[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
J’ai observé la situation de notre cher pays et je me suis posé la question suivante. Pourquoi échoue –t-on ? Pourquoi après plus de quarante années d’indépendance, le pays n’arrive pas à décoller ? Pourquoi l’unité nationale est menacée entravant toute perspective de développement à long terme. Comment explique-t-on que des pays similaires au notre arrivent à s’organiser et à apporter le bonheur et le bien être à leurs populations ? N’a-t-on pas les mêmes atouts géographiques et climatiques ? Eh bien si. Quelle est donc la source du problème, l’origine du mal ? 

Après une réflexion, je suis parvenu à une seule réponse. Le problème est dans la tête, avec des mentalités qui nous condamnent à l’immobilisme et à l’inertie. Il s’agit d’une mentalité, d’un état d’esprit que je nomme la république du village. Oui le village. Nous parlons d’un pays, d’une nation, nous y voyons un village, une région. Un village qui fait figure de cité Etat qui nous habite et conditionne notre comportement. Le lien charnel, affectif entre le comorien et son village est tellement envahissant et fort que tout projet, toute réalisation qui ne va pas contribuer à la gloire au niveau microcosmique du village n’est pas du tout prioritaire.

Au nom du village, les jeunes sportifs ou plutôt leurs supporters sont prêts à perdre ce qui est le plus cher, la vie, dans des conflits communautaires. Il faut respecter le village, sa gloire et son importance. Si le village voisin a le malheur d’entamer cette image ou de manquer de respect, la riposte ne se fait pas attendre, incendie de maison, enlèvement, blessures voire meurtre. 

Pourquoi se bat-on ? Pourquoi tout ce gâchis ? Qu’en a- t-on gagné ? Rien. Que de la haine enfouie, qui se réveillera un jour pour d’autres représailles. 

Tout cela à cause d’une mentalité fermée qui accorde une sacralité et un mythe au village. Les hommes politiques, les décideurs ne sont pas épargnés de cette maladie de la république du village. Ils sont dedans. Ils défendent l’intérêt du village alors qu’ils devraient travailler pour toute la nation guidés par l’intérêt général. Ils manquent souvent de courage d’oser dire à leurs villages, à leurs quartiers que ce qui est fait est faux. Cette situation a comme conséquence l’affaiblissement de l’autorité de l’Etat, l’insécurité et l’injustice. Il suffit que la population d’un village fasse front commun dans son injustice pour que l’on pardonne ou l’on oublie le mal qui est fait, les décideurs n’ayant pas le courage de rendre justice. On préfère cautionner une injustice que d’affronter la colère d’un village. 

Cette maladie touche aussi la diaspora. Bien que loin du pays, les comoriens, au lieu de se souder et de se rassembler au nom de la nation et de l’identité, ils se replient et reconstruisent dans leurs esprits les villages qu’ils ont laissés au pays. Chaque village a son association voire ses associations. Impossible de s’entendre sur un projet commun d’envergure national. Non. Il faut que le projet soit au village. Il faut l’école privée, le lycée du village. Le poste voire le centre de santé du village. La diaspora estudiantine elle aussi estrongée par la maladie. Dans un même pays, on a l’association des étudiants comoriens, puis l’association des étudiants de la même île, ensuite l’association desétudiants de la même région voire du village. 

Une telle architecture de l’esprit ne peut pas être porteuse de réforme ni de vision pour un décollage et un développement harmonieux basé sur l’ambition, la justice et l’équité. 

Pour que le pays prenne la voie du développement, il suffit de laisser la république du village pour la république des Comores, et là tous les villages gagneront. Il faut voir grand et avoir la « magie de penser en grand », comme le titre de l’excellent ouvrage de l’auteur américain David Schwartz. 

Mohamed Ibrahim Abdallah (CHEIKH)
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.