[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
L'île de Madagascar connait actuellement un retour conséquent de cas de peste. 40 personnes en sont mortes et 230 ont été infectées depuis début 2017. S'il n'est pas impossible de voir la maladie arriver en Europe, elle devrait être rapidement reconnue comme et traitée par antibiotiques.

Atlantico : Comment expliquez-vous ce retour de la peste à Madagascar ?

Stéphane Gayet : La peste est l’une des maladies infectieuses les plus graves que l’on connaisse et très probablement la plus grave de toutes. Sa bactérie causale appelée Yersinia pestis est en effet d’une extrême virulence, c’est-à-dire d’une capacité phénoménale de se multiplier dans le corps pour envahir et détruire les tissus vivants. Lorsque l’on évoque les grandes épidémies meurtrières, on cite en général la peste et le choléra. La peste est plus grave que le choléra qui ne tue que les personnes fragiles en raison de leur âge ou de leur mauvais état de santé préexistant, alors qu’elle tue les forts comme les faibles.

Cependant, le choléra se transmet plus facilement et se répand plus rapidement qu’elle.

Une pandémie est une épidémie qui se propage sur plusieurs continents et potentiellement à tous les pays du monde.

Dans l’histoire de l’humanité, trois grandes pandémies de peste ont été rapportées. La première, appelée peste de Justinien, a commencé en l’an 542 et a duré 50 à 60 ans. Le centre et l’Est de l’Afrique, d’où elle pourrait être venue, faisaient partie des régions les plus touchées avec le pourtour méditerranéen. La peste sévissait d’abord dans les ports, puis l’infection progressait à l’intérieur des terres. Les récits de l’époque ont permis d’estimer que la peste pourrait avoir tué 100 millions de personnes.

La deuxième pandémie de peste a débuté au XIIIe en Asie Centrale à partir d’un foyer localisé et identifié de cette maladie. La pandémie a sévi en Inde, Chine, Afrique du Nord, au Proche-Orient et dans toute l’Europe où elle a marqué les esprits sous le nom de « Peste noire » (« Black Death » en anglais). Selon les estimations, plus du quart de la population européenne est morte de la peste pendant les quatre siècles de cette deuxième pandémie. L’Europe connaissait alors un contexte de guerres et de famines qui a certainement amplifié la mortalité.


La troisième pandémie de peste connue a commencé dans la province du Yunnan en Chine au milieu du XIXe siècle. Le développement des moyens de transport plus rapides (bateau à vapeur, chemin de fer) a permis à cette maladie de se diffuser très rapidement et d’atteindre des territoires où elle n’était pas connueauparavant, au-delà de l’Extrême-Orient et de l’Inde. La peste est apparue au cours de cette pandémie aux États-Unis, en Afrique duSud et en Amérique du Sud,ainsi qu’àMadagascar en particulier.

En 1894, au cours de cette troisième pandémie, le Français Alexandre Yersin, de l’école pasteurienne, a identifié à Hong Kong la bactérie responsable de la maladie et déterminé le rôle des rats dans son maintien. En l’honneur de ses découvertes, le nom de Yersin a été associé au genre Yersinia auquel appartient l’agent causal de la peste. En 1898, le Français Paul-Louis Simond, un pasteurien également, a démontré le rôle des puces dans la transmission de la bactérie d’un rat malade à un rat sain ou à un humain sain.

Grâce à la compréhension de ce cycle infectieux, une nouvelle stratégie de lutte contre la transmission de la bactérie a été mise en place, en utilisant les rodenticides (poisons pour éliminer les rongeurs) et les insecticides (visant les puces) pour enrayer ce cycle. Alexandre Yersin a élaboré un sérum antipesteux à partir du sang de chevaux et Waldemar Haffkine a mis au point un vaccin à partir d’une souche atténuée. Par la suite, l’apparition de l’antibiothérapie a apporté un traitement efficace aux malades.

Les mesures prophylactiques et les mesures thérapeutiques ont ainsi permis de réduire la mortalité de la peste et de limiter sa diffusion. De nombreux pays ont alors constaté la diminution ou la disparition des cas de peste humaine pendant plusieurs décennies, ce qui a pu faire croire que la maladie avait disparu.

Mais, étant donné que le réservoir de bactéries est constitué des rongeurs sauvages, essentiellement les rats, la maladie ne peut théoriquement pas disparaître. Car la taille des rats, leur rapidité de reproduction et leur étonnante capacité d’adaptation font que ce réservoir naturel est intarissable. Tant que les populations de rats sont assez bien contrôlées et surtout tant que les habitations sont efficacement protégées contre ces rongeurs, l’homme a un risque négligeable d’être piqué par les puces des rats. Ceci explique pourquoi la peste a pour ainsi dire disparu des pays à haut niveau de vie. Au contraire, Madagascar est l’un des pays les plus pauvres du Monde et la présence de rats dans les lieux d’habitation est fréquente.

Près de 50 000 cas humains de peste ont été déclarés à l’Organisation mondiale de la santé (OMS)entre 1990 et 2015 par 26 pays d’Afrique, Asie et Amérique. L’Afrique subsaharienne est actuellement la partie du monde la plus touchée, avec la République Démocratique du Congo, l’Ouganda et surtout Madagascar qui est le pays qui recense le plus de cas humains de peste au monde (entre 250 et 500 cas par an). En Asie, les foyers les plus actifs sont en Chine. Sur le continent américain, le principal foyer se trouve au Pérou, mais les États-Unis ne sont pas épargnés : des cas autochtones de peste humaine sont rapportés chaque année sur la côte ouest dans ce pays, ce qui montre bien qu’il n’est pas possible d’éradiquer complètement cette maladie malgré un niveau de vie élevé. Aucun cas de peste n’a été signalé récemment en Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande, Mélanésie, Micronésie et Polynésie) ou en Europe. En France, les derniers cas survenus datent de 1945 en Corse.

La diffusion de la peste est dépendante des conditions météorologiques : elle nécessite de la chaleur et de l’humidité. La capitale malgache Tananarive (Antananarivo en malgache) est au centre du pays, en zone subhumide et Tamatave (Toamasina en malgache) est sur la côte Est, en zone humide. De plus, la saison sèche se termine, la saison humide est sur le point de commencer. Les conditions climatiques sont donc réunies pour une propagation de la peste. Le foyer épidémique récent a pris naissance chez une personne de Tamatave qui s’est rendue à la capitale Tananarive.
Par Stéphane Gayet

Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier.
Lire la suite de cet article sur Atlantico
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.