[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Il serait aveugle de ne pas relever que ce début de mandat fédère plusieurs insatisfaits parmi lesquels des militants CRC et des amis d’Azali (qui se sentent abandonnés) mais aussi des militants Juwa (qui pensent être insuffisamment récompensés). Ajoutons à ceux-là les électeurs de Mamadou/Msaidié et Mouigni Baraka et on se rend vite compte que les mécontents sont majoritaires dans le pays…

Situation catastrophique

On ne se plaindra pas le Chef de l’Etat qui s’est battu, dix ans durant, pour retrouver le poste qu’il avait cédé en mai 2006. Mais il n’empêche que tout esprit avisé et honnête sait pertinemment que le président de la République a hérité d’une situation désastreuse (école publique en voie de disparition, université à l’abandon, hôpitaux détériorés, routes impraticables, énergie quasi-absente, des recettes faibles et des dépenses énormes).

Un discours fondateur

Le président de la République a prononcé un discours-programme le 5 juillet dernier à l’occasion de la fête de l’indépendance et de la fin du ramadan. Il y reconnaît la fragilité du bilan économique de l’indépendance due, selon lui, à l’endettement du pays et aux projets coûteux et peu productifs. Il assume ensuite sa part de responsabilité dans cet échec économique. Il s’empresse néanmoins d’affirmer que le redressement du pays reste à la portée des Comoriens mais « qu’il [le redressement] exige un travail constant» car « il faut compter sur nos propres efforts ». Il reprend d’ailleurs dans ce discours un slogan de campagne : « faire des Comores un pays émergent ». Il compte relever ce gigantesque défi en s’appuyant sur la jeunesse et en faisant appel à des opérateurs économiques et à des investissements stratégiques dans le cadre de partenariats gagnant-gagnant.

Les premières actions

L’ancien et nouveau locataire de Beit Salam a posé certaines actions (engagé un dialogue avec le comité Maoré, plaidé partout où il a mis ses pieds pour une solution énergétique viable, commencé à assainir les finances publiques de l'Etat et de ses sociétés, signé un contrat de construction d’une nouvelle centrale électrique de 25 mégawatts, sollicité le concours des banques pour financer l’économie, réanimé l’Agence Nationale de l’Aviation Civile qui était agonisante et annoncé la création de l’Agence Nationale des Médicaments, de l’Office des Communications et Publications, de l’Agence Comorienne de Coopération et de l’Agence Nationale de Conception et d’Exécution des Projets) et en a réussi d’autres (équilibre budgétaire trouvé entre l’Union et les îles, création de l’Office National de la Vanille, baisse des produits pétroliers, des tarifs des transports et du voyage à la Mecque, des droits d’inscription à l’Université des Comores dans un contexte budgétaire très tendu).

Des inquiétudes persistantes

Il reste cependant de sérieuses incompréhensions qui ont engendré de réelles inquiétudes qui tendent à tourner en défiance. Une bonne partie de l’opinion publique a effectivement du mal à percevoir des perspectives clairement définies. Ce qui donne la désagréable impression d’un pouvoir désorienté et qui prend, parfois, au demeurant, certaines libertés avec certaines lois ! Le licenciement de plus de 2000 fonctionnaires sans aides financières ni reclassement à court ou moyen terme, l’augmentation des traitements des membres du gouvernement, la fermeture des établissements iraniens d’enseignement et de santé, la signature d’un contrat de 5 milliards de nos francs sans appel d’offre sont manifestement désapprouvés par une très large partie de l’opinion publique. Il semble également que le non-renouvellement de l’élite politique et économique a très vite installé cette dernière dans un scepticisme quasi-généralisé : elle se dit, à tort ou à raison, qu’il est difficile de faire du neuf avec de l’ancien !

De l’espoir malgré tout

Eduquer et gouverner sont très difficiles à réussir, disait le psychanalyste Sigmund Freud. Mais il est quand même trop tôt de parler d’un échec du locataire de Beit Salam à moins de quatre mois d’un début de mandat qui en compte 60 !

Je peine, personnellement, à croire qu’Assoumani Azali, colonel de l’armée comorienne, ancien président de la République, ancien retraité apaisé, se soit battu pendant dix ans, juste pour assouvir une soif de pouvoir ! Je continue, peut-être un peu trop naïvement d’ailleurs, à croire que cet homme, performant, brillant et habile, a une envie de marquer l’Histoire. Je suis convaincu que ce sourire énigmatique, dissimulé dans une barbe poivre et sel, délibérément hirsute, souvent inquiétant (pour ne pas dire carnassier), cache une fine stratégie. Par conséquent, ce qui m’effraie terriblement est moins ce début de mandat laborieux que cette opposition disloquée, sans leader, ni repère, ni projet ni vision autre que de la communication de piètre qualité ; cette opposition qui a laissé ce pays dans une situation apocalyptique ; cette opposition qui a failli le plonger dans une guerre civile il y a tout juste quatre mois ; cette opposition qui, aujourd’hui, veut s’ériger, sans scrupules, en donneur de leçons. Quel culot !

Nassurdine Ali Mhoumadi
Docteur ès Lettres et Arts
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Du 1er au 31 décembre 2016, Participez au grand tirage au sort et tentez de gagner 2 billets d'avion Aller-retour avec Kenya Airways...
INSCRIVEZ VOUS!
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.