Les alliances politiques d’Ahmed Abdallah Sambi à la Grande-Comore, au pied du mur

Le sambisme à la Grande-Comore, ou l'art des alliances politiques inconciliables .   Depuis mardi 19 novembre 2013, les Comorien...

Le sambisme à la Grande-Comore, ou l'art des alliances politiques inconciliables .
 Depuis mardi 19 novembre 2013, les Comoriens de France reçoivent sur leurs téléphones portables ce message dans lequel il est doctement dit que le «Président exécutif et le Président d'honneur du Comité de Soutien du candidat M. Idi Nadhoim à l'élection présidentielle 2016 vous invitent à prendre part à une grande réunion des femmes militantes et sympathisantes qui aura lieu le dimanche 24 novembre 2013 à 14:00 à la Maison de la Citoyenneté et de la Vie associative, 11, rue du 14-Juillet, Métro Kremlin-Bicêtre. Votre participation est souhaitée. Merci». Il ne s'agit pas de faire de la publicité pour ce meeting, et encore moins diffuser un message déjà diffusé à une très large échelle, mais de signaler qu'Ahmed Sambi a de l'inquiétude à se faire parce que, dans sa volonté d'en découdre avec le chef de l'État, il a tellement promis le Paradis à tellement de gens qu'il n'y aura pas de la place pour tout ces gens-là. Ceci est d'autant plus vrai qu'il aurait promis à Idi Nadhoim le financement de sa campagne électorale en 2016, tout en se déclarant lui-même candidat à cette électorale qui ne peut le concerner que s'il veut briguer un poste de Vice-président.      

      Quand, du début de l'année 2013 à juin 2013, certains politiciens croyaient bien faire en faisant le pèlerinage à la résidence d'Ahmed Sambi et en se faisant photographier sous son portrait pharaonique avec lui, Idi Nadhoim avait sacrifié à ce pèlerinage très mal vu par les Comoriens, qui l'assimilent à un exercice de mendicité et de pur opportunisme. Quand il est sorti de chez Ahmed Sambi, Idi Nadhoim avait fait une déclaration tonitruante selon laquelle le maître des céans allait entièrement financer sa campagne électorale en 2016. Ceci avait étonné parce que, de 2006 à 2011, Idi Nadhoim avait été le Vice-président d'Ahmed Sambi, et les deux hommes avaient entretenu des relations explosives. Les coups bas, les coups de cœur, les coups de sang et les invectives n'avaient pas manqué entre les deux hommes. Dès lors, entendre Idi Nadhoim dire que son ancien ennemi était prêt à arracher une page de ruptures et d'accusations mutuelles pouvait être du domaine du possible, mais pas le financement de sa campagne électorale par Ahmed Sambi. À moins que… À moins que… 

      Or, déjà à l'époque, Ahmed Sambi savait que s'il devait soutenir un candidat en 2016 à la Grande-Comore, celui-ci ne pouvait être que le fidèle Caporal Bourhane Hamidou, qui bouge et essaie de se donner bonne contenance après que son protecteur Ahmed Sambi l'aie fait élire à la Présidence de l'Assemblée. Donc, pendant des mois, l'option sur le Caporal Bourhane Hamidou a été privilégiée. Un quatuor a même été formé pour cette élection présidentielle de 2016, le Caporal Bourhane Hamidou devant conduire une liste dont les colistiers désignés sont Ahmed Abdallah Salim à la Grande-Comore, le Docteur Fouad Mohadji à Mohéli et Ahmed Sambi à Anjouan. Cette partition a posé un grand problème parce que le sambiste Ahmed Hassane El Barwane, qui a offert au Parti du Soleil de l'Enfer un local à Moroni, s'estimait plus légitime, plus sérieux et plus crédible qu'un Ahmed Abdallah Salim, connu pour les assourdissantes casseroles qu'il traîne à la suite de son passage complètement catastrophique à la direction de la Société comorienne des Hydrocarbures. 

Le gros chapelet qu'arbore Ahmed Abdallah Salim partout n'a jamais pu le mettre à l'abri de l'infamie et du regard accusateur et désapprobateur des Comoriens. 

      Or, alors que la patate chaude de la composition de son fameux quatuor n'a pas encore été casée quelque part, voilà Ahmed Sambi qui se déclare lui-même candidat à une élection à laquelle ne peuvent se présenter, pour le poste de Président, que les Grands-Comoriens. À son habitude, l'ancien Président a agi dans la précipitation, n'a pas pensé à la susceptibilité d'un Caporal Bourhane Hamidou, qui se voyait déjà Président de la République, après avoir reçu, dit-il et semble-t-il, plus de personnalités étrangères aux Comores que Mohamed Bakri Charif Abdoulfattah, quand ce dernier dirigeait les derniers lambeaux de ce qui tenait lieu de la défunte et pathétique diplomatie comorienne. Est-ce que le Caporal Bourhane Hamidou va accepter d'être le colistier, au titre de la Grande-Comore et pour une élection ouverte aux seuls Grands-Comoriens au niveau de la Présidence, à un Anjouanais, qui n'avait vu aucun Grand-Comorien, ni Mohélien chez lui à Anjouan, en 2006? 

      Dans cette affaire, il n'y a pas que les considérations politiques qui entrent en compte. En effet, il faut tenir compte d'un autre paramètre, plus complexe, le «Pouvoir de l'Honneur», pour reprendre une expression chère à Sultan Chouzour. Qui est ce politicien grand-comorien si assoiffé de pouvoir qu'il est prêt à mettre par terre l'honneur d'une île afin d'assouvir les fantasmes d'un ex-satrape mégalomane, corrompu, incompétent, divisionniste et malfaisant, un homme qui n'a apporté aux Comores que du désordre, de la contrebande d'État, et la vente du pays à l'Iran et à des aventuriers du Moyen-Orient, qui n'ont pas mis un sou aux Comores? 

      En même temps, il serait prudent de ne pas sous-estimer la rapacité des politiciens qui se sont signalés par leur manque total d'honneur, de dignité et de personnalité, et qui ont déjà dépêché à Anjouan, semble-t-il en cachette et dans une discrétion digne d'un secret de Polichinelle, leurs garçons de courses, négocier une alliance électoraliste avec Ahmed Sambi. Pour comprendre la nature intrinsèque de ces hommes et de cette mission de désespoir, il faut écouter Maître Ibrahim Ali Mzimba dire, avec un sadisme non dissimulé et avec un manque total de charité: «Si le Président Ikililou Dhoinine ne nomme pas tel et tel à un poste dans les deux semaines, à n'importe quel poste, je dis bien "à n'importe quel poste", eh bien, il faudra aller les chercher à l'hôpital car ils vivent dans une obsession du pouvoir tellement hypertrophiée qu'ils sont prêts à tuer père et mère, et à vendre fils et filles. Ils frisent la maladie depuis juin 2011, faute d'une nomination. Ces gens-là sont capables et coupables du pire et il ne faut pas s'étonner si on apprend d'eux des choses qu'un homme d'honneur ne fera pas. La politique aux Comores est devenue désespérante». Tout est dit… 
      Après avoir appris cela, on ne s'étonne plus d'apprendre que l'un de nos zigotos aie sauté le pas et négocie ferme chez Ahmed Sambi, à un moment où il sait, toujours pour reprendre le mot impitoyable de Maître Ibrahim Ali Mzimba, que «s'il briguait le poste de chef de village chez lui, il ne se trouverait personne pour lui faire confiance. Même les membres de sa propre famille répugneraient à lui faire confiance». Mais, comment peut-on être tellement assoiffé de pouvoir jusqu'à mettre le peu de fierté qui reste en soi dans une poche trouée? C'est grave. 

      Mais, il faut faire attention car Ahmed Sambi est un orfèvre dans l'art de la roublardise politique. C'est l'homme qui soutient dans la même élection deux à trois concurrents. En 2010, quand il s'était rendu compte que ses vrais alliés et amis à Mohéli étaient le Docteur Fouad Mohadji et Mohamed Larif Oucacha, mais qu'il avait choisi Ikililou Dhoinine, par l'un de ses tours de passe-passe magiques, il avait mis beaucoup d'argent dans la campagne électorale de Mohamed Larif Oucacha. Ahmed Sambi est tellement roublard qu'il est capable de financer la campagne électorale de son propre challenger. C'est de la pure truanderie politique, un art dans lequel il excelle, mais avec des limites tout de même car, comme on dit à Mohéli, «La nuit du menteur est toujours courte». 
      Ici et maintenant, hic et nunc, il est attendu des alliés grands-comoriens d'Ahmed Sambi qu'ils s'expriment et nous disent ce qu'ils pensent de la candidature annoncée de l'ancien chef de l'État, qui cherche à déshonorer notre belle île de la Grande-Comore, par sa prétention à vouloir faire croire qu'il n'y a pas sur l'île des personnes dignes de diriger les Comores.

 Par ARM
© www.lemohelien.com – Mercredi 20 novembre 2013.
Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,62,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,110,Abdourahamane Cheikh Ali,99,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2120,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1625,Ahmadou Mze,85,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,203,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,119,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,414,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1216,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,50,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8674,Daoud Halifa,228,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,164,Dini NASSUR,146,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1630,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3299,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1617,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,825,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,471,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2627,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1627,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,209,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,423,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5991,Publication Article,1,Rafik Adili,48,SAID HALIFA,22,Said HILALI,100,Said Yassine S.A,170,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,52,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1171,Tribune libre,4745,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Les alliances politiques d’Ahmed Abdallah Sambi à la Grande-Comore, au pied du mur
Les alliances politiques d’Ahmed Abdallah Sambi à la Grande-Comore, au pied du mur
http://1.bp.blogspot.com/-ZlZKF8QyB1E/Uozish1gw7I/AAAAAAABDYw/AGiTexJa014/s320/image-785465.png
http://1.bp.blogspot.com/-ZlZKF8QyB1E/Uozish1gw7I/AAAAAAABDYw/AGiTexJa014/s72-c/image-785465.png
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2013/11/les-alliances-politiques-dahmed-sambi.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2013/11/les-alliances-politiques-dahmed-sambi.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières