[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Oui, très heureux de constater que le bouquin un camarade Hamadi Abdou dit Mrimdu, sorti il y a 7 ans s'identifie entièrement dans la politique générale du président Azali.

Le président Azali a bien compris que la politique mendiante ne sera jamais la solution pour redresser les Comores. Il a donc une dent contre l'ennemi à combattre qui s'appelle "la misère". Déclarons donc avec lui, la guerre contre la misère : faisons avec lui disparaître les branches de la misère (les mensonges généralisés) ; son tronc (la corruption) ; et ses racines (la politique mendiante).
Afficher la suite...
Le camarade Mrimdu est heureux, très heureux de constater que son bouquin " Comores, le Symptôme du chaos " sorti il y a 7 ans jour pour jour (janvier 2010-janvier 2017), s'identifie complètement et entièrement dans la politique générale de l'actuel président Azali Assoumani qui, il a soutenu corps et âme. 

En janvier 2010 dans cet essai aux Éditions Jets d’Encre, l’auteur (Mrimdu) a proposé des solutions simples et concrètes pour redresser les Comores tout « en espérant que les dirigeants politiques comoriens s’en inspirent dans un avenir proche ». Nous y sommes ! 
C'est dans la quatrième partie du livre, juste après la proposition d'un redressement obligatoire de l’administration comorienne qui ne nous ressemble pas, qu'on trouve les quatre engagements (solutions) proposés par le camarade Mrimdu. Je vous invite à découvrir certains extraits.

Bonne lecture

Les quatre engagements

1. Premier engagement : mettre fin à la politique mendiante

Extraits « Je le dis sans tabou : il faut que la politique mendiante disparaisse aux Comores, car cette politique est une bombe à retardement qui ne fait qu’accroître la misère et créer un peuple mendiant. L’État, qui applique la politique mendiante, fonctionne toujours avec des dons et des crédits venant de l’extérieur y compris pour payer ses fonctionnaires. 
[...] Personne ne se désole que les Comores demandent des aides. Toutefois, il faut faire la différence entre l'aide et la mendicité. La différence est simple : l'aide on finance des objectifs préétablis par le gouvernement. Quant au mendiant lui, il demande l'aide, et après avoir eu satisfaction il achète tout ce qu'il désire. Lorsqu'un gouvernement demande de l'aide sans qu'il prépare au préalable le projet ou l'action à financer par cette aide, cela change de registre, c'est la politique mendiante que nous dénonçons ».

2. Deuxième engagement : combattre la famine et la pauvreté

Extraits « Lutter contre la famine ou contre la pauvreté sont deux choses qui ne peuvent aller l’une sans l’autre. Arriver au plein-emploi aux Comores n’est pas un fantasme, c’est quelque chose de tout à fait réalisable : Ali Soilih en a montré l’exemple de 1975 à 1978, le pays avait deux pôles de compétitivités, l’agriculture et le bâtiment, dont les besoins en hommes étaient suffisants pour amener le plein-emploi et éradiquer la famine. 

Pendant cette période, l’objectif numéro un de l’ex-président était un grand programme d’auto-alimentation. Cela montre qu’on peut faire manger les Comoriens à leur faim sans faire appel à l’extérieur. C’est sans doute le début du chemin pour éliminer la pauvreté. Celui ou celle qui ne croit pas au plein-emploi, à une éducation saine et à un équilibre social aux Comores n’a aucune légitimité à demander à prendre les rênes du pays. Les Comores ont besoin d’un esprit créatif, d’une vision sociale et d’une identité fière de ses racines. Le travail, l’éducation et l’équilibre social doivent rester le fil directeur de toute politique comorienne ».

3. Troisième engagement : faire de l’éducation une priorité

Extraits : « Ma proposition dans ce domaine : généraliser les centres préscolaires, et combiner l'éducation islamique traditionnelle et l'école maternelle. 
Il faudra reconnaître que s'il y a un domaine où la continuité de l'État existe aux Comores, c'est bien dans le domaine de l'éducation, même si des difficultés que nous connaissons existent encore. Malgré les efforts réalisés, le travail est loin d'être accompli. Dans l'organisation actuelle, nous avons 5 ans de retard par rapport à la scolarité de nombreux autres pays. 

On s'aperçoit que c'est la période préscolaire qui est beaucoup trop longue, c'est pourquoi je propose de combiner l'éducation islamique traditionnelle et l'école maternelle. [...] En 1998 j'étais encore lycéen (Mrimdu), j'ai remarqué l'importance de l'école maternelle et j'ai pris l’initiative de créer une à Mauèni Dimani, mon village natal. Cette école existe jusqu'aujourd'hui et, en 1998, c'était la troisième école maternelle aux Comores ».

4. Quatrième engagement : rétablir la classe moyenne

Extraits : « La classe moyenne, c’est la classe de l’équilibre, celle des journalistes, des juges, des intellectuelles et des travailleurs. Aux Comores, il existe deux classes sociales bien distinctes : les très riches et les très pauvres. Entre ces deux extrêmes, il manque une classe sociale qui devrait constituer la plus grande partie du peuple, c'est la classe moyenne. Son absence aux Comores, est le chaînon manquant responsable d’une grande partie des injustices dans le pays. 

[...] lorsque nous avons aux Comores, des juges pauvres, des journalistes pauvres, des professeurs pauvres, des médecins pauvres…, c'est la marque originale qui prouve que la classe moyenne est inexistante. Ce marketing assassin des autorités, vise à dévaloriser les cadres, pour pouvoir leur donner le statut d'enfants soumis : Tiens et fermes ta gueule. [...] Sans une classe moyenne, impossible de réconcilier riches et pauvres, ou encore le peuple qui souffre avec le président qui gouverne. Seule la classe moyenne, qui n’est ni riche ni pauvre, peut être médiatrice entre les extrêmes de la société. Il faut donc la rétablir pour redonner force et équilibre aux Comores. C'est une question de vie ou de mort ».

Mrimdu
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.