Interview : Colonel Azali Assoumani, ancien président de la République « Des gros dossiers de Sambi, c’est le chaos !»

Interview : Colonel Azali Assoumani, ancien président de la République « Des gros dossiers de Sambi, c’est le chaos !»

La tournante est arrivée enfin à Mohéli. Cette étape marque la fin d'un cycle de ce système propre à l'Union des Comores qui a été inauguré en 2002 par le régime Azali. Le colonel Azali était arrivé au pouvoir à la suite d'un putsch, mais fut élu après avoir démissionné. L'ancien président est donc un témoin privilégié de cette histoire récente du pays. 
Poignée de main entre Azali et Sambi en 2007 

Azali Assoumani a assisté à l'investiture du Dr Ikililou avec les honneurs du public sous des applaudissements nourris. Une cérémonie qui correspondait à la fin du règne de celui qui lui avait succédé à Beit-Salam. Cet ancien militaire a accepté de porter son regard sur le régime Sambi et surtout de nous parler de l'avenir.
« L'investiture un moment émouvant »

Comment avez-vous vécu l'investiture du président Ikililou ?

C'était un moment très intense et très émouvant puisque c'est la continuité d'un système qu'on a mis en place ensemble en 2002 à la suite d'une crise profonde du pays. Je me suis dit que c'était une bonne chose d'être arrivé jusqu'ici, malgré les hauts et les bas. Mais in fine, c'est même un bon résultat puisqu'on est arrivé à une alternance qui aurait pu se dérouler comme tout le monde pouvait l'espérer. Je parle au conditionnel car on aurait voulu que ça se passe mieux. Mais au moins l'investiture a eu lieu. Le nouveau président est investi conformément à la loi. Tout ce qu'on peut espérer pour lui et pour le pays, c'est qu'il puisse s'atteler au devoir qui l'attend et je prie pour qu'il réussisse parce que sa réussite est la réussite de tout un peuple.

Ce jour-là, vous avez été beaucoup applaudi. Quant on se souvient qu'à une date identique vous aviez été hué, qu'est ce que, ça vous fait ?

En tant qu'Homme, il faut rester modeste et savoir qu'il y a une prédestinée pour chaque Homme qui arrive, qu'on le veille ou pas, surtout quant on est musulman. Donc, ce qui est arrivé en 2006, c'est un événement. J'en ai connu beaucoup. Je ne dirais pas pire car je n'étais pas chef d'Etat, mais durant ma vie j'ai connu des moments intenses comme ça. Mais il faut remarquer qu'en 2006, il y a des gens qui ont comploté et qui ont payé des gens pour venir faire cela. Nous, on l'a su en amont mais on a laissé passer. Et ce qui s'est passé dernièrement, je ne peux que dire merci. Nous pensons que c'est avec sincérité que les gens ont applaudi très fort. En tout cas, ce ne peut pas être autrement et j'espère que ç'était autant destiné au Dr Ikililou.

Et ça vous fait quoi de voir votre bébé, la tournante, tourner ?

La tournante tourne, c'est bien car c'est pour cela qu'elle est faite. Mais le débat que tout le monde ne veut pas faire, c'est que c'est moi moi qui a voulu qu'elle tourne comme ça. La constitution elle-même avait préconisé une autre façon de tourner. J'ai voulu que ça tourne comme ça parce que pour moi c'est une transition qui continue. Pour moi, 12 ans de transition, c'est largement suffisant pour faire un bilan et voir l'avenir. Malheureusement, le pouvoir actuel l'a biaisé parce qu'il a voulu changer la constitution pour des motifs qui ne sont pas évoqués. Il prétexte que 4 ans c'est trop peu et que 5 ans c'est mieux. Mais quel est la différence entre 4 et 5 ans en matière de gestion ? C'était seulement une façon de torpiller le jeu dans dire le mot. C'est pourquoi nous sommes arrivés à ce que le Dr Ikililou fasse 5 ans. Tant mieux pour lui. Mais j'avais pensé laisser ces 12 ans de transition et s'asseoir d'une façon nationale pour dire ce qui avait marché et ce qui n'avait pas marché. 

Moi j'ai fait 4 ans, Sambi devait faire 4 aussi mais il a ajouté un an d'illégalité. La cour constitutionnelle, sans pour autant dire que Sambi allait faire 5 ans conformément à la nouvelle constitution, lui a permis de faire ces 5 ans. En tout cas, ça n'a rien avoir avec la révision constitutionnelle que le président en a fait et voulait le ramener jusqu'à novembre 2011. Heureusement que la cour constitutionnelle ne l'a pas reconnue comme une loi constitutionnelle. Et vous me permettez de m'étonner que le président Sambi a prétendu qu'il était le seul à vouloir les élections à cette date-là et que les autres n'ont pas voulu. Pourtant, c'est lui qui a introduit la loi pour rester au pouvoir jusqu'en novembre 2011. 

Et que la lutte qui a été menée par tout le monde, y compris la presse à qui je dis bravo car vous avez fait du bon travail, les Mohéliens et nous, tous les partis politiques, c'était pour dire au président Sambi qu'il n'a pas intérêt à jouer ce jeu dangereux. Finalement, c'est sous la contrainte qu'il a accepté et maintenant, il se donne les mérites. Qu'il ait ôté les chaussures pour prier Dieu pour qu'il puisse en arriver ici, on ne peut pas dire non mais, ce que tout le monde sait, c'est que ce n'est pas aujourd'hui qu'il voulait partir. Il voulait partir au mieux en octobre 2011 selon la loi qu'il a votée. En tout cas, ce qu'on peut capitaliser dans ce départ, c'est l'alternance politique qui se fait. Il n'y a pas de chef d'Etat qui parte directement au cimetière ou qu'on envoie à la Réunion.

« Je ne veux pas cette popularité de Sambi »

Et maintenant, quel regard portez-vous sur le régime de votre successeur ?

Avant-hier, Sambi a dit qu'il ne dit pas ce qu'il fait mais il dit ce qu'il n'a pas fait. C'est une façon curieuse de faire un bilan (rire…), car normalement on dit ce qu'on a fait. Je ne vais pas m'étaler mais tout le monde sait que Sambi s'est engagé pour trois choses : un logement décent pour tout le monde, une justice juste et la lutte contre la corruption et création d'emploi. Je pense qu'on n'a pas besoin de sortir d'une grande école et des microscopes pour voir que les logements, on n'en parle pas. Curieusement, il a lui-même avoué qu'il a touché des milliards pour ce projet. Et que jusqu'alors, à part les trois qui ont été fait en guise d'expérience dans les trois îles, on ne connait pas. C'st quand même grave qu'il s'engage à ça, qu'il annonce avoir les fonds et ose dire qu'il n'a rien à dire alors qu'on ne voit pas les logements. 

Deuxièmement, c'est la justice quant on voit l'affaire du général Salimou avec l'assassinat du colonel Combo et l'histoire de l'ancien préfet assassiné sauvagement à Sima. On a donc intérêt à se poser des questions de savoir quelle justice Sambi a fait pendant ces 5 ans. Et là, nous citoyens lambda, partout où nous nous trouvons, nous sommes très inquiets de savoir si quoi que ce soit arrive, de bien ou de mauvais, à quelqu'un de façon active ou passive, est-ce qu'il y a une justice capable de rendre la justice quant on voit le chaos où sombre l'affaire général Salimou et colonel Combo. Maintenant pour la corruption, ce n'est pas la peine d'en parler. 

