d’ailleurs été mutilé et perdu un œil.

Depuis ces 6 dernières années, Paris n’a pas mis en œuvre les changements nécessaires pour apaiser la situation. En conséquence, la réponse la plus symbolique était sans doute le refus d’organiser les élections de dimanche. Les maires ont finalement décidé de céder alors qu’aucune campagne électorale ne peut se tenir. Il faut donc s’attendre à un record d’abstention. Ceci soulignera que pour les Mahorais qu’il est plus utile de manifester pour faire avancer la lutte plutôt que d’avoir un député de plus.

Manuel Marchal / 12 mars 2018 - M.M. Texte©Temoignages.re - Titre et photo© La rédaction 
Nom

A la Une,319,Abdillah Saandi Kemba,90,Abdou Ada Musbahou,55,Abdou Elwahab Msa Bacar,33,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,48,Abdourahamane Cheikh Ali,13,Aboubacar Ben SAID SALIM,38,Actualité Sportive,1528,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1401,AHMED Bourhane,230,Akram Said Mohamed,57,Ali Mmadi,162,Ali Moindjié,48,Anli Yachourtu,58,Assaf Mohamed Sahali,28,Ben Ali Combo,384,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,676,Comores Développement,88,ComoresDroit,403,COMORESplus,26,Cookies,1,Culture et Société,5298,Daoud Halifa,159,Darchari MIKIDACHE,193,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,87,Djounaid Djoubeir,76,Economie et Finance,1047,Élections 2016,370,Est africain - Océan Indien,2791,EVENEMENTS,49,Farid Mnebhi,339,France,1398,Hadji Anouar,13,Hakim Mmadi Malik,35,HALIDI IBRAHIM Farid,22,Hamadi Abdou,425,High Tech,782,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,234,IMAM Abdillah,16,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,104,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,80,Mayotte,2015,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,416,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,103,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,26,Monde,1507,Moudjahidi Abdoulbastoi,30,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,465,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,141,Omar Ibn Abdillah,14,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,25,People,420,PERSONNALITÉS COMORIENNES,132,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4297,Publication Article,1,Rafik Adili,35,SAID HALIFA,20,Said HILALI,54,Said Yassine S.A,62,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,764,SOILIHI Ahamada Mlatamou,35,Toufé Maecha,412,Toyb Ahmed,233,Transport Aérien,888,Tribune libre,2628,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,65,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Crise à Mayotte: Une des conséquences du non respect de l’intégrité territoriale des Comores par la France
Crise à Mayotte: Une des conséquences du non respect de l’intégrité territoriale des Comores par la France
https://2.bp.blogspot.com/-Ylf4_02gjA4/WqYgnSQfpTI/AAAAAAACfsI/TaAMh57guc0lgGjnPyE3f5q6B_PdD4acQCKgBGAs/s320/IMG_0085.JPG
https://2.bp.blogspot.com/-Ylf4_02gjA4/WqYgnSQfpTI/AAAAAAACfsI/TaAMh57guc0lgGjnPyE3f5q6B_PdD4acQCKgBGAs/s72-c/IMG_0085.JPG
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2018/03/crise-mayotte-une-des-consequences-du.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2018/03/crise-mayotte-une-des-consequences-du.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé correspondant à votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow Partagez cet article et Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour lire la suite ÉTAPE1: Partager. ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour déverrouiller Copier tout le code Sélectionner tout le code Tout le code a été copié dans votre presse-papier Can not copy the codes / texts, please press [CTRL]+[C] (or CMD+C with Mac) to copy