Non, pas de pensée unique ni police de la pensée ! Que vive la liberté d'expression !

Non, pas de pensée unique ni police de la pensée ! Que vive la liberté d'expression ! N'en déplaise aux apprentis sorciers de la dic...


Non, pas de pensée unique ni police de la pensée ! Que vive la liberté d'expression !

N'en déplaise aux apprentis sorciers de la dictature, Azali, quoi qu'il fasse, devra partir de Beitisalam de gré ou de force. Si ce n'est aujourd'hui, ce sera demain, et le peuple aura sa peau. Sans verser dans un optimisme béat, toutes les conditions sont presque réunies pour qu'on l'envoie bientôt au diable. Pour puissant qu'il soit, un tyran ne peut pas survivre longtemps au rejet massif de son peuple.

Il n'y a pas de raison qu'il en aille autrement dans notre pays. Jamais, avant lui, un président comorien n'a été aussi haï et humilié par son peuple au point que les gens le fuient comme le coronavirus ou la peste. Que ce soit dans les mosquées, les places publiques ou les festivités mondaines, il est déclaré persona non grata. À Anjouan, histoire de sauver quelque peu les apparences, il est contraint de brandir la carotte et le baton pour faire descendre quelques centaines de paumés et d'affamés à l'aéroport de Ouani.

Qu'à cela ne tienne, l'impopularité extraordinaire du colonel Azali a tellement battu les records que nos partenaires commencent à s'inquiéter des tensions et conséquences dévastatrices que cela peut entraîner à court et à moyen terme. En écoutant les adieux de l'ambassadeur américain ou les conseils prêtés à Emmanuel Macron lors de la dernière visite du dictateur à Paris, on comprend que, malgré leur habillage diplomatique, certains partenaires étrangers essaient de le ramener à la raison et le pousser à partir en douceur.

Realpolitik oblige, à un an de l'élection présidentielle, le gouvernement Macron ne peut pas se mettre à dos la force électorale que représente la diaspora comorienne. Et ce sans compter les risques géopolitiques que cette situation est, hélas, susceptible d'engendrer à la longue, en termes de terrorisme et de basculement des Comores dans le giron des grandes autocraties mondiales. Conscient des enjeux, le dictateur joue sa dernière carte en tentant d'embobiner les dirigeants de l'opposition. Et, comme en 2002 ou en 2006, c'est Boléro qui serait à la manœuvre pour les rouler une nouvelle fois dans la farine et ramener comme d'habitude le pays en arrière.

Dans ce contexte, au lieu de déjouer les pièges de la manipulation et de la division qui lui sont tendus par Azali et ses porte-flingues, une partie de l'opposition semble tentée de mordre à l'hameçon empoisonné. Après l'improvisation chaotique des gouvernements en exil, des rumeurs persistantes laissent entendre que certains leaders seraient prêts à accepter l'offre du soit disant dialogue, sans ni conditions préalables ni intercession de la communauté internationale. Le plus embêtant est que notre élite politique ne supporte pas le débat démocratique et encore moins la critique.

Elle donne la fâcheuse impression de confondre l'intérêt général et la fierté personnelle des leaders. Pour s'en persuader, il suffit d'observer la polémique à laquelle a donné lieu la formation pléthorique des gouvernements en exil. Un vrai pavé jeté dans la mare de l'opposition. Au nom de quoi voulez-vous vous arroger le droit d'entraver la libre formulation d'idées qui vous semblent gênantes ? Au nom de quoi n'aurait-on pas le droit de s'inscrire en faux contre une initiative qui paraît hasardeuse et contre-productive ?

Non, il faut vite crever l'abcès de ce que les politistes et observateurs appellent la pensée unique ou la bien-pensance. Les Comoriens ne veulent pas tout simplement déshabiller le dictateur Azali pour habiller un autre de même acabit. Si tel était le cas, les Comores ne seraient pas sorties de l'auberge et la lutte contre la dictature n'aurait aucun fondement. Le débat contradictoire est le carburant de la démocratie. À défaut d'idées et d'échanges, le système ne peut pas fonctionner. Le combat contre Azali est d'abord et surtout une bataille contre un système de pensée et d'attitudes attentatoires à la liberté intellectuelle. Voilà pourquoi on doit se dire tout sans police de la pensée ou de la parole.

Youssouf Boina, ancien SG du parti UPDC (A gauche photo)

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,309,Abdillah Saandi Kemba,91,Abdou Ada Musbahou,88,Abdou Elwahab Msa Bacar,55,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,80,Abdourahamane Cheikh Ali,27,Aboubacar Ben SAID SALIM,42,Actualité Sportive,1837,Adinani Toahert Ahamada,30,Afrique,1488,Akram Said Mohamed,67,Ali Mmadi,189,Ali Moindjié,68,Anli Yachourtu,75,Assaf Mohamed Sahali,32,Ben Ali Combo,411,Biographie,1,Chacha Mohamed,44,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,1005,Comores Développement,88,ComoresDroit,424,COMORESplus,48,Comoropreneuriat,18,Cookies,1,Culture et Société,7549,Daoud Halifa,194,Darchari MIKIDACHE,195,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,130,Djounaid Djoubeir,85,Economie et Finance,1444,Élections 2016,370,Élections 2019,159,Elections 2020,33,Est africain - Océan Indien,3099,EVENEMENTS,52,Farid Mnebhi,341,France,1528,Hamadi Abdou,443,High Tech,817,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,373,IMAM Abdillah,18,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,146,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,105,Mayotte,2387,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,458,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,104,Mohamed Inoussa,34,Mohamed Soighir,28,Monde,1587,Moudjahidi Abdoulbastoi,32,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,501,Nassuf Ahmed Abdou,24,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,173,Omar Ibn Abdillah,16,Pages,8,Paul-Charles DELAPEYRE,27,People,422,PERSONNALITÉS COMORIENNES,140,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,5321,Publication Article,1,Rafik Adili,43,SAID HALIFA,22,Said HILALI,63,Said Yassine S.A,163,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,48,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,813,SOILIHI Ahamada Mlatamou,48,Toufé Maecha,444,Toyb Ahmed,239,Transport Aérien,1054,Tribune libre,4467,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,68,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Non, pas de pensée unique ni police de la pensée ! Que vive la liberté d'expression !
Non, pas de pensée unique ni police de la pensée ! Que vive la liberté d'expression !
https://1.bp.blogspot.com/-Vd0UlPfPA6Q/X8O5pX3ZXhI/AAAAAAAAJSw/mBUT3_7mfocz7vc6jee-5yFJ9q23xR7PQCPcBGAYYCw/w320-h213/youssouf.jpeg
https://1.bp.blogspot.com/-Vd0UlPfPA6Q/X8O5pX3ZXhI/AAAAAAAAJSw/mBUT3_7mfocz7vc6jee-5yFJ9q23xR7PQCPcBGAYYCw/s72-w320-c-h213/youssouf.jpeg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2021/06/non-pas-de-pensee-unique-ni-police-de.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2021/06/non-pas-de-pensee-unique-ni-police-de.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager sur un réseau social ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien sur votre réseau social Copier tout le code Sélectionner tout le code Tous les codes ont été copiés dans votre presse-papiers Impossible de copier les codes / textes, appuyez sur les touches [CTRL] + [C] (ou CMD + C avec Mac) pour les copier. Table des matières