"Le seul espoir est de mourir": Augmentation des suicides parmi les migrants ougandais maltraités dans le Golfe

KAMPALA (Fondation Thomson Reuters) - Une employée de maison ougandaise, Shahira, a supplié son employeur à Oman de la laisser rentrer à la...

KAMPALA (Fondation Thomson Reuters) - Une employée de maison ougandaise, Shahira, a supplié son employeur à Oman de la laisser rentrer à la maison après l'avoir harcelée sexuellement et ses femmes lui ont craché dessus et lui ont jeté des couches souillées et de l'eau.

Mais ses moyens n'ont fait que déclencher une nouvelle brutalité.

"Il tenait un couteau ... Il l'a jeté", a-t-elle dit à la Fondation Thomson Reuters, démontrant comment elle se baissait pour éviter la lame qui volait vers elle. "Cela m'a coupé ici", a déclaré la jeune fille de 23 ans, qui a refusé de lui donner son vrai nom, montrant des cicatrices sur ses poignets.


Shahira fait partie d'un nombre croissant d'Ougandais rentrant d'Oman avec des histoires d'abus, tels que les employeurs confisquant leurs passeports et leurs téléphones, leur refusant de la nourriture et travaillant de longues heures sans recevoir leur plein salaire. 
L'Ouganda a interdit à ses ressortissants en 2016 de travailler à Oman.
Mais un rapport parlementaire documentant la mort de 48 Ougandais au Moyen-Orient depuis janvier - 34 en se suicidant - montre que l'interdiction est bafouée, suscitant des appels à une action plus efficace.

"Nous n'avons jamais vu un grand nombre de ces personnes se suicider", a déclaré à la Fondation Thomson Reuters David Abala, l'un des parlementaires à l'origine du rapport. "Le suicide signifie que vous avez traversé une période très difficile. La vie n'a pas été supportable, le seul espoir est de mourir. " Le ministre du Travail Janat Mukwaya a rejeté le chiffre et a déclaré que seulement cinq personnes étaient mortes, selon les médias locaux.

Le ministère des Affaires étrangères d'Oman n'était pas immédiatement disponible pour commenter.

'VOUS ÊTES MON ESCLAVE'

L'expérience de Shahira illustre le défi de la répression des réseaux de trafic international en Ouganda, alors qu'un nombre croissant de personnes émigrent pour trouver un emploi.

Quelque 80 000 Ougandais travaillent au Moyen-Orient, selon l'Association ougandaise des agences de recrutement externes, un regroupement d'entreprises agréées.

Comme l'Asie a augmenté la protection des travailleurs domestiques et les exigences salariales, les recruteurs se tournent vers l'Afrique de l'Est, où les règles sont plus faibles et les gens accepteront moins de salaire, selon Human Rights Watch (HRW). Shahira a été recrutée par un ami de son oncle, qui l'a présentée à quatre hommes dans un bureau au centre-ville de Kampala.

Ils lui ont promis un emploi dans un restaurant d'Oman, gagnant 1 million de shillings ougandais (275 dollars) par mois. Elle croyait que la compagnie était légitime après qu'ils lui aient montré des certificats et qu'elle se soit rendue compte qu'elle avait été dupée quand elle était arrivée à Oman.

Shahira a dit qu'elle dormait sur un minuscule matelas sur le sol et se levait à 4h du matin chaque jour pour travailler dans deux maisons d'épouses différentes. Sa peau s'est détachée de la pose de pavés dans la chaleur brûlante, elle a dit, et son employeur a jeté un seau de serviettes hygiéniques usagées et des couches à elle quand elle s'est plainte.

Même les petits-enfants, âgés de quatre et neuf ans, étaient abusifs. "Quand vous dormez, ils vous jettent des choses et versent de l'eau sur votre corps", a-t-elle dit.

Lorsque Shahira a demandé à son employeur de la libérer avant la fin du contrat de deux ans, elle a été contrainte de signer à son arrivée à Oman, et a dit qu'elle devrait lui rembourser son visa et les frais payés à l'agence de recrutement.

"(Il a dit :)" Je leur ai donné leur argent, ils vous ont vendu à moi. Tu es mon esclave, tu vas travailler ici comme mon esclave », a-t-elle dit, depuis sa maison familiale dans un bidonville de Kampala où elle vit depuis son rapatriement en juillet.

"Je me sentais comme:" Je vais mourir ici "... J'ai tellement souffert", a-t-elle dit, ajoutant que son employeur avait confisqué son téléphone pour que sa famille ne sache pas où elle était.

INJURIEUX

Environ la moitié de la population d'Oman, qui compte 4 millions d'habitants, est composée d'étrangers, et plus de 100 000 femmes migrantes travaillent comme domestiques, la plupart originaires de pays asiatiques comme l'Indonésie, les Philippines et l'Inde.

Les règles de parrainage des visas à Oman, connues sous le nom de système kafala - utilisées dans plusieurs pays arabes du Golfe - signifient que les travailleurs migrants ne peuvent pas changer d'emploi sans le consentement de leur employeur et peuvent être accusés de fuite.

Les militants veulent que l'Ouganda suive l'exemple de l'Asie et signe des accords avec les États du Golfe, qui remplaceraient les lois du travail existantes, afin de mieux protéger ses ressortissants contre l'exploitation.

"Cela devrait obliger le gouvernement à fournir une assistance aux travailleurs confrontés à des situations abusives (et) assurer une bonne supervision des agences de recrutement avant qu'elles ne partent", a déclaré Rothna Begum, HRW, une chercheuse sur les droits des femmes.

Les migrants devraient obtenir des informations sur leur travail et leurs droits contractuels avant de monter dans l'avion, a-t-elle dit. L'officiel du ministère du Travail, Milton Turyasima, a indiqué que l'Ouganda avait rédigé des accords avec plusieurs pays du Golfe.
"Nous voulions entamer des négociations mais nous ne l'avons pas fait", a-t-il déclaré. "Nous avons essayé de les engager."
Shahira a seulement pu rentrer chez elle après que la fille de son employeur l'ait persuadé de la libérer. Bien qu'elle ait besoin d'un traitement médical pour des blessures au dos et à la poitrine après avoir travaillé à Oman, elle cherche un autre travail.

«Je prie tellement que je reçois quelque chose de bien que je puisse faire. Peut-être une chance d'aller à l'étranger - mais pas au Moyen-Orient », a-t-elle déclaré.

($ 1 = 3,630.0000 shillings ougandais)
©reuters.com - photo©Nofi
Reportage par Amy Fallon. Montage par Katy Migiro. Merci de remercier la Thomson Reuters Foundation, la branche caritative de Thomson Reuters, qui couvre l'actualité humanitaire, les droits des femmes, la traite, les droits de propriété et le changement climatique. 
Nom

A la Une,350,Abdillah Saandi Kemba,89,Abdou Ada Musbahou,55,Abdou Elwahab Msa Bacar,30,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,42,Abdourahamane Cheikh Ali,13,Aboubacar Ben SAID SALIM,38,Actualité Sportive,1459,Adinani Toahert Ahamada,28,Afrique,1396,AHMED Bourhane,229,Akram Said Mohamed,55,Ali Mmadi,157,Ali Moindjié,47,Anli Yachourtu,54,Assaf Mohamed Sahali,28,Ben Ali Combo,367,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,638,Comores Développement,88,ComoresDroit,374,COMORESplus,63,Cookies,1,Culture et Société,5011,Daoud Halifa,117,Darchari MIKIDACHE,193,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,82,Djounaid Djoubeir,73,Economie et Finance,1003,Élections 2016,370,Est africain - Océan Indien,2732,EVENEMENTS,49,Farid Mnebhi,339,France,1377,Hadji Anouar,13,Hakim Mmadi Malik,33,Hamadi Abdou,418,High Tech,781,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,215,IMAM Abdillah,16,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,92,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,75,Mayotte,1947,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,406,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,96,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,25,Monde,1504,Moudjahidi Abdoulbastoi,27,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,457,Nassuf Ahmed Abdou,22,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,138,Omar Ibn Abdillah,14,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,25,People,420,PERSONNALITÉS COMORIENNES,129,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4031,Publication Article,1,Rafik Adili,33,SAID HALIFA,20,Said HILALI,50,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,46,Salwa Mag,126,Santé et bien-être,768,SOILIHI Ahamada Mlatamou,34,Toufé Maecha,394,Toyb Ahmed,226,Transport Aérien,874,Tribune libre,2453,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,62,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: "Le seul espoir est de mourir": Augmentation des suicides parmi les migrants ougandais maltraités dans le Golfe
"Le seul espoir est de mourir": Augmentation des suicides parmi les migrants ougandais maltraités dans le Golfe
https://1.bp.blogspot.com/-9dQzSrI7R2s/Wiu7dBrGUGI/AAAAAAACY3Q/NWtDvvwrF2kNWx9bo-72IM6ZkL_eGf7xQCLcBGAs/s320/Esclavage%2Bmoyent%2Borient.jpg
https://1.bp.blogspot.com/-9dQzSrI7R2s/Wiu7dBrGUGI/AAAAAAACY3Q/NWtDvvwrF2kNWx9bo-72IM6ZkL_eGf7xQCLcBGAs/s72-c/Esclavage%2Bmoyent%2Borient.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
http://www.habarizacomores.com/2017/12/le-seul-espoir-est-de-mourir-le-suicide.html
http://www.habarizacomores.com/
http://www.habarizacomores.com/
http://www.habarizacomores.com/2017/12/le-seul-espoir-est-de-mourir-le-suicide.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Effacer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVES CHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Juin Jui Aou Sep Oct Nov Déc juste maintenant Il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago Il y a plus de 5 semaines Followers Suivre CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager. ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour déverrouiller THIS PREMIUM CONTENT IS LOCKED STEP 1: Share. STEP 2: Click the link you shared to unlock Copy All Code Select All Code All codes were copied to your clipboard Can not copy the codes / texts, please press [CTRL]+[C] (or CMD+C with Mac) to copy