Saminya Bounou : "Je ne me définis pas comme femme journaliste..."

Saminya Bounou

En cette semaine de la presse, on ne pouvait pas manquer la première rédactrice en chef du quotidien Al-Watwan depuis 3 ans. Avant elle, aucune femme n'a occupé ce poste prestigieux de chef de la rédaction du canard de l'Etat. Normal. Saminya Bounou comptabilise plus d'une dizaine d'année de loyaux services dans la boite.

Formée dans les universités de La Réunion et Madagascar, cette mohélienne écrit à Al-Watwan depuis 1998. Après un court passage à Albalad, elle est devenue l'une des piliers de ce journal. Expérimentée et posée, Saminya Bounou ne s'était préparée pourtant pour devenir journaliste... Dans cet interview exclusif, la rédactrice en chef évoque la vie de journaliste, son expérience mais aussi de la femme comorienne. 

1. Comment se vit le métier de journaliste aux Comores?

Je peux dire que je suis devenue journaliste, un peu par hasard, sans y avoir pensé. Car, ma Licence, je voulais me consacrer à l'enseignement mais très vite, je me suis tournée vers le journalisme. Au début, je faisais les deux, ce n'est qu'après que j'ai abandonné l'enseignement pour me consacrer entièrement au journalisme.

Le début a été très difficile, je l'avoue. Des débuts difficiles faits de crainte et d'angoisse, tout le temps. Je craignais de ne pas pouvoir réussir à écrire des articles comme je le voyais dans les journaux.

Après ces débuts difficiles, comme un bébé qui fait ses premiers pas, je me retrouve, finalement, et je me plais bien dans ce métier. Il a fallu beaucoup de temps, de volonté et de courage pour y parvenir. Mais, ai-je réussi ou pas ? Je ne sais pas, je ne peux pas me juger, je laisse aux autres le soin de le faire.

En tout cas, j'aime passionnément ce que je fais, je ne sais pas ce que j'aurais été ou pu faire si j'étais enseignante mais je ne regrette pas d'être devenue ce que je suis aujourd'hui. Je dois vous dire qu'aux Comores, ce métier ne fait pas nourrir son bonhomme ni ne donner aucun privilège mais on le fait parce qu'on y croit, on l'aime.

2. Y a-t-il des difficultés liées du fait d'être femme ?

Je ne me définis pas précisément comme journaliste femme ou femme journaliste.

Je suis journaliste et un point c'est tout. S'il faut absolument que je mette le genre dans cette histoire, je dirais qu'en tant que mère de famille (deux garçons), mes difficultés sont celles de toutes les mamans qui lient travail et enfants et qui ne sont pas forcément des journalistes. Toutes les femmes – des hommes aussi – qui travaillent ont ces genres de difficultés à se partager entre la vie professionnelle et vie familiale. Je répète, il y a des hommes aussi mais tout est question d'organisation. Surtout d'organisation et d'amour pour le travail qu'on a choisi de faire. 

Afficher la suite...


Ça fait quoi d'être rédactrice en chef du canard du gouvernement ? 

Le quotidien Alwatwan dont je suis rédactrice en chef depuis novembre 2012 n'est pas précisément le journal du gouvernement. C'est un journal d'Etat, certes, au sein duquel l'on retrouve une rédaction qui travaille librement. Je vous informe, d'ailleurs, le rédacteur en chef du journal est élu par ses collègues au sein de la rédaction. Il n'est pas nommé par une quelconque autorité politique. Je peux vous assurer qu'en tant que rédactrice en chef, je n'ai de compte à rendre qu'à la rédaction, c'est-à-dire à mes collègues qui m'ont élue.

Je n'ai aucun privilège quelconque et n'ai de contact qu'avec les journalistes. Les fonctions habituelles de la rédaction en chef m'obligent de servir de trait d'union entre l'équipe de la rédaction et la direction du journal. La situation fait que dès fois, la situation est tendue mais ça doit être comme ça un peu partout dans pareille situation entre la direction incarnée par une personne nommée par décret présidentiel et le chef de la rédaction.

3. Quel est votre regard sur l'évolution de l'émancipation de la femme ?

- Je ne voudrais pas poser un regard particulier sur cela. Je ne me suis jamais, d'ailleurs, posé la question. Et pourquoi ? Peut-être de par mes origines. Ma mère a toujours joui d'une liberté d'action au sein de la famille. Ce n'est pas une femme enfermée à la maison, privée de sa liberté de travailler ou de faire quoi que ce soit pour sa famille au même titre que mon père. Elle n'est pas infirmière ou enseignante ou journaliste comme moi mais elle a toujours travaillé aux champs sans être contrainte de le faire alors que personne, ni elle ni un autre n'a jamais empêché mon père de faire le travail qui lui plaisait pour entretenir sa famille.

Les Comoriennes font des choix et à mon avis ces choix là doivent désormais s'adapter aux contextes. Elles sont partout où elles choisissent d'être. Dans le commerce, dans le sport, dans l'artisanat, dans l'armée. Elles ne sont dans la prise de décision. Et elles disent n'y avoir pas accès ? Là, ça devient intéressant, car il faut voir où sont les obstacles ? Une chose est sûre, la religion, les textes de loi n'y sont pas contre.

4. Quel message pour les femmes comoriennes ?

Je leur adresserais un message de paix. Les femmes comoriennes, à mon avis, sont des femmes libres et heureuses. La grande majorité d'entre elles sont pauvres mais qui ne l'est pas aux Comores. Cette pauvreté n'est pas liée à leurs conditions de femmes. Non. Elle est plutôt liée à l'état du pays. Chaque femme comorienne est libre de voter et d'être élue, de conduire une automobile.
Vous savez bien qu'ailleurs, les femmes ne sont pas autorisées à voter et bien sûr à être élues ou conduire un véhicule. Ce n'est pas le cas aux Comores.

Propos recueillis par Salwa mag

HabarizaComores.com | أخبار من جزر القمر.
Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,62,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,108,Abdourahamane Cheikh Ali,94,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2114,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1619,Ahmadou Mze,81,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,199,Ali Moindjié,79,Anli Yachourtu,114,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,414,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1210,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,50,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8630,Daoud Halifa,226,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,160,Dini NASSUR,146,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1623,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3296,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1610,Hadji Anouar,21,Hamadi Abdou,449,High Tech,825,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,463,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2616,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1625,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,205,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,423,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5911,Publication Article,1,Rafik Adili,48,SAID HALIFA,22,Said HILALI,100,Said Yassine S.A,170,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,51,Toufé Maecha,447,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1167,Tribune libre,4720,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Saminya Bounou : "Je ne me définis pas comme femme journaliste..."
Saminya Bounou : "Je ne me définis pas comme femme journaliste..."
Saminya Bounou
https://2.bp.blogspot.com/-GlhFHeB8cCM/WRq8ZXsdIYI/AAAAAAACLHo/Me08yfbyx3oGSdsFUbNIpr5uxhjGhNvMQCLcB/s320/Saminya%2BBounou.JPG
https://2.bp.blogspot.com/-GlhFHeB8cCM/WRq8ZXsdIYI/AAAAAAACLHo/Me08yfbyx3oGSdsFUbNIpr5uxhjGhNvMQCLcB/s72-c/Saminya%2BBounou.JPG
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2015/05/saminya-bounou-je-ne-me-definis-pas.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2015/05/saminya-bounou-je-ne-me-definis-pas.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières