Mayotte s'en est allée, qui en est responsable ?

UN PARTI POLITIQUE D'EXCEPTION. Fidèle à sa politique d'intégrité et de patriotisme, le PSN/RDD a marqué ses empreintes dans pl...

UN PARTI POLITIQUE D'EXCEPTION.

Fidèle à sa politique d'intégrité et de patriotisme, le PSN/RDD a marqué ses empreintes dans plusieurs actions de défense de l'intégrité et l'honneur du pays. 
Panneau officiel dans les rues de la capitale des
Comores, Moroni. © Damien Gautreau

De mémoire, c'est ce parti qui a permis le retour du Président DJOHAR déposé par les mercenaires et déporté à l'île de la REUNION;

C'est également ce parti qui s'est opposé contre la dictature séparatiste de BACAR pour appuyer le débarquement militaire à l'origine de la réintégration d'Anjouan dans l'unité des Comores.

Le Secrétaire Général et l'un des premiers membres fondateurs de ce parti ANTOY ABDOU est une personnalité connu de son intégrité, sa dignitaire, sa formation et ses compétences dans le pays et au delà.

Ces prises de position politique sont saluées par la population et la communauté internationale. La dernière en date est son audace pour dénoncer les abus de ses confrères de la Cour Constitutionnelle et la proposition des réformes à entreprendre pour doter cette institution sa valeur juridique.

Le texte qui suit est la conclusion des propositions sur des assises inclusives que le Mouvement du 11 avait rêver à l'issue de 42 ans d'indépendance des Comores:

1. UN EXTRAIT DU DOCUMENT DE PROJET

sur les Assises de 42 d’indépendance aux Comores tenue à Moroni du 5 au 12 février 2018

2. Observations, conclusions et recommandations

De cette situation, on comprend clairement que l’Archipel des Comores, depuis le début de son peuplement, a connu une instabilité politique, mais aggravée de 1975 (date de déclaration de son indépendance unilatérale avec la France) à 2017, à ce jour.

Il s’agit d’abord d’une instabilité due à l’insularité du pays composé d’îles dont le peuplement et l’administration se faisaient librement déjà aux temps des sultans. Le retrait de l’une des îles, Mayotte, dans l’ensemble comorien, instaure une instabilité politico-institutionnelle chronique.

2.1 De la situation de Mayotte qui s’est retirée de l’ensemble comorien pour faire partie de la République française.

Le PSNRDD soumet sa vision pour en débattre.

1. Mayotte s'en est allée, qui en est responsable ?

Pour bien comprendre le problème du détachement de l'île comorienne de Mayotte des autres îles sœurs, il conviendrait de remonter à un peu plus loin, à l'ère coloniale. Autrement, il sera difficile de situer les responsabilités des uns et des autres et formuler des propositions de solutions justes, durables, valables pour tous et surtout acceptables pour tout le monde.

L'avidité des "politico-affairistes" de l'époque est à l'origine des malheurs d'aujourd'hui.

Les opprimés anjouanais de la campagne, engagés dans les unités de production sucrière de la société coloniale Bambao à Mayotte y trouvent un terrain propice pour se venger de l'oppression dont ils étaient victimes chez eux, par cette même bourgeoisie qui tient les rênes de l'économie par l’accaparement des terres cultivables et du commerce de l’île et qui ne cache pas son complexe de supériorité à Mayotte.

Arrive, ensuite, Saïd Mohamed Cheikh sous le régime de l'autonomie interne. Il est président du conseil de gouvernement après avoir été député des Comores à l'assemblée nationale française. L'homme a le verbe haut et avait une haute idée de lui-même.

La capitale des Comores se trouvant à l'époque à Mayotte, sous l’impulsion des autorités françaises de l’époque en prévention de l’avènement de l’indépendance aux Comores, Said Mohamed Cheikh entre en scène, pour la transférer chez lui, à la Grande-Comore. S'ouvre alors pour lui et pour le pays tout entier la période la plus périlleuse de l'histoire des Comores.

Les Maorais s'effacent pour mettre les maoraises en première ligne de ce combat contre le transfert de la capitale de Dzaoudzi à Moroni. Un combat duquel le président Cheikh et tous ceux qui vont le succéder jusqu'aujourd'hui sortent vaincus.

Aux femmes maoraises venues lui exprimer leurs doléances, Cheikh furieux, sur le ton hautain que tout le monde lui connaît, laisse entendre qu'il ne remettra plus son pied à Mayotte.

Certainement dans l'ombre, versant de l'huile sur le feu, l’administration coloniale française se met au travail consistant à préparer pour exécuter, le moment venu, le détachement de Mayotte des Comores.

Zaïna Mdéré, Méresse et leurs combattantes, les chatouilleuses, prennent les devants, laissant les hommes derrière. 

En prêtant main forte à Cheikh pour réaliser son transfert, Ahmed Abdallah et Mohamed Ahmed avec, derrière eux, la bourgeoisie foncière et commerçante, ont fait preuve de manque de vision.

Quant à Cheikh, le défi lancé sera relevé par les chatouilleuses maoraises qui n'ont pas pu supporter l'arrogance du ton féodalo-présidentiel. L'activisme débordant de ces femmes fera des victimes parmi la bourgeoisie commerçante anjouanaise qui subit le vandalisme de jeunes qui s'en prennent à ses intérêts.

En définitive, Mayotte est devenue, à la suite du référendum local de 2009, département et région d’outre-mer (DROM) avec une assemblée délibérante unique. Le Conseil départemental exerce également les compétences d’un conseil régional en 2011.

En 2014, Mayotte devient une région ultrapériphérique et fait depuis partie de l’Union européenne.

2. Mayotte est-elle perdue pour toujours ?

Le retour peut-il être raisonnable et réaliste ? Car il ne serait pas de l'intérêt de Mayotte de réintégrer les trois autres au niveau de développement où elles se trouvent actuellement. Il appartient au reste de l'archipel de retrouver Mayotte en se fixant l'objectif de la rattraper.

Il y a vingt ans, vu de Moroni, le développement de Mayotte était décrit comme artificiel, sous perfusion française. A l'époque, cette façon d'analyser la situation dans l'île se fondait, entre autres critères, sur la construction du logement social qui se faisait en briques de terre non cuites.

Alors qu'à Mayotte se développait ce type d'habitat social, aucune politique en matière d'habitat, même de niveau inférieur, ne serait-ce qu'en paillotte, ne se développait dans le reste de l'archipel.

Aujourd'hui, le logement social a évolué, les infrastructures aussi et ce, dans tous les domaines et dans toutes les localités de l'île.

Qu'est-ce qui expliqueraient alors les centaines de morts en mer de tant de jeunes, Anjouanais, Grand-comoriens et Mohéliens qui tentent chaque jour de joindre Mayotte ? L'attrait de Mayotte sur les autres îles est réel ; voilà qui explique pourquoi ces jeunes fuient leurs îles d'origine pour Mayotte. Voilà pourquoi l'inverse ne se produit pas, les jeunes Maorais n'ont aucun Eldorado à chercher dans les autres îles.

Cette force se consolide à Mayotte par les gros investissements entrepris dans l'île au cours des quarante deux (42) dernières années et la présence française qui, au de-là des grandes villes, se renforce dans les villages où les "mzungus" se mêlent aux Maorais.

La construction du port de Longoni, L'extension de l'aéroport de Dzaoudzi, les infrastructures sanitaires, sportives et culturelles ne font que s'ajouter à tout ce qui a attiré les habitants de l'île sous le parapluie français.

Le SMIG à Mayotte est de l’ordre 63% du SMIG en France soit environ 900 – 1000 euros ; il est de l’ordre de 60 – 90 euros dans les autres îles Comores.

La France s'étant employée, ces quarante dernières années, à construire et à développer Mayotte, les Comores ont passé leur temps à se quereller, à se tirer dessus pour crier, ensuite, à la déstabilisation, source de tous les malheurs. En vérité, il n'y a pas, à proprement parler, de déstabilisation mais plutôt d'auto-déstabilisation.

3. Des propositions pour vivre en concert avec les pays de la Région Mayotte comprise

Ahmed Abdallah disait, très légèrement d'ailleurs, que Mayotte était une chambre prêtée à un ami, la France - une chambre de passage. Il ne cessait de dire aussi que c'était la quatrième patte amputée à un veau. Des affirmations présidentielles comiques tout aussi aberrantes.

La France est un pays ami des Comores. Elle a besoin d'une place prépondérante dans cette zone de l'Océan indien. Les gros investissements qu'elle réalise dans l'île n'attestent aucune volonté de passage. La France a besoin d'une présence permanente dans la région, ne serait-ce que pour veiller à ses possessions se trouvant dans le canal de Mozambique et éviter de céder le terrain aux Etats-Unis, de plus en plus présents.

D’autre part, sur le plan purement stratégique, Paris ne pourrait pas se résigner à quitter la zone. La lutte contre le terrorisme, ne doit pas être laissée aux Etats-Unis d'Amérique seul.

L'ouverture du marché mahorais vers le reste des autres pays de la zone n'est pas insignifiante d'autant plus que le géant malgache pourrait constituer un client assez important. Et là, on ne parle pas de l'Afrique de l'Est qui n'est pas quantité négligeable dans les transactions commerciales ou dans l'acquisition des technologies françaises.

L'Afrique du Sud devient la puissance de l’Afrique. L’appartenance des Comores à la ligue des pays arabes, constitue également un atout majeur pour les transactions commerciales.

Les Franco-comoriens des autres îles vivant en France dépassent largement la population mahoraise. Ils cherchent à s’installer à Mayotte. Actuellement des mahorais cherchent à s’installer également dans les autres îles pour investir. La France ne saurait rester en marge de tout cela.

La population de l’Afrique, Comores comprises doublant tous les 20/25 ans, il est prévu qu’en 2050, l’Afrique sera la première puissance mondiale en matière de démographie.

Il apparait clairement que pour la prospérité des générations futures, il s’avère urgent de concevoir pour les Comores un Programme de développement économique et social à long terme qui s’inscrirait dans le cadre d’un projet de développement intégré des îles de l’Océan Indien et des états de la région de l’Afrique de l’Est lequel serait soutenu par les principaux acteurs intéressés des Comores à savoir la France, l’Europe, les Etats-Unis, la Chine et les pays arabes. 

La mise en œuvre concertée d’un tel programme parviendra fatalement à favoriser l’instauration de la paix sociale et de la stabilité politique mais aussi l’émergence d’un équilibre devant se fonder sur les potentialités et les caractéristiques de chaque île et susceptible d’édifier les bases d’un développement fiable et durable avec tous les principaux partenaires su-cités et d’aplanir les difficultés et différends du moment en vue d’asseoir un état de droit dans l’ensemble de l’archipel des Comores.

Des programmes fondés sur les spécificités et vocations des îles offriraient à chaque entité la possibilité de dynamiser son action pour parvenir à un développement rapide et durable.
  • - Anjouan : L’industrie et l’artisanat
  • - Moheli : L’agro – alimentaire et le tourisme
  • - Grde –Comore : les services - capitale administrative et politique
  • - Mayotte : capitale économique et commerciale

2.2 De la situation des institutions constitutionnelles et institutionnelles, il s’avère urgent d’œuvrer pour une révision de la constitution en vigueur.

Ainsi, le PSNRDD préconise de :

1. Renforcer l’unité nationale par l’instauration d’un Premier Ministère et la suppression des Vice-présidences ;

2. Opter pour un Régime Parlementaire afin de redynamiser l’action des formations et groupements politiques du pays ;

3. Renforcer l’indépendance des juges constitutionnels par la restauration d’un autre mode de désignation des Membres de la Cour Constitutionnelle par :
  • - Election par les grands électeurs, Députés, Conseillers des îles, Conseillers Communaux ou Maires.
  • - Sélection objective parmi les grandes personnalités issues des institutions constitutionnelles et ayant le profil requis
4. Appliquer la proportionnelle pour les élections des députés, des conseillers avec respect de la parité homme, femme, comme il a été opéré pour l’élection des conseillers communaux afin de permettre une représentation plus équilibrée des sensibilités politiques ;

5. Intégrer, Mayotte, dans la gestion des Affaires de l’Etat en créant les conditions tant juridiques que financières susceptibles d’appuyer les ressortissants maorais d’opérer au niveau des autres îles et ceux des autres îles d’opérer à Mayotte. Ce qui nécessitera l’amendement des dispositions constitutionnelles relatives à l’île de Mayotte

6. Maintenir le système de la tournante tel qu’il est institué pour la préservation de la stabilité retrouvée du pays d’autant plus qu’il ne constitue aucun obstacle quant au déroulement des activités politiques, économiques, sociales et culturelles du pays bien au contraire du fait qu’elle ouvre la voie pour l’intégration de Mayotte dans les affaires de l’Etat Comorien.

7. Fixer le nombre des membres du gouvernement pour chaque île au prorata du nombre d’habitants et réglementer, sur la base des compétences, la composition des cabinets ministériels afin d’éviter les nominations fantaisistes.

2.3 De la situation macro-économique présentée par les organisations internationale telles que la Banque Mondiale, le PNUD et le FMI et de la vision du Président sur l’émergence en 2030 de l’Union des Comores.

Considérant la situation politique, sociale et économique su-décrite d’une part et les observations, conclusions et recommandations formulées par la communauté internationale (ANNEXES 2 et 3), le PSNRDD, conclut que pour la survie des générations futures, le développement durable du pays s’impose.

C’est pourquoi, le PSNRDD souscrit, sans équivoque, à l’idée du Président Azali Assoumani de faire de l’Union des Comores un pays émergent à l’horizon 2030. A titre indicatif, le document SCA2D décrit une émergence 2040.

De l’examen du tableau (ANNEXE 1) portant la liste des pays de la région (COI) et certains pays émergents classés selon la valeur de leur PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat PPA établie par le FMI et la Banque mondiale (BM), il ressort qu’il est très possible que l’Union des Comores devienne un pays émergent ; mais après combien d’années ? Avec quels plans et actions de développement ?

D’où la conception d’une politique de développement économique et social devant conduire à cette émergence. Ce qui va nécessiter une prise de contact avec les décideurs comoriens et certains bailleurs pour le financement des études à mener. 

2.3.1 Durant son mandat, de 2016 à 2021, le Président Azali est appelé à s’engager à concevoir et élaborer le projet d’études pour l’émergence en 2030 de l’Union des Comores et à mettre en place les mécanismes susceptibles d’assurer la réalisation, le suivi et l’évaluation dudit projet.

Partant du principe que les pays pauvres, comme l’Union des Comores, peuvent se développer et être classés parmi les pays émergents compte tenu de leurs potentialités économiques et de leur détermination pour y parvenir, les décideurs comoriens doivent engager toutes démarches pour que leur pays atteigne en 2030, au moins les revenus nationaux bruts moyens inférieurs compris entre 1000 et 4000 dollars des pays émergents.

L’émergence étant un processus de croissance mondialisée, les autorités comoriennes sont appelés à concevoir et à mettre en œuvre des politiques de réformes économiques et institutionnelles susceptibles d’attirer et de rassurer les investisseurs étrangers, d’améliorer le climat des affaires, de garantir la stabilité politique et institutionnelle, d’améliorer les performances macro-économiques par l’implantation des zones-franches et d’accroissement de la productivité des secteurs productifs tels que la pêche, le tourisme, l’agriculture et l’aviculture, pour ne citer que ceux-là.

Intégrer la liste des pays émergents va nécessiter, également, une large ouverture de l’Union des Comores avec l’extérieur ; ce qui implique la baisse des tarifs douaniers, l’assouplissement des contrôles relatifs aux mouvements des capitaux étrangers et l’application des règles de l’Organisation Mondiale du Commerce.

De ce qui précède, pour atteindre l’objectif de faire des Comores un pays émergent en 2030, il conviendrait de bâtir une stratégie qui nécessite :

Dans un premier stade de :
  • - Renforcer les liens de coopération avec les pays de la région tels que les Seychelles, Maurice, Kenya, Tanzanie, Mozambique, Afrique du Sud, Madagascar… ;
  • - Collecter et prendre connaissance des documents importants existants sur le développement des Comores ;
  • - contacter et nouer des relations avec les bailleurs étrangers ayant investis dans les pays de la région suscités (essentiellement dans les secteurs de développement notamment le tourisme, la pêche, l’aviculture, l’agriculture) afin qu’ils investissent également aux Comores ;
  • - développer des relations de coopération particulières avec la Chine pour la conception, la réalisation et le financement des projets d’infrastructures relatifs à l’implantation des zones-franches, des infrastructures portuaires, aéroportuaires, routières, touristiques et manufacturières ;
  • - entretenir et développer des relations avec les organisations internationales et les décideurs étatiques des pays notamment arabes pour l’appui de la conception et du financement des projets de développement retenus ;
  • - Concevoir et implanter la structure d’accueil en charge de la conception, de la réalisation, du suivi et du contrôle du projet émergence des Comores en 2030.
Dans un deuxième stade de :
  • - Identifier les projets susceptibles d’être conçus et réalisés pour atteindre l’objectif fixé ;
  • - restructurer et renforcer l’organisation politique et institutionnelle du pays pour l’accompagnement rationnel des projets identifiés ;
  • - sensibiliser toutes les communautés villageoises pour l’exécution du programme d’action pour l’émergence du pays ;
  • - Concevoir et faire élaborer les projets retenus par des professionnels, lesquels seront réalisés conformément aux lois et règlements en vigueur.

2.3.2 De 2021 à 2031 réalisation du projet d’émergence par les Présidents anjouanais et mohelien.

Il appartiendra aux Présidents qui seront élus successivement de 2021 à 2026, un Anjouanais et de 2026 à 2031, un Mohelien d’assurer la réalisation dudit projet dont le suivi et l’évaluation seront confiés à des professionnels.

A chaque fin de mandat seront tenues des Assises pour faire le Bilan du programme réalisé par le régime en place.

BEN ALI
Nom

A la Une,322,Abdillah Saandi Kemba,89,Abdou Ada Musbahou,55,Abdou Elwahab Msa Bacar,31,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,44,Abdourahamane Cheikh Ali,13,Aboubacar Ben SAID SALIM,38,Actualité Sportive,1500,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1398,AHMED Bourhane,229,Akram Said Mohamed,55,Ali Mmadi,161,Ali Moindjié,48,Anli Yachourtu,56,Assaf Mohamed Sahali,28,Ben Ali Combo,379,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,657,Comores Développement,88,ComoresDroit,385,COMORESplus,65,Cookies,1,Culture et Société,5129,Daoud Halifa,139,Darchari MIKIDACHE,193,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,84,Djounaid Djoubeir,75,Economie et Finance,1019,Élections 2016,370,Est africain - Océan Indien,2764,EVENEMENTS,49,Farid Mnebhi,339,France,1380,Hadji Anouar,13,Hakim Mmadi Malik,34,Hamadi Abdou,421,High Tech,783,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,224,IMAM Abdillah,16,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,101,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,76,Mayotte,1983,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,412,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,96,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,26,Monde,1502,Moudjahidi Abdoulbastoi,29,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,463,Nassuf Ahmed Abdou,22,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,139,Omar Ibn Abdillah,14,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,25,People,420,PERSONNALITÉS COMORIENNES,130,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4139,Publication Article,1,Rafik Adili,34,SAID HALIFA,20,Said HILALI,52,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,46,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,764,SOILIHI Ahamada Mlatamou,34,Toufé Maecha,405,Toyb Ahmed,232,Transport Aérien,882,Tribune libre,2570,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,64,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: Mayotte s'en est allée, qui en est responsable ?
Mayotte s'en est allée, qui en est responsable ?
https://3.bp.blogspot.com/-Ly66UshjbWs/WqvNzR4IcsI/AAAAAAACf_A/YUuzXaWDauArx4_jvqr3VCalk6PtmZ8yQCLcBGAs/s320/gopr3211.jpg
https://3.bp.blogspot.com/-Ly66UshjbWs/WqvNzR4IcsI/AAAAAAACf_A/YUuzXaWDauArx4_jvqr3VCalk6PtmZ8yQCLcBGAs/s72-c/gopr3211.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2018/03/mayotte-sen-est-allee-qui-en-est.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2018/03/mayotte-sen-est-allee-qui-en-est.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé correspondant à votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow Partagez cet article et Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour lire la suite ÉTAPE1: Partager. ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour déverrouiller Copier tout le code Sélectionner tout le code Tout le code a été copié dans votre presse-papier Can not copy the codes / texts, please press [CTRL]+[C] (or CMD+C with Mac) to copy