Mohamed Bakri et Elanrif Saïd Hassane, c’est Hadj Moussa et Moussa Hadj

La danse de la mort après la danse du ventre autour de notre diplomatie-biberon. « Insipide », « fade », « nullissime », « sans queue, ...

La danse de la mort après la danse du ventre autour de notre diplomatie-biberon.


«Insipide», «fade», «nullissime», «sans queue, ni tête», «abracadabrantesque», «diplomatie à l'aune d'une politique étrangère de desperados», «une diplomatie de la vacuité pour une politique étrangère absente et sans lisibilité», sont entre autres, les amabilités les plus répétées, ressassées et psalmodiées sur l'inimitable, l'unique et la seule diplomatie-biberon, celle des Comores. Pour la première fois dans l'Histoire de l'humanité, on veut faire de la diplomatie sans politique étrangère cohérente et lisible. Or, on sait que la politique étrangère ou extérieure est constituée de l'ensemble d'idéaux et principes par lesquels l'État souverain défend ses intérêts devant les autres acteurs des relations internationales. Cette prérogative relève, de par la coutume et la Constitution, du chef de l'État, et du chef de gouvernement dans certains régimes politiques.

Aujourd'hui, la politique étrangère des Comores se résume à la sempiternelle question du chef de l'État comorien au sujet de chaque prétendant au poste de ministre des Relations extérieures: «Parle-t-il arabe?». Pour ce qui est de la diplomatie, il s'agit de l'ensemble des moyens mis au service de cette politique étrangère. L'erreur la plus grossière commise communément par Mohamed Bakri Ben Charif Abdoulfatah et El-Anrif Saïd Hassane réside dans la confusion que les deux hommes font entre politique étrangère et diplomatie, se refusant la moindre initiative, remettant tout entre les mains du chef de l'État, sauf quand il s'agit de placer les leurs là où ils veulent.
  
 L'un et l'autre, c'est Hadj Moussa et Moussa Hadj, et ont en commun un mot-alibi: «Pour faire ça, il faut que j'en parle d'abord au Président Ikililou Dhoinine. Je ne peux prendre aucune décision sans en référer au chef de l'État au préalable». Or, un bon ministre est celui qui fait des propositions au chef de l'État et qui a le sens de l'initiative, au lieu de se réfugier hypocritement dans les pans du large boubou du Président. Mohamed Bakri Ben Charif Abdoulfatah et El-Anrif Saïd Hassane ont une conception de la diplomatie de la période des «rois solitaires», alors que, pour reprendre le fameux mot de Jacques Chazelle, «les rois solitaires sont devenus solidaires». Le monde de la communication et télécommunication a balayé la diplomatie de l'aller-retour devant le chef de l'État pour demander des consignes sur chaque sujet. Mohamed Bakri Ben Charif Abdoulfatah et El-Anrif Saïd Hassane ont oublié ou ne savent pas ou ne veulent pas savoir que le chef de la diplomatie d'un État moderne n'est plus un simple assistant chargé d'instruire un dossier et de donner son avis, comme à l'époque où les Iroquois dévoraient les plénipotentiaires dépêchés auprès d'eux.
   
Aujourd'hui, aucun secteur de l'activité diplomatique comorienne n'est épargné par le manque d'imagination et de courage politique. Cependant, Mohamed Bakri Ben Charif Abdoulfatah n'a eu besoin de l'aval de personne pour nommer son propre frère à un poste de Conseiller à l'Ambassade des Comores en Égypte. Mme Nakchamy Naïlane, Conseillère du Président chargée des dossiers de coopération avec le monde anglophone (y en a-t-il pour le monde hispanophone, lusophone, germanophone, russophone, lingalaphone et blablaphone?) est arrivée sans peine à faire nommer son tonton, qui partait à la retraite, à un poste de Conseiller à l'Ambassade des Comores à Bruxelles. Mais, tonton, ne te réjouis pas trop vite car sur les lieux, trône, plane et règne en apesanteur (ses pieds ne touchent jamais le sol) Sa Gracieuse Excellence Monsieur Ali Saïd Mdahoma, l'Ambassadeur-Dieu, qui en fait tellement de tonnes au non de son «cousinage» avec le Président Ikililou Dhoinine, qu'on lui passe tous ses caprices. Il paraît qu'il a «accordé» une interview à Al Watwan dans laquelle il n'est pas loin de dire que c'est avec son argent personnel qu'il a doté l'Ambassade des Comores à Bruxelles d'un nouveau local et d'un matériel nouveau. Le pauvre chéri!
   
Pauvre mais beau pays! Tu es tombé très bas! Pauvre diplomatie, livrée à des gens qui ne savent même pas comment te définir, qui n'ont jamais vu les Conventions de Vienne de 1961, 1963, 1969 (…) qui te régissent, et qui mettent tout sur le compte de la famille et de la parenté. Pauvre diplomatie, livrée à des individus qui ne connaissent même pas les règles élémentaires de la courtoisie internationale et du savoir-vivre, et qui confondent absolument tout, piétinant l'honneur et la dignité des Comores.
   
À Paris, ça ne va pas mieux et on s'achemine vers la fermeture de la vieille demoiselle de la rue Marbeau. Mais si, mais si. Qu'on s'en rende objectivement compte. Voilà une Ambassade dont l'activité réside dans la légalisation à prix d'or (15 euros la feuille) des documents administratifs et dans l'établissement et renouvellement de passeports, mais qui refuse désormais de s'occuper des formalités de renouvellement des passeports. On dit crânement aux Comoriens de France de régler l'affaire avec Moroni. Du coup, l'Ambassade perd 42% de ses activités et ne servira bientôt à rien, car pour établir le fameux passeport, on demandera bientôt aux gens d'aller se faire tirer le portrait et de se faire prendre les empreintes digitales à Moroni. Il n'y a jamais de 2 sans 3. Dieu soit loué!
   
La «diplomatie» de Mohamed Bakri Ben Charif Abdoulfatah a chassé de l'Ambassade des Comores à Paris le Premier Conseiller, Abdallah Mohamed, au prétexte que celui-ci est apparenté à la famille de l'ex-Président Ahmed Abdallah, et qu'il était aux Comores lors de la fausse tentative de putsch du 19 avril 2013. Que son séjour aux Comores à l'époque soit lié à des impératifs familiaux n'est pas à évoquer puisqu'on ne veut rien savoir. Avec une rapacité de vautour, on a chassé de la diplomatie comorienne un diplomate de formation et de carrière en poste depuis 1989. Comme ça. Son remplacement fut effectué à une vitesse très suspecte. La «diplomatie» d'El-Anrif Saïd Hassane voulait chasser de l'Ambassade Idarousse Mohamed Fakih, mais ne voulait pas en assumer la responsabilité. Qu'a-t-elle fait? Elle a supprimé de l'organigramme de l'Ambassade son poste de ministre-conseiller. Comme par magie. Du jour au lendemain, Idarousse Mohamed Fakih se retrouva sans poste. Viré sec.
   
Avec Moncef Saïd Ibrahim (qui parle swahili, arabe, français et anglais, et étudie la poésie russe), la méthode employée a été encore plus vicieuse, car il lui a été demandé d'accepter une rétrogradation de Conseiller à Attaché à la représentation des Comores à l'UNESCO, où on a toujours besoin de cadres comoriens. Cette rétrogradation n'étant liée à aucune faute, ni sanction, il s'agit d'un licenciement déguisé. Naturellement, Moncef Saïd Ibrahim a refusé l'humiliation, et son poste de Conseiller a été supprimé, alors que depuis décembre 2012, il n'a pas touché un Tala de son salaire. Lui aussi a vu son poste disparaître. Ce qui fait dire à ce Ntsoudjinien: «On dirait que le Mitsamioulien El-Anrif Saïd Hassane veut virer tous les cadres de la région d'Itsandra de son ministère, par une méthode qui n'est pas sans rappeler la blague faite à ces Belges qui, dans l'avion, ont appris que la Belgique en tant qu'État avait disparu, certains passagers ne sachant s'ils devaient devenir Flamands ou Wallons».
   
Aujourd'hui, au ministère des Relations extérieures, règne Imamo Ahmed (d'Iconi), dont la «compétence» couvre les dossiers administratifs et financiers, et dont les méthodes se limitent au mot «désordre», surtout quand il s'agit de briser la carrière des autres. C'est une véritable bombe administrative à surveiller de près. Il relève d'une chaîne d'incompétence dans laquelle chacun refile la patate chaude à l'autre, avec une mauvaise foi d'hyène voulant dévorer sa progéniture en l'accusant de sentir la chèvre. Méthode bien connue.
   
Le limogeage de Mohamed Bakri Ben Charif Abdoulfatah et son remplacement par El-Anrif Saïd Hassane n'ont pas favorisé l'émergence d'une vraie diplomatie aux Comores. Bien au contraire, on assiste à une continuité négative car au moins, de temps à autre, il était possible d'apercevoir Mohamed Bakri Ben Charif Abdoulfatah dans le restaurant ou dans le salon de thé d'un centre international de conférences. Or, depuis le 13 juillet 2013, le nom d'El-Anrif Saïd Hassane n'est pas encore cité dans le Gotha diplomatique. Cela ne veut pas forcément dire que Mohamed Bakri Ben Charif Abdoulfatah y était mieux connu. Les deux hommes ont en commun d'avoir tout fait pour briller par l'insignifiance. Eh bien, ils sont très bien servis.

Par ARM
© www.lemohelien.com – Samedi 30 novembre 2013.
Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,62,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,110,Abdourahamane Cheikh Ali,99,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2120,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1625,Ahmadou Mze,85,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,203,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,119,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,414,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1216,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,50,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8670,Daoud Halifa,228,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,164,Dini NASSUR,146,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1628,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3299,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1616,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,825,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,471,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2626,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1627,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,208,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,423,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5990,Publication Article,1,Rafik Adili,48,SAID HALIFA,22,Said HILALI,100,Said Yassine S.A,170,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,52,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1171,Tribune libre,4743,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Mohamed Bakri et Elanrif Saïd Hassane, c’est Hadj Moussa et Moussa Hadj
Mohamed Bakri et Elanrif Saïd Hassane, c’est Hadj Moussa et Moussa Hadj
http://2.bp.blogspot.com/-ybd20j1S38k/UpmbvRBdmzI/AAAAAAABD54/x6ZbQU7Gp24/s320/image-786796.jpeg
http://2.bp.blogspot.com/-ybd20j1S38k/UpmbvRBdmzI/AAAAAAABD54/x6ZbQU7Gp24/s72-c/image-786796.jpeg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2013/11/mohamed-bakri-et-elanrif-said-hassane.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2013/11/mohamed-bakri-et-elanrif-said-hassane.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières