[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
La débandade

Cela ne demande pas d’être politologue ou politicien chevronné pour mieux appréhender la situation politique aux Comores. Il n’est un secret pour personne que les membres de l’opposition cherchent à se faire exister sur l’échiquier politique dans notre pays.

Mais force est de constater qu’ils sont dépassés par les événements au point qu’ils en créent tous les jours des situations de diversion et de tergiversation pour essayer tant bien que mal de persuader la population comorienne d’une part et la communauté internationale d’autre part qu’ils sont persécutés, opprimés et privés de la liberté d’expression mais aussi de leur droit fondamentale. Comment peut-on avoir une ligne éditoriale sur le journal officiel et s’exprimer librement sur la chaîne de télévision nationale à tout moment, mais prétendre qu’ils ont à faire face à un régime dictatorial ?

Comment peut-on continuer à s’attaquer et humilier publiquement le Chef de l’Etat sans être contraint de ses mouvements mais rouler tranquillement à voiture et même à pieds sur Moroni mais continuer à clamer haut et fort qu’on a un Président despote, dictateur… ?

Il est temps réellement de se poser la question sur l’état de santé mentale et/ou de la sobriété de nos compatriotes, membres de l’opposition. Car leur réaction est très alarmante. Il y a ce qui ressort dans leurs propos qui n’est pas du tout en phase avec la réalité du terrain mais il y a aussi leur comportement nocturne qui dès 21h, heure locale, ils se refugient tous avec leurs militant dans les recoins de tout village, parfois même dans l’obscurité rien que pour les faire gober leurs propos déplacés, mensongères et blasphématoires à l’endroit du chef de l’Etat et cela via les ondes de la Radio-Kaz.

Pourquoi vouloir, à tout prix, changer la peur d’un camp, Quel paradoxe et qui a peur de qui ?
A qui les membres du groupement des mécontents veulent rassurer ?

Pourvu qu’ils sont honnêtes envers eux-mêmes, honnêtes envers leurs militants et honnêtes envers la population comorienne pour rester au pays et répondre de leurs actes en assumant leur responsabilité.

En 2006, l’Ex-Président Sambi quand il a voulu s’en débarrasser et entacher certaines autorités du régime sortant, il n’a pas hésité à faire appel et en toute confiance à la justice comorienne et aucune de ses autorités n’a tenté de quitter le pays. Ils se sont tous rendus à la justice pour faire face à la machination visant à les humilier, les enfermer puis les relâcher parce qu’aucune charge n’est retenue contre ces autorités.

Mais force est de constater qu’après le discours officiel du Chef de l’Etat dont il a parlé, entre autre, de la tenue, en ce mois de Juillet, du référendum constitutionnel, du dossier maoré, de la décision provisoire de transférer les compétences de la Cour Constitutionnelle à la Cour Suprême mais aussi de la suite à donner au rapport de la citoyenneté économique, bizarrement, tous les hauts cadres de Juwa se précipitent à quitter le pays.

Non seulement qu’ils sont des hauts cadres du parti Juwa, mais Mohamed Bacar Dossar était ministre des Finances, du Budget, de l’économie… à cet époque de Sambi et Barwane, lui, était ministre de l’intérieur ; des postes qui sont directement liés au dossier de la citoyenneté économique. Car l’un assure la production des documents et l’autre assure la vente. 

Mais de qui ou de quoi, les membres de l’opposition et de surcroît ceux de Juwa ont-ils peur ? 
De la population comorienne ou du système judiciaire ?
  • - Comment peut-on taxer le régime d’Azali d’impopularité et au même moment manifester un once de peur de l’affronter en référendum constitutionnel ?
  • - Comment peut-on clamer, haut et fort, qu’on est clean relativement au dossier de la citoyenneté économique mais avoir peur d’affronter la justice comorienne ?
« Hakika kweli kanga harambuwa gora »
Pourquoi, aujourd’hui, avec le même système judiciaire, les mêmes magistrats et les mêmes Avocats, l’ex-Président Sambi et son parti de la discorde ne font pas confiance à cette même justice mais se remettent-ils de nouveau à Dieu par la lecture d’un « Hitma »? 

Tadjidine Ben Ahmed
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.