Nous ne reconnaissons pas les jeux politiques d’Azali

Nous ne les reconnaissons pas et ne le ferons jamais. Et certainement pas dans ces circonstances. Le colonel Azali Assoumani est un mente...

Nous ne les reconnaissons pas et ne le ferons jamais. Et certainement pas dans ces circonstances. Le colonel Azali Assoumani est un menteur.

Il annonce partout qu'il va démissionner. Pourtant, dans les clauses transitoires de ce texte référendaire illégal, il parle de prendre congé et de se désigner lui-même comme responsable des élections présidentielles. En plus de cela, il nomme tous les membres responsables des élections.

Des membres des bureaux de vote aux membres de la Cour suprême en passant par les soldats chargés de surveiller les élections, le colonel Azali décide absolument de tout. Dans ces circonstances illégales, Azali espère être élu en 2019 et réélu en 2024 pour finir en 2029. En attendant, il pourrait trouver une autre excuse pour changer la constitution une fois de plus et rester au pouvoir jusqu'à sa mort. Nous avons boycotté cette élection parce que nous savions que le vote ne serait ni transparent ni équitable.

Avant cette mascarade électorale, il y avait déjà une violation flagrante de la constitution actuelle. Et cela nous a montré clairement que les élections seraient truquées et illégales. Il n'y avait donc pas de raison d'aller voter lorsque les résultats du vote étaient déjà connus. Laissez-nous vous dire, même si 99% des Comoriens avaient voté "non" à cette prétendue élection, la Cour suprême nous aurait quand même dit que le "oui" avait gagné. Jamais un président, même colonel de l'armée, n'a été autorisé à modifier ou à modifier la constitution sans consulter le peuple.

Et c'est exactement ce qui s'est passé avant le référendum. Car lorsque le colonel Azali a destitué la Cour constitutionnelle dont les huit membres sont nommés par huit autorités différentes (le colonel Azali lui-même, le président de l’Assemblée nationale, chacun des trois vice-présidents et chacun des trois gouverneurs), il le remplace par le Cour suprême où tous les membres sont nommés par des décrets du colonel Azali seul, vous vous rendez compte qu'il existe un réel problème de transparence. Le colonel Azali devient juge et parti à cette élection controversée.

De plus, et ceci est un rappel, si le colonel Azali, qui était considéré comme étant dans l'opposition en 2016, est devenu président et est toujours président aujourd'hui, c'est précisément parce que la Cour constitutionnelle était présente. Et curieusement aujourd'hui il ne veut plus de cette cour constitutionnelle. Le quorum aurait été atteint s'il avait permis aux membres nommés par les gouverneurs d'Anjouan et de Ngazidja de prêter serment.

Pour atteindre le quorum, il faut 5 membres sur 8. Cela signifie [next] donc la moitié des membres plus un. Et ce sont exactement les membres qui auraient été à la cour constitutionnelle. Il y a beaucoup d'arrestations arbitraires, en particulier dans les rangs des politiciens de l'opposition.

Tous les dirigeants de l'Union de l'opposition, sans exception, ont été emprisonnés ou font l'objet de poursuites judiciaires. C'est pour vous montrer la dérive dictatoriale dans laquelle se trouve le pays.

Près de 50 dirigeants régionaux du parti Juwa à Anjouan ont été enlevés ou arrêtés par les forces spéciales d'Azali. Les familles d'un grand nombre d'entre elles se demandent toujours où sont détenus leurs proches et les raisons de leur arrestation.

Certaines des personnes arrêtées ont également vu leurs parents et leurs frères et sœurs arrêtés. Il existe donc un véritable climat de terreur dans tout le pays. Les amis du colonel Azali dressent des listes avec des noms de personnes à arrêter et à "neutraliser".

Les membres de l'opposition ont tenté à plusieurs reprises de s'exprimer mais ont toujours été sévèrement réprimés par les forces spéciales du colonel Azali. À chaque manifestation pacifique, nous avons dénombré des dizaines de blessés et des dizaines d'arrestations.

Certains plus sérieux que d'autres. Tout cela a créé un climat de terreur dans le pays. Les gens, de peur de manifester, manifestent leur mécontentement en quittant les lieux publics à l’arrivée du colonel. Le vrai problème ne vient pas de l'armée elle-même. Le vrai problème vient d'un groupe de policiers lourdement armés, responsables d'arrêter des personnes.

Abubakar Aboud est conseiller de l'ancien président Sambi et Ibrahim Mohamed Soule, député et ancien secrétaire général du parti Juwa

COMMENTAIRES

Nom

A la Une,322,Abdillah Saandi Kemba,89,Abdou Ada Musbahou,55,Abdou Elwahab Msa Bacar,32,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,45,Abdourahamane Cheikh Ali,13,Aboubacar Ben SAID SALIM,38,Actualité Sportive,1510,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1398,AHMED Bourhane,229,Akram Said Mohamed,55,Ali Mmadi,161,Ali Moindjié,48,Anli Yachourtu,56,Assaf Mohamed Sahali,28,Ben Ali Combo,379,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,660,Comores Développement,88,ComoresDroit,387,COMORESplus,65,Cookies,1,Culture et Société,5152,Daoud Halifa,139,Darchari MIKIDACHE,193,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,84,Djounaid Djoubeir,75,Economie et Finance,1019,Élections 2016,370,Est africain - Océan Indien,2765,EVENEMENTS,49,Farid Mnebhi,339,France,1381,Hadji Anouar,13,Hakim Mmadi Malik,34,Hamadi Abdou,421,High Tech,783,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,225,IMAM Abdillah,16,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,102,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,77,Mayotte,1987,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,412,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,96,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,26,Monde,1502,Moudjahidi Abdoulbastoi,29,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,464,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,139,Omar Ibn Abdillah,14,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,25,People,420,PERSONNALITÉS COMORIENNES,130,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4159,Publication Article,1,Rafik Adili,34,SAID HALIFA,20,Said HILALI,52,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,47,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,764,SOILIHI Ahamada Mlatamou,34,Toufé Maecha,406,Toyb Ahmed,233,Transport Aérien,882,Tribune libre,2581,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,64,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Nous ne reconnaissons pas les jeux politiques d’Azali
Nous ne reconnaissons pas les jeux politiques d’Azali
https://1.bp.blogspot.com/-ZL0Xe4iGVls/W3hXjCOvYKI/AAAAAAACp-4/MqxDz4ywt04ul-nlJKo_vWNmkeAr4YdIgCKgBGAs/s320/IMG_0609.JPG
https://1.bp.blogspot.com/-ZL0Xe4iGVls/W3hXjCOvYKI/AAAAAAACp-4/MqxDz4ywt04ul-nlJKo_vWNmkeAr4YdIgCKgBGAs/s72-c/IMG_0609.JPG
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2018/08/nous-ne-reconnaissons-pas-les-jeux.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2018/08/nous-ne-reconnaissons-pas-les-jeux.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé correspondant à votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow Partagez cet article et Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour lire la suite ÉTAPE1: Partager. ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour déverrouiller Copier tout le code Sélectionner tout le code Tout le code a été copié dans votre presse-papier Can not copy the codes / texts, please press [CTRL]+[C] (or CMD+C with Mac) to copy