Les plus récents

SOS Migrants Libye - Des jeunes comoriens seraient tenus en otage en Libye contre de fortes rançons demandées à leurs familles en France. Les familles qui auraient payé n'auraient pas de nouvelles de leurs proches. 

Le gouvernement comorien doit dépêcher, en urgence, une mission d'enquête en Libye.
©Dini Nassur HabarizaComores.com (Habari Za Comores)| أخبار من جزر القمر

Le Mouvement des Jeunes Avertis (MOJA) et certains membres frustrés de l’assassinat tragique du père de l’indépendance organisent sa commémoration le dimanche 26 novembre 2017 à partir de 8H30 dans la salle de conférence du Conseil de l’île de Ngazidja. Ce Mouvement et ces personnages lancent un cri au civisme patriotique à l’image du héros de la nation : « le Martyr Ahmed Abdallah ». Qu’Allah lui pardonne et lui bénisse au paradis. 

Et étant donné qu’ un peuple sans héros n’avance jamais. C’est pourquoi le Mouvement MOJA a fait le choix de célébrer le 26 novembre 2017 qui marque le 28 èmeanniversaire à l’assassinat du père de la nation comorienne Ahmed Abdallah dans une conférence-débat ayant comme thème :

AHMED ABDAIIAH ABDEREMANE, père de l’Indépendance des Comores est-il un personnage emblématique ?

Cette initiative rentre dans le cadre des objectifs du MOJA qui consiste à contribuer à l’instauration d’un État de droit par la promotion de l’éducation civique et citoyenne, la contribution à l’avènement d’une jeunesse avertie connaissant ses devoirs et ses droits et dévouée à servir le pays dans le respect de la loi et de l’éthique républicaine, et en toute moralité et intégrité etc…

Notons aussi que l’objectif de cette commémoration est de conscientiser les citoyens comoriens sur le rôle capital et le risque que le Président Ahmed Abdallah Abdérémane a joué pour l’indépendance du pays pour que son image emblématique soit reconstituée, réhabilitée et reconnue en tant que père de la nation.

Le programme de la commémoration :

Dimanche 26 novembre à Moroni (Conseil de l’île de Ngazidja).

8h30 à 9h00 : Accueil

9h00 à 10h : Fatha et récitation des versets coraniques

10h à 11 h : Conférence : ‘’ Ahmed Abdallah Abdérémane, père de la nation, peut-il rester une image emblématique oubliée’’ ?

11h à 14h : Exposition

Le Mouvement des Jeunes Avertis lance un appel vibrant à tous les patriotes comoriens de participer en masse dans cette commémoration.

UNE SEMAINE APRÈS L'OPÉRATIONNALISATION DE LA FOURRIÈRE, LE MINISTRE FAIT LE POINT

Lancées le 11novembre dernier, les opérations relatives à la fourrière vont bon train. Il s'agit de l'enlèvement des véhicules gênant la circulation routière notamment le stationnement abusif ou dangereux verbalisé par les brigades routières. 

Dans un entretien avec les médias qui a eu lieu ce samedi, 18 novembre, Mohamed Daoudou a fait un premier bilan. 

36 véhicules ont été mis en fourrière durant cette période. Les propriétaires ont dû s'acquitter à temps des charges y relatives auprès du trésor public (Compte unique du Trésor). Ceci a permis la récupération des véhicules sans aucune majoration. En effet, tout véhicule verbalisé doit impérativement payer les charges suivantes : 5.000kmf pour les opérations préalables du service de la fourrière, 15.000kmf pour l'enlèvement et transport des voitures légères, 20.000kmf pour les bus et 30.000kmf pour les camions. À noter que la garde journalière est fixée à 2500kmf pour tout véhicule. 

Une majoration de 500kmf s'ajoute aux frais de garde journalière après 10 jours. Le but de ces opérations payantes est d'inciter les automobilistes à respecter le code de la route en vue d'éviter les accidents de circulation routière.
Le Ministre se réjouit du comportement de vigilance de la part des automobilistes, lequel les responsables de la sécurité ont constaté depuis l'ouverture de la fourrière.

Mohamed Daoudou a annoncé au cours de son point de presse, la tenue prochaine d'une réunion qui regroupera les différents services concernés, comme la Gendarmerie Nationale, la Police, des Ministères des transports et des Finances etc. L'ordre du jour portera sur l'évaluation mensuelle du service de la fourrière. ©Ministère

LE REJET DU CPAN IMPOSE PAR AZALI EST UNE REALITE
Ce n’est un secret pour personne ! La supercherie du pouvoir qui a volé aux comoriens leurs assises est démasquée. Le format des Assises et le CPAN sont de plus en plus décriés. Un temps, le pouvoir pensait qu’il suffisait de la caricature, de la diabolisation de ceux qui se battent pour de vraies Assises pour que le coup passe… La CRC qui n’a aucune leçon à donner en matière de lutte contre le séparatisme a vainement tenté d’affubler le gouverneur de l’île d’Anjouan d’atours qui ne sont pas les siens. On a même entendu des ténors de la formation au pouvoir brandir l’article 7 de notre constitution pour agir contre Salami.

La volonté du pouvoir d’isoler ce fervent défenseur de l’Unité nationale, de vraies assises transparentes, inclusives et participatives a lamentablement échoué… L’opinion nationale qui n’est pas dupe se montre très sceptique sur les Assises d’Azali fléchée vers une idée vague d’émergence dont le but est de pérenniser celui-ci au pouvoir. Des partis politiques, des personnalités politiques, des organisations politico-citoyennes réunissant des gens de différentes îles affichent de plus en plus leur hostilité à la mascarade du pouvoir qui a confisqué aux comoriens leurs Assises. 

Difficile de dire que le rejet du CPAN imposé Azali est une attitude séparatiste. La lettre d’Idrisse Mohamed porte-parole du M 11 pour expliquer sa non-participation à la cérémonie d’installation du CPAN d’Azali est on ne peut plus claire sur le climat de malaise qui a présidé à la constitution de celle-ci… Connaissant les pressions exercées par le pouvoir pour forcer la décision dans cette affaire, nous ne pouvons que saluer le courage et le geste du porte-parole qui ne veut pas transiger sur le caractère inclusif, impartial et indépendant des Assises. Nous espérons que les autres membres l’épauleront dans ce sens et non le contraire.

Ahmed BOURHANE

Une situation inattendue qui risque de faire du bruit. En effet, le Mouvement du 11 août est attrape par le virus du pouvoir qui pourrait entacher sa crédibilité. Ses membres se querellent pour savoir qui d'entre Housseine et Monsieur Sagaf doit porter la couleur du Mouvement pour se porter candidat à la présidence du comité de pilotage des Assises nationales.

Monsieur Housseine choisi par des membres du Mouvement lors d'une élection controversée revendique sa légitimité pour être le candidat et Mohamed Sagaf de son Côte fait valoir sa disponibilité et son efficacité pour avoir su suppléer Monsieur Bazi et conduire le Mouvement du 11 août à ce stade. 

Effectivement il a beaucoup œuvré pour la réussite des Assises et toutes les démarches engagées auprès des partenaires des Comores , les partis politiques et le gouvernement comorien ont été conduites par lui avec le succès reconnu de tous sa sagesse et sa lucidité font de lui le candidat consensuel qui pourrait faire le trait d'union entre les différents courants qui siègent au CPAN.

Et à défaut d'un candidat consensuel les partis politiques et certains éléments de la société civile et du Mouvement du 11 août pourraient présenter un candidat dont l'engagement pour la tenue de ces Assises est reconnu.

Après le départ de Idriss ex leader du comité Maoré, certains membres du CPAN supposés proche du Mouvement 11 août commençaient déjà à prendre leur distance et les querelles de pouvoir qui opposent ceux du Mouvement qui sont restés au CPAN entacheront la crédibilité de ce Mouvement qui semble s'éloigner de ses principes fondateurs. Et ce d'autant que L' appel fait aux sages de Moroni pour une médiation entre les deux candidats à échoué.

En tout cas, ces Assises sont Nationales et populaires et les caprices d'une catégorie sociale ne sauraient empêcher sa tenue. Et l' histoire retiendra les noms de ceux qui ont su placer l'intérêt général avant leurs ambitions personnels. 

Nakidine Hassane

Les partis Juwa, Front Républicain, CRC en mouvement et des personnalités politiques de Moheli ont tenu une conférence de presse aujourd'hui pour justifier leurs non participations aux Assises Nationales pour le bilan des 42 ans d'indépendance.

Deux raisons à cela: Ils refusent catégoriquement que le concept de la présidence tournante fasse partie des thématiques à débattre. Oui pour un bilan de tout sur les 42 ans d'indépendance sauf pour la présidence tournante. 

Ils dénoncent le fait que les 5 noms proposés par les partis dits "d'opposition" n'ont pas été tous retenus dans le décret présidentiel instituant le CPAN alors que c'était une chose convenue avec le M11 après de longues discussions et échanges. Ils dénoncent aussi le rajout d'un Comité pour l'application des conclusions des Assises, ce qui n'a jamais été discuté au préalable. Le cas de l'ancien maire de Fomboni, qui a été empêché de se joindre à eux s'ajoute aux points de discorde. ©Hayba fm 
HabarizaComores.com (Habari Za Comores)| أخبار من جزر القمر

Anissi Chamsidine et son sens du devoir : « J’ai refusé de replonger le pays dans la guerre des exécutifs qui n’a fait que nuire à nos îles »
Les assises nationales, c’est un rendez-vous avec l’Histoire du pays. C’est pourquoi, sous prétexte que ce soit, le parti « SOMA » de l’ancien Gouverneur Anissi Chamsidine ne laissera jamais aux autres l’occasion de décider l’avenir du pays à leur place : « Nous irons pour défendre la tournante, pour défendre notre bilan et nos idées pour le développement du pays ».

C’est notre Histoire, nous devons l’affronter avec sincérité pour espérer une solution et donc, n’ayons pas peur de le dire chers internautes : cela fait longtemps que nous n’avons pas eu un dirigeant politique d’Anjouan prônant l’intérêt de son île natale tout en se fixant l’obligation a ne jamais mettre en péril l’unité de notre pays. 

Anissi Chamsidine a montré ses preuves quand il était Gouverneur. Aujourd’hui encore, lui et son parti politique « SOMA » iront aux assises nationales avec des propositions pour le développement du pays, mais aussi avec une position claire et nette concernant le tour d’Anjouan pour 2021. C’est cela la responsabilité, c’est aussi cela le patriotisme d’un dirigeant politique. Anissi et son parti SOMA iront aux assises nationales pour se battre pour l’intérêt du pays et naturellement pour l’intérêt et l’honneur de son île natale Anjouan.

Au temps du bras de fer entre Ahmed Sambi et Ikililou Dhoinine :
« Quand le parti Juwa, fondé par l’ancien président Ahmed Sambi et auquel j’ai apporté une importante contribution, s’est mis à prôner et à prêcher la rupture, le bras de fer, puis la guerre contre le président de la République Ikililou Dhoinine et le pouvoir central, je ne l’ai pas suivi, restant toujours fidèle à mes engagements (…) J’ai refusé de replonger le pays dans la guerre des exécutifs qui n’a fait que nuire à nos îles. Je ne pense pas qu’une politique et une conduite contraires plairaient aux électeurs et électrices anjouanais » disait Anissi Chamsidine dans une interview accordée à La Gazette des Comores / HZK-Presse en février 2015. 

Il a fait savoir aussi que, entre un homme et le pays, entre sa formation politique (Juwa ) et les intérêts de son île, c'est sans aucune hésitation qu’il a préféré le pays et les intérêts d'Anjouan (référence à sa rupture avec Sambi et le parti Juwa). Alors oui, certes je ne connais pas personnellement, l’ancien Gouverneur Anissi Chamsidine, mais reconnaissons qu’il a dans ses veines, le sens même de l’Union. Et si tous les comoriens apprennent le sens de la responsabilité morale et civique !

Lecteurs et lectrices, n’ayons pas peur de notre histoire. Disons-le clairement: Oui, cela fait longtemps que nous n’avons pas eu un dirigeant politique d’Anjouan prônant et mettant en pratique à la fois la nécessité de défendre et préserver les acquis de la réconciliation nationale, notamment les intérêts des Iles et donc d’Anjouan, et une obligation a ne jamais mettre en péril l’unité de notre pays. Cela va sans dire que même sans le connaître personnellement, depuis 2014, le camarade Mrimdu constate que l’ancien Gouverneur Anissi Chamsidine, a l’Union des Comores dans ses veines et, comme c'est un défi qui vaut la peine d'être relevé, il vaut aussi la peine d'être encouragé !

Mrimdu

Il n'est un secret pour personne, le projet des assises nationales date de longtemps, mais celui-ci a pris un écho depuis 2015, malheureusement l'ancien président Ikililou Dhoinine jouait la sourde oreille. Bien entendu tout le monde peut spéculer sur le fait que Ikililou n'a pas réagi sur le projet du M11, Mais Personne ne serait capable de dire honnêtement, car Ikililou est le seul politicien comorien qui a su que le silence est de l'argent.
Bazi Selim du M11 en 2015

Comme il se définit de démocrate et d'homme de discussion, puisqu'il croit dur comme fer que c'est avec cette dernière que jaillit la lumière, le président Azali Assoumani a répondu favorablement au projet du M11 en acceptant d'organiser les assises nationales. Beaucoup de bruits ont circulé et continuent toujours sur le bien fondé de ses assises nationales sur le fait que le chef de l'État s'est approprié le projet.

Malgré les critiques, les sabotages et les hésitations, les assises nationales auront lieu mais à deux doigt de l'ouverture et à l’investiture du Comité de Pilotage des Assises Nationales (CPAN), le grand théoricien et bloggueur Idriss Mohamed Chanfi et Moustoifa Said Cheikh ainsi que d'autres personnalités se sont retirés. Ils ont choisi la politique de la chaise vide, avec des raisons que personne ne peut accepter. Puisque la culture comorienne nous apprend que pour dire non à quelque chose, et s'opposer à quelqu'un il faut être présent (OUZIHARAYO YEWUKAYA HO TRENGWENI), Et oui les absents ont toujours tort.

Admettons que, supposons que, Le président Azali Assoumani veut utiliser les assises nationales pour ses propres intérêts, mais comment lutter contre ça, est ce ne pas participer ? Mais non cela n'est guère la solution pour lutter contre les prétendues intentions du président ? Une des qualités du président Azali Assoumani c'est qu'il est un homme de dialogue, de discussion, il est ouvert. Mais qu'est ce que Azali Assoumani a fait ou a dit pour que tout le monde voit les assises nationales pronées par Mr Ali Bazi Selim, une manipulation.

Dans un article paru sur la gazette des Comores le théoricien connaisseur de tout Mr Idriss essaie de s'expliquer, en commençant par « ce n'est pas de gaieté de cœur que j'ai décidé de ne pas assister …...... »
Il peut avancer tant d'arguments qui peuvent remplir la mer mais ils sont irrecevables, innacceptables, car ne pas participer est une attitude de lache. 

La lacheté est un défaut car nous savons tous que la vie est une lutte, un combat, il faut se battre pour ses opinions.

Les Comores veulent des actes, des gens qui retroussent leurs manches pour travailler mais pas des discoureurs, pas des gens qui se cacheront pour dire, nous vous avons prevenus, il faut guérir de nos jour mais pas prévenir.

Ainsi, comoriens et comoriennes allez participer aux assises nationales et faites vous entendre car il ne faut donner à quiconque carte blanche, soyez responsables, battez vous pour vos convictions et apporter votre pierre. Peuple comorien, le Président Américain Ronald Reagan disait " I do not believe in a fate that will come down on us whatever we do, I believe in a destiny that will fall on us if we do nothing" Par Ahmed Mouigni

Le samedi matin au domicile de la famille du regretté Ali Mohamed, la Ceni à organisé une prière funèbre à la mémoire de leur défunt collègue Commissaire.

C'était un moment plein de louange et d'émotion, en présence de plusieurs personnalités telles que le président de la Cour Suprême, le grand Mufti, le grand Cadi et plusieurs autorités et cadres nationaux.  

Après le coran psalmodié par le petit fils de 9 ans du défunt, la sourate Yassine, le Commissaire Latuf Abdou a introduit l'objet de la cérémonie funèbre qui n'est autre que la prière pour un collègue qui le mérite. Au nom de la famille son gendre Chabane Mouadhine a loué les qualités d'un père et Grand père formidable, qui a su montrer ses preuves auprès de sa famille et dans son implication dans plusieurs œuvres sociales. 

Le Docteur Djaza très ému, a regretté la perte d'un membre dévoué et conciliant. Il a fini par ces termes: " juger les gens par les faits et non par ce qu'on imagine, car Dieu et le seul bon juge." Le Secrétaire Général du ministère de l'intérieur en charge des élections a présenté les condoléances au nom du ministre et ainsi au nom du Gouvernement de l'Union des Comores. Il a appelé à plus d'implication aux autres membres à l'instar du défunt. Viendra le moment solennel, où le président de la Ceni, au nom de ses paires remet en signe de reconnaissance à Nassur, fils du regretté l'étendard de la Ceni pendant que M Said Mze Dafine lisait le certificat d'authentification pour ce symbole de l'institution. ©CENI

Depuis 2015, l'Arabie saoudite impose un blocus aux ports du Yémen. Même pour des fournitures de premier secours. 150 000 enfants pourraient mourir de faim.
Un enfant de quatre ans à l'hôpital de Sanaa, avril 2017.Un enfant de quatre ans à l'hôpital de Sanaa, avril 2017. REUTERS/Khaled Abdullah/File
Une guerre sans règles. Trois agences de l'ONU affirment ce jeudi que "des milliers de victimes innocentes" vont "mourir" au Yémen si le blocus imposé par la coalition menée par l'Arabie Saoudite se poursuit. Depuis 2015, les ports du pays ne peuvent plus être livrés. Y compris pour les médicaments, les vaccins et la nourriture, malgré une épidémie de choléra et la famine qui fait rage. 

La pire crise humanitaire aujourd'hui dans le monde

"Ensemble, nous lançons un nouvel appel urgent à la coalition pour permettre l'entrée de fournitures de premier secours au Yémen en réponse à ce qui est aujourd'hui la pire crise humanitaire dans le monde", écrivent Tedros Adhanom Ghebreyesus (OMS), Anthony Lake (Unicef) et David Beasley (PAM). 

"Plus de 20 millions de personnes, dont 11 millions d'enfants, ont un besoin urgent d'assistance", poursuivent les agences, soulignant qu'un danger "de malnutrition sévère aigüe" menace de mort "près de 400 000 enfants". Par LEXPRESS.fr avec AFP
HabarizaComores.com (Habari Za Comores)| أخبار من جزر القمر

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.