La dangereuse dérive du soulèvement populaire: Représentation illégitime et opérations illicites

Peuple de Mayotte, l’Intersyndicale manipule la conscience mahoraise ! Le communiqué du 21 mars prouve la récupération du mouvement populai...

Peuple de Mayotte, l’Intersyndicale manipule la conscience mahoraise ! Le communiqué du 21 mars prouve la récupération du mouvement populaire pour assouvir des ambitions de pouvoir. Le soulèvement des Mahorais et des Mahoraises subit l’influence de meneurs qui ne cachent plus leur soif de reconnaissance. Les conditions émises pour la reprise du dialogue avec les maires le démontrent clairement ; ces conditions sont inacceptables. Le document exclue d’emblée la levée des barrages, tout en demandant « un travail à l’unisson ».

Les syndicalistes ferment ainsi toute possibilité de dialogue avec les élus locaux et le gouvernement. Ils ne reconnaissent d’ailleurs que la légitimité des seuls organisateurs de la grève. Cet unilatéralisme ne figure pourtant pas dans le manuel de procédure des 500 grands frères guyanais qui leur sert de guide. Le Mouvement guyanais intègre toutes les compétences, à l’inverse l’Intersyndicale exerce sur la protestation une domination qui biaise la délibération collective ; elle choisit ses contributeurs en fonction de critères affinitaires et exclue la participation de talents qui manifestent leur esprit critique. Les forces de progrès sont par conséquent muselées. Cette dérive totalitaire est insupportable car nullement profitable à Mayotte, elle enferme le Mouvement dans un nombrilisme excessif et dans le dialogue de sourds. 

L’auto-proclamation des signataires du préavis de grève en héros tutélaires du peuple, rappelle étrangement les tendances mégalomaniaques d’apprentis dictateurs qui compensent leur petitesse par un narcissisme surdimensionné. Le communiqué évoqué est au summum de l’égocentrisme et du délire paranoïaque. Cet orgueil qui frise la folie des grandeurs apparaît dans le texte, Je cite : « des accords du Sidevam que nous croyions historiques » ! Plus loin, « une lutte historique des Mahorais pour la reconnaissance de leurs droits ». 

Dans ce phrasé transparaît la motivation de certains leaders : ils veulent entrer dans l’Histoire ! D’où le rapport de force, le radicalisme, l’attitude inamicale, l’humiliation des missionnaires, le durcissement de la grève, l’exaltation des tribuns, la virilité des prédicateurs, la violence des propos, l’envie de paraître à la télé pour une minute de gloire, l’anarchisme sur le terrain, le jusqu'au-boutisme, et le spectacle affligeant de petits loups qui se mangent entre eux.

Une histoire d’ego surdimensionné

La personnalisation du Mouvement populaire rend la solidarité inopérante, la discipline impossible devant les barrages et l’autorité morale stérile. Les gourous de la grève ne construisent pas une réflexion structurée pour aboutir à un protocole de sortie de crise, ils soignent leur image, pour la postérité. Vous remarquerez d’ailleurs que l’on parle très peu, voire quasiment jamais, de la plateforme revendique. C’est là où le bât blesse, puisque l’Intersyndicale est incapable de rendre une copie lisible, elle cache cette faiblesse cérébrale par une dépense d’énergie impressionnante. L’illégalité règne en maître, le désordre s’est installé parce que les radicaux ont pour allié non plus la force, la pertinence et la justesse des revendications mais le chaos. 

Comme le cahier de doléances se résume à une énumération vide de sens intelligible, que le travail est fait « sur fond de méfiance et de trahison », ses rédacteurs misent sur le rapport de force, sur les conflits d’autorité et la manipulation de masse. Les 50 mesures (non plus 61 car on est revenu à la case départ) ne pouvant être présentées en l’état sur la table de négociation, tous les prétextes sont bons pour ne pas avancer. 

Prétextes fallacieux, manœuvres dilatoires, diversion, tergiversations, reculade, fuite en avant, toutes les tactiques infructueuses sont employées pour sauver les apparences, donner le sentiment du sérieux et de la détermination. En recourant à ces dérivatifs, l’Intersyndicale affaiblit la protestation. 

Pire, ses dirigeants utilisent les mêmes outils de propagande que le gouvernement qui dispose de moyens d’endoctrinement redoutablement plus efficaces. L’Etat a la capacité de nuisance et le pouvoir de gérer le temps. La population mahoraise a assez souffert et n’a plus de temps à perdre pour elle-même et pour ses enfants. Il faut dire à ces messieurs-dames qui tirent les ficelles à l’ombre et gèrent des marionnettes incontrôlables postés aux barrages que ce n’est pas leur détermination qui pose problème, c’est la tête qui enfle, les pieds qui gonflent et le torse bombé. 

Le communiqué du 21 mars ne propose rien de logique, de rationnel. Il ressasse de grandes phrases maladroites, il campe des positions inexplicables car déraisonnables, il reflète l’absence de méthodologie, de procédure, de direction, de finalité, il respire l’arrogance et la mauvaise volonté. Le texte a été envoyé à la presse via l’iPhone de l’impétueux Andriamanatena Rakotondravelo, lequel considère que toute décision prise en son absence est invalide. Certaines raisons invoquées par nos révolutionnaires pour refuser la discussion sont totalement infantiles. 

On ne décolère pas parce que la ministre de l’Outre-mer n’engage pas le Gouvernement, parce que les missionnaires n’ont pas reçu mandat du président de la République, parce que le Premier ministre écrit aux élus mais pas à l’Intersyndicale. Ce sont là les motifs de l’immaturité, ceux de l’enfant qui fond en larmes car on l’a sevré de bonbons et privé de dessert. Du reste, le communiqué transmis aux médias n’est pas signé par les représentants des 8 syndicats. Ce détail paradoxal a son importance puisqu’il révèle un fait troublant : ce sont les instituteurs qui mènent la danse qui a pour conséquence directe la fermeture des écoles.

Force doit rester au Mouvement démocratique

Sachant que la désertion des enseignants des établissements scolaires détruit l’effort de formation de l’élite de demain, anéantit la réussite des futurs universitaires et décideurs mahorais, pour le succès et l’épanouissement des prochaines générations, le Collectif des citoyens de Mayotte doit se désolidariser des barrages, mais aussi s’insurger contre les opérations illégales et les actes agressifs qui trahissent l’esprit du Mouvement populaire et l’objectif de l’action syndicale. 

Cet esprit citoyen, populaire et démocratique milite en faveur d’un acte républicain : 
  • - La satisfaction des besoins de la population ;
L’objectif syndical revendicatif concourt à la recherche d’une solution consensuelle : 
  • - la conclusion d’un accord satisfaisant pour la collectivité.
Pour que ce but soit atteint, il faut nécessairement passer par la signature d’un protocole de sortie de crise. Puisque la parole ne suffit pas à instaurer la confiance et à garantir le respect des engagements, mieux vaut s’en remettre à un contrat signé. Dans le contexte anxiogène de la grève générale contre les violences et l’insécurité, cette procédure paraît indispensable, deux attitudes doivent cependant prévaloir pour sa validation : 
  • - le respect de l’esprit démocratique et du suffrage universel :
  • - le pragmatisme et le souci de l’efficacité. 
En effet, une mobilisation légitime peut être encadrée par des meneurs illégitimes, ce n’est pour autant que des leaders cooptés peuvent s’arroger le droit de représenter la population, seuls les élus ont cette prérogative légale. Le Premier ministre l’a bien compris. La représentation citoyenne ne doit pas souffrir d’interférences, d’ambiguïté et d’amalgames, au risque d’amplifier les préjudices pour les administrés déjà pris en otage par des apprentis sorciers qui s’improvisent logisticiens, pédagogues, médecins, pompiers, agents de sécurité, commerçants, gestionnaires du port, livreurs de gaz... 

Le ressort du Mouvement populaire est la solidarité. Toute considération personnelle est donc condamnable. La mobilisation des forces vives est motivée par une valeur fondamentale : l’intérêt général. Toute volonté corporatiste est donc nulle et non avenue. Le sacrifice commun impose que la fin de la grève procède d’une délibération collective. Toute stratégie partisane est donc une imposture.

Le soutien du CESR de France : un pas vers le projet de loi de développement

Le rapport de force qui met aux prises les grévistes et l’Etat depuis le 20 février a produit des avancées notables. Après 4 semaines d’un conflit qui a dégénéré crescendo, le pragmatisme prime. Le chef de l’Etat s’en réclame. Selon le fondateur du pragmatisme, Charles Sanders Peirce, « le sens d'une expression réside dans ses conséquences pratiques ». Les protagonistes de la protestation sociale gagneraient en estime en appliquant la doctrine selon laquelle « n'est vrai que ce qui fonctionne réellement ». Cette posture constructive suppose de lever les barrages, de travailler le dossier sur lequel doit négocier le médiateur du gouvernement.

Le pragmatisme n’est pas qu’une notion philosophique. Il peut être le moteur du processus permettant d’aboutir à la finalité de la grève, à savoir un projet de loi de développement de Mayotte assis sur des mesures concrètes, constitutionnelles, administratives et législatives. Dans la mesure où le Mouvement populaire ne réclame rien d’autre que « le renforcement de l’État de droit », seule une loi de développement est susceptible d’enrayer « les troubles nombreux, profonds et persistants » qui déstabilisent l’île et de préserver durablement le territoire du climat d’insécurité qui règne jusque dans les foyers. 

Le CESER national le dit en appui de la grève : « La société civile s’inquiète du non-respect des obligations telles que prévues dans les articles 21 et 72 de la Constitution, à savoir l’exécution de la loi, car cela contribue à semer gravement le trouble et le chaos dans le département ». Par conséquent, « il est urgent que soient assurées à Mayotte, comme partout ailleurs sur le territoire de la République, les missions régaliennes de l’État, au premier rang desquelles la sûreté, la sécurité des biens et des personnes et le respect de toutes les libertés publiques garanties par la Constitution française ». 

Le soutien de la troisième assemblée de la République n’est pas à négliger, puisque le CESER de France appelle solennellement le président Emmanuel Macron et le gouvernement d’Edouard Philippe « à œuvrer pour le retour à l’application effective et immédiate des lois de la République à Mayotte ».

Le moment est sans doute venu pour les dirigeants de l’Intersyndicale et du Collectif des citoyens de lever les barrages et de travailler à la rédaction du document qui leur permettra de sortir du bourbier avec les honneurs, et d’entrer dans l’histoire. Sans ce document, inspiré par la plateforme revendicative et élaboré par les compétences locales, la grève, déclenchée en période électorale, accouchera, comme en 2011, d’un député « mabawa » ou d’une députée « dafalgan ». Et on peut parier à coup sûr, que ce parlementaire palliatif entrera dans l’histoire, en lieu et place des héros de la grève. 

Dans l’intérêt de l’histoire de Mayotte française, Peuple de Mayotte, levez les barrages !

Zaïdou BAMANA
Nom

A la Une,322,Abdillah Saandi Kemba,89,Abdou Ada Musbahou,55,Abdou Elwahab Msa Bacar,32,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,45,Abdourahamane Cheikh Ali,13,Aboubacar Ben SAID SALIM,38,Actualité Sportive,1510,Adinani Toahert Ahamada,29,Afrique,1398,AHMED Bourhane,230,Akram Said Mohamed,55,Ali Mmadi,161,Ali Moindjié,48,Anli Yachourtu,56,Assaf Mohamed Sahali,28,Ben Ali Combo,379,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,660,Comores Développement,88,ComoresDroit,387,COMORESplus,65,Cookies,1,Culture et Société,5167,Daoud Halifa,140,Darchari MIKIDACHE,193,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,84,Djounaid Djoubeir,75,Economie et Finance,1020,Élections 2016,370,Est africain - Océan Indien,2767,EVENEMENTS,49,Farid Mnebhi,339,France,1382,Hadji Anouar,13,Hakim Mmadi Malik,34,Hamadi Abdou,422,High Tech,783,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,226,IMAM Abdillah,16,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,102,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,77,Mayotte,1987,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,412,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,96,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,26,Monde,1503,Moudjahidi Abdoulbastoi,29,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,464,Nassuf Ahmed Abdou,23,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,139,Omar Ibn Abdillah,14,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,25,People,420,PERSONNALITÉS COMORIENNES,130,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,4182,Publication Article,1,Rafik Adili,34,SAID HALIFA,20,Said HILALI,52,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,47,Salwa Mag,133,Santé et bien-être,764,SOILIHI Ahamada Mlatamou,34,Toufé Maecha,406,Toyb Ahmed,233,Transport Aérien,882,Tribune libre,2588,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,64,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: La dangereuse dérive du soulèvement populaire: Représentation illégitime et opérations illicites
La dangereuse dérive du soulèvement populaire: Représentation illégitime et opérations illicites
https://3.bp.blogspot.com/-mYSewpHaP3k/WrYivYjw8PI/AAAAAAACghc/Ai2doPWSfvsfoeqsqig8BMEjzxyvYYxiACLcBGAs/s320/zaidou%2Bbamana.jpg
https://3.bp.blogspot.com/-mYSewpHaP3k/WrYivYjw8PI/AAAAAAACghc/Ai2doPWSfvsfoeqsqig8BMEjzxyvYYxiACLcBGAs/s72-c/zaidou%2Bbamana.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
https://www.habarizacomores.com/2018/03/la-dangereuse-derive-du-soulevement.html
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/
https://www.habarizacomores.com/2018/03/la-dangereuse-derive-du-soulevement.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Supprimer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE CATÉGORIE ARCHIVE RECHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé correspondant à votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc juste maintenant il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago il y a plus de 5 semaines Followers Follow Partagez cet article et Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour lire la suite ÉTAPE1: Partager. ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour déverrouiller Copier tout le code Sélectionner tout le code Tout le code a été copié dans votre presse-papier Can not copy the codes / texts, please press [CTRL]+[C] (or CMD+C with Mac) to copy