[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Le rattachement de Mayotte à la France il y a 40 ans a créé un déséquilibre avec le reste de l'archipel des Comores. Derrière les violences actuelles et l'immigration irrégulière, il y a quatre décennies de politiques publiques qui ont mis l'île et tout l'archipel dans une situation inextricable.
Ahmed Abdallah, président du conseil des Comores, et Bernard Stasi, ministre des Territoires et Départements d'Outre-mer, signent 1 déclaration commune sur l'accès des Comores à l'indépendance en 1973• Crédits : AFP
Aux yeux de nombreux Comoriens et de Français, la situation de Mayotte est une aberration. Cette île est un département français depuis 2011. Mais Mayotte fait historiquement partie d'un archipel plus grand composé de trois autres îles : Anjouan, Moheli et Grande Comore. Et c'est l'histoire de ces îles ainsi que le rôle et les décisions de la France qui expliquent et éclairent la situation très difficile sur place aujourd'hui.

Un processus irréversible 

Jusqu'en 1975, les quatre îles situées au large du Mozambique, à l'est de l'Afrique, constituent un territoire d'Outre-mer. L'archipel, dans la foulée du mouvement de décolonisation débuté après la Seconde Guerre mondiale, souhaite accéder à son indépendance. Le 22 décembre 1974, à l'occasion d'une consultation d'autodétermination des Comores, les habitants d'Anjouan, de Moheli et Grand Comore votent à plus de 95% pour l'indépendance. Seuls les habitants de Mayotte votent largement (64%) pour le maintien au sein de la République française. La France décide alors de prendre en compte les résultats île par île, et ce, en violation du droit international. L'ONU avait d'ailleurs mis en garde la France dans une résolution adoptée par l'Assemblée Générale quelques jours avant le scrutin. Elle priait "le Gouvernement français de faire en sorte que l'unité et l'intégrité territoriale de l'archipel des Comores soient respectées". 

Une stratégie française condamnée plus de 20 fois par les Nations unies

En passant outre, la France a été condamnée à plus de 20 reprises par l'Assemblée Générale de l'ONU. Par exemple, le 21 octobre 2016, une résolution "condamne énergiquement la présence de la France à Mayotte, qui constitue une violation de l'unité nationale, de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de la République indépendante des Comores."

Le Conseil de Sécurité ne s'est jamais prononcé sur le sujet en raison du droit de véto de la France. Il faut dire que la France n'a aucun intérêt à abandonner ce territoire qui lui permet de renforcer, avec l'île de la Réunion, sa présence stratégique dans l'Océan indien et précisément dans le canal du Mozambique.

D'ailleurs, c'est à partir de 1975 que la France va accélérer le processus d'intégration de Mayotte afin de rendre le processus irréversible. Jusque-là Paris avait relativement délaissé l'archipel des Comores. C'est ce qu'explique Emmanuel Blanchard, Maître de conférences en science politique et docteur en histoire. Il est l'auteur de "fractures (post)coloniales à Mayotte" dans la revue Vacarme :
Dans le cas de Mayotte, ce qui est intéressant c'est qu'on est face à un territoire qui n'a pas connu la même chronologie que les autres colonies. Les Comores sont restées très à l'écart de l'empire colonial français. C'était un peu "la dernière roue du carrosse" : il y a très peu d'investissement. Le processus d'intégration juridique est très peu avancé.
L'investissement tardif dans l'île de Mayotte va avoir plusieurs effets. Certes, Mayotte va rattraper une petite partie de son grand retard dans le développement des territoires français. Mais cette situation débouche sur un paradoxe. Les efforts consentis ne changent rien au fait que Mayotte reste le département français le plus pauvre. Les dernières statistiques disponibles sont éloquentes : 

  • Département le plus jeune de France (un habitant sur deux a moins de 17 ans), 
  • Département le plus pauvre de France (84% des habitants vivent sous le seuil national de pauvreté et 71 % de la population n’a aucun diplôme qualifiant, quand seulement trois Mahorais sur dix en âge de travailler ont un emploi). 
  • Le taux de scolarisation et les conditions d'enseignement très éloignés des standards français.
  • En 2016, 69% des mères ayant donné naissance à Mayotte sont de nationalité comorienne. Globalement, le nombre de naissances a fait un bond de 45 % entre 2013 et 2016. Une augmentation due à l'arrivée (considérée comme illégale par la loi française) toujours plus nombreuses de Comoriens sur l'île de Mayotte.

"Un îlot de pauvreté dans un océan de misère"

Malgré tout, les Mahorais, les habitants de Mayotte, vivent relativement mieux que les habitants des trois îles voisines constituant les Comores. Le PIB par habitant à Mayotte est dix fois supérieur.

Car en parallèle du rattachement de Mayotte à la France, l'indépendance des Comores n'a pas été synonyme de démocratie et de prospérité. Dès la déclaration d'indépendance, le pays a sombré dans l'instabilité et la violence. Des dizaines de coups d'Etat ont eu lieu. Deux présidents ont été assassinés. Le rôle de la France dans cette situation a été questionné, notamment à cause d'un mercenaire d'extrême-droite : Bob Denard, qui est directement impliqué dans plusieurs coups d'Etat et dans l'assassinat d'un président comorien en 1978. Affaire pour laquelle il a été jugé à Paris en 1999.

Dans ces conditions, on comprend mieux "l'aimant" de Mayotte pour des milliers de Comoriens. Mayotte est "un îlot de pauvreté dans un océan de misère" selon Quentin Sedes, secrétaire départemental de la CGT Education.

On compte aujourd'hui environ 50 000 sans papiers pour 250 000 habitants. Pour essayer de stopper ces flux migratoires, le gouvernement français a mis en place une procédure de visas pour les Comoriens souhaitant se rendre sur l'île de Mayotte. Ce "visa Balladur" a été salué par les Mahorais, mais vivement critiqué par les Comoriens.

Cette mesure n'a finalement pas changé grand-chose aux flux migratoires. Au contraire, l'accession en 2011 de Mayotte au statut de département français et approuvée à 95% lors d'un vote populaire a tendu un peu plus la situation. 

"On a construit une opposition fictive entre des populations d'un même environnement"

Les Mahorais veulent se tourner totalement vers la France grâce à la départementalisation. Cet alignement encore très lointain de Mayotte sur les standards français rend l'île encore plus attractive pour les Comoriens à la recherche d'un avenir meilleur pour eux et leurs enfants.

Cette attraction joue d'autant plus fortement que les liens familiaux, culturels et religieux restent très forts entre tous les habitants de l'archipel. A ce titre, la barrière administrative que constitue le rattachement de Mayotte à la France n'a aucun sens sur place.

Toutefois, les antagonismes sont de plus en plus nombreux. Les Mahorais ne supportent plus la situation socio-économique et l'insécurité qu'ils imputent aux Comoriens. Les appels au "décasage", l'expulsion par la force de familles comoriennes ayant établi des logements de fortune sur des terres appartenant à des Mahorais, se multiplient.

"On a construit une opposition fictive entre des populations d'un même environnement, regrette Serge Slama, professeur de droit public à l’université Grenoble-Alpes. C'est le droit colonial : on a donné des droits à certains et pas à d'autres".

"La départementalisation a généré une xénophobie à l'intérieur d'un espace qui certes connaissait des différences mais a beaucoup en commun", confirme l'historien Emmanuel Blanchard. Selon lui, la solution passent par une meilleure facilitation de la circulation entre les quatre îles et par un investissement dans le développement des Comores, l'un des pays les plus pauvres du monde, pour "assurer une viabilité économique et politique à l'ensemble de l'archipel".

Les autorités françaises ne l'entendent pas ainsi. Les mesures proposées jusqu'ici visent surtout les conséquences - l'immigration massive - et non les causes. "Le gouvernement français ne réfléchit à l'avenir institutionnel de Mayotte que dans des situations de crises telles que les mouvements sociaux ou les agitations xénophobes, regrette Emmanuel Blanchard. A chaque fois, le gouvernement considère que la situation est réduite à l'immigration clandestine". 

Et d'ajouter :
Les politiques se rabattent donc sur des fausses solutions qui sont des manières de montrer du doigt ceux qui sont supposés être étrangers pour expliquer la situation, alors que la situation est avant tout liée à la politique diplomatique de la France.
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.