L’émergence et le développement économique de proximité, à Malé Badjini : mirage ou réalité ?

Malé est la première ville dans l'histoire des Comores, mais sa grandeur et son prestige nourrissent toutes les contradictio...


Malé est la première ville dans l'histoire des Comores, mais sa grandeur et son prestige nourrissent toutes les contradictions : le taux de la pauvreté ne cesse d'augmenter; l’agriculture devenue l’une des grandes occupations des habitants ne produit pas aujourd’hui les résultats escomptés; la pêche artisanale est loin de satisfaire la demande au niveau de la région; le tourisme reste marginalisé; à mesure qu'augmente le nombre de cadres et intellectuels, on note la stagnation du niveau de développement.

Du coup, face à cette situation la population de Malé semble démunie et cède à la fatalité et la méfiance. Aucun projet n'est réalisé sans que la méfiance ne vienne entacher son exécution. Au point de mettre en échec l'achèvement de certains de ces projets. C'est un problème majeur qui ne doit laisser personne indifférent. A l'issue de nos travaux, nous avons identifié différentes causes pouvant conduire à la pauvreté. Pour nous c'est la pauvreté qui serait à l'origine de la détérioration des conditions de vie. Nos analyses nous révèlent ses signes précurseurs, ses conséquences et dégagent des pistes pouvant aider à l'éradication de ce fléau. 

La pauvreté est un phénomène ayant un impact planétaire. Elle fait des ravages partout dans le monde. Même les pays développés économiquement n’arrivent pas à l’éradiquer totalement. Bien qu’elle soit naturelle, elle est également un fait social. Au-delà de son caractère naturel, elle revêt un aspect conjoncturel, c'est-à-dire qu’elle est liée à l’organisation sociale. Un pays peut posséder beaucoup de richesses naturelles sans pour autant échapper à la pauvreté. Tel est le cas de plusieurs pays d’Afrique tels que la Cote d’ivoire, la Libye, le Soudan, la RDC etc.…Certes, la pauvreté est omniprésente mais beaucoup de pays dont les populations se trouvaient dans le dénuement ont fait d’importants efforts pour s’en sortir. On peut citer comme exemple la Chine, la Thaïlande et d'autres pays asiatiques. Seuls les pays africains, à l'exception de l’Afrique du Sud, s’enlisent dans la misère. 

Depuis 2015, l’émergence économique de l’Afrique est au cœur de très nombreux débats et suscite alors de véritables passions. Chaque pays développe son propre projet pour devenir « émergent » à l’horizon 2030. On trouve quelques pays, régions et villes qui manifestent disposer d’avantages pour évoluer rapidement vers un nouveau seuil de développement. On peut noter par exemple l’île Maurice, le Maroc, le Nigéria, le Kenya, le Rwanda, la Tanzanie, le Mozambique et la Zambie … En Afrique du nord, on peut relever quatre villes les plus prometteuses le Caire, Tunis, Casablanca et Alger, et en « Afrique du sud », on relève cinq grandes villes, à l’exception de Johannesburg (Afrique du sud), on y trouve Dar el Salam, Lusaka, Nairobi, Lagos, et Accra. 

Aux Comores la situation est préoccupante. Car il n'y a pas de production locale, quasiment tous les produits de consommation viennent de l’étranger. Cependant face à la démission de l’État dans l'effort de développement économique, un bon nombre de villes et villages tentent de se prendre en charge de part et d’autre de l’archipel. Ils s'efforcent à renforcer et à dynamiser les activités culturelles génératrices de revenus mais aussi l'agriculture et la pêche. 

À contrecourant de cette tendance nationale, les Maléens ne semblent pas disposés à mobiliser les moyens nécessaires pour changer la donne et éradiquer la pauvreté. Nous pouvons noter les signes avant-coureurs qui caractérisent ce fléau : la dépendance à la diaspora, l'incapacité à garantir la ration alimentaire journalière, l'individualisme, l'esprit égocentrique et la méfiance généralisée … 

Il est à noter qu'aujourd'hui la pêche intéresse bon nombre de personnes mais les moyens à disposition sont encore rudimentaires. Pour mener efficacement ce combat contre la pauvreté, il faudrait que les nouvelles générations s'impliquent sérieusement. Que les jeunes établissent les nouvelles bases d'une confiance nouvelle par le biais de la communication. C'est-à-dire la confrontation des idées. Pour ce faire, il convient d'élaborer un plan d'organisation de débats constructifs sur des questions de société cruciales. Il est grand temps d’arrêter le débat futile et sans importance. Nous devons formuler des vraies propositions pour l’avenir de notre pays, de nos régions, villes et villages. 

Pour lutter contre ce fléau de la pauvreté, la jeunesse de Malé devrait penser à participer davantage à la croissance économique de son environnement intrinsèque. Les solutions doivent se concevoir autour de l’économie de proximité pour ancrer la création de valeurs ajoutée et de richesses dans leur propre localité. Le développement économique communautaire doit absolument intégrer les principales cultures vivrières, l’élevage, l’artisanat, l’agriculture, le tourisme, la pêche et le commerce de proximité. On remarque que les petites moyennes entreprises sont sources d’emploi et de lien social, et contribuent à l’attractivité économique et au dynamisme de nos villes et villages. Nos artisans et commerçants devraient être accompagnés et soutenus pour la création de richesse. 

Pour la Diaspora, elle devrait opter pour un changement de méthodes. Il n'est pas possible de développer l'économie d'une ville ou d’une région en versant de l'argent à la population locale sans un projet d'accompagnement. C'est la raison pour laquelle, nous pensons qu'il serait un préalable de faire un diagnostic qui permette de comprendre les enjeux territoriaux. Et cela, en tenant compte de la particularité du contexte de chaque secteur d'activité dans le but de rechercher des partenaires technique et financières pour résoudre ces problèmes. 
Jusqu’à un passé récent, la vie économique de la ville de Malé tourne essentiellement au tour des différents secteurs d’activités qui sont principalement : l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’artisanat, le tourisme et le commerce, qui peuvent s'analyser de façon suivante : 

- Les principales cultures vivrières, à l'heure actuelle, sont le manioc, la banane, le maïs, les ambrevades. La culture du riz n’est plus pratiquée depuis quelques décennies, c’est-à-dire nos grands-parents, et les produits de rentes (vanille, girofle et ylang-ylang) sont de plus en plus négligés. Les fruits sont rares dans la localité et les cocotiers sont trop anciens. La ville de Malé peut devenir le premier producteur de maïs aux Comores. Il suffirait que les agriculteurs prennent conscience de son importance et de sa position hautement stratégique ; 

- Quant à l’élevage, il se limite essentiellement aux poules, bœufs et chèvres. D'ailleurs, il n'est pratiqué que par un petit nombre d'habitants à un faible niveau de revenus. La mise en place de fermes avicoles parents à Malé peuvent constituer un élément clé pour le développement agricole de la ville. Il est particulièrement urgent de procéder au système de production intensive d’œufs à partir des pondeuses pour permettre l’amélioration du système de production. Ce qui permettra aux éleveurs de procéder à la transformation des maïs en provende ; 

- La pêche dans les eaux de Malé est bonne en toute saison de l’année et, pourtant, les techniques et les infrastructures de pêche n'ont jamais été améliorées. L'absence de chambre froide, et de poissonneries comme d’autres localités pénalise grandement la ville ; 

- Pour ce qui est de l’artisanat, la couture commence à se développer. Des femmes et des hommes ont ouvert, de façon informelle, des ateliers de couture pour fabrication d'habillements. Malgré cela, il n’existe aucun centre de formation spécialisé dans ce domaine. Comme les autres villes et villages, les associations de Malé devraient envisager de mettre en place une école de couture, et de former des formateurs. Ce qui permettra de maîtriser les fuites des fonds et de lutter contre la discrimination des femmes ; 

- Les sites touristiques de la ville figurent parmi les joyaux du patrimoine culturel et naturel des Comores. La plage Hawendzi de Malé est placée parmi les plus vastes et les plus belles de l’archipel. Elle s’étend sur plusieurs hectares, ce qui peut aider à la construction d'un village touristique. Dotée d'une beauté naturelle et exceptionnelle ; cette plage ne demande qu'à être mise en valeur. Sur le plan national, l’exploitation de la plage de Malé viendra étoffer l’offre touristique du pays. La relance de ce pôle va générer des revenus substantiels, et permettra ensuite d’améliorer la vie quotidienne. 

- Le développement de la ville passe inévitablement par la création d'activités génératrices des revenus. Cependant, une étude de faisabilité est déjà réalisée par la Chambre de Commerce, de l'industrie et d'agriculture – UCCIA et le ministère de l'économie et du commerce pour mettre en place une industrie de fabrication et de production du sel à Malé. Le dossier reste aujourd'hui sans suite et personne ne semble préoccupé par le suivi et la concrétisation de ce projet. 

- La mise en place de la Mutuelle de d’épargne et de crédit à Malé facilite l’accès aux crédits, améliore les conditions de vie de la population et participe à l’accroissement du bien-être. Les fonds domiciliés sont réinvestis au développement de la pêche et de l’agriculture en facilitant des petits crédits avec des conditions plus avantageuses. Il est temps aux ressortissants de Malé en France de penser à la création d’un fonds de garantie villageois en vue de participer aux financements de projets productifs et de développement. 

C'est une évidence qu'un travail de fonds doit être initié pour que chacun de nous se mette à la recherche de l'intérêt général. Sachant que la ville de Malé se trouve dans un pays en voie de développement, les habitants doivent compter sur les activités auxquelles leurs ancêtres se consacraient et dont ils vivaient honnêtement. 

Dire que la pauvreté est la principale cause de la dégradation de la ville de Malé, n'est pas une assertion infondée. Pour sortir de cette situation, et prémunir la société contre la disparition pure et simple, il conviendrait d’améliorer les pratiques agricoles, artisanales, pêches et élevages. C'est, pour la population, la seule façon de se prendre en charge. Cependant, les autorités locales doivent prendre les dispositions nécessaires en apportant davantage de moyens dans ces domaines. Pour cela, il faut une confrontation d'idées afin de donner confiance aux jeunes générations pour la gestion des projets. Et cela dans une perspective de Développement Économique. 

OUZALI Said Youssoufa
Nom

A la Une,352,Abdillah Saandi Kemba,89,Abdou Ada Musbahou,55,Abdou Elwahab Msa Bacar,30,Abdoul Anziz Said Attoumane,15,Abdoulatuf Bacar,41,Abdourahamane Cheikh Ali,13,Aboubacar Ben SAID SALIM,38,Actualité Sportive,1455,Adinani Toahert Ahamada,28,Afrique,1397,AHMED Bourhane,228,Akram Said Mohamed,55,Ali Mmadi,153,Ali Moindjié,47,Anli Yachourtu,53,Assaf Mohamed Sahali,28,Ben Ali Combo,367,Biographie,1,Chacha Mohamed,43,COMMUNIQUE (APO),57,Comores - diaspora,634,Comores Développement,88,ComoresDroit,368,COMORESplus,63,Cookies,1,Culture et Société,4929,Daoud Halifa,105,Darchari MIKIDACHE,193,Dhoul-karnayne Abdouroihamane,12,Dini NASSUR,78,Djounaid Djoubeir,73,Economie et Finance,995,Élections 2016,370,Est africain - Océan Indien,2728,EVENEMENTS,49,Farid Mnebhi,339,France,1373,Hadji Anouar,13,Hakim Mmadi Malik,31,Hamadi Abdou,412,High Tech,781,Ibrahim Abdou Said,1,Idriss Mohamed Chanfi,210,IMAM Abdillah,16,Infos légales,1,Irchad Abdallah,25,Journal Officiel,292,Kamal Abdallah,89,Lettre de Motivation,158,M. Soidrouddyne Hassane,71,Mayotte,1942,MBAE Ahmed Chabdine,11,Mohamed Abdou Hassani,394,Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY,96,Mohamed Inoussa,33,Mohamed Soighir,24,Monde,1502,Moudjahidi Abdoulbastoi,25,Nakib Ali Mhoumadi,16,Nakidine Hassane,457,Nassuf Ahmed Abdou,22,Nassurdine Ali Mhoumadi,67,Offres d'emploi,138,Omar Ibn Abdillah,14,Pages,8,Par ARM Lemohelien.com,672,Paul-Charles DELAPEYRE,25,People,420,PERSONNALITÉS COMORIENNES,129,PHILIPPE DIVAY,82,Politique Nationale,3952,Publication Article,1,Rafik Adili,32,SAID HALIFA,20,Said HILALI,47,Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed,46,Salwa Mag,122,Santé et bien-être,768,SOILIHI Ahamada Mlatamou,34,Toufé Maecha,386,Toyb Ahmed,216,Transport Aérien,872,Tribune libre,2386,TV DIRECT,3,Youssouf Ben,62,
ltr
item
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores: L’émergence et le développement économique de proximité, à Malé Badjini : mirage ou réalité ?
L’émergence et le développement économique de proximité, à Malé Badjini : mirage ou réalité ?
https://4.bp.blogspot.com/-YPtbpeVfXEk/Wo2pXk7gtAI/AAAAAAACegE/TfLmFsVl1NgtUSKPDAgvlwMlapl_PS-uQCLcBGAs/s320/Plage.jpg
https://4.bp.blogspot.com/-YPtbpeVfXEk/Wo2pXk7gtAI/AAAAAAACegE/TfLmFsVl1NgtUSKPDAgvlwMlapl_PS-uQCLcBGAs/s72-c/Plage.jpg
HabarizaComores.com | Toute l'actualité des Comores
http://www.habarizacomores.com/2018/02/lemergence-et-le-developpement.html
http://www.habarizacomores.com/
http://www.habarizacomores.com/
http://www.habarizacomores.com/2018/02/lemergence-et-le-developpement.html
true
8268768984551920237
UTF-8
Chargé tous les articles Aucun article trouvé VOIR TOUT Lire la suite Répondre Annuler la réponse Effacer Par Accueil PAGES ARTICLES Voir tout RECOMMANDÉ POUR VOUS CATÉGORIE ARCHIVES CHERCHER TOUS LES ARTICLES Aucun article trouvé avec votre recherche Retour à l'Accueil Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Jan Fév Mar Avr Mai Juin Jui Aou Sep Oct Nov Déc juste maintenant Il y a 1 minute $$1$$ minutes ago Il ya 1 heure $$1$$ hours ago Hier $$1$$ days ago $$1$$ weeks ago Il y a plus de 5 semaines Followers Suivre CE CONTENU PREMIUM EST VERROUILLÉ ÉTAPE 1: Partager. ÉTAPE 2: Cliquez sur le lien que vous avez partagé pour déverrouiller THIS PREMIUM CONTENT IS LOCKED STEP 1: Share. STEP 2: Click the link you shared to unlock Copy All Code Select All Code All codes were copied to your clipboard Can not copy the codes / texts, please press [CTRL]+[C] (or CMD+C with Mac) to copy