Il a avoué que les gens qui se trouvent à côté de lui sont corrompus, qu'ils ont malhonnêtes mais qu'a-t-il fait ? Il a porté plainte devant Dieu. Alors pour parler de justice, ceux de l'ancien régime, il les a mis en prison. On les a mis en prison mais pour les siens il porte plainte devant Dieu. Et même ceux qui ont été mis en prison, il y a deux catégories : ceux qui ont rejoint le régime et qui sont lavés. Il suffit donc de rejoindre son régime et là on n'est pas coupable. Et ceux qui n'ont pas suivis sont resté en prison. Donc pour ces trois dossiers, c'est le chaos. 

Je mets au défi n'importe qui de dire le contraire. Et d'ailleurs, ça me fait très mal quand je vois des gens très respectables dire dans la presse que « oui Sambi a ouvert le pays au monde arabe. » Allez dans le monde arabe, tout y allait. Mais les arabes, quels résultats ont-ils apportés ? Les panneaux à la corniche ? Ou les nouveaux panneaux qu'on fait au foyer des femmes de Moroni ? Ou bien l'Hôtel Galawa, ou Janat Alkamar du Lac salé ? Au moins, s'il avait construit des hôtels, ces gens viendraient se promener et permettre de lutter contre le chômage, permettre aux commerçants de vendre quelque chose. Mais ces gens ils viennent sans rien faire et ils repartent. Et, prouesse, on a pu constater que ces gens qui sont arrivés n'ont rien fait d'autre que de récupérer ce que le pauvre Assim avait fait. 

Assim avait fait trois investissements importants dans ce pays : Al Amal à Anjouan, Hôtel Itsandra et le Moroni. Et ces gens sont venus récupérer toute ça de façon illégale. Et ça, n'importe qui peut le faire! Des arabes ou des chinois ce serait la même chose. Donc, il faut rester serein, mais qu'on ne prenne pas les gens pour des cons car c'est le chaos. Et au lieu de faire son bilan, il annonce le programme de son successeur. Donc, tout ce qu'il a dit il ne l'a pas fait mais il est en train d'hypothéquer la présidence d'Ikililou en annonçant d'autres choses. C'est un peu dommage. J'espère que le président Ikililou saura prendre ses responsabilités en main.

Malgré ce bilan que vous juger négatif, il est resté populaire. Peut être qu'il y a quelque chose de négatif ?

(Hésitation…). Il faut définir ce qu'on appelle populaire. Si populaire, c'est gagner des élections en les achetant. J'ai pensé donner l'exemple mais il n'a pas été suivi. J'avais le pouvoir, j'avais les armes, j'ai fait un coup d'Etat, les élections que les instances avaient déclaré que j'avais gagné, j'ai accepté. Celles que les instances avaient déclarée perdues, j'ai accepté. Mais lorsqu'un régime ose dire qu'un régime n'est jamais battu aux élections, avec tout ce qu'on a vécu ici, on ne peut pas parler de popularité. C'est un coup de force. Souvenez-vous que même la communauté internationale avait dit qu'à Anjouan, il n'y a pas eu d'élection. Moi, je n'ai pas cette popularité. La popularité que j'aime, c'est quand le peuple s'exprime de façon transparente. Et s'il faut le forcer pour se prononcer pour dire après qu'on est populaire, je n'en veux pas.

Au cas où, Dr Ikililou vous recevez en audience, qu'allez-vous lui donner comme conseil ?

Un conseil simple. Je dirais au président Ikililou qu'il ne doit compter que sur ses propres forces. Ils étaient 10 à Mohéli, trois au niveau national et il a été le seul à être choisi avec ses trois vice-présidents. Cela veut dire que c'est lui qu'on a choisi et c'est à lui d'assumer ses propres responsabilités. Cela ne veut pas dire ne pas attendre des conseils, ou ne pas avoir des experts mais de savoir qu'il est le seul à être jugé à partir du choix qu'on fait les Comoriens. C'est peut-être théorique mais je le dis car on a vécu un scandale pendant 5 ans dans ce pays. Les gens ont compris qu'on peut rester sans rien faire et que les qataris et les arabes viendront le faire en notre lieu et place, nos autorités en tête. Elles avaient compris ça et elles le disaient. 

Quant on entend qu'on a préparé les états de salaires et qu'on attend que l'argent arrive, c'est scandaleux. Donc je dirais à Ikililou qu'on doit d'abord compter sur nous même. On n'est jamais mieux gratté que par soi-même. C'est vrai, il aura des conseils, il aura des aides et on les espère mais ils ne sauront jamais se substituer aux efforts qu'on doit faire. Le peuple comorien a choisi d'être libre depuis le 6 juillet 1975 et cela a un sens. S'il fallait être libre et continuer à attendre des aides extérieures pourquoi avoir demandé l'indépendance ? Effectivement, les aides extérieures sont toujours normales et complémentaires mais ce à quoi on va réfléchir, c'est de concevoir et la façon dont nous allons nous y mettre qui sera la meilleure. 

Je le dis parce que ce que je l'ai entendu et que le président Ikililou l'a répété par rapport à l'argent des ONG dont on nous parle, l'argent du Qatar, la Fondation Fatuma, tout ça c'est nécessaire mais jamais suffisant. En 2005, on a fait une conférence à Maurice avec 200 millions de dollars, et personne n'en parle maintenant. Aujourd'hui, on parle de 600 millions sur la conférence du Qatar. Mais cette conférence va être gérée de la même manière que Maurice, les résultats, il ne faut pas les attendre. La curiosité, c'est que les conférences du Qatar et de Maurice qui rassemblaient toutes les institutions financières internationales et les pays amis, ont mobilisé 200 millions à Maurice et 600 millions au Qatar. On prétend qu'une ONG va débourser 2 milliards d'euros, c'est prendre les gens pour des cons! Que ce soit ceux qu'ils l'ont dit ou ceux qui étaient là pour faire croire que c'est la vérité, ce n'est pas vrai! Ni en amont, ni en aval, ce n'est pas vrai il n'y a pas une Ong qui est capable de donner deux milliards d'euros à un pays et même si c'est le cas, on n'a même pas les moyens d'absorber cette masse d'argent en deux ans. C'est du n'importe quoi. J'espère que le clan Ikililou le prend au premier degré mais qu'il se donnera les moyens de vérifier.

« Il est très tôt pour me déclarer candidat »


Est-il possible pour lui de se détacher alors que c'est la même équipe. Qu'on parle même de changement dans la continuité ?

(Pensif…). La continuité n'est quand même pas péjorative ! On a toujours dit que l'Etat appartient à tout le monde. La continuité de l'Etat est une donne que tout le monde doit intégrer. C'est d'ailleurs ce qui fait la force des pays développés. Ces pays joue la continuité de l'Etat. Même deux régimes qui se tournent le dos, le régime qui arrive discerne ce qui est bien pour l'intérêt de l'Etat et il continue parce qu'il y a des lois qui l'ont institué. Ce qui n'est pas bon pour le pays, on l'écarte mais en passant par les voies légales. Prenez l'exemple des Etats-Unis. Vous croyez qu'un pays comme les Etats-Unis se développe en 4 ans ou 8 ans? Ce n'est pas possible. 

Ils ont intégré la notion de continuité de l'Etat. Ce qui n'est pas malheureusement le cas ici. On a constaté que tout ce qu'on a fait de 2002 à 2006 est considéré comme pas bon. On a même eu le culot de dire que rien n'est fait dans ce pays depuis l'indépendance et que c'est maintenant qu'on commence tout! C'est comme ça qu'on construit un pays. Maintenant, Ikililou a été élu. Cela veut dire que la continuité de l'Etat, ce sont les projets. Il vérifie les projets fiables, il les continue et ceux qui ne sont pas fiables, on ne va pas faire n'importe quoi au nom de la continuité de l'Etat. Donc, j'espère que Dr Ikililou va continuer ce qui est bien, encore qu'il y en ait moins. Mais s'il continue dans la voie du mensonge et sur ce qu'on a suivi jusqu'ici, je crois que ce serait dommage. Mais on lui fait confiance pour, sans pour autant trahir l'amitié des gens qui l'ont amené jusqu'à là, dire à tous « c'est moi seul le comptable vis-à-vis du peuple comorien et vis-à-vis de Dieu » car c'est lui seul qui a prêté serment avec les trois vice-présidents.

A partir de 2016, si la constitution n'est pas changée, ce sera le tour de la Ngazidja de reprendre la tournante. Le Colonel Azali pourrait être candidat ?

Vous n'allez pas me poser une question qui est au conditionnel ! (Grand rire…). C'est vrai nous arrivons au terme de la tournante. Maintenant, il appartient au Président Ikililou et à l'assemblée d'appeler le peuple comorien pour faire le bilan de cette tournante qui est arrivée à terme. Que faire? C'est à partir de là que les uns et autres vont se prononcer. Mais je croix que ce serait maladroit et même dépasser les ambitions de se décider dès maintenant que quels que soit les cas de figure je serai candidat. Donc, je ne peux pas me prononcer alors que je ne sais pas comment ça va se dessiner. On ne se prononce pas par hypothèse. Il va falloir qu'on voit où on va, y aller pour poser le pied. On ne va pas faire un saut dans l'inconnu. Mais lorsqu'on verra où on pose le pied, on va réfléchir pour dire que je peux ou je ne peux pas. C'est là que la question va se poser et certainement, il y aura une réponse. Maintenant, c'est prématuré.

Propos recueillis par A.A. Mguéni
©Malango
Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,92,Abdou Ada Musbahou,90,Abdou Elwahab Msa Bacar,64,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,111,Abdourahamane Cheikh Ali,101,Aboubacar Ben SAID SALIM,43,Actualité Sportive,2125,Adinani Toahert Ahamada,42,Afrique,1630,Ahmadou Mze,85,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,203,Ali Moindjié,80,Anli Yachourtu,119,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,415,Biographie,1,Chacha Mohamed,47,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1221,Comores Développement,88,ComoresDroit,425,COMORESplus,52,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,8714,Daoud Halifa,229,Darchari MIKIDACHE,197,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dhoulkarnaine Youssouf,169,Dini NASSUR,148,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1640,Élections 2016,370,Élections 2019,158,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3307,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1622,Hadji Anouar,23,Hamadi Abdou,449,High Tech,829,Ibrahim Abdou Said,9,Idriss Mohamed Chanfi,474,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,150,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2637,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,460,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1628,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,209,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,29,People,423,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,6011,Publication Article,1,Rafik Adili,49,SAID HALIFA,22,Said HILALI,100,Said Yassine S.A,172,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,132,Santé et bien-être,818,SOILIHI Ahamada Mlatamou,52,Toufé Maecha,448,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1179,Tribune libre,4758,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Interview : Colonel Azali Assoumani, ancien président de la République « Des gros dossiers de Sambi, c’est le chaos !»
Interview : Colonel Azali Assoumani, ancien président de la République « Des gros dossiers de Sambi, c’est le chaos !»
Interview : Colonel Azali Assoumani, ancien président de la République « Des gros dossiers de Sambi, c’est le chaos !»
https://2.bp.blogspot.com/-V8mMIeSZyDA/WXhYbvbtLQI/AAAAAAACO6Q/BxVUwEAm1BwdRB1ITsiep7imN78u7OlKwCLcBGAs/s320/azali%2Bsambi.jpg
https://2.bp.blogspot.com/-V8mMIeSZyDA/WXhYbvbtLQI/AAAAAAACO6Q/BxVUwEAm1BwdRB1ITsiep7imN78u7OlKwCLcBGAs/s72-c/azali%2Bsambi.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2011/05/interview-colonel-azali-assoumani.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2011/05/interview-colonel-azali-assoumani.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières