L'ALGÉRIE A DÉCIDÉ DE NE PAS PRÊTER AU FMI. Les USA feront-ils pression sur le gouvernement?

PARTAGER:

Les Américains qui connaissent de grandes difficultés économiques «pressent» les pays dotés d'excédents financiers de renflouer les cais...

Les Américains qui connaissent de grandes difficultés économiques «pressent» les pays dotés d'excédents financiers de renflouer les caisses du Fonds monétaire international.Les Etats-Unis locomotive de l'économie, de la planète, ne pouvant mettre la main à la poche doivent se tourner tout naturellement vers leurs pays amis, essentiellement les pays producteurs de pétrole (les pays du Golfe, l'Arabie Saoudite et...l'Algérie) pour les persuader à faire preuve de «générosité» vis-à-vis de l'institution de Bretton Woods que d'aucuns estiment qu'elle est sous leur aile.
L'Algérie réserve une réponse officielle pour le mois d'octobre au Fonds monétaire internationalL'Algérie réserve une réponse officielle pour le mois d'octobre au Fonds monétaire international
«Les Etats-Unis...veulent surtout augmenter les ressources du FMI afin d'éviter une crise financière au Mexique ou dans les pays d'Europe centrale et orientale», écrivait déjà au mois d'avril 2009 Antoine Brunet, économiste et directeur d'AB Marchés dans les colonnes du quotidien français Le Figaro. Une analyse partagée et défendue par l'économiste algérien Salah Mouhoubi: «C'est pour éviter l'effondrement du système financier international surtout avec les problèmes financiers de la zone euro. La Grèce, l'Italie et l'Espagne en situation difficile et peut-être la France. Les USA aussi en situation difficile ne pouvant pas prêter de l'argent, le FMI se retourne donc vers les pays du Golfe et évidemment l'Algérie», estime notre expert.
L'Algérie réserve une réponse officielle pour le mois d'octobre au Fonds monétaire national qui l'a sollicitée dans le cadre de l'opération menée par l'institution de Bretton Woods pour renflouer ses caisses.
L'Algérie «va étudier et évaluer les conditions dans lesquelles cette demande sera proposée dans les détails...
En effet, nous avons besoin de savoir si le FMI envisage de réaliser cette opération de renforcement de ses capacités financières à partir de demandes de prêts ou de dépôts rémunérés, ainsi que le rendement qu'il compte proposer», avait indiqué le grand argentier du pays, Karim Djoudi, en marge de la réunion de printemps du FMI et de la Banque mondiale.

«Le gouvernement va examiner la demande du Fonds monétaire international. Tout dépendra de l'opportunité», avait souligné une dépêche de l'APS datée du 26 avril qui avait repris l'ex-ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, Hamid Temmar, qui s'était exprimé à ce sujet, le 26 avril. La question semble avoir fait débat au sein du gouvernement. On sait d'ores et déjà que le grand argentier du pays doit dire non. En effet, selon une source du ministère des Finances qui s'est exprimé sous le sceau de l'anonymat, l'Algérie ne devrait pas répondre favorablement à la sollicitation du Fonds monétaire international. Pourquoi? L'élément de réponse irréfutable réside dans la dégringolade des prix du pétrole qui risquent de sensiblement amenuiser les recettes en devises qui sont dépendantes à quelque 98% des exportations en hydrocarbures.
La sonnette d'alarme a été déjà tirée. «Nous avons perdu 30 dollars depuis le niveau qu'avait atteint (le baril de pétrole) depuis quelques mois, 30 dollars, c'est une chute drastique et sur une année, ça représente pour nous entre 18 et 20 milliards de dollars de revenus en moins et d'exportation. En moins, ceci est inquiétant», avait déclaré le 4 juillet, Youcef Yousfi, le ministre de l'Energie et des Mines sur les ondes la Radio nationale, Chaîne III. Ce qui doit expliquer le niet de l'Algérie au FMI. Le ministre des Finances n'a pas réagi pour le moment à cette information. Mais ne dit-on pas: «Qui ne dit mot consent». A moins que les nuages qui bouchent l'horizon de l'économie mondiale et du marché pétrolier ne se dissipent. Ce qui est loin d'être le cas. «Désormais, l'équilibre budgétaire requiert des niveaux de prix des hydrocarbures supérieurs à 112 dollars le baril pendant que les recettes budgétaires totales restent fortement dépendantes de celles, très volatiles, des hydrocarbures», a fait remarquer le 1er juillet, Djamel Benbelkacem, directeur conseiller à la Banque d'Algérie, lors de la présentation du rapport sur l'évolution économique et monétaire nationale pour l'année 2011. Si l'époque de «la dictée du FMI est révolue», force est de constater que l'économie nationale est loin d'être immunisée contre certains types de... crises.
Par 

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,308,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,64,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,113,Abdourahamane Cheikh Ali,109,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2152,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1634,Ahmadou Mze,88,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,204,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,121,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,415,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1238,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,53,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8892,Daoud Halifa,232,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,181,Dini NASSUR,149,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1662,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3310,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1627,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,831,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,480,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2651,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1632,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,211,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,424,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,6104,Publication Article,1,Rafik Adili,49,SAID HALIFA,22,Said HILALI,101,Said Yassine S.A,173,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,53,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1193,Tribune libre,4794,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: L'ALGÉRIE A DÉCIDÉ DE NE PAS PRÊTER AU FMI. Les USA feront-ils pression sur le gouvernement?
L'ALGÉRIE A DÉCIDÉ DE NE PAS PRÊTER AU FMI. Les USA feront-ils pression sur le gouvernement?
http://www.lexpressiondz.com/img/article_medium/photos/P120712-14.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2012/07/lalgerie-decide-de-ne-pas-preter-au-fmi.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2012/07/lalgerie-decide-de-ne-pas-preter-au-fmi.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières