Mayotte : Un quartier entièrement rasé laissant à la rue plus de 1 000 personnes

Mayotte : Un quartier entièrement rasé laissant à la rue plus de 1 000 personnes. Les tractopelles ont détruit les premières habitations à 7h

Mayotte : Un quartier entièrement rasé laissant à la rue plus de 1 000 personnes

Mayotte : Un quartier entièrement rasé laissant à la rue plus de 1 000 personnes


"Ils n'ont pas d'autres choix que de vivre dans les bangas" : à Mayotte, une nouvelle opération de démolition d'un bidonville précarise encore davantage ses habitants

Une opération de démolition a commencé lundi 27 septembre au matin, dans le quartier de Carobolé, à Koungou. À terme, 350 habitations seront détruites. Jusqu'ici, seuls 282 occupants ont été relogés, laissant à la rue plus de 1 000 personnes.

Les tractopelles ont détruit les premières habitations à 7h du matin. Lundi 27 septembre a débuté l’opération de démolition du quartier de Carobolé, à Koungou, deuxième ville de Mayotte. Au total, 350 maisons de béton et de tôles, érigées sur ce terrain coincé entre la mairie de Mamoudzou et la route nationale, seront démolies. Objectif pour les autorités : "Permettre aux Mahorais d’habiter des logements dignes", a déclaré le préfet de l’île Thierry Suquet dans un communiqué. Un "impératif qui suppose de construire et nécessite de détruire", indique-t-il, même si "la destruction des bidonvilles n'est pas humainement facile à faire".

L’opération s’est soldée, dans le même temps, par l’arrestation de "plus d’une vingtaine d’étrangers en situation irrégulière", qui ont été "reconduits à la frontière", a fait savoir la préfecture. Selon l’Insee, 65% des étrangers vivant à Mayotte (et qui représentent près de 50% de la population) habitent ce type d’habitats précaires comme à Carobolé.

En lieu et place du quartier en destruction, où vivaient donc des familles mahoraises dans le besoin mais aussi des personnes étrangères en situation régulière et des sans-papiers, seront construits 550 logements et des commerces. Depuis le début de l’année, 955 habitations similaires ont été détruites à Mayotte, dont 200 à Koungou en mars dernier. En trois jours, 230 "bangas", ces habitations de fortune, avaient été rasées dans le quartier de La Jamaïque.

"Ce genre d’opération a pris des proportions considérables cette année", déplore Dominique Ségard, déléguée pour l’Océan Indien au sein de la Cimade. D’après l’association, jusqu’ici, plus de 1 000 habitations ont été détruites durant des opérations similaires. "Ce qui correspond à la mise à la rue d’environ 5 000 personnes", affirme-t-elle.

Des solutions d’hébergement temporaire


Encadrées par la loi Elan, ces opérations de démolition permettent d’expulser des personnes au nom de la lutte contre le logement insalubre. À Mayotte et en Guyane, une dérogation permet à l’administration d’ordonner les expulsions sans décision de justice. La préfecture est en revanche tenue de prévenir les occupants au minimum un mois avant l’opération, et de leur présenter une "proposition de relogement ou d’hébergement d’urgence".

À Carobolé, un arrêté annonçant sa démolition prochaine a bien été publié le 21 juin dernier. Et des équipes de la commune de Koungou, ainsi que quelques associations ont effectivement rencontré certaines familles afin d’envisager la suite. D’après la préfecture de Mayotte, "des solutions d’hébergement temporaire adaptées à leur situation personnelle leur ont été proposées". Mais sur place, la "réalité est bien différente", tranche Dominique Ségard.

D’abord parce que seulement 282 personnes ont accepté les propositions de relogement des autorités, selon les chiffres de la préfecture. Si l’on prend en compte les calculs de l’Insee, qui estimait en 2017 que chaque habitation en tôle représentait 4,5 habitants, alors l’opération de démolition laisse près de 1 290 personnes sans toit au-dessus de la tête.

Ensuite parce que les logements proposés le sont à titre provisoire, pour seulement 21 jours. Ces habitations sont le plus souvent situées loin des institutions des écoles, des collèges et des lycées, "où il est très difficile d’avoir une place", explique Dominique Ségard. "Alors quand on l’a, on fait tout pour la garder. C’est pour cela que beaucoup ont refusé les propositions des autorités".

"De quoi dormir, et survivre, dans des conditions désastreuses"


Difficile également pour les habitants de Carobolé d’imaginer emménager dans le futur quartier, dont les premiers lots seront livrés au premier semestre 2022. Car s’il est prévu que le lotissement comporte des logements sociaux, ces derniers ne seront accessibles qu’aux Mahorais et aux détenteurs de cartes de résidents longue durée, alors que "la plupart des occupants expulsés possèdent une carte de séjour temporaire, valable un an". Une situation qui, pour Dominique Ségard, "maintient de fait ces personnes dans la précarité. Elles n’ont pas d’autres choix que de vivre dans les bangas".

"Dans ce genre de quartier vivent de nombreuses personnes étrangères qui n’ont pas régularisé leur situation, ou en attente d’une réponse, et qui, pour avoir un logement passent par des marchands de sommeil, regrette lui aussi Romain Reille, directeur de l’association Solidarité Mayotte. Ces derniers leur offrent de quoi dormir et survivre, dans des conditions désastreuses".

Dans l’impasse, beaucoup font le choix de reconstruire, sur un autre terrain, leur maison. Ce week-end, "beaucoup d’habitants en situation irrégulière ont démonté eux-mêmes leurs cases et récupérer les tôles pour pouvoir s’installer ailleurs", affirme un reportage du journal télévisé de Mayotte La Première. D’après le Journal de Mayotte, "certains optent pour le bord de mer, d’autres pour la forêt, dans des quartiers en construction aux conditions de vie et d’accès encore plus difficiles".

Interrogé par le média local, Raïssat, une habitante qui vit à Carobolé depuis près de 15 ans, "n’a pas eu d’autre choix", que de s’installer plus loin, avec sa famille. "Ça me fait peur, il n’y a pas d’eau, il y a des gens dangereux, s’inquiète la jeune femme. J’espère que je vais m’habituer".

Contactés par InfoMigrants, la préfecture de Mayotte et les services de la ville de Koungou n'ont pas répondu à nos sollicitations.

Par Marlène Panara Publié le : 29/09/2021
Une opération de démolition dans le quartier de Carobolé, à Koungou, a débuté le 27 septembre 2021. Crédit : préfecture de Mayotte

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,91,Abdou Ada Musbahou,88,Abdou Elwahab Msa Bacar,55,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,85,Abdourahamane Cheikh Ali,30,Aboubacar Ben SAID SALIM,42,Actualité Sportive,1854,Adinani Toahert Ahamada,30,Afrique,1495,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,189,Ali Moindjié,68,Anli Yachourtu,75,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,411,Biographie,1,Chacha Mohamed,45,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1022,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,49,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,7691,Daoud Halifa,200,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,130,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1469,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3120,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1532,Hamadi Abdou,443,High Tech,822,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,387,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,149,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,108,Mayotte,2405,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,458,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1590,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,175,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,422,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5382,Publication Article,1,Rafik Adili,43,SAID HALIFA,22,Said HILALI,63,Said Yassine S.A,164,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,814,SOILIHI Ahamada Mlatamou,49,Toufé Maecha,445,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1059,Tribune libre,4502,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Mayotte : Un quartier entièrement rasé laissant à la rue plus de 1 000 personnes
Mayotte : Un quartier entièrement rasé laissant à la rue plus de 1 000 personnes
Mayotte : Un quartier entièrement rasé laissant à la rue plus de 1 000 personnes. Les tractopelles ont détruit les premières habitations à 7h
https://1.bp.blogspot.com/-eYRn4gJbjoM/YVVjk0A0yaI/AAAAAAAANIo/EBlhRqs4K_ggi3ifO9FE_hIMLVq8PLp7wCLcBGAsYHQ/w320-h240/mayot.jpeg
https://1.bp.blogspot.com/-eYRn4gJbjoM/YVVjk0A0yaI/AAAAAAAANIo/EBlhRqs4K_ggi3ifO9FE_hIMLVq8PLp7wCLcBGAsYHQ/s72-w320-c-h240/mayot.jpeg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2021/09/mayotte-des-centaines-de-maisons.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2021/09/mayotte-des-centaines-de-maisons.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières