Zuma sous le feu des critiques après la mort de 13 soldats sud-africains en Centrafrique

PARTAGER:

Les autorités de Pretoria sont sous le feu des critiques après la mort d’au moins 13 soldats sud-africains, samedi lors de la prise de Ba...

Les autorités de Pretoria sont sous le feu des critiques après la mort d’au moins 13 soldats sud-africains, samedi lors de la prise de Bangui. Le président, Jacob Zuma, a déclaré, lundi 25 mars, qu’ils avaient "combattu des bandits animés de mauvaises intentions".

La mort d’au moins treize soldats des Force de défense nationale d'Afrique du Sud (SANDF) lors de la prise de Bangui par les rebelles de la Séléka, samedi 23 mars, a été confirmée par le président Jacob Zuma. « Durant les combats, 13 de nos soldats sont tombés et l'un est porté disparu », a-t-il précisé, lundi 25 mars, lors d'un point presse initialement dédié à la présentation du sommet des pays émergents (BRICS) à Durban mardi et mercredi.

« Un peu plus de 200 de nos soldats ont combattu des bandits animés de mauvaises intentions, mais leurs agissements ne nous ont pas fait renoncer à notre mission de paix et de sécurité », a ajouté le chef de l'État. Il a précisé que les militaires sud-africains étaient dans leur base – au niveau du « PK12 » (point kilométrique 12) sur la route vers Damara – et qu'ils « n'ont attaqué personne et se sont seulement défendus ». Dimanche, le général Xolani Mabanga, directeur de la communication des SANDF, a déclaré sur RFI que des affrontements ont eu lieu la veille avec les rebelles de la Séléka dans la banlieue de Bangui.

Sécurisation et "business"

Le rôle et les raisons de la présence sud-africaines à Bangui, comme le comportement des troupes lors de l'offensive rebelle, restent flous. En janvier, alors que la rébellion menaçait déjà le régime de François Bozizé, quelque 400 hommes avaient été envoyés. Officiellement, les troupes étaient chargées de sécuriser la capitale, en vertu d'un accord entre les deux pays portant sur la formation et le conseil à l'armée centrafricaine. Mais pour beaucoup, Pretoria avait également dans le viseur l'uranium, l'or et les promesses pétrolières de la Centrafrique. « Il y a certainement eu un important contrat minier négocié », avait déclaré Roland Marchal, spécialiste de la Centrafrique au Centre national de la recherche scientifique français (CNRS).

Quelques jours plus tard (le 11 janvier), les accords de Libreville étaient signés. Parmi les points de l’accord figurait en outre le « retrait progressif du territoire national de toutes les forces militaires non communautaires en fonction de la situation sécuritaire sur le terrain ». Une injonction non respectée par Pretoria. Les troupes sud-africaines restant stationnées dans plusieurs lieux stratégiques de la capitale (palais de la Renaissance, aéroport, et télévision nationale), ainsi qu’au niveau du « PK12 ».

Voyage discret

Enfin, quelques jours avant sa chute, François Bozizé effectuait un discret voyage de trois jours en Afrique du Sud - du 19 au 22 mars (date du début de l’offensive des rebelles sur Bangui) - pour tenter de convaincre Jacob Zuma de renforcer son corps expéditionnaire en Centrafrique.

En Afrique du Sud, où les autorités ont donné peu détails sur cette présence militaire, la polémique enfle. L’Alliance démocratique, parti d’opposition, a d’ailleurs demandé l’ouverture d’une enquête parlementaire.
« Nos troupes n'étaient pas équipées et pas censées engager des combat (...) Maintenant nos troupes sont en infériorité numérique, en infériorité en puissance de feu et piégées en République centrafricaine », a critiqué Pikkie Greef, secrétaire national du syndicat militaire Sandu, au micro de la radio 702. Un expert militaire, Helmoet Heitma, a renchéri, sur la même radio, en expliquant : « Nous sommes limités en hommes, en équipement et particulièrement limités en avion de transport de troupes. Nous n'avons ni la capacité de faire une exfiltration rapide (de nos troupes) ni de les renforcer. »

"Perdre la face"

Selon le quotidien sud-africain Joburg Star, qui se base sur le récit de sources anonymes, le ministre de la Défense, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, aurait même conseillé au président Zuma d’évacuer une partie des troupes en janvier. « Jacob Zuma a refusé cette option déclarant que l’Afrique du Sud perdrait alors la face », poursuit le journaliste du Joburg Star.
« Nous n'avons pas décidé de nous retirer du Centrafrique, en raison de l'existence d'un accord entre nos pays, a tenté d’expliquer Jacob Zuma. Quand la poussière sera retombée, nous évaluerons si notre présence est encore nécessaire. (...) En tant que membre de l'Union africaine, l'Afrique du Sud rejette toutes les tentatives de prise de pouvoir par la force. Quel que soit l'endroit où nos troupes sont déployées, elles ont le devoir de se défendre et de défendre leur position », a-t-il poursuivi.
________
Par Vincent Duhem
JeuneAfrique

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,308,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,64,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,113,Abdourahamane Cheikh Ali,110,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2154,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1634,Ahmadou Mze,88,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,204,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,121,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,415,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1248,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,53,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8902,Daoud Halifa,232,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,181,Dini NASSUR,149,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1663,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3310,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1630,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,831,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,480,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2651,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1632,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,211,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,424,PERSONNALITÉS COMORIENNES,141,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,6115,Publication Article,1,Rafik Adili,49,SAID HALIFA,22,Said HILALI,101,Said Yassine S.A,173,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,53,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1193,Tribune libre,4795,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Zuma sous le feu des critiques après la mort de 13 soldats sud-africains en Centrafrique
Zuma sous le feu des critiques après la mort de 13 soldats sud-africains en Centrafrique
http://4.bp.blogspot.com/-ZH68aI1aDK8/UVCfplQxaVI/AAAAAAAA0Hw/pdmvEF9nfYY/s1600/2_8_0309_3_p1010018.jpg
http://4.bp.blogspot.com/-ZH68aI1aDK8/UVCfplQxaVI/AAAAAAAA0Hw/pdmvEF9nfYY/s72-c/2_8_0309_3_p1010018.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2013/03/lexcision-au-mali-une-pratique-nefaste.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2013/03/lexcision-au-mali-une-pratique-nefaste.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières